Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin, martinet et scierie de la Chartreuse de Saint Hugon actuellement vestiges

Dossier IA73003446 inclus dans Paysage du bassin-versant de l'Isère inférieure et du Val Gelon réalisé en 2014

Fiche

Dénominationsmoulin à farine, martinet, scierie
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - La Rochette
HydrographiesRuisseau du Bens ; bassin-versant Isère inférieure-Val Gelon
AdresseCommune : Arvillard
Lieu-dit : La Correrie
Cadastre : 2014 C 116, 118

Un martinet et un moulin sont visibles sur la mappe sarde de 1732 (parcelles 1520 et 1521). Ils appartiennent aux Chartreux de Saint Hugon. Vers 1760 , une scierie attenante au moulin est construite par les frères Chartreux.

Pendant la Révolution, la Chartreuse de Saint-Hugon devient un bien national. A partir du 21 messidor de l'An 4 (9 juillet 1796), le site est géré par Claude François Puget (notaire, domicilié à Chambéry), Jacques Louaraz (négociant à Arvillard) et Claude Rey. Par acte du 3 complémentaire de l'An 7, Puget, Louaraz et Rey forme une société avec Jacques Prallet et Joseph Bertholus. En 1811, Antoine Bertholus (agent de change à Lyon) remplace son père Joseph au sein de la Société. Par la suite, Jean-Baptiste Prallet (procureur au Sénat) remplace son père Jacques et Claude Guillermin remplace son grand-père Claude Rey. Le 5 juillet 1822, Puget, Bertholus et Louaraz qui son en conflit avec leurs associés Prallet et Guillermin demandent la vente du site. A cette époque, la scie est toujours en activité amis pas le moulin (FR.AD073, 1FS712).

En 1829, elle est vendue à MM.Bertolus et Mongelas. Le 30 janvier 1832, ils obtiennent par lettre patente de la chambre des comptes, l'autorisation de la maintenir en activité. En 1833, le site est acquis par M.Leborgne. Le 15 décembre 1860, il demande le maintien en activité de la scierie où il souhaite installer des scies circulaires alimentées par une roue verticale. A cette date, le martinet est en ruine. Le maintien en activité est autorisé par arrêté préfectoral du 29 septembre 1862 et l'agrandissement le 20 octobre 1865. Le 11 octobre 1871, le nouveau propriétaire, Alphonse Foussemagne (ancien notaire, propriétaire à Lyon), demande à nouveau l'autorisation de maintenir en activité et d'agrandir la scierie. L'autorisation est accordée par arrêté préfectoral du 3 juin 1872. Il obtient également l'autorisation de créer une prise d'eau pour une pisciculture en amont du site. En 1872, la scierie emploie 4 mécaniciens et 8 ouvriers pour la production de sabots, de cerclages, de manches d'outils, de tonneaux, etc. La scierie apparaît sur le premier cadastre français de 1892. A cette date, elle appartient à Emmanuel Richard. A priori, la pisciculture n'a pas été réalisée. Actuellement, le site est à l'état de vestiges.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source
Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1732, daté par source
1760, daté par source
1871, daté par source

Le site est implanté en rive droite du ruisseau du Bens, à proximité des bâtiments du monastère et à 1100 mètres en aval du haut-fourneau de la Chartreuse (IA73003447). A l'origine, le site comportait un martinet et un moulin qui sera par la suite remplacé par une scierie. La prise d'eau se faisait sans retenue ni barrage. L'eau était dérivée dans un canal creusé de 390 mètres prolongé par un canal en charpente qui amenait l'eau sur la roue motrice. En 1860, la scierie est agrandie par les frères Leborgne. L'agrandissement consistait en un pavillon sur six colonnes attenant à l'ancien corps de bâtiment. Actuellement, le site est à l'état de vestiges. Quelques murs de pierre témoignent de l'emplacement des bâtiments.

Murspierre
Couvrements
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
États conservationsvestiges

Le site est implanté en contrebas de la chartreuse dans une zone boisée. Le chemin d'accès n'existe plus.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protections

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, C4859, Sous-fonds de la délégation générale pour les biens féodaux et la péréquation, Déclaratoires pour les biens de l’ancien patrimoine de l’Église dans la province de Savoie-Propre, avec les pièces justificatives, Tome II, de la commune d’Aiguebelle à celle de Drumettaz-Clarafond, 1731-1753.

    AD Savoie : C4859
  • FR.AD073, C2047, Cadastre de 1728, Arvillard, 165, Vue 3, 1732.

    AD Savoie : C2047
  • FR.AD073, 1FS712, Fonds de l'intendance générale de Chambéry, Industrie et commerce, Métallurgie, usines et affaires diverses, 1815-1860.

    AD Savoie : 1FS712
  • FR.AD073, 81S10, Arvillard, Affaires diverses. Scieries : Champiot-Bayard, Leborgne, Vernhette, Dijoud, Sandraz (1861-1865), Foussemagne (1872) ; Société des Forces Motrices du Bens (demande d'autorisation), 1861-1872.

    AD Savoie : 81S10
  • FR.AD073, 47SPC1, Ponts et chaussées, service hydraulique, Arvillard : usine hydro-électrique des cartonneries de la Société des Forces Motrices du Bens (1914-1922) ; usine hydro-électrique des Cartonneries de la Rochette (Joudron, 1919-1922) ; scieries, moulins, battoirs Sandroz, Champiot-Bayard et Dijoud, Leborgne, Foussemagne, (Joudron et Bens, 1862-1872), 1862-1922.

    AD Savoie : 47SPC1
  • FR.AD073, 3P 7019, Premier cadastre français, Arvillard, Section A, feuille 1, 1893.

    AD Savoie : 3P 7019
  • FR.AD073, 3P 7020, Mise à jour en 1988 du cadastre rénové, Arvillard, Section A, feuille 1, 1936/1988.

    AD Savoie : 3P 7020
  • FR.AD073 sous-série J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Arvillard, 1999.

    AD Savoie : J1706
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara