Logo ={0} - Retour à l'accueil

Points de franchissement du site de Vienne

Dossier IA38000905 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéespont
Dénominationsbac, pont, passerelle
Aire d'étude et cantonRhône-Alpes - Vienne
HydrographiesRhône
AdresseCommune : Vienne
Lieu-dit : 38 Vienne 69 Sainte-Colombe 69 Saint-Romain-en-Gal
Précisionsoeuvre située en partie sur le département 69
oeuvre située en partie sur la commune Sainte-Colombe
oeuvre située en partie sur la commune Saint-Romain-en-Gal

Les origines antiques du ou des ponts qui traversaient le Rhône entre Vienne et Sainte-Colombe restent mal connues. Un point de franchissement fixe a dû exister depuis des temps reculés, ce site voyant converger plusieurs routes celtiques. Au 19e siècle, les historiens E. Rey et E. Vietty évoquent la présence de trois ponts (Fig. 1) : un "pont romain", situé un peu en amont du confluent du Rhône et de la Gère, un pont dit de Trajan, installé au droit de la Tour des Valois et, un peu plus en aval, un "pont-aqueduc". Selon Pelletier, le premier était sans doute en réalité un appontement pour un bac et aucune trace ne prouve la présence d´un aqueduc. Reste le deuxième ouvrage dont la fondation est attribuée par certains à Gracchus Tiberius Sempronius en 175 avant J.-C., assertion totalement infondée. Sa dénomination "de Trajan" est également erronée car elle repose sur une inscription datée de 111 faussement rapportée à la construction du pont. Ce dernier remonte vraisemblablement à la période gallo-romaine (selon Pelletier, il servait au passage de la voie Agrippa, allant de Lyon à la Méditerranée) mais rien ne vient prouver cette hypothèse. Il a certainement servi de fondation aux multiples reconstructions du pont de Vienne qui se sont succédées au fil des siècles jusqu´au milieu du 17e et dont les ruines sont démolies en 1675 (voir notice du pont ancien de Vienne). Il existait probablement un bac franchissant le Rhône parallèlement à l'utilisation du pont ancien. L´installation pérenne d´un bac à traille entre Vienne et Sainte-Colombe semble dater du premier quart du 17e siècle. Son utilisation cesse à l'ouverture d´un pont suspendu en mai 1829. Au premier tiers du 20e siècle, ce dernier ouvrage suspendu est devenu inadapté. La construction d'un nouveau pont routier est par conséquent nécessaire. L'actuel pont de Lattre de Tassigny est ouvert à la circulation depuis mai 1949 et le pont suspendu est resté à usage de passerelle.

Période(s)Principale : Antiquité , (?)
Principale : Gallo-romain , (?)
Principale : Moyen Age
Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle

Le pont ancien, dont il subsiste des vestiges des piles en pierre (autrefois visibles aux basses eaux), se trouvait en amont de l´actuelle passerelle suspendue, dans l'axe de la Tour implantée sur la commune de Sainte-Colombe, dite Tour des Valois, qui défendait l'entrée du pont en rive droite. Le bac à traille, qui reliait également les communes de Sainte-Colombe et de Vienne, se situait légèrement en aval de la passerelle. Enfin, le pont de Lattre de Tassigny a été édifié plus en amont, entre Vienne et Saint-Romain-en-Gal.

Murspierre
Typologiespont voûté, bac
Statut de la propriétépropriété publique (?)

Références documentaires

Documents figurés
  • Vienne sous le Haut-Empire (extr. de : PELLETIER, André. Vienne, Vienna. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2001, carte 2, p. 83)

  • Plan de Vienne dans son état actuel avec l´indication des monumens romains dressé par E. Rey / E. Rey delt ; Lith. de (?, illisible). 1830. 1 est. : en noir (IIme partie ; Pl. 17) (BnF - Estampes : Va 38, t. 8, Microfilm H. 127413) Notes : extr. de : REY, E., VIETTY, E. Monuments romains et gothiques en France. Paris, 1820-1831 ; sur ce plan légendé sont figurés trois ponts romains (pont romain ; pont de Trajan ; pont acqueduc) et le pont neuf.

Bibliographie
  • COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980. 3 volumes

    livre 1, p. 25, p. 44, p. 47, p. 82, p. 86, p. 120 et p. 133 ; livre 2, p. 238 (plan de situation du bac) ; livre 3, Annexes D-02 et D-04
  • DREYFUSS, G. Le nouveau pont sur le Rhône à Vienne. Construction et reconstruction. Travaux, avril 1948, n° 162

  • FAURE-BRAC, Odile. Carte archéologique de la Gaule. Le Rhône 69/1. Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2006. 611 p. : ill.

    p. 310-311 et p. 484-485
  • JAFFUEL, Christelle, VIAL, Laurent Pascal. Le pont de Lattre de Tassigny 1938-1949. Vienne : Archives communales, 2005 [Plaquette]

  • LEBLANC, J. Pont du Rhône entre Vienne et Sainte-Colombe et Tour de Sainte-Colombe. In Congrès archéologique de France (XLVIe session, Séances générales tenues à Vienne en 1879 par la Société française d´archéologie). Paris : Champion et Tours : Paul Bouserez, 1880, p. 89-97 et p. 97-105 : 3 ill.

  • PELLETIER, André. Le pont romain de Vienne. Iconographie et archéologie. Cahiers d´histoire [Ed. Horvath, Roanne], 1982, t. XXVII, n° 1, p. 35-44

  • PELLETIER, André. Histoire de Vienne et de sa région. Sainte-Colombe, Saint-Romain-en-Gal. Roanne : Horvath, 1980

  • PELLETIER, André. Vienne, Vienna. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2001

  • REBUFFAT, René. Le Rhône des Romains et l´Ardèche. Mémoire d'Ardèche et Temps Présent, 15 mai 2002, n° 74, p. 15-33

    voir p. 22-23
  • REY, E., VIETTY, E. Monuments romains et gothiques en France. Paris, 1820-1831

    2e partie
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Pagenot Sandrine - Decrock Bruno