Logo ={0} - Retour à l'accueil

Immeuble de Barthélémy Oldrati

Dossier IA69006261 inclus dans Quai Villeroy, port Saint-Antoine, port du Temple, actuellement quai Saint-Antoine réalisé en 2004

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • boutique
    • cour
    • puits

Les murs-noyaux s'élancent, graciles, vers les étages supérieurs. Pierre et ferronnerie s'unissent pour filtrer la lumière, la laissant passer d'une volée à l'autre, révélant au passage une ammonite et une nuée de gryphées.

Parties constituantes non étudiéesboutique, cour, puits
Dénominationsimmeuble
Aire d'étude et cantonLyon Jacobins
AdresseCommune : Lyon 2e
Lieu-dit : Jacobins
Adresse : 24 quai
Saint-Antoine
Cadastre : 1831 H 61 ; 1999 AE 14

Sous l'Ancien Régime, la parcelle était traversante et comprenait les actuels 52 rue Mercière et 24 quai Saint-Antoine, excepté une petite portion sud-ouest de ce dernier. En 1723, Barthélémy Carmina Oldrati, Suisse originaire des Grisons, agent de la république de Venise, rebâtit quai Saint-Antoine (dans la même décennie que le grenier d'abondance quai Saint-Vincent, IA69001151, doté d'un escalier à quatre noyaux, certes monumental, fermé du même type de garde-corps en ferronnerie que l'on retrouve également 11 rue Émile-Zola vers 1759).

Georges Monier, commanditaire de l'immeuble sis 39 quai Saint-Antoine en 1757 (IA69006318), devient propriétaire de l'immeuble en 1755.

Le rôle de la contribution des patentes pour 1814 recense six artisans pour l'immeuble alors adressé 26 quai Saint-Antoine et 30 rue Mercière : Louis Pochat marchand mercier, Nicolas Pitrat tireur d'or à façon, Louis blanc cafetier, Jean Gonnelle médecin, Dlle Peillieux guimpière et Jean Berger marchand de charbon de terre.

Selon les matrices cadastrales des propriétés foncières établies en 1836, le bâtiment sur rue comprenait au rez-de-chaussée trois boutiques dont une sur cour servant de laboratoire et deux petites chambres, à l'entresol deux pièces, du premier au cinquième étage cinq pièces, et au sixième étage deux pièces ; une surélévation est effectuée en 1854.

Période(s)Principale : 1er quart 18e siècle , daté par travaux historiques

L'élévation sur le quai est en pierre de taille et compte trois travées. Celle du milieu est discrètement soulignée par la présence d'un balcon au deuxième étage ; le garde-corps en fer forgé est composé d'un panneau central formé d'arcades nouées stylisées flanqué de panneaux ornés d'une résille dont les intersections sont fleuronnées, le tout étant sommé d'une frise de postes. Les garde-corps des autres baies sont constitués d'un large panneau central orné de cercles noués flanqués de minces panneaux où l'on retrouve la résille décrite ci-dessus. Les piliers et les arcades à claveaux épais du rez-de-chaussée, les corniches et les appuis de fenêtres des 4 premiers étages ainsi que le balcon unique du deuxième étage sont en pierre de Villebois. Le reste de la façade, avec un cinquième étage orné de pilastres, montre un calcaire blanchâtre, fin et homogène, dont l'aspect évoque la pierre du Midi.

A l'intérieur, le palier du rez-de-chaussée est surélevé : 6 marches, dont 5 portent des traces de pic, le précèdent. L'escalier en calcaire à gryphées gris, avec taches rougeâtres diffuses, est tournant à retours avec jour à quatre noyaux étroits ; la cage est ouverte. Une belle section d'ammonite affleure dans le noyau sud-est. Les marches sont moulurées d'un nez et d'un réglet ; le dessus des marches est piqué, layé (au taillant / à la polka) et bouchardé (à la marteline ?) sur l'avant ; les contremarches sont bouchardées ; le dos des marches est piqué et layé (taillant / polka). Les grandes dalles palières sont également en calcaire à gryphées piqué et layé (taillant / polka). La rampe de l'escalier est en ferronnerie à motifs d'arcades simples maintenues par des étriers sommées par une frise de postes. Les vestiges d'un puits sont visibles dans la cour.

Murscalcaire pierre de taille
Toittuile mécanique, tuile en écaille
Étages5 étages carrés, 1 étage de comble, sous-sol
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans brisés
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour cage ouverte, en maçonnerie
Typologiesimmeuble à deux corps de bâtiments parallèles reliés
État de conservationbon état
Techniquesferronnerie
Précision représentations

Balcon et garde-corps de l'escalier en ferronnerie à motifs géométriques.

En 2004, la boutique est occupée par le restaurant La Route des Pâtes

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Rhône. 3P 138/45. Matrices cadastrales des propriétés foncières. 1836-1914. Halle aux Blés : section H et une petite partie de la section I. 3e volume : folios 649-907

    Folio 759 AD Rhône : 3P 138/45
  • AC Lyon. 37 II. Fonds Joseph Pointet. XXe siècle

    Feuille 32B, volume 12-1, p. 3340-3345 AC Lyon : 37 II
Documents audio
  • ROUSSELLE, Bruno. SAVAY-GUERRAZ, Hugues. TRITENNE, Dominique. Étude géo-patrimoniale du secteur des Jacobins. 2017 - 2018

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Belle Véronique