Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à farine du Carlet ou moulin Descorps-Billoux actuellement logement et sans affectation

Dossier IA73002799 inclus dans Paysage du bassin-versant du Chéran réalisé en 2013

Fiche

Parties constituantes non étudiéesfour à pain
Dénominationsmoulin à farine
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Châtelard (Le)
HydrographiesChéran ; bassin-versant du Chéran
AdresseCommune : École
Lieu-dit : Adresse : chemin du moulin du Carlet
Cadastre : 2009 C 1946, 1947

Des artifices apparaissent sur la mappe sarde de 1728. A cette date, il s'agit d'un moulin appartenant à Jean Marie Lavigne et ses neveux, un moulin appartenant à Bernard Ferrand frères et cousins et un moulin appartenant à PIerre Decor. Le site est visible sur le premier cadastre français de 1877 sous le nom "moulin de Carlet". Il comporte un moulin et un battoir. Les artifices appartiennent à Jean Octave et Charles Alexandre Decorps ainsi qu'à la veuve Céline Descorps. Le site est équipé de cinq turbines (une pour le battoir et quatre pour les meules). Le site est mentionné dans les recensements des moulins de 1917, 1923 et 1924. Il est exploité par Joseph Descorps-Billoux (ou Billioux). Dans les années 1930, le site est rémaénagé. Une partie de l'ancien moulin est détruite et un nouveau bâtiment équipé de matériel moderne est construit. Le moulin cesse son activité à la fin des années 1950. Le moulin était connu dans les Bauges sous le nom de "moulin Decorps-Billoux" (ou moulin Tone). Equipé d'un four à pain, il exerçait également une activité de boulangerie. Le pain était vendu sur place ou livré dans les villages. Une partie du moulin d'origine, toujours en place, est utilisée comme remise. Dans le bâtiment datant des années 1930, la partie habitation est toujours occupée par un logement, la partie moulin est sans affectation.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle
Dates1728, daté par source
1930, daté par tradition orale

Le site est situé en rive gauche du Chéran. Il est alimenté par le canal de fuite des artifices Bocon-Peroud situés en amont. Une partie du moulin d'origine est toujours en place. Elle se compose d'un bâtiment en L sur 3 niveaux : un rez-de-chaussée, un étage et un étage de combles. L'édifice est construit en pierre. Il est couvert d'un enduit ou d'un essentage de planches selon les parties. Il est couvert d'un toit à longs pans en partie en ardoise et en partie en tôle ondulée. Ce bâtiment dont certains pans de la toiture sont en mauvais état est actuellement utilisé comme remise. Le bâtiment construit dans les années 1930 s'organise sur un plan rectangulaire sur 4 niveaux : un sous-sol, un rez-de-chaussée, un étage et un étage sous comble. Il est construit en pierres couvertes d'un enduit. Il est protégé par un toit à longs pans en ardoise. Ce bâtiment comportait une partie moulin, une partie habitation et une partie grange/étable. Le bâtiment est en trés bon état. La partie logement est toujours occupée. La partie moulin est actuellement sans affectation mais le materiel est toujours en place. Il se compose notamment de 5 machines à cylindres de différentes générations (rez-de-chaussée), d'une paire de meules (sous-sol), de 2 trieurs (1er étage), d'un mouilleur/humidicateur de grains (1er étage), de 2 bluteries et de 2 plansichters (2e étage). L'ensemble des mécanismes du moulin (courroies, pignon, etc.) sont toujours en place. Le moulin fonctionnait grâce à une conduite forcée composée de tronçons rivetés qui activait une turbine Canson ou une turbine Girard. Une autre turbine plus petite alimentait une dynamo qui permettait l'éclairage du moulin. On peut noter dans le bâtiment la présence d'un four à pain car le moulin assurait également une activité de fabrication et de vente de pain. A l'origine, le site comportait également un battoir qui semble avoir disparu. Néanmoins des meules de battoir sur le site témoignent de sa présence. L'une d'elle est cannelée, une autre porte la date 1792.

Murspierre enduit
bois pan de bois
Toitmétal en couverture, ardoise
Plansplan régulier en L, plan rectangulaire régulier
Étagessous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, 1 étage de comble
Couvrements
Couvertures
Énergiesénergie hydraulique
énergie électrique
États conservationsdésaffecté

Le site se trouve dans le PNR des Bauges. C'est probablement le moulin le plus moderne des Bauges en terme d'équipement. On peut presque parler de minoterie. C'est d'ailleurs l'un des derniers à avoir fonctionné dans le secteur. Les éléments de dérivation (bief, chambre d'eau, conduite forcée, turbine, etc.) sont toujours en place.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Sites de protectionparc naturel régional

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, C2787, Cadastre de 1728, Ecole, 214, Vue 4, 1732.

  • FR.AD073 sous-série 45SPC4, Usines et prises d'eau (rivières non navigables et non flottables) : Bassin du Chéran (1861-1922). Ecole, scierie Descorps (Chéran, 1875-1880) 1862-1898.

  • FR.AD073, 3P 7124, Premier cadastre français, Ecole, Section C, feuille 4, 1877.

  • FR.AD073, 3P 7125, Cadastre rénové, Ecole, Section C, feuille 4, 1963.

  • FR.AD073 sous-série J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Ecole, 1999.

  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Ecole 1917.

  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Ecole 1923.

  • FR.AD073, 284 R 1, Moulins : recensements, Ecole 1924.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara