Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulins à farine et scierie Laperrière dits moulins de Leyat (ou moulins de la ville) puis scierie Bollard actuellement logement et sans affectation

Dossier IA73002815 inclus dans Paysage du bassin-versant du Chéran réalisé en 2013
Parties constituantes non étudiéesmaison, grange
Dénominationsmoulin à farine, scierie
Aire d'étude et cantonPays de Savoie - Châtelard (Le)
HydrographiesChéran ; source de Fontany ; bassin-versant du Chéran
AdresseCommune : Le Châtelard
Lieu-dit : Leyat
Adresse : Cadastre : 2013 D 512 D 512, 513, 514, 521, 683, 684

Un site apparaît sur la mappe sarde de 1728. En 1843, deux meuniers François et Augustin Laperrière, fils de Barthélémy Laperrière, déposent une demande pour dériver le Chéran afin d'alimenter deux moulins à blé, un battoir et une scie. Le 12 avril 1844, un acte est signé chez Maître Burgos, notaire au Chatelard, entre les frères Laperrière et Charles Antoine Despine (fils de Joseph Despine, médecin né et vivant à Annecy au nom de Thiaffet François négociant à Lyon), qui possède les artifices aval. Cet acte autorise les frères Laperrière à utiliser le Chéran pour l'animation d'une seule roue. Le 22 avril 1845, un décret royal (lettre patente) autorise les frères Laperrière à dériver le Chéran pour activer quatre artifices. En échange de ce droit, ils doivent verser une redevance annuelle de 20 francs. Le 6 août 1857, François Laperrière, devenu l’ayant-droit de son frère, obtient l'autorisation de construire une scierie à coté des artifices qu’il possède. La scierie est alimentée par une source indépendante. Le 12 novembre 1861, François Laperrière dépose une demande pour le maintien de ses artifices. Elle est autorisée par arrêté préfectoral du 30 juin 1865. A cette date le site comporte une scierie, un battoir et un moulin équipé de deux paires de meules. A cette époque, il appartient à François Bollard, le gendre de François Laperrière (acte de vente du 20 avril 1864). Le procès verbal de récolement en date du 24 octobre 1869, nous apprend que les prescriptions de l'arrêté préfectoral de 1865 n'ont pas été respectées : le déversoir n'est pas construit et le vannage est en très mauvais état. Le 17 juin 1870, un nouvel arrêté autorise François Bollard à remplacer le déversoir régulateur prévu dans l’arrêté de 1865 par une forte cloison formée de pieux et de madriers. La scierie est visible sur le premier cadastre français de 1879. A cette date, le moulin ne semble plus être en activité. Les bâtiments sont toujours en place sur le cadastre rénové de 1962. La scierie cesse son activité dans les années 1960. Actuellement elle est toujours en place mais sans affectation. L'ancien moulin est occupé par un logement.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source
Principale : 2e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Dates1728, daté par source
1843, daté par source
1857, daté par source

Le site est implanté en rive gauche du ruisseau du Chéran. Il est alimenté par une prise d'eau sur le Chéran et par la source de Fontany. Actuellement, le bief de dérivation est toujours visible. La force obtenue était d'environ 15 chevaux. L'ancien moulin est devenu un logement. Il présente un plan en L. Il est construit en pierre et en essentage de planches et couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Une grange-écurie est accolée au bâtiment. La scierie présente un plan rectangulaire sur deux niveaux : un rez-de-chaussée et un étage. Elle est construite en pierre au niveau du rez-de-chaussée et en essentage de planches à partir du premier étage. L'équipement de la scierie dont la roue métallique est toujours en place. Le site a été équipé d'une scie à grand cadre puis d'une scie manchote. Une maison d'habitation et une grange sont également visibles sur le site.

Murspierre
bois
Toitardoise
Plansplan régulier en L, plan rectangulaire régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
Énergiesénergie hydraulique
États conservationsinégal suivant les parties

Le site se trouve dans le PNR des Bauges. L'une des particularités du site était de disposer de deux prises d'eau : une sur le Chéran et une sur la source de Fontany. L'équipement de la scierie dont la roue, est toujours en place.

Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionparc naturel régional

Références documentaires

Documents d'archives
  • FR.AD073, C2592, Cadastre de 1728, Châtelard (le), 196, Vue 5, 1732.

  • FR.AD073 sous-série 81S32, Service hydraulique. Châtelard (le), Affaires diverses, 1861-1937.

  • FR.AD073 sous-série 45SPC3, Usines et prises d'eau (rivières non navigables et non flottables) : Bassin du Chéran (1862-1898). Châtelard (Le), moulins Miguet, 1865-1892.

  • FR.AD073, 3P 7086, Premier cadastre français, Châtelard (le), Section D, feuille 7, 1879.

  • FR.AD073, 3P 7087, Cadastre rénové, Châtelard (le), Section D, feuille 7, 1962.

  • FR.AD073 sous-série J1706, Inventaire des moulins de Savoie. Association des amis des moulins savoyards. Nicole Gotteland, Louis Crabières, commune Châtelard (le), 1999.

Bibliographie
  • H.Bouvier, Histoire du Châtelard en Bauges, La fontaine de Siloë, Montmélian, 1997.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Assemblée des Pays de Savoie © Assemblée des Pays de Savoie - Bérelle Clara