Logo ={0} - Retour à l'accueil

Centre de formation professionnelle agricole, puis lycée professionnel agricole, puis établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole des Combrailles, site de Pontaumur

Dossier IA63002622 réalisé en 2019

D'après l'INSEE, la commune de Pontaumur comptait 675 habitants en 2015 et elle est située sur la zone d'emplois de Clermont-Ferrand, dont elle est distante pourtant de 40 km.

Le secteur sur lequel est implanté le lycée, entre la rivière (le Sioulet) et l'avenue Gordon-Bennett (route de Clermont-Ferrand à Limoges), encore totalement vierge en 1954 (voir les données de la rubrique "Remonter le temps" de l'IGN), a fait l'objet de plusieurs aménagements dans les années 1960. Il est désigné du terme de "Grand pré" et correspond à une parcelle cadastrée au n°48 de la section C, que le conseil municipal se propose d'acquérir le 21 février 1962 afin d'y aménager un camping et un lotissement composé de 30 lots.Plan du lotissement, 13 février 1962, modifié le 1er juin 1962, par Georges Galinat, architecte de la ville de Riom.Plan du lotissement, 13 février 1962, modifié le 1er juin 1962, par Georges Galinat, architecte de la ville de Riom. Cette opération représente "une extension et un équipement du bourg intéressant les particuliers, le commerce et le tourisme"1. La décision fait l'objet d'une modification en séance du conseil municipal datée du 12 janvier 1967. Une partie des lots non vendus du lotissement seront affectés à la réalisation d'un projet double, tous deux inscrits au 5e Plan : la construction d'une maison de retraite et d'un centre de formation professionnelle agricole (CFPA). Le conseil municipal met gratuitement à disposition des services du ministère de l'Agriculture le terrain nécessaire à l'implantation "du nouveau service". Un arrêté préfectoral du 20 février 1967 entérine les modifications inhérentes aux deux nouveaux projets.Extrémité nord de l'établissement (la partie ouverte correspond à la salle du réfectoire, la partie aveugle aux cuisines). Au fond, on distingue le clocher de l'église de Pontaumur, située en contre-haut du centre-ville. La présence de la grue atteste des travaux entrepris afin de remplacer l'édifice étudié destiné à la démolition.Extrémité nord de l'établissement (la partie ouverte correspond à la salle du réfectoire, la partie aveugle aux cuisines). Au fond, on distingue le clocher de l'église de Pontaumur, située en contre-haut du centre-ville. La présence de la grue atteste des travaux entrepris afin de remplacer l'édifice étudié destiné à la démolition.

Le lycée se situe à un peu plus de 400 mètres à vol d'oiseau de l'église paroissiale et autant de la mairie.

Néanmoins, depuis le parvis de l'église, située pourtant en contre-haut du centre, le lycée demeure invisible (certes en une période où le feuillage des arbres est à son maximum). Séparé en outre de l'avenue Gordon-Bennett par le lotissement de villas, le lycée, à tous points de vue, cultive la discrétion : un parti architectural qui en fait correspond aux années de sa construction. Cependant, il ne s'intègre pas à la pratique constructive en préfabriqués typique de ces années-là en matière d'établissements d'enseignement (hormis les planchers que les entrepreneurs pourront, s'ils le souhaitent, mettre en oeuvre sous forme de préfabriqués), peut-être car la construction ne relevait pas du ministère de l'éducation nationale, mais de celui de l'agriculture ?

Nous avons visité le site en juin 2019 alors que le chantier de construction de l'édifice de remplacement battait son plein, c'est ainsi que la lecture que nous avons eue du bâtiment initial a pu être perturbée.

1AC de Pontaumur. 1 D 1*. Registre des délibérations du conseil municipal. 21 février 1962.
Dénominationsécole d'agriculture
Aire d'étude et cantonaire d'étude de la région Auvergne-Rhône-Alpes
AdresseCommune : Pontaumur
Adresse : 11 rue
Montaigne
Cadastre : 2019 AO 121

L'établissement, dont les désignations précises ont varié mais qui conserve en façade l'acronyme LPA, pour lycée professionnel agricole, a ouvert ses portes à la rentrée de 1971, d'après le gestionnaire du lycée rencontré le 4 juin 2019. L'avant-projet conservé dans les archives de la mairie, daté du 2 octobre 1967, est signé de Georges Galinat, architecte, et F. Jaffeux, architecte DPLG, et apparaît comme une commande du ministère de l'agriculture. On peut supposer que les travaux ont commencé en 1969 ou 1970. La réception définitive des travaux ayant été programmée pour le 30 octobre 1972. Par ailleurs, un ancien fascicule non daté (présentation de l'établissement à sa création ?) nous a été remis par l'administration ce même 4 juin 2019 dans lequel il est fait état d'un Centre de formation professionnelle agricole menant au brevet dit BEPA, option agriculture-élevage, alors qu'en 2019, le lycée, dit des Combrailles et basé en outre sur le site de Saint-Gervais d'Auvergne, affiche une spécialité de formation aux métiers de l'animalerie à Pontaumur, et aux métiers du chien à Saint-Gervais-d'Auvergne. Chacun des deux sites accueille environ 120 élèves (dont 98%, à Pontaumur, sont internes).

En 2009, d'après la même source orale, l'établissement a été réorganisé, mais pas agrandi. Dès cette époque, un projet de reconstruction avait été évoqué. Des plans produits en 2015, repris par la suite, ont conduit à l'ouverture du chantier de reconstruction en octobre 2018 (permis de construire délivré au président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, le 21 novembre 2016), sur le site-même de l'établissement, à l'emplacement de la cour des élèves, puisque aucune opportunité foncière ne s'était dégagée sur la commune. Lorsque les travaux seront terminés, l'établissement actuel, dont nous rendons compte, sera démoli.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1967, daté par source
1971, daté par tradition orale
Auteur(s)Auteur : Galinat fils Georges
Georges Galinat fils

Architecte voyer. Auteur, avec Sarrou, ingénieur-géomètre, du Plan d'aménagement et d'extension de Châtel-Guyon, 1929.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : JAFFEUX F.
F. JAFFEUX

Architecte DPLG (désigné comme tel sur les plans de l'avant-projet du LPA de Potaumur, 2 octobre 1967).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

L'édifice tel qu'il a été réorganisé en 2009 se présente comme une longue barre à travées, parallèle à la rue, surmontée, en son milieu seulement, de deux étages carrés. Il respecte un recul d'alignement occupé principalement par un jardin de façade et un perron. Au sud, au niveau de la salle, dite de conférences à l'origine et polyvalente actuellement, bassins, ponceau, volières et hôtel à insectes sont isolés de l'espace public par une grille de clôture à simples barreaux.

À l'arrière et au nord, un corps de bâtiment contenant actuellement le centre de documentation et les garages flanque la barre principale. Les garages, initialement ateliers, sont couverts d'une structure métallique apparente. Deux escaliers principaux, tournants et suspendus, desservent les étages et un escalier secondaire rampe-sur-rampe, accessible uniquement depuis le dégagement entre réfectoire et cuisines, complète le dispositif de circulation verticale, sans compter les degrés, et les escaliers de secours métalliques situés à l'extérieur. Les deux escaliers principaux sont éclairés par des "colonnes" de pavés de verre situées de part et d'autre de la cage, créant une saillie sur l'élévation arrière.

À partir du sud au rez-de-chaussée on trouve ainsi une salle polyvalente (devenant salle d'étude en soirée pour les internes) disposant d'un système de baies aménagées en dents de scie en façade, un vestibule, prolongé par un auvent à l'extérieur, puis un couloir central distribuant à l'est les salles de classe et de travaux pratiques, et à l'ouest principalement les bureaux et les cages d'escalier.

Au sud des deux étages carrés avaient été prévu des logements de fonction : celui du premier étage a été transformé en chambres, prolongeant ainsi la succession des chambres de l'internat des filles. Au second étage, l'internat des garçons est distribué de la même façon. Des salles communes de douches et de lavabos, selon un schéma qui diffère de celui prévu dans l'avant-projet, s'intercalent entre les chambres, côté ouest.

D'après le devis descriptif des travaux inclus dans l'avant-projet et ce que nous avons pu globalement observé, les murs de façade et de refend sont "en béton banché de gravier de rivière et ciment, ou maçonnerie de pierre suivant l'aspect des façades". Le tout sur une semelle en béton armé "coulé sur un béton de forme". Pour les planchers, ils sont indiqués comme devant être en béton de ciment armé sur poutrelles préfabriquées mais "il pourra être proposé par les entreprises une variante comportant des planchers entièrement préfabriqués". En façade, le béton est enduit au mortier de ciment et crépi d'un plastique sans ciment à base de résines synthétiques. Les principaux panneaux de façade et leurs menuiseries en sipo (bois provenant d'Afrique) sont vernis sur trois couches. Chacun des panneaux est large de 2,02 m et les poteaux qui les séparent de 0,38 m. Les toits terrasse ont reçu une étanchéité en asphalte coulé et des coupoles en plexiglas ont été prévu au-dessus des ateliers et du réfectoire. Un "passadôme" (lanterneau permettant éclairage zénithal et accès à la terrasse) au-dessus du couloir du troisième étage est également indiqué dans le devis sans que nous ne soyons allés en constater l'existence.

Le devis estimatif des travaux s'élevait en 1967 à 1 769 000, 00 Francs.

Les escaliers métalliques de secours ont été ajoutés après coup.

Mursbéton béton armé
béton crépi
pierre moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitbitume
Étages2 étages carrés
Couvrementscharpente métallique apparente
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturesterrasse
Escaliersescalier demi-hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour suspendu
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour
escalier isolé : escalier en vis sans jour en charpente métallique
Jardinsbocage de jardin
Techniquesmaçonnerie
Précision représentations

Le premier niveau de l'édifice, en façade principale sur la rue (correspondant au rez-de-jardin), est parementé (ou maçonné ?) de moellon, de même que le pan de mur situé au nord de l'auvent.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Documentation du Service régional de l'Inventaire. CFPA Pontaumur. Agriculteurs, futurs agriculteurs, pour votre formation et celle de vos enfants, renseignez-vous. Sans date ni nom (imp. chez Siman à Clermont-Ferrand). [1971 ?]

    Plaquette illustrée notamment d'une photographie de façade, de trois salles et d'une "chambre de garçons".

    Plaquette de présentation du LPA de Pontaumur. Région Auvergne-Rhône-Alpes, SRI, site de Clermont : DEPL 031
Documents figurés
  • AC Pontaumur. CFPA, puis LPA de Pontaumur. Avant-projet, par Georges Galinat, architecte de la ville de Riom. 2 octobre 1967.

    Plan d'implantation.

    Façades et coupes.

    Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée.

    Plans des étages.

    AC Pontaumur : 8 W 12
© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Renaud-Morand Bénédicte
Bénédicte Renaud-Morand

Chercheure à l'Inventaire général du patrimoine culturel d'Auvergne-Rhône-Alpes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.