Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
  • Centre de formation professionnelle agricole, puis lycée professionnel agricole, puis établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole des Combrailles, site de Pontaumur
    Centre de formation professionnelle agricole, puis lycée professionnel agricole, puis établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole des Combrailles, site de Pontaumur Pontaumur - 11 rue Montaigne - bâti lâche - Cadastre : 2019 AO 121
    Titre courant :
    Centre de formation professionnelle agricole, puis lycée professionnel agricole, puis établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole des Combrailles, site de Pontaumur
    Description :
    , parallèle à la rue, surmontée, en son milieu seulement, de deux étages carrés. Il respecte un recul d'alignement occupé principalement par un jardin de façade et un perron. Au sud, au niveau de la salle, dite de conférences à l'origine et polyvalente actuellement, bassins, ponceau, volières et hôtel à insectes sont isolés de l'espace public par une grille de clôture à simples barreaux. À l'arrière et au nord, un corps de bâtiment contenant actuellement le centre de documentation et les garages flanque la barre de circulation verticale, sans compter les degrés, et les escaliers de secours métalliques situés à l'extérieur. Les deux escaliers principaux sont éclairés par des "colonnes" de pavés de verre situées de part et d'autre de la cage, créant une saillie sur l'élévation arrière. À partir du sud au rez-de-chaussée d'un système de baies aménagées en dents de scie en façade, un vestibule, prolongé par un auvent à l'extérieur, puis un couloir central distribuant à l'est les salles de classe et de travaux pratiques, et à
    Jardins :
    bocage de jardin
    Murs :
    pierre moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    -devant de la salle s'élève un hôtel à insectes en forme de perroquet (il ne s'agit pas d'une oeuvre créée Plan de situation, d'après le plan cadastral, au 27 juin 2019. IVR84_20196300152NUDA Plan du lotissement, 13 février 1962, modifié le 1er juin 1962, par Georges Galinat, architecte de la ville de Riom. IVR84_20196300158NUCA Avant-projet, par G. Galinat et F. Jaffeux. Plans du sous-sol et rez-de-chaussée, éch. 0,01pm, 2 formant hall d'entrée surmonté de l'acronyme LPA, il abrite en 2019 deux volières, dont celle de la mascotte de l'établissement, le perroquet Hélios. IVR84_20196300113NUC4A Vue générale depuis le fond de l'impasse Montaigne (depuis le nord-est). À droite du cliché, on aperçoit des éléments du chantier de construction de l'édifice de remplacement. IVR84_20196300153NUCA Façade principale depuis le nord-est : la volée à droite est l'escalier de secours de la cantine
    Représentations :
    Le premier niveau de l'édifice, en façade principale sur la rue (correspondant au rez-de-jardin ), est parementé (ou maçonné ?) de moellon, de même que le pan de mur situé au nord de l'auvent.
    Texte libre :
    habitants en 2015 et elle est située sur la zone d'emplois de Clermont-Ferrand, dont elle est distante Gordon-Bennett (route de Clermont-Ferrand à Limoges), encore totalement vierge en 1954 (voir les données "Un nouveau service" inscrit au 5e Plan... D'après l'INSEE, la commune de Pontaumur comptait 675 pourtant de 40 km. Le secteur sur lequel est implanté le lycée, entre la rivière (le Sioulet) et l'avenue de la rubrique "Remonter le temps" de l'IGN), a fait l'objet de plusieurs aménagements dans les années 1960. Il est désigné du terme de "Grand pré" et correspond à une parcelle cadastrée au n°48 de la et un lotissement composé de 30 lots. Cette opération représente "une extension et un équipement du construction d'une maison de retraite et d'un centre de formation professionnelle agricole (CFPA). Le conseil municipal met gratuitement à disposition des services du ministère de l'Agriculture le terrain nécessaire à inhérentes aux deux nouveaux projets. ...Exemplaire de la discrétion des équipements publics des années
    Historique :
    LPA, pour lycée professionnel agricole, a ouvert ses portes à la rentrée de 1971, d'après le gestionnaire du lycée rencontré le 4 juin 2019. L'avant-projet conservé dans les archives de la mairie, daté du 2 octobre 1967, est signé de Georges Galinat, architecte, et F. Jaffeux, architecte DPLG, et apparaît comme une commande du ministère de l'agriculture. On peut supposer que les travaux ont commencé en ailleurs, un ancien fascicule non daté (présentation de l'établissement à sa création ?) nous a été remis par l'administration ce même 4 juin 2019 dans lequel il est fait état d'un Centre de formation des Combrailles et basé en outre sur le site de Saint-Gervais d'Auvergne, affiche une spécialité de formation aux métiers de l'animalerie à Pontaumur, et aux métiers du chien à Saint-Gervais-d'Auvergne projet de reconstruction avait été évoqué. Des plans produits en 2015, repris par la suite, ont conduit à l'ouverture du chantier de reconstruction en octobre 2018 (permis de construire délivré au président du
    Aires d'études :
    aire d'étude de la région Auvergne-Rhône-Alpes
    Référence documentaire :
    , renseignez-vous. Sans date ni nom (imp. chez Siman à Clermont-Ferrand). [1971 ?] Plaquette illustrée Plaquette de présentation du LPA de Pontaumur. CFPA Pontaumur. Documentation du Service régional de l'Inventaire. CFPA Pontaumur. Agriculteurs, futurs agriculteurs, pour votre formation et celle de vos enfants notamment d'une photographie de façade, de trois salles et d'une "chambre de garçons". de Pontaumur. Avant-projet, par Georges Galinat, architecte de la ville de Riom. 2 octobre 1967. Plan d'implantation. Façades et coupes. Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée. Plans des étages.
  • Lycée de garçons, actuellement lycée d'enseignement secondaire et supérieur Claude-Fauriel
    Lycée de garçons, actuellement lycée d'enseignement secondaire et supérieur Claude-Fauriel Saint-Étienne - 28 avenue de la Libération - en ville - Cadastre : 2012 EN 01
    Titre courant :
    Lycée de garçons, actuellement lycée d'enseignement secondaire et supérieur Claude-Fauriel
    Description :
    Le lycée est composé de six unités disposées sur un plan rectangulaire régulier. Au sud-ouest du classes préparatoires, s'élève au croisement de l'avenue de la Libération et de la rue Claude-Lebois au nord-ouest du périmètre. Le bâtiment B, bâtiment des sciences naturelles s'inscrit dans l'enceinte de de la rue Claude-Lebois et la rue Etienne-Mimard sont établis le terrain de sport et le parking. Les
    Jardins :
    parterre de gazon
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Le lycée projeté et le voisinage de l’Hôtel-Dieu (AC Saint-Etienne, 5934 W 5 Plan masse et de situation (Feuille EN01 du cadastre actuel) IVR82_20134203502NUDA Le lycée projeté et l’élargissement de la rue de Lyon (AC Saint-Etienne, 5934 W 5 Locations dans le grand près de l’hôpital (AC Saint-Etienne, 9 M 5) IVR82_20134203514NUCAB Projet de modification du cours de l’Hôpital (AC Saint-Etienne, 9 M 4) IVR82_20134203515NUCAB Projet de création du lycée et modification du cours de l’Hôpital (AC Saint-Etienne, 9 M 5 Projet de création du lycée (AC Saint-Etienne, 9 M 5) IVR82_20134203518NUCAB Emplacement du lycée sur plan détaillé de la ville de Saint-Etienne (AC Saint-Etienne, 9 M 5 Emplacement du lycée sur plan détaillé de la ville de Saint-Etienne (AC Saint-Etienne, 9 M 4 Mines de Villeboeuf (AC Saint-Etienne, 9 M 3) IVR82_20134203581NUCAB
    Dimension :
    Le cabinet d'architecture Chomette indique une surface de 35 000 m2
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Texte libre :
    jardins de l’hôtel-Dieu et le clos de l'hospice de la Charité. La prise en compte de différents facteurs l’hôtel-Dieu. La construction du lycée de garçons à cet endroit a entraîné des modifications urbaines : un l'expropriation des terrains de l'hôtel-Dieu et de propriétés privées dont les parcelles furent acquises par la Historique 1. La réalisation d'un nouveau lycée stéphanois Le projet d’un nouveau lycée de garçons à Saint-Étienne a été une préoccupation de la municipalité tout au long du 19e siècle, soumise tout à la fois aux aléas politiques et au difficile statut de ville minière de la cité. Dès 1802, Saint en 1841-1842 ; cette autorisation de construction était conditionnée au transfert de l’établissement 1860 après l'achat par la ville du clos Chantegrillet d’une surface de 17.914 m², considéré comme le lycée Claude-Fauriel. La nécessité de construire un nouveau lycée se justifie par une croissance régulière des effectifs – hormis pour l’année 1870 – de 1858-1859 à 1885-1886 (Tableau statistique des
    Historique :
    L’actuel lycée Claude-Fauriel, construit à l’emplacement des jardins de l’hôtel-Dieu à partir de 1841-1842. Son édification fut confiée à des architectes parisiens oeuvrant déjà à celle du lycée de garçons de Roanne (IA42003303), Paul Friesé et Jules Denfer. Les différents projets d’extension survenus au 20e siècle : préfabriqué lourd des sciences naturelles (1966), quatre bâtiments de 1989 à 1994
    Localisation :
    Saint-Étienne - 28 avenue de la Libération - en ville - Cadastre : 2012 EN 01
    Référence documentaire :
    Le lycée projeté et le voisinage de l’Hôtel-Dieu, 1884 (AC Saint-Étienne. Série W : 5934 W 5) Plan . Le lycée projeté et le voisinage de l’Hôtel-Dieu. Projet présenté au conseil municipal en 1884 AC Saint-Etienne. Série M : 9 M 4. Ville de Saint-Etienne. Reconstruction du lycée. Description sommaire. (s.d.) AC Saint-Etienne. Série M : 9 M 4. Ville de Saint-Etienne. Reconstruction du lycée AC Saint-Etienne. Série M : 9 M 4. Lettre du Directeur des Mines de Villeboeuf au Maire de Saint -Etienne au sujet de la solidité du sol pour le lycée à bâtir. (29 Juin 1887) AC Saint-Etienne. Série M : 9 M 4. Lettre du Directeur des Mines de Villeboeuf au Maire de Saint-Etienne au sujet de la solidité AC Saint-Etienne. Série M : 9 M 4. Lettre de Jules Denfer au Maire de Saint-Etienne au sujet du système de consolidation du lycée à bâtir. (8 Juillet 1887) AC Saint-Etienne. Série M : 9 M 4. Lettre de Jules Denfer au Maire de Saint-Etienne au sujet du système de consolidation du bâtiment. (8 Juillet 1887).
  • Collège de jésuites de Mauriac, puis collège royal, puis école secondaire municipale, puis collège municipal, actuellement lycée polyvalent Marmontel (Dossier en cours d'étude)
    Collège de jésuites de Mauriac, puis collège royal, puis école secondaire municipale, puis collège municipal, actuellement lycée polyvalent Marmontel (Dossier en cours d'étude) Mauriac - 12 rue du Collège - en ville - Cadastre : 1833 G 473, 473 bis 2020 AK 459
    Titre courant :
    Collège de jésuites de Mauriac, puis collège royal, puis école secondaire municipale, puis collège
    Genre :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus
    Description :
    venant fermer la cour sud. Un long corps de bâtiment à l'ouest, deux corps de bâtiments en retour d'équerre, et un dernier assurant la jonction entre le grand corps de bâtiment et l'église, créent ainsi secondaire), a été déplacée boulevard Monthyon, faisant de l'élévation postérieure du collège jésuite la donne accès au rez-de-chaussée surélevé. Les bâtiments s’élèvent sur un étage carré, sauf aux angles, où deux pavillons de deux travées comprennent deux étages carrés. Le bâtiment central comprend une galerie à arcades en rez-de-chaussée, aujourd’hui close de vitres, et un étage carré. Les toits sont à deux pans et croupe (en pavillon aux angles), à coyau ; ils sont couverts de lauzes et percés de lucarnes . Les corbeaux en limite de toit sont une ajout récent : on n'en distingue pas sur les photographies anciennes, si ce n'est sur une partie du corps de bâtiment ouest, correspondant à l'ancienne cour des pères jésuites. Les bâtiments anciens sont construits en moellon de dolérite, roche éruptive locale, sans chaîne
    Statut :
    propriété de la région
    Murs :
    dolérite moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    Illustration :
    Plan de situation, extrait de la carte IGN (ech. 1 : 8528) IVR84_20201500006NUDA Plan masse et de situation, extrait du plan cadastral, 2020 IVR84_20201500005NUDA Relevé schématique du corps de bâtiment nord et des propriétés mitoyennes, 1775 (AD Cantal, 1 J 605 Elévation et coupe partielles du collège : le corps de logis nord, 1775 (AD Cantal, 1 J 605 Cadastre napoléonien, 1833 : section G, dite de la ville IVR84_20201500010NUCAB Plan d'alignement de la ville de Mauriac, 1880 (AD Cantal, 2 0 120/11) IVR84_20201500110NUCA Plan d'alignement, 1880 : détail de la parcelle du collège IVR84_20201500111NUCA Projet d'extension du collège : plan du rez-de-chaussée, 1914 (AD Cantal, 1 T 786 Projet d'extension du collège : plan du rez-de-chaussée, variante (AD Cantal, 1 T 786 Projet de reconstruction du collège : élévation principale, par L. Saule et Merpillat, 1922 (A
    Auteur :
    [donateur, légataire] Fontanges de Jeanne
    Texte libre :
    collège de jésuites à Mauriac revient à Guillaume Duprat, évêque de Clermont : il en informe les consuls l'édification et institution chrétienne du peuple, et en a déjà procédé par la grâce de Dieu une fort bonne de la ville au mois de janvier 1560, lesquels répondent favorablement en avril de la même année . L'évêque décède le 23 octobre 1560, mais a pris soin de leur léguer les fonds nécessaires à la fondation du collège. Ce legs, accepté par les consuls de Mauriac le 5 avril 1560 (AD Cantal, 1 D 5) comprend des ; l'administration du collège est confiée aux consuls et habitants de Mauriac (COMPERE, M.-M., JULIA, D., 1984, p . 430). Jusqu'alors, l'enseignement (du latin, du grec et de la scolastique) était assuré à Mauriac par les moines bénédictins du monastère de Saint-Pierre, avec lesquels les consuls de la ville avaient des n'était pas gratuit. Le but de Monseigneur Duprat était d'ouvrir plus largement l'enseignement aux enfants de la ville et de son territoire, et ce faisant de stopper la propagation du protestantisme par le
    Historique :
    Le collège est fondé en 1560, et les bâtiments construits à partir de 1568. La première campagne de construction concerne le corps de logis ouest ; en partie démoli durant les guerres de Religion, il est reconstruit vers 1588. La seconde correspond au retour des jésuites à Mauriac en 1604 : le corps de logis nord modification (?) des élévations. Vers 1835, adjonction du corps de bâtiment séparant les deux cours , perpendiculaire à l'église. En 1897-99, surélévation du corps de bâtiment nord d'un étage. Vers 1925, extension au sud, par les architectes Léon Saule et Merpillat : construction d'un nouveau corps de bâtiment et remaniement de l'escalier côté boulevard Monthyon.
    Référence documentaire :
    , site de Clermont-Ferrand) [Plans du lycée Marmontel] / FIT Conseil (géomètres-experts), 2004. 6 Dess . numériques (A Région Auvergne-Rhône-Alpes, site de Clermont-Ferrand) Plan masse et plans du sous-sol, rez-de AD Cantal : D 5. Collège de Mauriac, 1560-1759 AD Cantal : D 5. Collège de Mauriac, 1560-1759 AD Cantal : D 9. Collège de Mauriac, 1611-18e siècle AD Cantal : D 9. Collège de Mauriac, 1611-18e siècle ; contient notamment les pièces du procès des jésuites contre les consuls de Mauriac relatif à AD Cantal : D 13. Instruction publique. Collège de Mauriac, 1642-1700, 1764 AD Cantal : D 13 . Instruction publique. Collège de Mauriac, 1642-1700, 1764 AD Cantal : 1 J 605. Procès du collège de Mauriac contre la famille Violle à propos de la construction d'un bâtiment, 1773-1784 AD Cantal : 1 J 605. Procès du collège de Mauriac contre la famille Violle à propos de la construction d'un bâtiment, 1773-1784
  • Collège de jésuites puis d'oratoriens, dit Collège de la Trinité ou Grand Collège, actuellement lycée Ampère
    Collège de jésuites puis d'oratoriens, dit Collège de la Trinité ou Grand Collège, actuellement lycée Ampère Lyon 2e - 29 rue de la Bourse - en ville - Cadastre : 2013 AC 63 1831 G 427, 429 à 455
    Genre :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus
    Annexe :
    » Notes descriptives : « Depuis 1994, la région, assistée de Pôles Développement s’est engagée avec notre collaboration dans un processus de remise en valeur puis de restructuration de l’établissement coté quai Jean Moulin »« profitant de la nécessité d’améliorer la performance acoustique des menuiseries des salles principal de bâtiment)-redessiner la majorité des menuiseries de la façade dans le respect de leurs proportions d’origines. Dans un second temps, le ravalement des façades qui s’achève nous a permis de redonner marquants. » « Notre projet propose principalement la démolition puis la reconstruction de la surélévation du corps secondaire de bâtiment sur le quai Jean Moulin ce choix s’inscrit dans la logique d’édification du bâtiment par adjonction et enrichissement de l’édifice au fur et a mesure des besoins et du plus grande qualité sera la simplicité de son volume. Le contraste entre l’ancien et le nouveau est volontairement marquée le dessin de cette architecture sera précis. L’utilisation du métal nous permettre
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    de la Trinité
    Illustration :
    Plan de situation, extrait de la carte IGN de Lyon (2019) IVR84_20196900439NUDA Plan masse chronologique et de localisation des bâtiments IVR82_20136902541NUDA Essai de restitution des îlots et du bâti, d'après le " Plan scénographique ", ca 1550, dess. A Tableau des propriétaires des parcelles sur l'emprise du Collège de la Trinité, 14e-18e siècle, par Lugdunum, in "Civitates orbis terrarum" / Georg, Braun. Cologne, 1572 : détail de l'îlot du Collège [Plan à main levée du Collège et du projet de Pensionnat], 1576 (BnF, Est., FOL-HD-4(8 [Plan géométral de la Ville de Lyon], par Ph. Le Beau, 1607 : détail (AC Lyon, 1 S 150 [Projet d'ensemble comprenant aussi le plan de l'église] / [Ét. Martellange], 1607 (BnF, Est., FOL Projet pour le collège de la Trinité, att. à Ed. Moreau, 1617 ca. IVR82_20136902074NUCA Projet pour le collège de la Trinité, att. à Ed. Moreau, 1617 ca. Variante IVR82_20136902075NUCA
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Creuzet Michel
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Localisation :
    Lyon 2e - 29 rue de la Bourse - en ville - Cadastre : 2013 AC 63 1831 G 427, 429 à 455
    Titre courant :
    Collège de jésuites puis d'oratoriens, dit Collège de la Trinité ou Grand Collège, actuellement
    Description :
    Édifice de plan rectangulaire, comprenant quatre corps de bâtiment autour d'une cour rectangulaire . Au sud de celle-ci se trouve une galerie bordant le flanc nord de l'église. Le corps de bâtiment nord se prolonge vers l'est pour rejoindre l'aile dite des oratoriens, corps de bâtiment élevé le long du Rhône, bordant la cour des cuisines à l'est. Ce corps de bâtiment abrite des logements de fonction . Strictement ordonnancée, sa façade comprend un rez-de-chaussée à bossage en table continu percé de baies à clef saillante, de deux portes cochères latérales et d’une porte décentrée, séparé des niveaux supérieurs par un bandeau en pierre de taille. L’étage carré est surmonté d’un étage en surcroît éclairé par à balustres. La composition obéit à un rythme ternaire de 3x4 travées, différenciées à la fois par monumentale les réunissant aux oculi du niveau supérieur ; ce sont aussi les seules pourvues de garde-corps en fort contraste par les lignes horizontales de l’habillage métallique masquant les deux étages de
    Statut :
    propriété publique Propriété de la Métropole de Lyon
    Observation :
    Éléments remarquables : Escalier principal de l'ancien Collège (Escalier D) Escalier nord de la cour d'honneur (Escalier B) Escaliers de l'ancien Pensionnat (Escaliers G et H) Cour d'honneur Chapelle des Messieurs (actuel réfectoire) Médaillier Une extension de protection serait souhaitable pour le décor plafonnant de la chapelle des Messieurs et le médaillier (classement).
    Précisions sur la protection :
    Le lycée, à l'exception de la chapelle classée : inscription en totalité par arrêté du 22 septembre 1944, sur intervention de Louis Hautecoeur. Référence: PA00117788
    Texte libre :
    passé le 21 juillet 1527, dans l’hôtel-Dieu, en présence de Humbert Gimbre, Jacques Fenoil, Pierre Collège de Clermont, entraîne la disgrâce et l'exil des jésuites, mettant par là fin aux projets Terreaux, à l'emplacement de l’actuel hôtel de Ville (AC Lyon, DD 373). Le lieu apparaissait plus commode Le lycée Ampère, ancien Collège de la Trinité, a fait l'objet de nombreuses études relevant de différents domaines de l'histoire. S'agissant de celle de l'édifice, il convient de renvoyer au mémoire de D.E.S. de Jean-Marie Marquis (Université Lyon 2, 1970), qui a ouvert la voie. D'autres chercheurs ont depuis enrichi la connaissance des bâtiments et de leur décor (voir références documentaires du présent dossier). C'est pour l'essentiel sur ces travaux que s'appuie la synthèse publiée ici, enrichie de l'enquête de terrain conduite par le Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel entre 2012 et 2015 et de l'identification de nouvelles sources documentaires. HISTORIQUE I. Du collège « es
    Historique :
    En 1519, la confrérie de la Trinité crée une école qu'elle installe dans un ensemble de bâtiments qu'elle possède rue Neuve. L'acte de fondation du collège est conjointement signé huit ans plus tard, le l'archevêque François de Rohan. Les bâtiments, représentés sur le Plan scénographique dit de 1550 (AC Lyon, 2 S ATLAS 3), sont alors cédés à la Ville ; ils étaient essentiellement constitués de maisons avec cour et érigé le collège de la Trinité ont été progressivement acquises soit par la Ville, soit par les jésuites 1606, les jésuites signent avec la Ville un nouveau contrat, lequel prévoir la construction de nouveaux sont achevés en 1619. En partie détruit par un incendie en 1644, l’édifice est reconstruit à partir de 1645 par Simon Maupin, qui en assure la maîtrise d’œuvre jusqu’en 1657. Au collège s'ajoutent de nombreux bâtiments, parmi lesquels des chapelles de congrégations : chapelle des Messieurs (1638), chapelle l'actuelle rue Gentil. Les oratoriens prennent possession de l'ensemble en 1762 et font édifier une aile sur
    Référence documentaire :
    Cadastre napoléonien. Section G, dite de l'Hôtel de ville. 1831 (AD Rhône. 3 P 956) Cadastre napoléonien. Section G, dite de l'Hôtel de ville. 1831 (AD Rhône. 3 P 956) pièce 20 AD Rhône. 1 D 1. Inventaire général et chronologique des titres et papiers du collège de la Trinité AD Rhône. 1 D 1. Inventaire général et chronologique des titres et papiers du collège de AD Rhône. 1 D 2 : Titres de fondation, 1565-1668 AD Rhône. 1 D 2 : Titres de fondation, 1565-1668 . Pièce 6 (Premier contrat de fondation passé avec les Jésuites, 14.9.1567) transcrite in GROER, 1995, p AD Rhône. 1 D 8 : Cessions, acquisitions, extensions de bâtiments, 1574-1711 AD Rhône. 1 D 8 : Cessions, acquisitions, extensions de bâtiments, 1574-1711 AD Rhône. 1 D 11. Collège de la Trinité. Ancien pensionnat, 1576-1706 AD Rhône. 1 D 11. Collège de la Trinité. Ancien pensionnat, 1576-1706
1