Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de chanoinesse (maison de Madame d'Oizon)

Dossier IA42001175 réalisé en 2001

Fiche

Genrede chanoinesses
Appellationsmaison de Madame d'Oizon
Parties constituantes non étudiéespigeonnier
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : Leigneux
Lieu-dit : le bourg
Adresse : 2e maison
Cadastre : 1827 U1 1064, 1065 ; 1987 A2 968

La plupart des maisons de l'enclos canonial ont été reconstruites dans la 2e moitié du 18e siècle. Au milieu du 19e siècle, cette maison est achetée par les les religieuses de l'Enfant-Jésus de Claveisolles pour agrandir leur pensionnat installé depuis 1843 dans la maison de Mme de Grézolles (étudié) ; elle servit certainement de logement pour les soeurs. En 1963, à la fermeture du pensionnat, la maison est mise en vente. Elle est rachetée peu après par M. et Mme Taddéi qui en assurèrent la restauration. Ils y firent en particulier remonter dans la grande salle au 1er étage des lambris déposés lors de la réfection du logement de l'instituteur communal (maison de Madame de Saint-Paul, puis école communale, étudiée), les soeurs ayant fait enlever les boiseries de l'étage lorsqu'elles occupaient le bâtiment.

Période(s)Principale : 2e moitié 18e siècle

La maison a sa façade principale sur la place du chapitre, et donne sur l'arrière sur un petit jardin clos pourvu d'un puits. Les niveaux sont distribués par un vestibule central sur lequel vient se greffer perpendiculairement l'escalier tournant à retours avec jour, en charpente, donnant accès à la cave et à l'étage. La cave, voûtée d'arêtes, occupe une emprise correspondant à la moitié ouest de la maison, sous la cuisine et la chambre à alcove. Le rez-de-chaussée comprend, à l'ouest, une cuisine avec une grande cheminée à linteau de pierre et un four à pain, et sur l'arrière une chambre à alcôve et deux petits cabinets ; à l'est, une salle à manger et un salon. La partie sud du vestibule, côté jardin, a été cloisonnée et forme un petit salon. A l'étage, deux chambres sont réparties de part et d'autre de l'escalier, avec deux cabinets derrière la cage d'escalier. De l'autre côté se trouvent une chambre et une grande salle donnant sur le jardin (non visitée). Dans le comble, côté jardin, des cloisons délimitent deux chambres de bonne et un pigeonnier. L'édifice est en pisé, enduit ; les encadrements de baies sont en bois (en pierre pour la porte d'entrée). Le toit est à longs pans et en tuiles creuses.

Murspisé
enduit
Toittuile creuse
Étagessous-sol, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvrementsvoûte d'arêtes
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours en charpente
Techniquessculpture
Précision représentations

Les pièces sont toutes pourvues d'une cheminées en pierre, sculptée au rez-de-chaussée de motifs rocaille (palmette stylisée, fleurs, palmes, coquilles stylisées ; le décor est plus sobre à l'étage) ; la hotte est ornée d'un panneau sculpté de motifs rocaille et ornements végétaux (avec le monogramme AM dans le salon du rez-de-chaussée) et parfois une glace (salle à manger, chambre à alcôve). Les lambris de hauteur à panneaux chantournés sont conservés au rez-de-chaussée.

Le chapitre, qui fait l'objet d'un site inscrit, forme un ensemble homogène représentatif de l'architecture civile du début du 18e siècle.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Sites de protectionsite inscrit, zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
Précisions sur la protection

Site inscrit (place du chapitre et abords, 6,55 ha) le 10/01/1973. ZPPAUP instituée le 8/10/1987.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guibaud Caroline - Monnet Thierry