Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine de construction automobile dite les Chantiers de la Buire puis société nouvelle Buire-Automobile actuellement Direction Générale du Matériel et du Génie

Dossier IA69000020 réalisé en 2000

Fiche

Appellationsusine de construction automobile dite Les Chantiers de la Buire
Destinationsédifice logistique
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bureau, conciergerie
Dénominationsusine de construction automobile
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
AdresseCommune : Lyon 8e
Adresse : 60 avenue
Rockefeller
Cadastre : 1984 AM 2

En vue d'une extension et pour pallier le manque de place du site Vivier-Merle des Chantiers de la Buire, en 1917 est construite une nouvelle usine de construction automobile à Monplaisir (actuellement site Rockefeller) : la société nouvelle Buire-Automobile. Elle présentera son nouveau modèle 11 A, 4-cylindres à suspension cantilever, avec un radiateur coupe-vent. Ce modèle est pourvu en 1923 de freins sur la roue avant. Les productions automobiles vont se poursuivre jusqu'en 1930. Après l'armistice de juin 1940, un centre de Récupération de Véhicules Automobiles s'implante avenue Rockefeller, dans l' ancienne usine de fabrication automobiles "la Buire" achetée par l'Etat en 1937. Lui succède l'Etablissement Central de cavalerie avec la mission d'approvisionner, stocker et distribuer les rechanges auto-chars. Cet organisme changera plusieurs fois de nom tout en conservant sa fonction. C'est en 1976 que la Direction Générale du Matériel et du Génie vient s'installer à la Buire pour le stockage des véhicules militaires jusqu'à aujourd'hui. L'ensemble du site va être acheté par la COURLY, la partie ateliers va être démolie, le bâtiment directorial conservé.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1917, porte la date

Bâtiment directorial : le portail édicule cintré avec armoiries en médaillon représentant une voiture la Buire et un lion. Portail dans l'angle coupé, édifice cintré, bandeau d'étage entre le premier et le second étage du bâtiment principal, neuf travées dont celles des extrémités à baies jumelées, deux escaliers en pierre dans le bâtiment pricipal (administratif) contemporain du bâtiment, un plus récent, toit en croupe et noue, ardoise. Ateliers en rez-de-chaussée en mâchefer et ciment, série de sheds en un seul tenant. Allée arborée.

Mursciment
Toitardoise
Étagesen rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Couverturesshed
Énergiesénergie électrique
achetée
États conservationsmenacé, établissement industriel désaffecté

Le pavillon administratif est de belle qualité architecturale.

Statut de la propriétépropriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • Indicateur Fournier. 1935. AM Lyon (accès libre sans cote) p. 570

    p. 496
  • ANGLERAUD, B., PELLISSIER, C. Les dynasties lyonnaises, des Morin-Pons aux Mérieux du XIXe siècle à nos jours. Ed. Perrin, 2003

    p. 76, 77, 140, 147, 154, 473, 482
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine