Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison forte dite Château de Beauvoir, actuellement ferme

Dossier IA42002552 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

AppellationsChâteau de Beauvoir
Destinationsferme
Parties constituantes non étudiéescroix de chemin
Dénominationsmaison forte
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Verrières-en-Forez
Lieu-dit : Beauvoir
Cadastre : 1809 C 27 ; 1986 AO 291 à 295

« A l´est de Verrières, et près de la jonction de deux vallées, se voient deux restes assez considérables du château de Beauvoir, fief qui après avoir appartenu aux de Lavieu et aux de Rochefort de Beauvoir, fut uni finalement à la seigneurie d´Ecotay. On distingue encore parmi les constructions rurales, la partie supérieure d´une tour cylindrique voûtée au premier étage, des montants d´une cheminée du XVe siècle, et enfin quelques portions de murailles, percées de portes à linteau relevé en accolade aux armes de Beauvoir, et de fenêtres à croisillons » (Forez Pittoresque, 1889). Voici ce qu´il pouvait encore être visible sur le site de Beauvoir vers 1880, à savoir, vraisemblablement ce que la photo de 1904 illustre. Une modeste ferme avec un logis comprenant, sur le mur pignon, d´anciennes ouvertures (dont une baie à croisée aujourd´hui disparue) et déjà, une récente fenêtre qui aura remplacé une étroite baie ancienne à traverse. La toiture est à croupe, les communs ont moins d´ouvertures, et la construction située au second plan à droite est la tour en élévation, vue depuis la cour. Cette tour est vraisemblablement le dernier vestige des fortifications du 13e siècle ( ?) de cette maison forte dite château. En 1916, Salomon, dans son ouvrage sur les châteaux historiques du Forez nous précise que «...le château de Beauvoir, aujourd´hui [est une] simple ferme. Beauvoir n´a pas modifié sa physionomie au cours des siècles. A part quelques ouvertures percées ici et là, quelques dépendances ajoutées à une époque récente, la vieille demeure n´a pas changé et les Rochefort qui la construisirent pourraient encore la reconnaître. Ils y retrouveraient, intacte, l´élégante porte sculptée du XVe siècle, dont le linteau conserve leurs armes : d´argent à la bande de gueules chargée de trois coquilles d´or. Cette porte donne accès à la cuisine vaste qu´orne la cheminée hospitalière. Une tour à demi circulaire, d´une architecture bizarre, accompagne des constructions. C´est le seul signe extérieur qui indique, de loin la vieille demeure seigneuriale. » Le vicomte de Meaux en est ensuite le propriétaire, puis les époux Joseph Chantemerle et Marie Charland, propriétaires, transmettent la propriété à Félicité Chantemerle le 4 juin 1891 (A. Privées) mariée à J.-M. Clairet. Le 9 avril 1935, la veuve de J.-M. Clairet en fait donation a ses enfants qui en sont toujours propriétaires. Une croix de chemin (étudiée dans Mérimée), située à l´entrée du chemin conduisant au château porte les armoiries des Rochefort de Beauvoir. Une vigne et une loge, situées à Saillant sur la commune de Lézigneux, et une jasserie « avec bruyères et montagnes » au lieu-dit le Fond du Sac (commune de Lérigneux) sont attachés au domaine.

Période(s)Principale : 13e siècle , (?)
Principale : milieu 15e siècle
Principale : 19e siècle
Auteur(s)Personnalité : Rochefort de Beauvoir, famille de commanditaire

L´ancien château de Beauvoir, aujourd´hui simple ferme, est un édifice qui a subi de très nombreuses modifications. Peu de traces anciennes de l´édifice d´origine demeurent en place, quelques baies éparses tout au plus. Aujourd´hui la ferme comporte deux ensembles distincts : un premier, en U, situé à l´arrière du logis et qui comprend une suite de logements, un cuvage, une bergerie-porcherie avec hangar, et les restes d´une tour de fortification ; un second , au devant et à gauche du logis, qui abrite une grange-étable. Le logis a sa façade principale sur le mur pignon, accessible par une porte latérale ancienne à arc en accolade et armoiries. L´étage carré des chambres a deux baies du 20e siècle en brique, et la baie du comble à surcroît est percée suite à la suppression de la croupe de la toiture. Le rez-de-chaussée abrite la cuisine, au fond de laquelle une porte ouvre sur d´autres espaces accolés (non vus) ; l´ancienne cheminée aux piédroits en pierre est vendue au début du 20e siècle. Suivent, du sud au nord, un logement avec une porte ancienne en façade sur cour (remploi ?), un édifice avec cave au rez-de-chaussée et logement à l´étage dont l´entrée est sur la façade ouest, un bâtiment d´angle avec une cave au rez-de-chaussée. Un autre édifice perpendiculaire au précédent comprend un cuvage sous hangar et, dans son angle nord-est, une tour de fortification circulaire voûtée en cul-de-four au rez-de-chaussée. La dernière construction, à nouveau perpendiculaire, abrite une bergerie pour moutons et un hangar servant de remise à chars ; dans son prolongement, mais distinct la petite porcherie avec bûcher date du début du 20e siècle. La grange-étable est également très transformée. Plusieurs logements sont aménagés au-dessus de l´étable située à l´ouest et ouverte sur la cour par une porte double en arc plein-cintre appareillé. A l´intérieur de l´étable, deux piliers anciens en pierre, dont un est monolithe, soutiennent le plancher supérieur. armoiries (sur le linteau de la porte d'entrée du logis)

Mursgranite
moellon
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvrementscul-de-four
Couverturestoit à longs pans
État de conservationvestiges, remanié
Techniquessculpture
Précision représentations

Armoiries des Rochefort de Beauvoir (d´argent à la bande de gueules chargée de trois coquilles d´or)

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. Privées Touly (Lézigneux). Actes notariés, Donation - Partage CLAIRET. Mme Félicité Chantemerle demeurant à Beauvoir, veuve de M. J.-M. Louis Clairet : donation a ses enfants [énumération de 10 noms] d'immeubles : un tènement de pâture, plus un autre, plus des jasseries avec bruyères et montagne appelé le Fond du Sac (Lérigneux), à Verrières : un bâtiment appelé "maison de Beauvoir" avec aisances et dépendances, une grange-étable appelée "grange de Beauvoir". La mère garde la jouissance d'une pièce située dans les bâtiments de Beauvoir à usage de chambre à coucher, à côté du fournil, au-dessus de la cave. Une porte sera percée pour accéder à la pièce. La jouissance de la cave qui se trouve au-dessus de la tour des dits bâtiments de Beauvoir. Origine de propriété : donation par les époux Joseph Chantemerle et Marie Charland, le 4 juin 1891.

Documents figurés
  • [Vue d'ensemble du logis] / 1 photogr. pos. : tirage argentique sur papier citrate (12,5 X 17,8). Phot. Abbé Bégonnet, 1904 [(Bibl. Diana. Fonds Brassart, cote 5103).

Bibliographie
  • SALOMON, Emile. Les châteaux historiques : manoirs, maisons fortes, gentilhommières, anciens fiefs du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Macônnais qui ont formé le département de la Loire ; ill. par le Vicomte Gaston de Jourda de Vaux et Henry Gonnard. Réimpression de l'édition de Hennebont de 1916, 1922, 1926. Marseille : Laffitte, 1979. 3 Vol. (446-464-361 p.) : ill.; 30 cm

    pp. 297, 298.
  • THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins, ouvrage illustré de 980 gravures ou eaux-fortes, publié sous les auspices de la Diana... Lyon : Imprimerie A. Waltener, 1889 (2 vol.)

    p. 38, 39, 40
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Monnet Thierry