Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA42002321 réalisé en 2005

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesabreuvoir
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Roche
Lieu-dit : le Supt
Cadastre : 1818 (?) C 17 ; 1986 AE 123, 124

Le bâtiment est édifié sur l'emprise d'une parcelle bâtie en 1818 : 1818 D 17, maison appartenant à Jean-Baptiste Arthaud de Viry, avec un domaine alentours comprenant les parcelles 1818 D 1 à 41 (dont une parcelle bâtie non listée dans la matrice, D 27). A. Lugnier mentionne le domaine des Artaud de Viry parmi les quatre seules propriétés en fermages dans la commune en 1791 ; celle-ci est vendue "en bloc" en 1830. Les bâtiments sont reconstruits en 1900 (date portée, avec les initiales des propriétaires : Alexandre Griot et Françoise Viallard), sur le modèle des habitations que "de 1820 à nos jours les propriétaires les plus riches font construire [...] à 2 étages, belles et confortables : maison de plan carré avec toit à quatre pans (tuile creuse ou plate), étable juxtaposée en cour ouverte ou fermée, assez spacieuse [...], en granit peu foncé avec crépissage formant joint autour des pierres apparentes [...] trois ou quatre fenêtres de grandeur moyenne au premier étage, et de plus petites au second formant grenier" (Lugnier, p. 94). Le logis a été agrandi sur l'arrière (chaîne d'angle). A. Lugnier fait également remarquer que le Supt est une des rares fermes isolées à n'avoir pas donné naissance à un hameau. Une croix de chemin (IA42002314, repérée) en marquait l'entrée. Selon un témoignage oral, la ferme comptait 14 vaches laitières, et possédait une jasserie à Château-Gaillard (IA42002404 ?).

Période(s)Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Dates1900, porte la date

Ferme à juxtaposition, à cour ouverte. Les bâtiments sont situés de part et d'autre du chemin qui descend au pont des Masson (en face du moulin des Masson, commune de Saint-Bonne-le-Courreau). Le logis a trois travées, un étage et un comble à surcroît. Dans son prolongement se trouve l'étable surmontée de la grange (accès haut par le mur arrière), puis un hangar. En face sont édifiés un cuvage, avec une cave voûtée en sous-sol (accès par un escalier intérieur), et une seconde cave voûtée dans un bâtiment adossée, ainsi qu'un hangar de l'autre côté. Les murs sont en appareil régulier d'assez gros moellons de granite (enduit à pierres vues, avec assises dessinées sur le mur ouest du logis), les encadrements en pierre de taille (arcs de décharge au-dessus des ouvertures du logis) ; niche à statuette entre deux fenêtres du premier étage (linteau en arc monolithe, appui débordant). Les toits sont à longs pans et croupe (sur le logis), en tuile plate mécanique, avec une génoise (logis) et tuile creuse (étable). Un abreuvoir (bachat) est implanté devant l'étable. Inscription gravée sur le linteau de la porte d'entrée du logis : G A 1900 V F (pour Griot Alexandre et Viallard Françoise, les propriétaires ; témoignage oral).

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse, tuile plate mécanique
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Couvrementsvoûte en berceau
Couverturestoit à longs pans
croupe
TypologiesType A1: ferme à juxtaposition
Statut de la propriétépropriété privée
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry