Logo ={0} - Retour à l'accueil

Prieuré Saint-Jean

Dossier IA42001376 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Genrede bénédictins
VocablesSaint-Jean
Parties constituantes non étudiéeséglise
Dénominationsprieuré
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
AdresseCommune : Bard
Cadastre : 1809 C 157,158,159 ; 1986 C 38, 39, 45

La création du village est due à des moines bénédictins qui y fondent un prieuré : le « Locus de Bar » mentionné par les textes en 1218 [Chartes du Forez, n° 310, p. 1]. C´était un prieuré forézien renommé, dépendant de l´abbaye de Manglieu en Auvergne. Possession du Comte de Forez, Guy V, celui-ci donne par testament en 1239, le domaine de Bard et son église à la seigneurie d´Ecotay toute proche. Il semble que le prieuré fut détruit durant la guerre de Cent Ans (1337 - 1453) ; car un rapport de visite pastorale de 1378 -1379, signale que, bien que le prieur n´y réside pas, « la maison du prieuré a été reconstruite à neuf, parce qu´elle était bien démolie ». De sa fondation à 1513-1520, des prieurs bénédictins ont la charge du monastère. Ils résident sur place avec une communauté de moines. Quant à l´église, son administration est assurée par le curé et la « luminairerie » qui est en quelque sorte un embryon de conseil de fabrique. Pendant cette période, le prieuré va constamment s´agrandir. Les nombreux actes de gestion nous apprennent des particularités sur Bard : présence d´une confrérie de Saint Blaise en 1343 et du Saint-Esprit en 1488. A partir de 1513-1520, les prieurs successifs sont dits commendataires. Ils ne résident plus à Bard et perçoivent les revenus du prieuré par l´intermédiaire d´un laïc ou d´un curé. Les moines eux-mêmes ont sans doute quitté les lieux vers cette période. Le prieuré ne semble plus être qu´un domaine féodal exploité par des fermiers. L´église paroissiale de ce lieu est petite mais bien percée et voûtée. Elle est l´objet de différentes phases de constructions et de reconstructions : sur la base du bâtiment d´origine, soubassement de la nef et premier niveau du clocher, on élève une nouvelle nef encadrée de deux chapelles et la suite du clocher. En 1611, 1618, le beffroi est reconstruit, et en 1863 deux autres chapelles permettent la création de deux collatéraux. A la Révolution le prieuré est vendu comme bien national. Ses biens sont attribués à M. Leconte moyennant la somme de 18500 livres. Ce dernier les rétrocède à divers acquéreurs. Jean Crozet, décédé le 1er janvier 1927, en est le dernier occupant. La commune achète les bâtiments le 13 août 1993 à Jean Vernay, de Vinols, descendant de cette famille. D´après les descriptions du début du siècle une maison située près de l´église paraissant dater du 16e siècle, portait encore le nom de prieuré et était supposée être la maison du prieur. Cette maison s´est écroulée et il ne reste plus rien de cet ensemble hormis des traces d´arrachements de porte contre le mur sud de l´église.

Période(s)Principale : 1er quart 13e siècle , (détruit)
Principale : 2e moitié 14e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : limite 20e siècle 21e siècle
Dates1218, porte la date, daté par source
1239
1611
1618
1791
1863

Un acte de 1752 apporte d´intéressants renseignements sur l´état du prieuré peu avant le Révolution. Les bâtiments paraissent modestes et en très mauvais état. Ils n´ont semble-t-il rien de monumental, tout juste ceux d´une vaste ferme. Il y a cependant un pigeonnier mais totalement hors d´usage. Rien ne rappelle la présence religieuse si ce n´est un grenier nommé « chambre des Moynes ». Ni cloître, ni réfectoire, l´église servait de chapelle. Il n´y avait sans doute à Bard qu´un très petit nombre de moines, deux ou trois. Et depuis longtemps les religieux étaient partis. Le bref de vente des biens du prieuré de Bard, biens nationaux, du 04 avril 1791 précise l´état des bâtiments et des propriétés. M. De Pingon, comte de Lyon, prieur de Bard possède un logis composé d´un rez-de-chaussée comportant une chambre et d´une cuisine, et d´un étage abritant une chambre et trois greniers. A celui-ci succèdent un cuvage et deux écuries, deux cours, un pigeonnier et un jardin. A ce qui semble être le descriptif d´un très modeste logis (le logis prieural ?) suit la liste de dix lopins de terres, prés, bois, le total estimé à 7389,40 livres. L´église, seul vestige du prieuré, comprend une nef encadrée de deux bas-côtés au nord et au sud, et d´un clocher et d´un choeur ouvrant sur une sacristie respectivement à l´ouest et à l´est.

États conservationsremanié, restauré
Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1991/11/19

Annexes

  • Visite, devis et sommaire prisé du prieuré de Bard du 27 octobre 1752 (A. Diana 8 H 113)

    Visite, devis et sommaire prisé du prieuré de Bard du 27 octobre 1752 (A. Diana 8 H 113) Transcription partielle

    [...] Est comparu illustre seigneur Messire Gaspard de Pingon, chanoine de l'église comte de Lyon, prieur de Bard, mandement dudit Escotay [...] les bâtiments dudit prieuré de Bard sont en mauvais état qu'il a interest d'en constater l'état et de faire procéder à l'estimation des réparations qui y sont nécessaires, en conséquence il a requis notre transport audit iieu de Bard, dans la maison prieurale dudit iieu [...] pour dresser procès verbal de l'état actuel des bâtiments dudit prieuré, devis et prisée des réparations qui y sont nécessaires [...] et a signé Pingon, Souchon lieutenant.

    Et le lendemain [...] nous sommes transporté à la réquisition et indication dudit seigneur prieur, de luy assisté, au prieuré de Bard, avec Grégoire Vier, praticien à Escotay, [...] nous avons fait appeler Mathieu Chaussat, charpentier de St-Anthelme, et Martin Belegier, maître masson du pays de la Marche, tous les deux travaillant depuis plusieurs années au château d'Escotay où ils demeurent dans le voisinage dudit iieu de Bard [...]

    Premier. Lesdits esperts ont rapporté que le plancher qui est sur l'allée qui donne entrée dans une écurie dépendante dudit prieuré, laquelle est à l'occident des bâtiments et ensuite dans lesdits bâtiments dudit prieuré, a besoin d'être refait à neuf, que les chevrons et poutres dudit couvert sont pourris [...]

    Qu'il faut faire un plancher sur l'écurie qui prend son entrée par ladite allée, où ne reste que quelques chevrons sur lesquels il y a quantité de pailles [...] il faut faire un autre plancher sur l'autre écurie joignant à la susdite, dans laquelle il y a présent du bois à brûler appartenant au fermier [...]

    Qu'il faut refaire aussi le couvert qui est sur laditte allée, celuy qui est étant pourry [...]

    Qu'il faut refaire à neuf le degré qui monte de la cuisine dans la chambre au dessus [...]

    Qu'il faut faire un plancher sur le grenier dudit prieuré, appelé la chambre des Moynes, prenant des jours sur une terre dépendante dudit prieuré du costé du matin et dont le couvert est plus bas que celui de l'appartement qui joint [...]

    Qu'il faut refaire à neuf le mur dudit prieuré, à prendre depuis la porte d'entrée à la gauche jusqu'à la terre qui confine lesdits bâtiments en matin [...] dans toute sa hauteur et à la longueur de soixante deux pieds, contre lequel mur sont la cheminée qui est dans la cuisine au rez-de-chaussée et celle de la chambre au-dessus, lesquelles deux cheminées hors d'usage [...] qu'ii en coûtera [...] compris la chaux nécessaire et la pierre qu'il faudra charrier et la terre, la somme de 200 livres [...]

    Qu'il faut recrépir en dedans et en dehors tous les autres murs des bâtiments dudit prieuré [...]

    Qu'il faut refaire à neuf le mur de l'écurie du costé de septentrion [...]

    Qu'il faut démolir et reconstruire à neuf deux pieds de hauteur à pierre et à chaux le mur de clôture du jardin [...]

    Qu'il faut faire une massonnerie à pierre et à chaux autour du puy de trois pieds d'hauteur [...]

    Dans le pigeonnier il faut refaire le plancher d'en bas où il faudra employer [...] pour porter ledit plancher de dix pouces d'épaisseur et de douze pieds de largeur [...]

    Qu'il faut faire des nids en bois pour le pigeon [...]

    Qu'il faut refaire à neuf la porte qui communique du jardin au chenevrier [...]

    Dans la grange dépendante dudit prieuré [...], il faut démolir et reconstruire à neuf sept toises de la muraille [...]

    [...]

    Nous sommes ensuite transporté à l'indication dudit seigneur prieur, de lui assisté, des experts et de notre commis greffier, dans les bois dépendants dudit prieuré, et premier dans un bois appelé Bouchet, essence bois aître, sapin et pin [...] Il nous a été rapporté par Etienne Brunel, garde de bois, et autres habitants, que feu Monsieur le comte d'Ortant vendit à l'etrepreneur des casernes trois cents pieds d'arbre sapin [...]

    Ensuite nous nous sommes transporté dans le bois appellé la Pinatelle, qui est tout essence pin [...] dans lequel ledit Brunel garde bois nous a dit y avoir été couppés des arbres que feu Monsieur le comte d'Ortant a donné aux cordeliers de Montbrison pour la construction de leur couvent.

    Ensuite nous nous sommes transporté dans le bois appelé Monperoux [...] nous avons reconnu que le dit bois est presque tout essence de sapin [...]

    [...]

    Signé [...] Pingon, comte de Lyon, prieur de Bard, Souchon, lieutenant, Mallet curé [...]

  • Vente du prieuré de Bard (AD Loire. Série O. Bref de vente n° 547 du 5 septembre 1791).

    Vente du prieuré de Bard (AD Loire. Série O. Bref de vente n° 547 du 5 septembre 1791).

    District de Montbrison. Vente de biens nationaux. Bref de Vente des biens du prieuré de Bard situé sur la dite paroisse, à M. Pierre Etienne Leconte, moyt. 18500 livres.

    "Le 5 septembre 1791, il sera procédé à la vente, au plus offrant et dernier enchérisseur, du bien du prieuré de Bard appartenant à la nation, ci-devant possédé par M. De Pingon ci-devant comte de Lyon, dont la désignation suit :

    - 1°. Un bâtiment composé d'un rez-de-chaussée consistant en une petite chambre, une cuisine, un cuvage, une écurie, une écurie, une chambre et trois greniers au premier étage, à la suite dudit bâtiment deux cours et un pigeonnier, une terre où fut jardin à l'orient dudit bâtiment contenant deux tiers de métérée et une autre terre au midy contenant deux métérées située à [..] joignant le jardin d'Etienne Rondet d'orient, le pré de Jacques Pourrat de midy et matin, le (...) dudit Pourrat de midy ; a des aisances d'occident à l'église de Bard et bize et soir, et au [..] de bize et soir, estimé le tout onze cent cinquante livres : 1150 livres

    - 2° Une grange située audit lieu de Bard : 308 livres

    - 3° Une terre de deux métérées située au lieu appelé la Garenne : 13,40 livres

    - 4° Une terre de quatre métérées située à Montperoux : 88 livres

    - 5° Un bois et champs appelés de Montperoux : 352 livres

    - 6° Un autre bois et pacage appelé du Pinatelle et Champcolon : 506 livres

    - 7° Un pré situé au-dessus du bois du Bouchat : 308 livres

    - 8° Un bois appelé le bois du Bouchat essence pin sapin et hêtre [...]

    - 9° Deux terres jointes ensemble situées près le bois du Bouchat : 132 livres

    - 10° Un pré appelé plan le Grand ou du Crozet : 396 livres

    - 11° Un autre pré appelé les Plagnolles : 924 livres

    [...]

    Total des dites estimations : 7389,40 livres suivant le procès-verbal n°247 dressé le 4 avril 1791 par le S. Ballandrod, expert missionné par le directoire du district de Montbrison. N° 547 des ventes."

  • Extrait du conflit entre le prieur de Bard et les curés et marguilliers de la paroisse de Bard. 1785 (A Privées E. Meunier, Bard)

    Extrait du conflit entre le prieur de Bard et les curés et marguilliers de la paroisse de Bard - Mémoire pour ester en justice - 1785 (A Privées E. Meunier, Bard).

    "Les sieurs curé et marguillers en exercice de la paroisse de Bard, demandeurs, contre le sieur Gaspard Depingon chamarier, comte de Lyon, prieur de ladite paroisse de Bardc défendeur. En réponse aux écritures signifiées de la part de ce dernier le vingt-sixième janvier 1785. Pardevant nous Monsieur le Bailly de Forez [...]. Les dîmes dont l'origine étaient une libéralité de la part des fidèles pour subvenir à l'entretien du culte divin, ceux qui étaient principalement destinés à ce culte n'ayant aucuns biens, et il était juste que l'on leur fit un sort dont ils ne savaient point alors abuser, car après s'être contentés de leur nécessaire avec sobriété, ils distribuaient le surplus aux pauvres [...]. Les prêtres tenant en quelque façon les peuples enchaînés sont parvenus à convertir en redevance ce qui n'était que libéralité. Les dîmes sont bien dans cette nature [...]. La paroisse de Bard fait cette triste expérience, tant que ses habitants l'ont pu, ils ont fait les plus grands efforts pour décorer leur église sans s'adresser au prieur qui jouit de la dîme des fruits de cette paroisse et qui indépendamment a une directe assez considérable. Mais les impôts s´étant accrus et malgré un travail opiniâtre, à peine peuvent-ils se procurer des objets de première nécessité. Quoiqu'il en soit, une visite de la part des supérieurs ecclésiastiques dans leur église a détermine que différents objets devaient être fournis pour le service divin. Il y eut en conséquence une ordonnance du sieur archevêque de Lyon à la date du trente avril mil sept cent quatre vingt-cinq qui détermina les objets nécessaires. Plusieurs sont à la charge de la paroisse et d'autres à la charge du seigneur décimateur, tels par exemple les premier, second, troisième et quatrième de ladite ordonnance, ils constituent premièrement, d'après cette ordonnance, en la fourniture d'une boîte pour l'huile des infirmes, il y est [dit] également que la coupe du ciboire, le croissant de l'ostensoir et la coupe de la pyxide seront dorées intérieurement. Par le second article il est ordonné que le retable du maître autel sera consolidé et redoré partout où besoin sera, et les statues placées sur ledit retable seront réparées ou enlevées. En troisième lieu que le vitrage du coeur qui est à l'est sud sera garni de rideaux et la roue à sonnette placée dans ledit coeur sera enlevée [...]. Ces objets étaient sans doute très modiques, et l'on ne s'attendait pas que le sieur de Pingon, qui jouit d'un prieuré dans ladite paroisse dont les revenus sont considérables, qui est aussi décimateur dans cette paroisse, éleva des difficultés et ne s'empressa point d'acquitter ce devoir [...]"

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série Q. 5 septembre 1791, District de Montbrison / Vente de biens nationaux / Bref de vente / des biens du prieuré de Bard. Situé sur la dite paroisse, à M. Leconte, moyennant 18500 livres.

  • AP Bard. Conflit entre le sieur Gaspard Depingon chamarier, comte de Lyon, prieur de Bard et les sieurs curé et marguillers de la paroisse de Bard. Mémoire pour ester en justice. 1785. Multigr.

Documents figurés
  • CIM / [Vue de Bard depuis l'ouest]. [Imp : Combier imprimeur Macon] . Carte postale. Deuxième moitié 20e siècle. (Coll. privée)

  • [Vue de Bard depuis le sud]. Carte postale. Deuxième moitié 20e siècle. (Coll. privée)

Bibliographie
  • Archives départementales du Rhône. Recueil des visites pastorales du diocèse de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Tome I. Visites de 1613-1614. Lyon : aux Archives départementales, 1926

  • CARCEL, Anne. L'église Saint-Jean de Bard. S.d. [1988], pl. Multigr.

  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 34
  • FOND, Christine. Inventaire historique, archéologique et architectural des prieurés du Forez. Mémoire de maîtrise. Histoire de l'Art médiéval. Université Louis-Lumière. Lyon-2, 1995, 2 Vol.

    Vol. 1, p. 15 à 20
  • GARDES, Gilbert (dir.). Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire. T. 4. Montbrison et sa région. Le Coteau : Horvath, 1985

    p. 104 à 106
  • MERLE, abbé. Visite pastorale du Diocèse de Lyon par Jean de Talaru (1378-1379). Bulletin de la Diana, t. 26, n°3, 1937

    p. 327
  • PORTE, Jacques (architecte DPLG - ABF). Région Rhône-Alpes. Département de la Loire. Commune de Bard. Eglise Saint-Jean. Restauration extérieure. Dossier de consultation. Saint-Germain-Laprade, septembre 2003. Multigr, ill., pl.

  • THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins, ouvrage illustré de 980 gravures ou eaux-fortes, publié sous les auspices de la Diana... Lyon : Imprimerie A. Waltener, 1889 (2 vol.)

    p. 268, 269
  • VACHET, Adolphe (abbé). Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités. Abbaye de Lérins ; Imprimerie M. Bernard,1899. 752 p. ; 27,5 cm.

    p. 31, 32
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry