Hôtel de voyageurs, Hôtel Bernascon, actuellement Résidence Le Bernascon
Copyright
  • © Archives municipales d'Aix-les-Bains

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Plaine de Marlioz
  • Commune Aix-les-Bains
  • Lieu-dit Plaine de Marlioz
  • Adresse 6 boulevard de la Roche-du-Roi
  • Cadastre 1879 E 134-135  ; 1973 CE 45
  • Dénominations
    hôtel de voyageurs
  • Appellations
    Hôtel Bernascon, résidence Le Bernascon
  • Destinations
    immeuble

Cet hôtel a été construit, de 1897 à 1900, comme l´indique une inscription sur la façade ouest, pour Jean-Marie Bernascon, hôtelier aixois d'origine lyonnaise. Agé de 72 ans, celui-ci avait déjà une longue carrière professionnelle à Aix-les-Bains, comme gérant et directeur de l´hôtel de l´Europe, des villas Victoria, et du Château Durieux. Plusieurs architectes et entrepreneurs se succédèrent pour édifier cet hôtel : l'entreprise aixoise Léon Grosse réalisa les fondations, l'étage de soubassement et les terrasses sur les plans de l'architecte savoyard, Paul Lathoud. Les travaux furent achevés par l'entreprise de Chambéry, Ginas et Garabiol, d'après les plans de l'architecte Jules Pin aîné et de son élève Etienne-Jules Fanton. L´établissement fut réquisitionné en 1914 pour servir d'hôpital militaire et ne rouvrit ses portes qu´en 1918. En 1943, il fut à nouveau réquisitionné, cette fois par l´armée allemande, pour servir encore une fois d´hôpital. Pour sa réouverture, de nombreux travaux de remise en état furent effectués entre 1944 et 1947 ; quelques transformations furent également confiées à l´entreprise Léon Grosse, sur les plans de l´architecte parisien Edmond Hugues, notamment, en 1946, le remplacement de l´ascenseur et, dans l´aile nord, la modification du plafond de l´ancienne salle des fêtes et de la terrasse couvrant la salle à manger. L´hôtel ferma en 1956, la société qui l´exploitait n´ayant pas retrouvé d´équilibre financier depuis la réouverture de 1947. Il fut vendu en copropriété en 1960. La Ville acheta le rez-de chaussée et le premier étage du corps principal, côté nord, et l'ensemble de l'aile nord. Elle dû procéder à plusieurs campagnes de travaux : renforcement des planchers des salles de réception en 1963, rénovation complète du rez-de-chaussée en 1964 et réfection de la toiture par l´entreprise Darvey, en 1968. Au rez-de-chaussée, l´ancienne salle à manger avec sa galerie, les quatre salons et le bureau furent destinés aux congrès et aux manifestations des associations locales. Le premier étage fut affecté à l´office du tourisme et aux salles de commissions des congrès. Les étages de soubassement de l´aile nord abritèrent des activités sportives : judo, puis boxe à partir de 1978, au second étage, dans l´ancienne serre, les cuisines et leurs dépendances, stand de tir, en 1982, au premier étage de soubassement. Après la construction du palais des congrès, les locaux que la Ville possédait au rez-de-chaussée et au premier étage du corps principal furent remaniés pour accueillir le tribunal d´instance, ainsi que les tribunaux des prud´hommes et du commerce. Le club de judo s´installa dans l´ancienne salle à manger de l'aile nord.

Afin de pallier la forte déclivité du terrain est-ouest, l'hôtel est établi sur une terrasse en terre-plein supportée par un étage de soubassement élevé, ouvert, côté ouest, par de grandes baies en plein cintre. Sur cette terrasse est aménagé, sur deux niveaux bordés de balustrades, un jardin planté d'arbres ; une double rampe d'accès, supportée par des arcs déprimés sur piliers carrés, conduit à la terrasse inférieure et à l'ancienne serre située à l'extrémité de l'aile nord. Une fausse grotte en rocaille est percée dans le mur de soutènement de la terrasse supérieure. L'édifice, implanté en retrait de la rue dont il est séparé par une cour, se compose de cinq corps de bâtiment principaux disposés selon un plan en U : deux ailes sur le même alignement flanquent un avant-corps central traversant et deux ailes inégales font retour d'équerre sur l'arrière, de part et d'autre du jardin que borde un péristyle sur colonnettes en fonte. Les extrémités des ailes orientales et de l'aile sud sont cantonnées de tours carrées dans-oeuvre, quatre au nord-est, trois au sud-est, deux au sud-ouest, couvertes de flèches brisées. Un toit en pavillon à forte pente couvre l'avant-corps central ; il est sommé de deux belvédères reliés par une étroite terrasse faîtière bordée d'un garde-corps. A l'exception de l'aile nord, l'ensemble du bâtiment compte un sous-sol, un rez-de-chaussée, quatre étages carrés et deux étages de comble. L'aile nord, couverte en terrasse, est en rez-de-chaussée sur deux étages de soubassement. Le deuxième étage de soubassement abritait à l'origine les cuisines et, dans leur prolongement, la serre. Le rez-de-chaussée, à structure métallique sur soubassement en béton, simple en profondeur, était réservé à la salle à manger. La distribution intérieure s'articule autour d'un grand hall central traversant sur lequel ouvre l'escalier d'honneur et l'ascenseur. Chaque aile comporte, à tous les niveaux, un couloir médian longitudinal. Les façades présentent une composition en travées, rythmée par des chaînes d'angle et des jambes à bossage. Des pilastres jumelés relient les deuxième et troisième étages et supportent des entablements et des frontons cintrés brisés. Sur les tours d'angle, le lien entre ces deux niveaux est assuré par un cadre sculpté dans lequel s'inscrivent les fenêtres et qui supporte un fronton interrompu par le balcon supérieur. Toutes les baies sont rectangulaires verticales à l'exception de celles du rez-de-chaussée en plein cintre. Le gros-oeuvre est réalisé en pierre, cependant, l'ensemble des élévations reçoit une importante ornementation, tant architecturale que décorative, en ciment moulé. Des bossages en table règnent sur la hauteur du rez-de-chaussée et s'ornent, sur l'avant-corps central, de motifs vermiculés tracés dans le ciment. A l'est et à l'ouest, cet avant-corps est couronné d'une lucarne à fronton sculpté d'une tête féminine rayonnante. Tous les garde-corps des balcons sont en fer forgé ; seuls ceux des tours dans-oeuvre sont à balustres en ciment. Une grande marquise en fer forgé surmonte la porte d'entrée. PREMIERE PIERRE DU GRAND HOTEL / REGINA ET BERNASCON / POSEE PAR LE DUC DE GRAFTON / LE 24 MAI 1897 / J.M. BERNASCON PROPRIETAIRE / J. PIN AINE ARCHITECTE ; JMG ; HOTEL REGINA BERNASCON ; Résidence Bernascon

  • Murs
    • calcaire
    • pierre de taille
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan régulier en U
  • Étages
    sous-sol, 2 étages de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 4 étages carrés, 2 étages de comble
  • Élévations extérieures
    élévation à travées, élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • toit à longs pans brisés
    • flèche carrée
    • croupe brisée
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en charpente
  • Autres organes de circulation
    ascenseur, rampe d'accès
  • Typologies
    villégiature
  • État de conservation
    remanié
  • Techniques
    • ferronnerie
    • vitrail
    • peinture
    • décor stuqué
    • sculpture
  • Représentations
    • balustre
    • fronton
    • pilastre
    • chute
    • guirlande
    • feuille
    • fruit
    • cartouche
    • tête de femme
    • monogramme

F-EBE-Collectifs-Aix-les-Bains

  • Position sur cour
  • Mitoyen non
  • Alignement non
  • Nombre de façades sur rue 1
  • Nombre de corps de bâtiments 5
  • Type de clôture
  • Fonction
  • Villégiature oui
  • Place de l'entrée
  • Situation de la porte d'entrée centrée
  • Passage
  • Nombre d'étages 4
  • Entresol non
  • Nombre de travées
  • Balcon oui
  • Balcon filant oui
  • Loggia non
  • Balcon-loggia non
  • Décrochement de façade oui
  • Matériaux du gros-oeuvre pierre
  • Matériaux des encadrements béton moulé
  • Matériaux des garde-corps fer forgé
  • Forme du toit toit brisé
  • Liaison mur-toit avant-toit
  • Cour cour-jardin
  • Puits de lumière non
  • Sas non
  • Loge de concierge
  • Dépendances 1
  • Dépendances 2
  • Garage non
  • Décor de façade sculpté
  • Traitement des angles d'îlots élaboré
  • Nombre d'escaliers 3
  • Escalier 1: emplacement dans-oeuvre
  • Escalier 1: forme tournant à retours avec jour
  • Escalier 1: situation en revers de façade
  • Escalier 1: cage ouverte
  • Escalier 1: nombre de volées par étage 1
  • Escalier 1: 1ère volée décalée non
  • Escalier 1: tour d'escalier non
  • Escalier 1: nombre de noyaux 0
  • Escalier 1: noyau
  • Escalier 1: matériaux pierre
  • Ascenseur 1 origine
  • Escalier 1: traitement monumental
  • Escalier 2: emplacement dans-oeuvre
  • Escalier 2: forme tournant à retours avec jour
  • Escalier 2: situation en revers de façade
  • Escalier 2: cage ouverte
  • Escalier 2: nombre de volées par étage 2
  • Escalier 2: 1ère volée décalée non
  • Escalier 2: tour d'escalier non
  • Escalier 2: nombre de noyaux 0
  • Escalier 2: noyau
  • Escalier 2: matériaux bois
  • Ascenseur 2
  • Escalier 2: traitement monumental
  • Escalier en pendant non
  • Immeuble faisant parti d'un ensemble non
  • Cour commune non
  • Entrée commune non
  • Escalier commun non
  • Façades en rapport non
  • Traboule non
  • Distribution des logements par couloir longitudinal
  • Datation principale 4e quart 19e siècle
  • Datation secondaire
  • Datation tertiaire
  • Modifications 1
  • Modifications 2
  • Phase sélectionné
  • Typologie
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Éléments remarquables
    vestibule
  • Protections
    inscrit MH partiellement, 1986/04/24