Dossier d’aire d’étude IA69006205 | Réalisé par
  • inventaire topographique, Inventaire de la Ville de Lyon
Généralités du secteur des Jacobins
Copyright
  • © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel
  • © Ville de Lyon

Dossier non géolocalisé

  • Aires d'études
    Lyon Jacobins
  • Adresse
    • Commune : Lyon 2e

Conditions de l'enquête

allée : un terme (usage) lyonnais pour vestibule, entrée d'immeuble

"L'on trouve presque aux portes de Lyon de très bons matériaux pour la construction des édifices, dans les carrières de Couzon et de S. Cire sans parler de la pierre de taille qui vient de Bugey et de Savoye et qui se voiture par le Rhône avec beaucoup de facilité" (Clapasson, 1741, rééd. par Chomer, Pérez, 1982). Charles VIII fit des joutes et tournois aux trois endroits principaux de la ville : rue Grenette devant les Cordeliers, rue Juiverie et devant le Palais de Justice (Clapasson, p. 166). La rue Tupin est une des rues de Lyon où il y a le plus de commerce, elle aboutit à la place des Cordeliers (Clapasson). Jean Antoine Morand (1727 - 1794) installe sa famille à Lyon rue Grenette en 1753. L'architecte Jean-Marie-Anselme Lablatinière (1829-1891) réalise des immeubles rue Grenette.

Le temple de Paradis (construit en 1564 - détruit avant 1572, voir VIRASSAMYNAÏKEN, Ludmila (dir). Lyon Renaissance. Arts et Humanisme. Paris, Somogy, Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2015, p. 38-39, cat. 33 a et b, 34) ainsi qu'on peut le voir sur une toile peinte de sa main en 1569-1570 (conservée à Genève au Musée international de la Réforme), temple probablement situé dans l'îlot Tupin - Ferrandière - Quatre-Chapeaux sur l'emplacement du tènement de Paradis.