Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à farine et scierie archiépiscopaux dit moulin et scierie de la Mense actuellement vestiges

Dossier IA73002860 inclus dans Paysage du bassin-versant du Chéran réalisé en 2013

Fiche

Dénominationsmoulin à farine, scierie
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Châtelard (Le)
HydrographiesRuisseau de la Fuly ; bassin-versant du Chéran
AdresseCommune : Aillon-le-Jeune
Lieu-dit : La Correrie
Adresse : Cadastre : 2013 AC 9 (Moulin) ; 2013 AB 12 (Scierie)

Un moulin appartenant aux moines de la chartreuse d'Aillon est visible sur la mappe sarde de 1728 (parcelle 2433). Le 22 juillet 1821, les époux Morguet acquièrent le site qui comporte à cette date un moulin et une scierie. Le 14 novembre 1861, Charles Durand, homme d'affaires de monseigneur Billiet cardinal-archevêque de Chambéry, demande le maintien en activité de la scierie. La scierie est autorisée par arrêté préfectoral du 24 octobre 1865. A cette date, le moulin est en ruine. Le procès-verbal de récolement du 25 octobre 1869 nous apprend que l'installation est conforme au règlement d'eau. En 1870, le cardinal précise que la scierie ne fonctionne que pour quelques pièces de bois appartenant à la Mense et qu'elle ne fonctionne qu'un mois dans l'année. Le moulin et la scierie apparaissent sur le premier cadastre français de 1878. Actuellement, la scierie n'existe plus. Le moulin a été démoli dans les années 1960. Une partie du bief souterrain est toujours visible.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle
Dates1821, daté par source

Le site est implanté en rive droite du ruisseau de la Fuly. La prise d'eau se faisait au moyen d'un tronc de sapin barrant le cours d'eau. La dérivation prenait la forme d'un canal creusé dans le sol. Elle passait sous le moulin. Après le pont de la correrie elle rejoignait un canal en charpente sur chevalets afin d'alimenter la scierie située 106 mètres en aval du moulin. L'eau pouvait être stockée dans un réservoir en maçonnerie en amont des artifices. La scierie était équipée d'une roue verticale extérieure. Actuellement, la scierie n'existe plus. Le moulin a été démoli dans les années 1960. Une maison d'habitation a été édifiée sur une partie de son emplacement. Le bief de dérivation est toujours visible ainsi qu'une partie du canal souterrain.

Couvrements
Énergiesénergie hydraulique
États conservationsvestiges

Le site se trouve dans le PNR des Bauges.

Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionparc naturel régional

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, 43F279, Archives de l'ancien diocèse et de l'archidiocèse de Chambéry, Titres et documents provenant de la Chartreuse d'Aillon, Chartreuse d'Aillon (biens) : état de ses biens vers 1770 ; la terre de Labras dans le Dauphiné, carte, acensements, procès ; acensements de la chartreuse et reçus divers (1550-1792), 1477-1792.

    AD Savoie : 43F279
  • FR.AD073, C1883, Cadastre de 1728, Aillon, 159, Vue 3, 1732.

  • FR.AD073 sous-série 81S6, Service hydraulique. Aillon-le-Jeune, archevêque de Chambéry, 1861-1910.

  • FR.AD073 sous-série 45SPC1, Usines et prises d'eau (rivières non navigables et non flottables) : Bassin du Chéran (1861-1922). Aillon-le-Jeune, scierie archevêque de Chambéry (1865) 1863-1896.

  • FR.AD073, 3P 7003, Premier cadastre français, Aillon-le-Jeune, Section A, feuille 4, 1878.

  • FR.AD073, 3P 7004, Cadastre rénové, Aillon-le-Jeune, Section A, feuille 4, 1970.

  • FR.AD073 sous-série J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Aillon-le-Jeune, 1999.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara