Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine de menuiserie dite Mercier et Chaleyssin actuellement siège social de la société Panzani

Dossier IA69000033 réalisé en 2000

Fiche

AppellationsMeubles Mercier et Chaleyssin
Destinationsbureau
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication
Dénominationsusine de menuiserie
Aire d'étude et cantonLyon patrimoine industriel - Lyon
AdresseCommune : Lyon 6e
Adresse : 4 rue, Boileau , rue , barrême, rue
Félix Jacquier
Cadastre : 1999 AI 46

C'est l'une des rares commandes privées faites à Tony Garnier. Cette demande est vraisemblablement issue du lien d'amitié qui unissait l'architecte et le fabricant de meubles Francisque Chaleyssin, qui réalisera le mobilier de la villa de l'architecte. Tony Garnier a dû se plier aux exigences du contexte urbain avec un terrain situé en zone résidentielle.

L’usine Mercier-Chaleyssin est construite en 1913 dans le quartier des Brotteaux par l’architecte Tony Garnier. Francisque Chaleyssin (1872-1951) est un ami de Tony Garnier depuis l’école des Beaux-arts de Lyon où ils se sont rencontrés. Une amitié qui perdurera, ils auront en effet une villa de villégiature chacun à Cassis. Fondée en 1867 par son père Jean-François, tapissier de formation, cette société fabrique des copies de meubles anciens (style Empire) dans un premier temps. Chaleyssin va s’associer avec la société parisienne du faubourg Saint-Antoine Mercier frères qui désire s’implanter à Lyon. Dans les années 1920-30, la société va développer un mobilier Art-Déco qui sera choisi pour l’aménagement des paquebots (l’Atlantique, El-Greco), le mobilier de la villa de Tony Garnier est attribué également à Francisque Chaleyssin. Cette société sera pionnière à Lyon à présenter des meubles tubulaires en acier dans les années 1920. Cette usine ferme au début des années 1960, et deviendra le siège social de la société Panzani.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1913, daté par source
Auteur(s)Auteur : Garnier Tony architecte attribution par source

Les ateliers et leurs toitures en shed sont masqués par une longue façade de baies vitrées de deux étages carrés qui seule indique le caractère industriel du bâtiment. Celui-ci est mis en valeur par une tour d'angle de trois étages afin de créer un pendant au musée Guimet. On retrouve encore une fois chez cet architecte, une simplicité des formes, une affirmation de l'orthogonalité et le souci du rythme. L’usine est construite avec un programme assez simple : ateliers mécanisés en rez-de-chaussée et les ateliers finition dans les étages. Une tour d’angle de forme octogonale de trois étages carrés est flanquée de deux ailes de huit travées et de deux étages carrés.

Mursbéton armé
Étages2 étages carrés, 3 étages carrés
Couverturesshed
État de conservationbon état

Bâtiment qui mériterait une protection monuments historiques. On retrouve encore une fois chez Tony Garnier, une simplicité des formes, une affirmation de l'orthogonalité et le souci du rythme.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Documents figurés
  • Le patrimoine Tony Garnier à Lyon et le patrimoine industriel du 8eme arrondissement. Musée urbain, 2000

Bibliographie
  • Indicateur Fournier. 1935. AM Lyon (accès libre sans cote) p. 570

    p. 63
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Halitim-Dubois Nadine