Logo ={0} - Retour à l'accueil

Bac, puis bac à traille de Vernaison (disparu) ; piles (vestiges)

Dossier IA69006592 inclus dans Présentation de l'étude des points de franchissement du Rhône en région Rhône-Alpes réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénominationbac à traille
Appellationsbac de Vernaison
Dénominationsbac
Aire d'étude et cantonRhône-Alpes - Irigny
HydrographiesRhône
AdresseCommune : Vernaison
Lieu-dit : 69 Vernaison, 69 Solaize, Île de la Table Ronde
Adresse : rue du, Bac , chemin de la Traille Traille
Précisionsoeuvre située en partie sur la commune Solaize

Dès le début du 12e siècle, il est presque certain que Vernaison est relié à Solaize. Le passage est en tout cas attesté à la fin du 14e siècle ; il est mentionné dans un document d'archive de 1397 "Verneyson est port et passaige publique pour tous ceulx qui veulent passer de l'Empire au Royaume ou, au contraire". La traille, dont il subsiste des vestiges, est construite durant la première moitié du 19e siècle. On en trouve la trace à plusieurs reprises dans les documents : en 1838, sont mentionnées des réparations à faire "aux pieds de chefres" (annexe n° 1) ; après les grandes crues de 1840, le fermier de Vernaison se plaint d'un engravement qui gêne le pontonnier et lui interdit d'embarquer bétail et voitures. En 1849, 1400 francs-or sont nécessaires pour remettre en état l'ancien bateau de Vernaison avant de pouvoir l'affecter à la traille d'Irigny. Un bateau neuf avait été construit auparavant à Vernaison. En novembre 1852, le fermier Chevrot se plaint que "l'accès du bac est rendu difficile et dangereux par les travaux entrepris le long du chemin de fer de Saint-Etienne et autour de l'embarcadère des trains. Les voitures ne peuvent ni accéder au bac ni en sortir". Le conflit avec la Compagnie s'étend sur plus de douze ans (annexe n° 2). En 1902, la traille de Vernaison est supplantée par un pont suspendu, mais reprend du service, lorsque ce dernier est coupé en juin 1940, et ce jusqu'en 1959, date de l'inauguration de l'ouvrage actuel. (Éléments historiques et citations d'après Cogoluènhe).

Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : 1ère moitié 19e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle

Le bac de Vernaison reliait la rue du Bac, au sud de la ville actuelle de Vernaison, au chemin de la Traille, côté Solaize. Il en subsiste les deux piles, à quelques dizaines de mètres en aval du pont suspendu de Vernaison. La pile de la rive droite jouxte une voie ferrée ; celle de la rive gauche se situe sur l'Ile de la Table Ronde (commune de Solaize). Les deux piles de traille, de forme quadrangulaire, sont de construction soignée, en pierre de taille. Elles conservent leur escalier d'accès avec marches en boutisse et leur poulie métallique sur laquelle passe la traille. La pile de la rive droite abrite le treuil, réglant la tension du câble. Sur la rive gauche, un bac est relié à la traille en place entre les deux piles par un traillon.

Murspierre
pierre de taille
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier tournant en maçonnerie
Typologiesbac, bac à traille
États conservationsdétruit, vestiges

D'après la thèse de Cogoluènhe.

Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Lettre adressée le 29 décembre 1838 par J. P. Chevrot à Monsieur le Préfet du Rhône (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980, livre 3 : annexe D-19) :

    Irigny, le 29 décembre 1838

    Le Sieur Chevrot (Jean-Pierre), pontonnier du bac à traille de la dite Commune d´Irigny, depuis 21 ans, il a cessé d´être votre fermier d´après la dernière crié qui a eu lieu le 14 du courant. Il en jouit encore jusqu´à la fin dudit mois. Il a l´honneur de venir prévenir Monsieur le Préfet du Rhône qu´il a été prévenu ce matin qu´hier 28 du courant vous aviez mis à la crié le bac à traille de Vernaison et qu´elle n´avait pas été adjugée, à raison des réparations qui se trouvent à faire aux pieds de chefres et le faisant il vous offre cinc cent cinquante f. bons de pour 9 années ; il promet que le bac se loura beaucoup mieux, par le moyen qu´il aura soin d´entretenir la route pour faciliter les voyageurs ou les allans et venans.

    Il y a des réparations à faire sur la rive gauche côté Dauphiné pour l´embarquement qui est dans un très mauvais état.

    Il a l´honneur de prier Monsieur le Préfet de vouloir bien lui honorer d´une réponse.

    En attendant cet avantage, il se dit Monsieur le Préfet, votre très humble et très obéissant serviteur,

    Jean Pierre Chevrot

    (AD Rhône)

  • Extrait de la lettre adressée le 27 septembre 1853 par Charles Chevrot, fermier du Bac de Vernaison à Monsieur le Conseiller d´État, administrateur du Département du Rhône (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980, livre 3 : annexe D-28) :

    [...] a l´honneur de vous exposer que, par suite des travaux que la Compagnie du chemin de fer de Saint-Étienne à Lyon vient d´exécuter pour clore la station qu´elle a établie dans cette localité, les abords du bac sont considérablement amoindris.

    Ainsi la rampe de débarquement qui avait six mètres de largeur a été réduite à trois mètres cinquante centimètres ; par suite le croisement des voitures est devenu impossible ; d´un autre côté, les voitures chargées de paille venant du Dauphiné et celles chargées de fagots de bois ou de fourrage sortant de l´île de Vernaison, lesquelles présentent un grand volume, ne peuvent franchir la rampe qui n´a pas la largeur voulue.

    Ce n´est pas tout : le pied de la chêvre est dans l´enceinte fermée de la station, il ne sera plus possible de ranger le cable, de graisser à volonté les poulies et de faire les autres réparations [...] les fils du télégraphe électrique placés en avant et à côté du pied de chêvre rendent difficile, sinon impossible les divers travaux et réparations d´entretien que le service journalier du bac exige.

    Cet état de choses est excessivement préjudiciable aux intérêts du pontonnier et si on ne le fait cesser, il est certain que les passagers s´éloigneront de ce bac pour aller passer ailleurs et le Sieur Chevrot éprouvera une perte considérable.

    Il s´adresse donc à vous, Monsieur le Conseiller d´État pour que, dans votre justice, vous vouliez bien ordonner que l´on rétablira la rampe du bac à sa largeur de six mètres et que l´on changera de place le pied du chêvre [...] soit contre le talus oriental du chemin de fer, près du Rhône et du bac.

    Dans le cas où il ne serait pas possible de rendre les abords du bac praticables et sûrs, il ne resterait au Sieur Chevrot qu´à demander une diminution de son bail, si l´on ne voulait lui accorder la résiliation.

    Plein de confiance dans votre sagesse et votre profond désir de rendre justice à tous,

    Il a bien l´honneur d´être votre très humble et très obéissant serviteur.

    Vernaison le 27 septembre 1853

    Charles Chevrot

    (AD Rhône).

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d´Assemblage du Plan Cadastral Parcellaire de la Commune de Vernaison / 1:10000. 1822. 1 plan : en coul. (AD Rhône, 3 P 2156)

  • Commune de Vernaison SectionA dite du Bourg en 2 feuilles 2me feuille / 1:2500. 1822. 1 plan : en coul. (AD Rhône, 3 P 2158)

  • [Plan de situation du bac de] Vernaison, 1866 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980, livre 1, p. 141)

Bibliographie
  • COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980. 3 volumes

    livre 1, p. 46, p. 47, p. 49, p. 61, p. 63, p. 73, p. 74, et p. 141 (plan de situation) ; livre 2, p. 64 et p. 85 ; livre 3, Annexes D19 et D28
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Havard Isabelle - Decrock Bruno