Logo ={0} - Retour à l'accueil

Petite Place, puis place du Marché, puis place de l'Hôtel de ville, puis Maréchal Pétain, actuellement place Maurice Mollard

Dossier IA73001292 inclus dans Secteur urbain, Centre historique réalisé en 2005

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • parc de stationnement

Œuvres contenues

Voir

AppellationsPetite Place, Place du Marché, Place de l'Hôtel de ville, Maréchal Pétain, Maurice Mollard
Parties constituantes non étudiéesparc de stationnement
Dénominationsplace
Aire d'étude et cantonCentre historique
AdresseCommune : Aix-les-Bains
Lieu-dit : Centre historique

Lors de la fouille réalisée en 1989, pour la construction d'un parking sous la place, des niveaux d'occupation, de la Tène finale au début du Moyen Age, ont été reconnus. Les informations recueillies demeurent insuffisantes pour savoir si les premiers aménagements étaient liés à une fonction cultuelle en rapport avec la fréquentation des sources ou à un habitat temporaire. Les vestiges postérieurs sont à mettre en relation avec le temple. Durant le Haut Moyen Age, l'espace était occupé par des sépultures aux abords du temple probablement réutilisé comme lieu de culte chrétien. Jusqu´à la fin du XVIIIe siècle, se trouvaient là le cimetière, l´entrée du château avec ses fossés, et diverses constructions. Seul un petit espace, appellé alors Petite Place, était disponible autour du choeur de l´église. La première étape de son agrandissement fut le déplacement du cimetière pendant la Révolution. Une procédure d´expropriation des bâtiments qui s'élevaient au nord-est du château fut menée à bien en 1867-1868, pour l´élargissement de la place des Bains, actuellement place des Thermes. Dans le périmètre de l´actuelle place Maurice Mollard, essentiellement deux hôtels furent concernés : le premier hôtel de l´Arc de Romain et le premier hôtel de l´Europe. En 1899, suite au projet de démolition de la vieille église et des bâtiments alentours, un concours fut lancé pour l´aménagement de la future place de l´hôtel de ville, mais à titre de consultation uniquement, la question de sa propriété n´étant pas réglée avec l´Etat. Le règlement prévoyait la réserve de deux emplacements, l´un pour une fontaine monumentale, l´autre pour une statue de Lamartine. Huit projets furent reçus : ceux de Jules Lavirotte et de Jules Pin obtinrent le 1er prix ex aequo et ceux de Jean-Claude-Nicolas Forestier et de E. Redon, le second prix ex aequo. En fait, l´aménagement de la place se fit progressivement, sans plan d´ensemble, au fur et à mesure des démolitions. En 1902, la municipalité fit aménager un espace arboré avec deux allées et six emplacements pour kiosques après avoir fait démolir une partie de l´ancienne école des soeurs de Saint-Joseph. Un marché aux fleurs se tenait sur la place depuis la fin du XIXe siècle ; les dix nouveaux kiosques attribués aux fleuristes en 1911, furent remplacés en 1922 par une pergola aux fleurs construite en matériaux légers sur les plans de Francis Crochon. La même année, un projet de transformation et d´embellissement de la place, dessiné par l´ingénieur de la ville, Victor Luya, fut soumis au conseil municipal. Il concernait essentiellement la pose d'un dallage en ciment autour des kiosques des eaux, la reprise des bordures et massifs et la création de nouvelles circulations. Ces dernières furent de nouveau remaniées, en 1927, pour dégager l´espace devant les Thermes. La pergola aux fleurs fut démolie en 1933. La même année, la fontaine installée dans les années Vingt fut remplacée par un bassin construit par l'entreprise Boschetto. Suite à la construction des thermes Pétriaux, une campagne de travaux intervint, en 1934, sur les plans de l´architecte de la ville, Francis Crochon. Elle portait sur le pavage de la place en pierre, la création de massifs fleuris, la rectification des circulations. Un nouveau remaniement destiné à prendre en compte la circulation automobile et nécessitant le déplacement du bassin, fut effectué en 1955, sur les plans de M. Brunet. Il précédait un profond bouleversement occasionné, en 1962, par la construction du Verre d´eau, square du Temple de Diane. Les derniers vestiges de ce qui avait été l´école des soeurs de Saint-Joseph et qui abritait depuis l´office du tourisme furent démolis. L'aménagement actuel, avec sa fontaine monumentale au centre, date de 1989 ; il fut réalisé après la construction d'un parking souterrain ayant nécessité l´abattage de tous les arbres et la démolition du Verre d´eau. La place qui, pendant la seconde guerre mondiale, avait été baptisée Maréchal Pétain, reçu le nom de l'ancien maire, Maurice Mollard, par délibération du Conseil Municipal du 20 mars 1950.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1867, daté par source
1902
1911
1922
1934
1962
1989
Auteur(s)Auteur : Luya Victor ingénieur attribution par source
Auteur : Crochon Francis
Francis Crochon (1881 - avant 1941

Né à Aix-les-Bains en 1881.

Nommé architecte de la ville d'Aix-les-Bains par arrêté du 1/2/1922 en remplacement de l'architecte Jules Pin.

Participe à la réfection de la toiture de l'église de Pugny-Chatenod en 1928.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Brunet architecte attribution par source
Auteur : Rault Pierre architecte attribution par source

Cette vaste place est constituée de différents niveaux. Une fontaine occupe le centre du podium central, surélevé de quelques degrés et revêtu de pavés de porphyre. Deux allées d'arbres occupent la partie nord de la place, dans le prolongement du square du Temple de Diane situé au nord-ouest, et de la place des Thermes, au nord-est. Un talus planté d'arbres isolés et de parterres de gazon et de fleurs, sans limites précises avec le square de l'Hôtel de ville situé au sud-ouest, bordent la place au sud. Un escalier droit, aménagé dans ce talus donne accès à l'avenue en contrebas.

Escaliersescalier isolé : escalier droit en maçonnerie
Jardinsarbre isolé, groupe d'arbres, parterre
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • ANNEXE 1

    De la Tène finale au haut Moyen Age. Fouille du parc de stationnement souterrain sous la place Maurice-Mollard, par Alain Canal.

    Des niveaux d'occupation, datés de la seconde moitié du Ier siècle avant J.-C., auxquels a succédé un édifice à pans coupés, ont été reconnus lors de la fouille du parking souterrain de la place Maurice-Mollard. Les informations demeurent cependant insuffisantes pour savoir s'il s'agissait d'un aménagement cultuel lié à la fréquentation des sources ou de vestiges témoins d'un habitat temporaire.

    Trois états constitués de constructions légères à base de bois et de terre ont été rencontrés.

    1 - Milieu du Ier siècle avant notre ère :

    Un premier état est directement façonné sur le terrain géologique qui accuse une déclivité de l´ordre de 12%. Il se présente en deux concentrations de structures différentes.

    L'une est signalée par une construction de forme rectangulaire en terre sur armatures de bois (sablières et poteaux) d'une longueur de 4,30m sur une largeur de 3m. Le bâtiment, prolongé sur son côté long, est interrompu par les tranchées de fondation de bâtis modernes.

    L'autre présente une série de trous de poteaux et de sillons parallèles rappelant le négatif de barrière constituée de piquets et clayonnages horizontaux.

    2 - Fin Ier siècle avant notre ère :

    Un sol compact blanc, composé de chaux et sable, recouvre l´état précédent en accusant un pendage de 10% environ. Une série de fossés s'ordonne selon une forme semi-circulaire dont le centre paraît occupé par un bloc granitique couché. Peut-on faire un parallèle avec des découvertes semblables qui, effectuées dans le Finistère, la Moselle ou la Nièvre, évoquent la présence de structures cultuelles de tradition gauloise ? Par ailleurs, des murs de terre encadrant un foyer (habitat ?) ont été dégagés dans un secteur particulièrement touché par les constructions ultérieures et les plantations d'arbres de la place M. Mollard.

    3 - Début du Ier siècle de notre ère :

    De grands travaux de nivellement sont engagés sur cet espace entre les thermes et le temple avec traces de constructions. Fosses et poteaux, résidu de foyer ? Sommes-nous en présence d´un sol de travail destiné à la construction de structures lourdes ? Des bâtis légers et de courte durée ont été disposés sur ce sol nivelé.

    Dans le premier quart du Ier siècle de notre ère, les premières constructions maçonnées "à la romaine" apparaissent. Les séquences indigènes précédentes sont recouvertes d'une structure semi-circulaire à pans coupés fortement arasée dont l'état suggère l'hypothèse d'une fonction cultuelle, à l'exemple de ces rares sanctuaires de forme polygonale inspirés de la tradition celtique.

    Au début du IIème siècle de notre ère, le temple est construit sur l'emplacement de l'édifice à pans coupés de la période précédente. Sur son côté nord, des structures en fondation pourraient évoquer l'existence d'un péribole ménageant un espace sacré autour du monument.

    Du IIIe au Ve siècle, une destruction vraisemblablement due aux éléments naturels semble frapper l'ensemble des vestiges qui sont ensuite restaurés et réutilisés. Ces travaux ne restituent cependant pas l'ampleur et la beauté qui caractérisaient les aménagements précédents. Autour du temple, les espaces de circulation sont surélevés en oblitérant complètement le podium de l'édifice. A 22 m en avant de sa façade, un nouveau seuil est réalisé avec des éléments d'architecture récupérés sur des bâtiments probablement détruits. Un retour vers l'ouest semble longer le temple sur son côté sud en formant une enceinte.

    Devant le temple, le seuil est remblayé de terres dans lesquelles ont été rencontrées des céramiques à revêtement argileux typique des productions de Portout du début du Ve siècle. De même, deux foyers ont livré du matériel céramique qui, visiblement éclaté avec son contenu sous l'action de la chaleur, indique un abandon à la moitié du Ve siècle.

    Enfin, l'existence d'un cimetière à cet emplacement est suggérée par la découverte de sépultures antérieures au Xe siècle.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Aix-les-Bains : 1 O 142. Autorisation de voirie accordée à Mme Veuve Forestier pour reconstruire la façade de sa maison, place des Bains, 7 décembre 1868

  • AC Aix-les-Bains : 1 O 50. Dossier place Maurice Mollard, 1862-1938

  • AC Aix-les-Bains : 1 O 51. Dossier place Maurice Mollard, 1938-1962

  • AC Aix-les-Bains. 1 O 148, n ° 520. Autorisations de voirie. Autorisation refusée à Piquet Joseph, pour ouvrir une porte au nord de sa maison, dans son jardin, le long du ruisseau d´eau chaude, 29 février 1868

  • AC Aix-les-Bains. 1 D 1933. Construction d´une pergola et de deux bassins dans le parc et sur la place de la mairie, 16 juin 1933

  • AC Aix-les-Bains : 194 W 266. Fontaine de la place, 1989

Documents figurés
  • Projet A. Plan étude. Miscuit utile dulei. [Concours d´aménagement de la place de l´hôtel de ville] / [E. Redon (architecte)]. [Reims], [1899]. Ech. 1 : 500. 1 plan sur calque : encre et coul. ; 80 x 120 cm. (AC Aix-les-Bains : 1 O 50)

  • Ville d´Aix-les-Bains. Projet de construction d´un chalet de nécessité. Plan d´ensemble / Jules Pin aîné. Aix-les-Bains, 9 décembre 1908. Ech. 1 : 200. 1 tirage de plan ; 60 x 67 cm. (AC Aix-les-Bains. 1 M 54)

  • Ville d´Aix-les-Bains. Projet de construction d´un chalet de nécessité. Plan, façades, coupes / Jules Pin aîné. Aix-les-Bains, 9 décembre 1908. Ech. 1 : 200. 1 tirage de plan ; 76 x 120 cm. (AC Aix-les-Bains. 1 M 54)

  • Projet de transformation et d´embellissement de la place de l´hôtel de ville. Plan d´ensemble / Luya (ingénieur). Aix-les-Bains, 20 janvier 1922. Ech. 1 : 500. 1 plan : encre et coul. ; 60 x 73 cm. (AC Aix-les-Bains : 1 O 50)

  • Place Maurice Mollard. Transformations. Plan / Brunet. Aix-les-Bains, 21 décembre 1953. Ech. 1 : 500. 1 tirage de plan ; 49 x 52 cm (AC Aix-les-Bains : 1 O 51)

  • Ville d´Aix-les-Bains. Aménagement du Verre d´eau et le l´hôtel de ville / Georges Noiray (architecte). Aix-les-Bains, 30 juin 1961. Ech. 1 : 500. 1 tirage de plan : encre et coul. ; 48 x 46 cm. (AC Aix-les-Bains : 1 O 51)

  • Maison de l´Arc-Romain à Aix-les-Bains (Savoie). Ancienne maison Charpentier / S.n.. Paris : lith. Chaix et Cie, [1ère moitié XIXe siècle]. 1 est. : lithographie ; 8 x 12 cm. (AC Aix-les-Bains. LDC15)

  • [La place Maurice Mollard et l´hôtel de ville] / anonyme. [Aix-les-Bains], [196 ?]. 1 photogr. : n. et b. ; 24 x 18 cm (AC Aix-les-Bains : 12Fi 247)

  • [La place et la fontaine, après la seconde guerre mondiale] / anonyme. [Aix-les-Bains], [194 ?]. 1 photogr. : n. et b. ; 13 x 18 cm (AC Aix-les-Bains : 12Fi 223)

  • Ville d´Aix-les-Bains. Projet d´aménagement de la place de l´hôtel de ville. Elévation du kiosque à musique, Monument Lamartine, plan du kiosque à musique / Anonyme. [S. l.], [1902]. 1 photogr. : n. et b. ; 15 x 19 cm. (AC Aix-les-Bains : 11Fi 09)

  • 223. Aix-les-Bains. Le musée. L´hôtel de ville. Paris : N.D., [190 ?]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains : cp 11_1)

  • 157. Aix-les-Bains. Place de l´hôtel de ville. Strasbourg : CAP, [1935]. 1 carte postale : couleur ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains : cp 11_29)

  • 369. Aix-les-Bains. L´hôtel de ville. Strasbourg : CAP, [1935]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm (AC Aix-les-Bains : cp 11_16)

  • Aix-les-Bains. Place du Château. Le bassin et le jet d'eau / Georges Brun. Aix-les-Bains, [milieu XXe siècle]. 1 photogr. ; 18 x 24 cm. (AC Aix-les-Bains : 12Fi 3/39)

  • Aix-les-Bains. Place de l'Hôtel de ville / Karquel. Aix-les-Bains, [vers 1962]. 1 photogr. ; 18 x 18cm. (AC Aix-les-Bains : 12Fi 3/145)

  • Aix-les-Bains. Place de l'Hôtel de ville, [fontaine lumineuse] / Karquel. Aix-les-Bains, [vers 1962]. 1 photogr. ; 20 x 18 cm. (AC Aix-les-Bains : 12Fi)

  • 1695. Aix-les-Bains. La place des Thermes. Etablissement. Montmélian : L. Blanc, [1935]. 1 carte postale ; 9 x 13 cm. (AC Aix-les-Bains : cp 35_10)

  • [Plan topographique des fouilles] / Canal Alain, 1988. 1 plan. Dans CANAL, Alain. Aix-les-Bains. Fouille de sauvetage du parking souterrain de la place Maurice Mollard. Rapport de fouille. Lyon : DRAC Rhône Alpes, 1988-1989. Multigr. : ill. ; 21 cm.

Bibliographie
  • ALLMER, A. Sur deux inscriptions votives en l'honneur de la déesse Bormo, protectrice, à l'époque romaine, des eaux thermales. La Revue du Lyonnais, 1859, t. XVIII

    p. 501
  • CANAL, Alain. Savoie. Aix-les-Bains. Place Maurice Mollard. 1987. Rapport de prospections archéologiques. Lyon : DRAC Rhône Alpes, 1988. 40 p. multigr. : ill. ; 21 cm.

  • CANAL, Alain. Aix-les-Bains. Fouille de sauvetage du parking souterrain de la place Maurice Mollard. Rapport de fouille. Lyon : DRAC Rhône Alpes, 1988-1989. Multigr. : ill. ; 21 cm.

  • CANAL, Alain. Aix-les-Bains. De l'âge du fer à la période contemporaine. In COLLOQUE INTERNATIONAL (28-30 septembre 1990, Aix-les-Bains). Les eaux thermales et les cultes des eaux en Gaule et dans les provinces voisines / CHEVALIER, R. (dir.). Tours ; Turin : Caesarodunum, 1992, n° 26.

    p. 38-39
  • PAGE, Léon. Promenons-nous dans les rues d'Aix. Aix-les-Bains : ville d'Aix, 1978. 284 p. ; 22 cm. (AC Aix-les-Bains : A2641)

    p. 175-176 AC Aix-les-Bains : A2641
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville d'Aix-les-Bains © Ville d'Aix-les-Bains - Jazé-Charvolin Marie-Reine - Lagrange Joël