Logo ={0} - Retour à l'accueil

Immeuble de fourbisseur

Dossier IA69006318 inclus dans Quai Villeroy, port Saint-Antoine, port du Temple, actuellement quai Saint-Antoine réalisé en 2007

Fiche

En se trouvant à l'intersection de plusieurs voies (quai Saint-Antoine, quai des Célestins, rue de l'Ancienne-Préfecture, rue du Port-du-Temple) et de la passerelle du Palais-de-Justice qui forme un dégagement important devant sa façade principale, l'immeuble s'élevant 39 quai Saint-Antoine joue le rôle de tête de proue de l'îlot rues de la Monnaie / du Petit-David / quai Saint-Antoine. Il déploie ainsi trois travées à l'ouest et six travées au sud qui captent la lumière et attirent le regard.

Genred'artisan
Parties constituantes non étudiéescour, boutique, latrine
Dénominationsimmeuble
Aire d'étude et cantonLyon Jacobins
AdresseCommune : Lyon 2e
Lieu-dit : Jacobins
Adresse : 39 quai , Saint-Antoine , rue de la
Monnaie
Cadastre : 1999 AE 122 ; 1831 H1 96-97 Section H dite des Halles aux blés, feuille 1

Le 14 juin 1757, George Monié (ou Monier), fourbisseur, obtient une permission de voirie pour bâtir place du Port-du-Temple, rue de la Monnaie et quai Saint-Antoine. Les garde-corps des fenêtres côté rue de la Monnaie datent du milieu du XVIIIe siècle, ceux donnant sur le quai Saint-Antoine datent de la première moitié du XIXe siècle. L'encadrement de la porte bâtarde adressée 39 quai Saint-Antoine est refait en ciment moulé (?) à une date inconnue ; le linteau porte le monogramme DL. Une porte, centrée, est également visible rue de la Monnaie (la menuiserie d’origine n'est plus en place).

Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle , daté par travaux historiques
Dates1757
Auteur(s)Personnalité : Monier ou Monié George
Monier ou Monié George

Fourbisseur en 1757


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, propriétaire attribution par travaux historiques

La façade de l'immeuble est constituée de trois élévations sur rue. Les arcades et piliers du rez-de-chaussée sont faits d'un calcaire gris clair à beige-blanc à grain fin et à cassure franche et inégale. Il s'agit très probablement d'un faciès patiné ou variant du choin de Villebois. Les nuances de teinte (taches) et les joints de stratification à sinuosités très serrées (stylolithes), qui se rapprochent sensiblement des caractères descriptifs habituels de cette pierre, viennent à l'appui de ce diagnostic. En revanche, la corniche entre le rez-de-chaussée et le premier étage met en œuvre une pierre de Villebois typique, avec des figures d'affouillement (bioturbation) caractéristiques. Toujours sur la façade, on note la présence de marques "MH".

La porte d'entrée du 39 quai Saint-Antoine présente un faux appareil régulier appliqué en ciment ayant nécessité le bûchage de la pierre sous-jacente.

Dans la cour, des galeries avec de beaux garde-corps en fer forgé ont été fermées au XIXe ou au début du XXe siècle par des baies métalliques. Des latrines sont également installées dans la cour.

Le mur extérieur de la cage s’ouvre sur la cour ; constitué d’une arcade reposant sur des piliers portant les limons, il est en pierre de Villebois. Les deux murs noyaux, également en calcaire de Villebois, sont constitués d’assises de hauteur variable.

Les marches et les paliers sont en calcaire à gryphées, d’une grande densité de coquilles et offrant quelques beaux segments de tige de crinoïde (empilements d'entroques blanches). Marches et contremarches sont uniquement bouchardées, assez finement pour la face supérieure des marches (64 dents). Le dos des marches quant à lui présente des traces de pic, de taillant et de boucharde (3 techniques de taille superposées et successives). Les contremarches sont moulurées (nez, réglet et cavet). Sur la partie inférieure de la plupart d'entre elles, on observe des marques gravées : "N" barré suivi de "II" ou "III", parfois "II" suivi d’un "N" barré. Des chiffres arabes sont également gravés sur les marches elles-mêmes, à proximité du noyau.

Murscalcaire pierre de taille
calcaire enduit
Toitardoise, tuile plate mécanique
Étagessous-sol, 4 étages carrés, 1 étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans brisés
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour cage ouverte, en maçonnerie
Typologiesimmeuble à trois corps de bâtiments en U
Techniquesferronnerie
Précision représentations

Garde-corps des fenêtres, des galeries (motif d'arcades alternées, de volutes et de haricots) et de l'escalier (motif de volutes affrontées) en ferronnerie.

En 2007, les boutiques sont occupées par le marchand de fruits et légumes Cerise et Potiron ainsi que par le café Le Lion.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesescalier

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Lyon. 37 II. Fonds Joseph Pointet. XXe siècle

    Feuille 38B, volume 15, p. 4101-4103 AC Lyon : 37 II
Documents audio
  • ROUSSELLE, Bruno. SAVAY-GUERRAZ, Hugues. TRITENNE, Dominique. Étude géo-patrimoniale du secteur des Jacobins. 2017 - 2018

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Belle Véronique