Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
  • Hospice de la Charité, hôpital général de la Charité
    Hospice de la Charité, hôpital général de la Charité Lyon 2e - rue de la Charité quai Docteur-Gailleton place Antonin-Poncet rue Sala - en ville - Cadastre : 1831 K 135 (feuille n°2) 2011 AM (non cadastré)
    Annexe :
    construction du nouvel hôpital et à la désaffectation deHôtel-dieu. La Ville construisait Grangeblanche et construire l´Hôtel des Postes, les Hospices conservent alors l´Hôtel-dieu et la Ville perd tout le profit de , il n´en faudrait pas moins prévoir la disparition de certaines parties défectueuses deHôtel-Dieu 1699 est mis en place le service hospitalier de l´établissement par trois soeurs venant dehôtel-Dieu alors fourni par la boulangerie dehôtel-Dieu et des communes voisines. M. Delore, administrateur siècles précisément après sa construction. Dans le projet de désaffectation dehôtel-Dieu et de la dépendances de la crèche 35.Eglise de la Charité et chapelles 36.Sacristie 37.Magasin loué 38.Hôtel de Provence et des Ambassadeurs, dépendances dehôtel 39.Bâtiment projeté pour l´achèvement de l´édifice 40 dépendances dehôtel de Provence doivent être démolis pour l´exécution du projet) 41.Deuxième réfectoire 42 ses dépendances 53.Dépense et boucherie 54.Magasins loués par l´hôtel de Provence 55.Maison
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Destinations :
    hôtel des Postes
    Appellations :
    de la Charité
    Illustration :
    [Hôtel-Dieu et Charité : plans des propriétés des hôpitaux et des propriétés étrangères aux Plan des bâtiments et des cours, 1853 (détail de la cour de l'Hôtel de Provence). Plan AC Lyon Vue du clocher depuis l'hôtel-Dieu (dôme Pascalon), 2010 IVR82_20106901892NUCA Clocher : vue générale prise de l'hôtel des Postes, depuis le sud-est IVR82_20126901443NUCA Clocher : vue générale prise de l'hôtel des Postes, depuis le sud-est IVR82_20126901444NUCA Plan localisant les bâtiments de l'hôpital de la Charité IVR82_20126903392NUD Plan de localisation des vestiges de l'hôpital de la Charité IVR82_20126905004NUDA Cadastre dit napoléonien, 1831 : section K dite de Bellecour. Plan AC Lyon. 3 P 964 Plan de Simon Maupin, 1625 : détail de l'hôpital de la Charité . Plan Musée Gadagne Lyon. [9]60.6.1 Vue en perspective des bâtiments de la Charité, 1646. Plan gravé AC Lyon. Fonds des HCL ; B417
    Auteur :
    [donateur] Sève de Fromente, Jean de [donateur] M. de Saint-André [donateur] Halincourt, Neuville de
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Représentations :
    saint Vincent de Paul Le portail de l'entrée principale est décoré de l'allégorie de la charité. Le portail de la centrale de la chapelle représente l´allégorie de la charité. Les vitraux sur les bas-côtés retracent l'histoire de l'Aumône Générale. Au centre de la cour Saint-Vincent-de-Paul se situe une statue de celui
    Localisation :
    Lyon 2e - rue de la Charité quai Docteur-Gailleton place Antonin-Poncet rue Sala - en ville
    Titre courant :
    Hospice de la Charité, hôpital général de la Charité
    Description :
    au sein du musée des Hospices civils de Lyon à l´hôtel-Dieu. Inscription : apothicairerie (inscrit A sa création, l´hôpital comprend un ensemble de 14 corps de bâtiments et 9 cours. La cour centrale est composée de deux étages carrés contrairement aux autres qui n´en comportent qu´un seul. Le plan de la Charité est un plan en damier ouvert au moment de la construction, puis en damier fermé par des corps de bâtiment au XIXe siècle. La communication entre bâtiments s´effectue par de larges galeries couvertes. Une église orientée, Notre-Dame de la Charité, est construite sur le côté nord-ouest de la « La Liberté », est une tour de plan carré. Dans les corps de bâtiment M et F, perpendiculaires à l date de la seconde moitié du XVIIe siècle, elle se situe au sud de la cour Saint-Côme. La salle des Archives avec ses armoiries et ses boiseries sculptées, de même que l´apothicairerie sont classées sur la
    Statut :
    propriété de la commune
    Observation :
    . Ces deux salles ont été déplacées à l'hôtel-Dieu dans le musée des Hospices civils de Lyon.
    Murs :
    pierre de taille
    Texte libre :
    hospitalières de l´époque : l´hôtel-Dieu et l´Aumône générale. L´édifice est construit à partir du début du le service hospitalier de l´établissement par trois soeurs venant dehôtel-Dieu. Elles sont , les enfants de plus de 7 ans qui sont hébergés à l´hôtel-Dieu depuis leur naissance. Les services sont succession de Marc Panissod, administrateur dehôtel-Dieu et de la Charité. Le bâtiment est ensuite boulangerie. Le pain est alors fourni par la boulangerie dehôtel-Dieu et des communes voisines. M. Delore ce terrain par la suite pour construire l´Hôtel de Ville en 1646. Le deuxième projet est l les transports, son accès à l´eau et à l´hôtel-Dieu pour y conduire les malades. Par ailleurs, on partagés entre l´hôtel-Dieu et la Charité : la boulangerie, la cordonnerie, la taillerie, la lingerie fonctionnent à la Charité, la pharmacie et la boucherie sont à l´hôtel-Dieu. Tout cela disparaît avec les recteurs à louer les immeubles qu´ils possèdent : dans l´enceinte de la Charité s´installent l´hôtel de
    Historique :
    ´afflux des mendiants en ses murs, la municipalité de Lyon se résigne la première à décider, en 1614, la fondation d´un hospice destiné à les héberger sous l´autorité de l´Aumône Générale. Cet hospice est désigné sous le nom d´hôpital de la Charité. La première pierre des bâtiments est posée le 16 janvier 1617. On peut considérer que l´hôpital de la Charité est achevé en 1633. De nombreuses réparations et changement : les enfants abandonnés et les vieillards laissent la place à des malades. La démolition de la Charité commence le lundi 6 août 1934, en raison de l´état d´insalubrité de l´édifice et de la volonté de construire à cet emplacement un hôtel des Postes. En mars 1935, suite aux pétitions, Edouard Herriot prend la décision de suspendre la démolition du clocher.
    Parties constituantes non étudiées :
    hôtel de voyageurs
    Référence documentaire :
    la Charité et des parties de l'hôtel-Dieu. 31 décembre 1934. : la bataille de l’hôtel-Dieu », In Situ, 2017 BELLE, Véronique. « La notion de patrimoine à travers trois liasses du fonds des Hospices civils de Lyon : la bataille de l’hôtel-Dieu », In Situ [En ligne p. 117 à 209 POLINIERE (baron de). Considérations sur la salubrité de l'Hôtel-Dieu et de l'hospice de la Charité POLINIERE (baron de). Considérations sur la salubrité de l'Hôtel-Dieu et de l'hospice [Hôtel-Dieu et Charité : plans des propriétés des hôpitaux et des propriétés étrangères aux [Hôtel Reproduction des vitraux à l'hôtel-Dieu. Vincent Serge, 27 novembre 2008, photographie (BM, fonds Reproduction des vitraux à l'hôtel-Dieu. Vincent Serge, 27 novembre 2008, photographie (BM, fonds Vincent Serge AC Lyon. E1593. Construction d´un nouveau beffroi : Contrat de travail passé entre les recteurs et AC Lyon. E1593. Construction d´un nouveau beffroi : Contrat de travail passé entre les recteurs et
  • Hospice de vieillards, puis caserne de pompiers : caserne Rochat
    Hospice de vieillards, puis caserne de pompiers : caserne Rochat Lyon 7e - la Guillotière - 3 rue de la Madeleine - en ville - Cadastre : 1824 H 161 1999 AL 25
    Genre :
    de pompiers
    Annexe :
    , pour la commune de la Guillotière Compte général d´ouvrages en charpente que Ferrand, me charpentier a Projet d´installation d´un poste caserne dans les bâtiments de l´hospice établi avec le commandant Pégout, 18 juillet 1922 Projet d´installation d´un poste caserne dans les bâtiments de l´hospice établi avec le commandant Pégout, 18 juillet 1922 (AC Lyon. 1273 WP 070) Au rez-de-chaussée, deux remises donnant rue de la Madeleine, l´une de 12,20 x 8 pour 3 voitures, l´autre de 8,80 x 8 pour 2 voitures  ; puis à proximité, le bureau des lieutenants, celui de l´adjudant sergent major, le bureau du fourrier , la salle de rapport, celle du planton et du téléphone ; la cuisine et le réfectoire des célibataires  ; 1 appartement de 4 pièces ; 11 appartements de 3 pièces ; 2 appartements de 2 pièces ; Au 1er étage  : 2 appartements de 5 pièces pour les lieutenants ; 1 appartement de 4 pièces ; 16 appartements de 3 pièces ; 2 appartements de 2 pièces ; Au 2e étage : Un dortoir pour les sapeurs célibataires. En outre
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Plan masse et de situation, extrait de http://cadastre.gouv.fr IVR82_20136902443NUDA Plan de l'hospice des Vieillards, extrait du plan général de la ville de Lyon, 1886. 1 : 500 (AC Installation d'un poste de sapeurs-pompiers. Avant-projet, par Charles Meysson, 22 juillet [1922 ]. Plan du rez-de-chaussée. 1 : 100 (AC Lyon. 0470 WP 026) IVR82_20126903082NUCA Installation d'un poste de sapeurs-pompiers. Avant-projet, par Charles Meysson, 22 juillet [1922 Plan de la caserne de sapeurs pompiers, extrait du plan général de la ville de Lyon, 1945. 1 : 500 Plan de la caserne Rochat, extrait du plan général de la ville de Lyon, 1979. 1 : 500 (AC Lyon. 4 S Vue d'ensemble depuis la place de la Madeleine. Carte postale ancienne. 1er quart 20e siècle (coll Vue d'ensemble depuis la place de la Madeleine. Photog. 2e quart 20e siècle (A. Musée HCL Lyon Elévation rue de la Madeleine. Carte postale ancienne. 1er quart 20e siècle (coll. part., Lyon
    Auteur :
    [architecte] Perret de La Menue Claude-Emile
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier tournant en charpente métallique
    Localisation :
    Lyon 7e - la Guillotière - 3 rue de la Madeleine - en ville - Cadastre : 1824 H 161 1999 AL 25
    Titre courant :
    Hospice de vieillards, puis caserne de pompiers : caserne Rochat
    Étages :
    étage de comble
    Description :
    L'édifice est composé de 5 corps de bâtiment disposés autour d'une cour fermée par un portail rue Claude-Boyer ; la chapelle est construite dans la partie sud de la cour ; un petit jardin borde la façade sud. Le corps de bâtiment rue de la Madeleine, à un étage carré et un étage en surcroît, est couvert d'un toit à longs pans en tuile mécanique ; la façade principale est percée au sud de baies rectangulaires, dont 5 portails pour le garage des véhicules de pompiers, et au nord de baies en plein cintre  ; trois escaliers tournant à retours avec jour en assurent la distribution ; le sous-sol de la partie nord est voûté en berceau. Le corps de bâtiment sud, place Saint-Louis, de 2 étages carrés, est couvert tournant à retours avec jour dessert les étages ; le sous-sol est voûté en berceau. Le corps de bâtiment nord, distribué par un escalier tournant à retours sans jour, ouvre sur la cour. Le corps de bâtiment sud-est a la partie nord de sa cave haute voûtée d'arêtes, la partie centrale voûtée en berceau. La
    Observation :
    L'édifice actuel conserve le plan d'ensemble du couvent de Picpus. Le gros-œuvre des bâtiments bâtiment édifié en 1882 (architecte C.-E. Perret de La Menue), et par une chapelle construite dans la cour en 1861 (architecte Antonin Louvier). Un nouveau plan de restructuration est à l'étude.
    Texte libre :
    l'Hôtel-Dieu (BOUCHET, p. 195). En 1861, la commission administrative décide la construction d'une I. HISTORIQUE En 1821, le maire de la Guillotière, Henri Vitton, envisage la création d'un hospice destiné aux vieillards des deux sexes ; il y associe le curé de la paroisse Neyrat (DRIVON. Les hospices de Lyon. ...Hospice de vieillards de la Guillotière, p. 24). L'ordonnance royale du 13 octobre 1824 autorise le bureau de bienfaisance de la Guillotière à acquérir les locaux nécessaires (A. HCL Lyon. 1L 1 ). Le 30 novembre, le bureau de la fabrique et le bureau de bienfaisance achètent à Michel et Charles Creuzet, père et fils, les bâtiments qui dépendaient autrefois du couvent de Picpus, pour la somme de 63 000 F. (Ibid. 2N 1 ; annexe 1). Le bureau de la fabrique reçoit les corps de bâtiments situés à l'est et au sud de la cour du presbytère pour agrandir celui-ci ; le bureau de bienfaisance acquiert pour l'hospice les bâtiments situés au sud, autour de la grande cour dite alors Place à Creuzet. Des travaux
    Historique :
    (partie sud de l'ancien couvent de Picpus) achetés par le bureau de bienfaisance le 30 novembre. Les étage. En 1861, la chapelle est édifiée dans la cour sur les plans et devis de l'architecte Antonin Louvier. En 1869, l'hospice est rattaché aux Hospices civils de Lyon. Le bâtiment sud est démoli et remplacé par un nouveau bâtiment de 2 étages carrés, construit en 1882, sur les plans et devis établis par l'architecte Claude-Emile Perret de La Menue en 1878. En 1922, l'hospice, vendu à la Ville, est transformé en caserne de pompiers. Les travaux d'aménagement conduit par l'architecte Charles Meysson ne conserve que le entrées de garage. Un permis de démolir a été déposé en janvier 2012 à la Direction de l'aménagement urbain de la Ville de Lyon. Il concerne le bâtiment en R+1 longeant la rue Claude-Boyer, au nord-est de la parcelle, afin de faciliter l'accès des camions à la cour.
    Référence documentaire :
    AD Rhône. 1XP 122. Hospice de vieillards de la Guillotière. Achèvement. 1882-1886 AD Rhône. 1XP 122 . Hospice de vieillards de la Guillotière. Achèvement. 1882-1886 AD Rhône. 1XP 324. Hospice de vieillards de la Guillotière. Acquisitions de terrain et de AD Rhône . 1XP 324. Hospice de vieillards de la Guillotière. Acquisitions de terrain et de bâtiments. Travaux AD Rhône. 1XP 325. Hospice de vieillards de la Guillotière. Travaux. 1834-1865 AD Rhône. 1XP 325 . Hospice de vieillards de la Guillotière. Travaux. 1834-1865 AC Lyon. 0470 WP 026. Edifice communal. Caserne de sapeurs-pompiers, rue de la Madeleine. AC Lyon . 0470 WP 026. Edifice communal. Caserne de sapeurs-pompiers, rue de la Madeleine. Aménagement, 1922-1925 AC Lyon. 923 WP 353. Caserne de sapeurs pompiers Saint-Louis. 1915-1923 AC Lyon. 923 WP 353 . Caserne de sapeurs pompiers Saint-Louis. 1915-1923
1