Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chapelle du lycée de garçons, actuellement lycée Champollion

Dossier IA38000975 inclus dans Lycée de garçons, actuellement lycée Champollion réalisé en 2013

HISTORIQUE

Dès l'origine du projet de construction d'un nouveau lycée, le Conseil municipal décide de placer la chapelle sur un îlot séparé. L'emplacement est choisi le 2 décembre 1882 : il s'agit de l´îlot n° 20 du plan d'alignement, d'une superficie de 5 à 600 mètres carrés, situé à l´angle nord-ouest du prolongement de la rue Lesdiguières et du boulevard 97, futur boulevard Gambetta. Emile Vaudremer présente les plans et l´avant-projet le 24 février 1883, puis les plans définitifs le 29 mars 1883. Respectant le voeu de la municipalité de dissocier espace religieux et espace public d'enseignement, il a élaboré deux plans distincts, un pour le lycée, un autre pour la chapelle (Arch. mun. Grenoble, 2 Fi 294).

La date précise de construction n´est pas connue. Elle semble avoir été édifiée après l´ouverture du lycée en 1887, et a été financée, prix du terrain compris, pour moitié par l'Etat et pour moitié par la Ville (Arch. mun. Grenoble : extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, séance du 9 juillet 1909, 4 M 73). Les travaux ne sont complètement achevés qu´en 1898, avec la fermeture du mur de clôture (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73, carton 13, n°4).

Malcommode d´accès, car située du côté opposé à l'entrée principale du lycée sur le cours Lafontaine, la chapelle n´a servi qu´une quinzaine d´années. L'extension du quartier de Bonne et la pression immobilière ont très vite raison du bâtiment ; elle disparaît d'autant plus facilement que sa valeur architecturale est alors jugée médiocre. En octobre 1907, le projet de désaffectation et de transfert de la chapelle est inscrit à l´ordre du jour du Conseil municipal (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73). Mais c´est surtout un argument économique qui a pesé en faveur de sa démolition : le produit de la vente devait permettre de financer d'importants travaux de réfection des toitures du lycée et de l'Université, pour lesquels l'État refusait à la Ville toute subvention.

La désaffectation de la chapelle devait initialement être compensée par l'aménagement d'une salle pour le service religieux à l'intérieur de l'établissement scolaire (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73). Dans un premier temps, il est envisagé de l'implanter au 1er étage du bâtiment des réfectoires (aile ouest de la Cour des cuisines), dans un dortoir inutilisé en raison de la baisse des effectifs de l'internat. Le 1er juin 1908, une lettre de l'administration du lycée adressée à l'architecte de la Ville précise la nature des aménagements à réaliser. Une partie du mobilier doit être remployée : les tableaux, l'autel et sa garniture, l'harmonium. Une autre est à créer : la chaire, la barrière de communion, des chaises et prie-Dieu fixes. Un devis accompagné d'un plan est joint à ce courrier (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73).

Le projet ne peut être réalisé car trop coûteux. Aussi l'administration envisage-t-elle dans un second temps d'installer la salle de culte de plain-pied, dans le préau des Grands, en annexant une salle d'escrime pour y placer la sacristie. Mais cette nouvelle proposition n'aboutit pas non plus, en raison d'une situation budgétaire très contrainte.

Le destin de la chapelle est scellé en 1909. Le 9 juillet, le Conseil municipal décide l´aliénation du terrain et la partition en deux lots de la parcelle sur laquelle s´élève la chapelle (parcelle n°686 de la Section II). Cette partition doit permettre d'en tirer un meilleur prix lors de son adjudication, l'ensemble devant être mis aux enchères au prix de 70 francs le mètre carré pour le lot en façade sur le boulevard Gambetta, 55 pour le lot en façade sur la rue Aubert-Dubayet (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : extrait du registres des délibérations du Conseil municipal, séance du 9 juillet 1909). Le 10 août, le Ministère de l'Instruction publique décide sa désaffectation, le 8 septembre, un plan de lotissement est réalisé pour le compte de la Ville, le 15 octobre enfin, le recteur de l´Académie remet les clefs de la chapelle à la Ville. La vente du terrain, réalisée quelques mois plus tard, est adjugé au profit de M. Guigné pour le lot 1, de MM. Hennequin et Barbier pour le lot 2. Elle rapporte 121 241 francs, soit le double de l'estimation initiale (60 000 francs) (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : procès-verbal d'adjudication, vente enregistrée par Maître Maguet, notaire à Grenoble, le 5 mars 1910). Le ministère impose également que l'édifice soit démoli (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73 : extrait du registres des délibérations du Conseil municipal, séance du 10 décembre 1909). Le cahier des charges impose en outre aux adjudicataires (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73) de réaliser des "constructions convenables" dans un délai de dix ans à compter de la date d'acquisition.

Dénominationschapelle
Aire d'étude et cantonRhône-Alpes
AdresseCommune : Grenoble
Adresse : rue, Lesdiguières , boulevard
Gambetta
Cadastre : 1908 II 686

Edifiée après le construction du lycée de garçons (achevée en 1887), la chapelle est démolie vers 1910.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Vaudremer Joseph-Auguste-Emile architecte attribution par source

La chapelle est implantée au sud-ouest du lycée, à l´angle du boulevard Gambetta et de la rue Lesdiguières qu´elle longe, libérant ainsi de l´espace sur la parcelle pour un petit jardin clos de murs. De plan rectangulaire, elle s´inscrivant dans une parcelle de même forme. Sur l'élévation principale, trois arcades en plein-cintre soulignées par une moulure pleine reposent sur des piliers retaillés sur une partie de leur hauteur, simulant une colonne adossée. Elles ouvrent sur un porche dans-oeuvre et sont surmontées d'une triple baie jumelée en plein-cintre, tandis que sur l'élévation latérale sud six baies éclairent la nef. Une petite croix de pierre couronne le pignon découvert. Sur l'élévation latérale, la présence du porche est marquée coté rue par une jambe harpée à hauteur de l'empattement, tandis que le choeur et la sacristie s'inscrivent dans un volume cubique dont la hauteur est diminuée d'un tiers par rapport à celle de la nef. Une corniche à modillons, des chaînes d'angle harpées et des encadrements de baies en pierre de taille apportent un peu de vibration au mur lisse fait de moellons enduits. Une tour d'escalier hors-oeuvre avec escalier en vis permet d'accéder à une petite tribune placée au-dessus du porche. A l'intérieur, des verrières à motifs géométriques éclairent la nef meublée de bancs ; un autel en marbre (Arch. mun. Grenoble, 4 M 73) est placé dans une petite abside qui marque le choeur, à l'arrière de laquelle se trouve la sacristie, éclairée par une triple baie jumelée.

Mursenduit
pierre de taille
moellon
Toitardoise (?)
Plansplan massé
Étages1 vaisseau
Couvrementscharpente en bois apparente
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
États conservationsdétruit
Statut de la propriétépropriété de l'Etat
propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Grenoble. 4 M 52. Financement, 1885-1899.

  • AC Grenoble. 4 M 68. Aménagement de la salle des fêtes, 1901.

  • AC Grenoble. 4 M 73. Désaffectation de la chapelle, 1908-1912.

Documents figurés
  • Chapelle du lycée de Grenoble. Plan, élévations et coupes / Emile Vaudremer. 29 mars 1883. 1 dess. : crayon, aquarelle sur papier (AC Grenoble 2 Fi 294)

  • Plan de la chapelle. Achèvement du mur de clôture., 19 août 1896. 1:250. Calque. 55 x 24 cm. Plan de l'architecte municipal. (AC Grenoble 4 M 68).

  • Plan masse de la chapelle du lycée. Plan. 1:200. Calque. 32 x 36 cm, 1901 (AC Grenoble 4 M 68).

  • Réquisition et adjudication de l´ancienne chapelle du lycée de garçons (bd Gambetta) appartenant à la Ville de Grenoble, 5 mars 1910. Aperçu des dépenses à faire pour l´installation d´une chapelle à l´intérieur du lycée de garçons (1908, 17 juin) ; la dépense s´élève à 13.400 francs ; le document est accompagné d´un plan pour cet aménagement. 46 x 90 cm. (AC Grenoble 4 M 73)

Bibliographie
  • GUÉGAN, Catherine. La chapelle disparue du lycée Champollion à Grenoble, Les carnets de l´Inventaire : études sur le patrimoine de Région Rhône-Alpes [en ligne], mars 2013. URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/1594

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guégan Catherine