Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Rhône-Alpes - Lyon
  • Hydrographies Rhône
  • Commune Lyon 2e
  • Lieu-dit 69 Lyon 2e arrondissement, 69 Lyon 3e arrondissement
  • Adresse place des Cordeliers , cours Lafayette
  • Dénominations
    pont
  • Précision dénomination
    pont routier
  • Appellations
    pont Lafayette

Au début des années 1880, le premier pont Lafayette en usage depuis 1829 est en mauvais état. On décide de le détruire et de le reconstruire en même temps que le pont Morand. Les deux projets sont adjugés simultanément le 5 mai 1887 pour 5 210 000 F. Ils sont établis par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, Tavernier, Girardon et Fabrègue et ne diffèrent que peu. Le marché est attribué à la Compagnie Schneider, du Creusot, qui fournit l´acier laminé et assure le montage. La construction est achevée en 1890.

Le pont Lafayette à Lyon est mis en place par les ateliers de la Cie Fives-Lille de Givors (cf archives). Il a été construit de 1888 à 1890. Il comporte trois arches de 63 à 68 mètres d'ouverture, surbaissées au 1/16e et au 1/12e ; sa largueur entre parapets est de 20 mètres. Il est entièrement en acier doux. Le pont est dynamité par les Allemands le 2 septembre 1944, et l'arche centrale est détruite. Le 24 septembre puis le 3 octobre, deux passerelles pour piétons, d'1,80 m de large, sont lancées au-dessus du tablier effondré, sur le côté amont et sur le côté aval, laissant un espace central libre pour l'édification d'une troisième passerelle pour véhicules légers qui ne fut pas réalisée. Les entreprises Chemin, Deluermoz, Maia, Pitance et Selva collaborent pour mener à bien ces travaux. Le pont est reconstruit à l'identique par la suite.

Le pont compte trois arches de longueur inégale, 67 m au milieu et 63 m sur les côtés. La travée de rive gauche est passante et franchit le quai et une piste cyclable. L'ouvrage est long de 207 à 218 m selon les sources et large de 20 m. Les arches à poutrelles en acier laminé reposent sur deux piles et deux culées maçonnées en pierre de taille blanche (calcaire). Chaque arche est constituée par huit arcs en acier en forme de caisson à âmes pleines. Les piles oblongues, formant becs, sont surmontées d´un balcon hémisphérique en encorbellement, clos par une balustrade en pierre de taille. La chaussée large de 11 m offre quatre voies de circulation en double sens bordées par de grands trottoirs dotés de pistes cyclables. Les parapets du tablier sont en fonte d'art. Les piles abritent, côté amont et côté aval, au sein de grandes niches, des statues allégoriques du Rhône et de la Saône. L'éclairage électrique se fait par des lampadaires qui ne sont pas d'origine.

  • Murs
    • acier
    • calcaire
    • pierre de taille
  • Typologies
    pont à poutre cintrée
  • État de conservation
    reconstruit à l'identique
  • Techniques
    • fonderie
    • sculpture
  • Représentations
    • figure allégorique profane
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler

Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2009, par Maryannick Chalabi.