Logo ={0} - Retour à l'accueil

Immeuble : hôtel

Dossier IA42001621 inclus dans Ville de Montbrison réalisé en 2007

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellationshôtel
Destinationsimmeuble
Parties constituantes non étudiéescour, puits
Dénominationsimmeuble
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
AdresseCommune : Montbrison
Adresse : 13 rue, Saint-Pierre , 10 rue des
Clercs
Cadastre : 1809 E 302 ; 1986 BK 73

L´édifice, implanté d´est en ouest sur une parcelle en lanière à forte déclivité, comprend deux corps de bâtiment (A et B) séparés par une cour intérieure. L'élévation principale rue Saint-Pierre (corps A), montre un décor d´architecture de la fin du 15e siècle : porte piétonne surmontée d´un gâble en accolade avec pinacles à crochets, bandeaux d'étages aux extrémités sculptées, anciennes croisées aux encadrements moulurés sur bases prismatiques. A ce décor s´ajoutent des cartouches sculptés, du milieu du 16e siècle. Ces cartouches montrent un genre décoratif nouveau issu de l´Antiquité ; trois d´entre eux, installés dans les allèges de la façade principale, modernisent ici une architecture gothique flamboyante. Voulues par un propriétaire désireux d´afficher sa fortune et son goût humaniste, ces plaques rectangulaires encadrées, taillées en réserve, représentent des allégories, des symboles et des emblèmes légendés de devises latines ou encore d´effigies d'Empereurs et d'Impératrices diffusés par les ouvrages imprimés de la 1ère moitié du 16e siècle. Si le cartouche sculpté du 1er niveau représente traditionnellement les armoiries (bûchées) du commanditaire, les deux cartouches placés dans les allèges au dessus du 2e niveau révèlent d´une iconographie allégorique. Le médaillon de gauche montre un cheval en liberté avec la devise latine NON NOVI LORAM et le cartouche de droite deux hommes effrayés par deux hommes à tête de lion accompagnés de l´inscription HOMO HOMINI [MONSTRUM ?] ; devise également utilisée par le jurisconsulte montbrisonnais Jean Papon (1507-1590) dans sa demeure au Crozet (Loire). L´intérieur de l'édifice conserve de nombreux éléments de la fin du 15e siècle tel que le vestibule voûté d´ogives sur pilastres moulurés, les vestiges de deux escaliers en vis. Un décor d´architecture sur cour du milieu du 16e siècle montre une croisée jumelée à encadrement mouluré, gravé de l´inscription latine AD LINGVAM [...]. L´élévation principale de l´immeuble rue des Clercs (corps B), accessible depuis la cour par une allée débouchant sur la rue, présente encore sous ses enduits des fenêtres à encadrements moulurés ainsi que deux petites baies dotées d´un arc en accolade. Le plan de la traversée de Montbrison, exécuté en 1780 et modifié dans ses alignements en 1798, indique une habitation au n° 15 rue de la Barrière (aujourd´hui 13 rue Saint-Pierre), à 2 étages, en pisé et « vieille » qui appartient à M. Pomerol. En 1809, le cadastre précise que la demeure appartient encore à la famille Battant de Pomerol. L'hôtel devient ensuite la résidence de Léon de Saint-Pulgent, maire de Montbrison de 1855 à 1861. C´est probablement dans la 2e moitié du 19e siècle qu´un escalier en vis (dont il ne reste qu´un fragment de noyau) est remplacé par un vaste escalier tournant à retours avec jour reliant les corps de bâtiments A et B.

Période(s)Principale : 4e quart 15e siècle
Principale : milieu 16e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Les bâtiments en pisé sont enduits et les encadrements de baies sont en granite. Les corps de logis A et B sont couverts de longs pans ; dans le corps A, une croupe brisée avec tuiles en écailles couronne le sommet du mur est. L´élévation principale du corps (A), sur rue, est à quatre niveaux séparés par des bandeaux d´étages. Les étages sont à deux travées tandis que le rez-de-chaussée, modifié, en compte trois : deux baies en arc segmentaire ont été ménagées à gauche de la porte piétonne. Le corps (B) rue des Clercs, à quatre travées, comprend un étage de soubassement partiel (nord-sud), un rez-de-chaussée surélevé accessible par un escalier de distribution extérieur en équerre qui se développe dans l'angle nord-ouest de la cour, deux étages à travées décalées et un étage en surcroît. Le sous-sol se développe dans le corps A avec une salle voûtée en berceau plein-cintre et une salle en arc segmentaire. L'escalier en vis demi-hors-oeuvre (muré) se situe contre le mur sud de la cour. L'escalier tournant à retour avec jour, installé en milieu de parcelle, dessert les deux corps de bâtiments ; il est accessible de plain-pied du côté de la rue Saint-Pierre et par un second escalier isolé, en équerre, situé dans l´angle nord-ouest de la cour afin de racheter la pente nord-sud et est-ouest, du côté de la rue des Clercs.

Murspisé
enduit
Toittuile creuse, tuile en écaille
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage en surcroît
Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
voûte en berceau segmentaire
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe brisée
Escaliersescalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis sans jour en maçonnerie
escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
escalier isolé : escalier en équerre en maçonnerie
Typologiesimmeuble de type 1: deux corps reliés par escalier en vis avec ou sans galerie
États conservationsrestauré, bon état, inégal suivant les parties
Techniquesferronnerie
sculpture
Précision représentations

Décor d'enroulements sur le garde-corps en ferronnerie de la montée d'escalier. Décor sculpté dans l'élévation rue Saint-Pierre : au 1er niveau, dans un cartouche, armoiries bûchées tenues par deux lions ; au 2e niveau, dans le cartouche de gauche un cheval au galop inscrit dans un cercle avec de part et d´autre des mascarons à pompon, dans le cartouche de droite représentation de deux hommes effrayés par deux hommes masqués de tête de lion et l'inscription HOMO HOMINI (...). Les bandeaux d'étages sont terminés par des sculptures en haut-relief non identifiées. Dans le mur sud de la cour, trois cartouches en remploi montrent successivement : un mascaron à mufle de lion et guirlandes de fruits, deux profils en buste d'homme et de femme à l'antique.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Cote 1111 VT 128, Montbrison. Fonds Louis Bernard, dossier 42 75 1970 Hôtel de Saint-Pulgent

Documents figurés
  • Généralité de Lyon - Département de la Loire. Traversée de Montbrison pour la route de Lyon en Auvergne n° 8 en celle de Roanne en Languedoc n° 11. Encre, lavis. Approuvé à l'assemblée des Ponts et Chaussées conformément à la lettre de M de Cotte 1780. D'après l'état envoyé le 28 pluviôse an 6 [16 février 1798] par le Ministre de l'Intérieur pour l'établissement des barrières ; la classification de routes de ce département a été changée presque en entier. La route de Roanne en Languedoc n° 11 de l'itinéraire de la ci-devant Généralité de Lyon est partagée en deux routes dans le nouveau ; la 1ère de St Etienne à Montbrison 2e classe n° 2 et la 2me de Roanne à Montbrison 3e classe n°1. Et la route de Lyon en Auvergne n°8 de l'ancien itinéraire se trouve actuellement sous le n° 5 de la 2me classe et sous le nom de route de Clermont à Lyon par Ambert et Montbrison. À Montbrison le 23 nivôse an 7 [12 janvier 1799]. L'ingénieur en chef du département de la Loire. [signature illisible]. Nota. La route a été ouverte dans cette partie [.] de l'axe prolongée de la rue St Jean. C'est sans doute [.] d'après des projets approuvés depuis l'année 1780 V.S. [vieux style]. [.] ils ne sont pas à la disposition de l'ingénieur en chef [.] département de la Loire. (A. Diana, Montbrison : série C géo 143, feuilles A à O, photocopies)

  • Département de la Loire. Arrondissement de Montbrison. Canton de Montbrison. Commune de Montbrison. Parcellaire de 1809. Section E dite de la ville. Reboul, géomètre, Montbrison, 1809. Papier, encre brune, lavis bleu. Ech. 1/1250e. (AC Montbrison)

  • Montbrison - Rue des Clercs. Carte postale. Edition Librairie - Papeterie Economique. ARGRA Toulouse (1 soleil)

Bibliographie
  • GUIBAUD, Caroline, HARTMANN-NUSSBAUM, Simone, JOURDAN, Geneviève, MONNET, Thierry. Montbrison, un canton en Forez. Lyon : Editions Lieux Dits, 2008 (Images du patrimoine ; 251.)

    p. 32, c, e
  • LIGER. La Renaissance en Forez : 1450-1620. IIIe festival d'histoire de Montbrison, 1990. Fédération des Sociétés Savantes et Culturelles du Département de la Loire. Saint-Etienne : Archives départementales. 1990

    p. 134-135
Périodiques
  • Recueil d'inscriptions foréziennes du XIe au XVIIIe siècle (suite). Revue Forézienne. Histoire et archéologie, Saint-Etienne : Chevalier, libraire-éditeur, juillet 1870

    p. 20, n° CXVIII
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Hartmann-Nussbaum Simone - Jourdan Geneviève