Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Sainte-Catherine (détruite)

Dossier IA42001390 réalisé en 2006
VocablesSainte-Catherine
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Grézieux-le-Fromental
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1809 A 65

Une église sous le vocable de Sainte Catherine est mentionnée à Grézieux en 1378, Ecclesia Beate Catherine Greysiaci, 1378 (B 1871, f° 43). Il s´agit probablement de la chapelle du château, car l´église paroissiale de Grézieux, annexe de Précieux, était au début du XVIe siècle dédiée à saint Menne ou Mein (Dufour). La visite pastorale de 1614 nous signale que « l´église parrochialle St-Menne de Grésieu-le-Fromental, annexe de celle de Preyssieu, desquelles est curé messire Jean Coste, prestre » a deux chapelles. Celle au nord, sans fondation, ni service, est sous le vocable Saint-Antoine, et que l´autre, sous le vocable Saint-Pierre et Sainte-Catherine a deux commissions de messes fondées. En 1887, l´architecte Rivolet déclare que la restauration de l´église est impossible, et E. de Vazelhes, le maire, indique que l´église est faite d´éléments de styles dissemblables et a été réparée à plusieurs reprises au 19e siècle, notamment en 1836 et 1844. En 1836, le maire de Grézieux demande un devis pour d´importants travaux à réaliser aux murs lézardés de l´église. Le mur d´ouest et celui du nord de l´église sont lézardés, de même que les murs nord et est de la sacristie. Le mauvais état de ces murs résulte de la poussée des voûtes de l´église et d´un vice dans les fondations. Il est improbable de pouvoir les réparer partiellement, il serait préférable de les reconstruire en entier. Demande renouvelée en 1844 pour des travaux à l´église et au presbytère. A la fin du XIXe siècle, l´église, fermée depuis peu au culte et à la veille d´être rebâtie, comprend un choeur en cul-de-four, mesurant 4,60m en largeur et profondeur, et une nef longue de 11m et large de 6,20m. Celle-ci, en communication avec le choeur par un arc triomphal ogival, avait autrefois ses murailles ornées de peintures du XVIIIe siècle. L´église était primitivement couverte d´un lambris ou d´un plafond qui fut remplacé, à la fin du siècle dernier, par une voûte de briques, en anse de panier, aujourd´hui effondrée. Deux chapelles latérales, du commencement du XVIe siècle, s´ouvraient sur cette nef par d´élégantes arcades d´un profil différent. Un clocher sans caractère, probablement du XVIIe ou XVIIIe siècle, surmontait la chapelle de gauche. Au moment de sa démolition en 1889, des peintures murales datant de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle sont mises au jour sous les couches successives de plâtre du pourtour de l´abside. Elles représentent des scènes de la vie de sainte Catherine. D´autres peintures sont signalées dans la chapelle Saint-Mein située au sud : plusieurs litres funéraires du XVe et du XVIIIe siècle. Le maire fait alors arrêter les travaux et construire un abri provisoire. Le maire projette dès lors de garder l´ancienne abside, avec une nouvelle toiture, pour conserver les peintures, et l´emprise de la nouvelle église sera légèrement déplacée pour cela. Malgré tout, l´église ancienne est détruite et avec elle les peintures murales, et la nouvelle est érigée sur le même emplacement. La pose solennelle de la première pierre se passe le dimanche 13 avril 1890 et l´église est bénite le dimanche 25 octobre 1891.

Période(s)Principale : 14e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1889, daté par source

L´édifice ancien était un bâtiment pauvre d´aspect datant de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle. Il comportait une abside de 4,60 m de côté, éclairé d´une fenêtre axiale cintrée puis de deux autres de forme ogivale percées au XVIe siècle ; au XVIIIe siècle, une porte est percée dans son mur nord pour permettre l´accès à une sacristie construite dans l'angle du choeur et de la chapelle nord. Un caveau était établi au pied du maître-autel. A l´angle rentrant extérieur formé par le choeur et la chapelle sud, plaqué contre le mur de l´abside, se trouvait un enfeu voûté en arc d´ogive (h=200 ; l=175 ; Pr=70). La nef, séparée du choeur par un arc triomphal, et longue de 11 mètres et large de 6,20 mètres, dimensions intérieures, possédait d´épais murs en éperon à la base et d´aucun contrefort extérieur ; l´espace devait être, à l´origine, couvert d´un plafond, d´une charpente lambrissée. Fin XVIIIe ou début XIXe siècle, une voûte d´arêtes en anse de panier et en brique est construite. La façade de l´église comporte un portail ogival encadré de deux niches de même forme. Deux chapelles formant transept sont édifiées aux XVe puis au XVIe siècle. Celle de droite a sa voûte refaite à l´image de celle de la nef, et une piscine, surmonté d´une accolade, est creusée dans un pilier ; une fenêtre de style gothique flamboyant, à un meneau, ajoure le mur sud. Celle de gauche, voûtée sur des nervures prismatiques, comporte un autel dédié à saint Mein au-devant duquel se trouve un caveau avec une pierre tombale datée 1625 et armoriée (famille Drogue ?) ; au-dessus de cette chapelle s´élève un clocher de plan carré, sans contrefort également, accessible par un escalier extérieur droit en pierre, accolé au mur nord de la nef. Le clocher du XVIIe ou du XVIIIe siècle comporte en partie supérieure et sur chacune de ses faces des baies géminées, le tout coiffé d´une flèche brisée ; les deux cloches du clocher datent de 1817 et 1818 et sont ornées de feuilles d´olivier. Les matériaux de construction de la nef sont des moellons de calcaires ; le choeur et les parties gothiques sont en galets de rivière avec des petits blocs de granite, de calcaire du banc de Rufieu et de blocs de lauze. Avant sa démolition on distinguait au-dessus des voûtes effondrées de la nef, ainsi que dans la chapelle sud, des traces de peintures

Mursgranite
calcaire
moellon
moellon
Plansplan en croix latine
Étages1 vaisseau
Couvrementscul-de-four
voûte d'arêtes
voûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans
flèche carrée
croupe ronde
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
État de conservationdétruit
Techniquespeinture
Représentationssainte Catherine d'Alexandrie armoiries
Précision représentations

Scènes de la vie de sainte Catherine (peinture (étudiées dans la base Palissy). Litre funéraire du XVIe siècle avec armoiries d´Annet, fils de Bertrand de César et Françoise de Bonneval, seigneur de Grézieux vers 1540. Sur la précédente, litre funéraire du XVIIIe siècle : 2 écussons ovales accolés sous une couronne de comte : d´or à un chevron et 3 têtes de léopard de gueules, appartenant à Bérardier. Dans la sacristie, peintures XVIIIe siècle : versets de la sainte écriture et armoiries semblables à celles de la litre funéraire du XVIIIe siècle.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Saint Méen

    DUINE F. Bio-bibliographique de saint Méen. In : Annales de Bretagne. Tome 19, numéro 2, 1903, p. 214-240.

    "Saint Méen est le fondateur d´une abbaye bretonne. Il vint de Grande-Bretagne en Armorique, et la tradition le rattache au groupe d´émigrés dirigé par saint Samson. [...]

    Le culte populaire de ce personnage s´est beaucoup étendu. Il semble même avoir pris à son compte les honneurs rendus à des Bienheureux de moindre réputation, mais dont le nom se rapprochait plus ou moins du sien. (...]

    36 - Les Saints patrons des corporations et protecteurs spécialement invoqués dans les maladies et dans les circonstances critiques de la vie, par Louis Du Broc de Sesange ; publié par Louis-François Morel. Paris, Bloud et Barral (1887), 2 Vol. in-8e.

    « Dans l´église de Grézieu (arrondissement et canton de Montbrison), il existe une fontaine dédiée à saint Méen. La commune de Grézieu prit saint Méen pour patron à la place de saint Roch, au XVe siècle, à la suite de la guérison miraculeuse d´un grand nombre d´habitants atteints de la gale ou de la teigne (T. I, p. 497-499) » ».

  • Descriptif des autres peintures, détruites, de l'ancienne église Sainte-catherine

    Chapelle Saint-Mein située au sud : décor 16e siècle : bandes formées de losanges noirs et blancs, disposés en chevrons encadrant de grands rinceaux peuplés de raisins et d´oiseaux. Litre funéraire, blason : parti : 1 d´argent au chevron de gueules (?), 2 d´argent au lion d´azur, au lambel à 3 pendants de gueules brochant sur le tout ; collier de Saint-Michel. Il pourrait s´agir des armes d´Annet, fils de Bertrand de César et Françoise de Bonneval, seigneur de Grézieux vers 1540. Par-dessus cette litre, une seconde, du 18e siècle : 2 écussons ovales accolés sous une couronne de comte : d´or à un chevron et 3 têtes de léopard de gueules. Ce sont les armes des Bérardier qui ont possédé Grézieux au moment où les peintures du choeur ont été faites, mais les émaux sont différents de ceux donnés par Gras ; l´autre blason est illisible.

    Sacristie du 18e siècle : décor peint : versets des Ecritures dans des cartouches alternant avec des blasons.

    - à gauche de la porte : DILIGEnter AGNOSCE / vultum pecORIS TVI / tuoS Que greges considera (Prov. XXVII, 23)

    - au dessus de la porte : NOLI LABORARE / Ut DITERIS / SeD PRVDENTIAE TVAE / PONE MODVM / PROVA XXIII . VERS 4 ;

    - mur ouest : blason comme sur la litre 18e. Inscription : PRO / ANIMA TVA / Ne cONFunDARIS / DICERE VERum / eCCLA cAP IIIi VERS 24 ; et autre écusson non identifié.

    [VAZELHES, E. Peintures murales dans l´ancienne église de Grézieux-le-Fromental. In Bulletin de la Diana, tome V, avril-octobre 1889, p. 64-76].

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série O : 1013. Grézieux-le-Fromental. 1836. Département de la Loire / Devis descriptif des réparations nécessaires à l´église de la commune de Grézieux / Motifs du projet et détail des ouvrages Suite à une lettre du maire adressée au préfet, concernant une demande de devis pour les réparations à effectuer à l´église signalée comme étant en mauvais état, l´architecte du département a été dépêché pour y répondre : - Le mur d´ouest et celui du nord de l´église sont lézardés, de même que les murs nord et est de la sacristie. Le mauvais état de ces murs résulte de la poussée des voûtes de l´église et d´un vice dans les fondations. Il est improbable de pouvoir les réparer partiellement, il serait préférable de les reconstruire en entier. - Le présent devis comprend tous les travaux nécessaires pour démolir et reconstruire les quatre murs en question ; refaire la voûte de l´église, en brique, dans les parties qui s´appuient contre les murs à démolir (8 m X 8 m); refaire la toiture en tuile de cette partie et démolir et replacer le plancher et la toiture de la sacristie. - La chaux proviendra des fours de Sury, le sable des ruisseaux voisins. Reconstruction des 64 m² de la voûte en brique et de la toiture en tuile, des murs en maçonnerie. Montant du devis (démolition et reconstruction) 1680 F.

  • AD Loire. Série O : 1013. Grézieux-le-Fromental. 1844. Commune de Grézieux le Fromental / Devis estimatif des travaux urgents à réaliser à l´église et au presbytère de Grézieux le Fromental / Description des ouvrages. 1 - Travaux à faire à l´église : * Reconstruire en maçonnerie le mur nord qui menace ruine * Construire sous le dallage deux conduits pour l´écoulement des eaux qui rendent excessivement humide l´église. * Refaire le pavé en dalle de toute l´église. * Recrépir et enduire au mortier les murs et la voûte de l´intérieur de l´église et les blanchir au lait de chaux. * Revêtir en menuiserie de chêne une partie du choeur et y établir les stalles 2 - Travaux à faire à la sacristie : * Drainer le sol * Remplacer le pavé en carreaux de terre très mauvais par un neuf * Plafonner le plancher ciel 3 - Travaux à faire au clocher : * Construire un petit escalier en pierre pour monter au clocher 4 - Travaux à faire à la sacristie : * Refaire les carrelages de la cuisine, de la salle du corridor, des deux chambres à coucher et du cabinet. * Construire un hangar pour abriter le combustible et une petite écurie avec un petit fenil au-dessus.

  • AD Loire. Série 1111 VT : 91. Fonds Louis Bernard.Fresques de Sainte Catherine (dossier 1973), disparues. Bibliographie : * E. de Vazelhes : peintures murales dans l´église de Grézieux-le-Fromental, avec 6 reproductions sans doute d´après les photos d´E. Brassart. Bull. Diana 1889 t.V, p. 64 à 77. * J. Dechelette et E. Brassart. Les peintures murales du Moyen Age et de l´Art Roman en Forez. Montbrison, 1900, p. 31 à 36, 6 photos. Inscription : 2ème tableau : S / X / SCS / KATERIN * 3ème tableau : PRS / PHIL * 4ème tableau : KATERINA / MF ENS * 5ème tableau : SCA / KATERIN Début 14e siècle Emplacement : Choeur de l´église, la voûte était peinte (peintures découvertes lors de la démolition de l´église en 1888-89. Dimensions : h tableau = 1m. 9 tableaux, lavis, description des tableaux.

Documents figurés
  • Grézieu [Plan et élévation sud-ouest de l'église, vers 1880] / Thomas Rochigneux (dessinateur). 1 dess. : plume sur papier, vers 1880 (Bibl. Diana, Montbrison. Fonds Brassart. Cote 5081).

Bibliographie
  • Archives départementales du Rhône. Recueil des visites pastorales du diocèse de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Tome I. Visites de 1613-1614. Lyon : aux Archives départementales, 1926

    p. 403
  • BRASSART, Eleuthère ; DECHELETTE Joseph, dir. Les Peintures murales du Moyen Âge et de la Renaissance en Forez . Montbrison : impr. de E. Brassart, 1900

    p. 31-36
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 427-428.
  • DUINE F. Bio-bibliographique de saint Méen. In : Annales de Bretagne. Tome 19, numéro 2, 1903

    p. 214, 231-232
  • HALM, Cindy. Les églises du Forez au 19e siècle et leur importance dans le tissus social. T. 2. canton de Montbrison et Noirétable. Montbrison : la Diana (Recueil de mémoires et documents sur le Forez ; 43), 2006

    p. 21-26.
  • THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins, ouvrage illustré de 980 gravures ou eaux-fortes, publié sous les auspices de la Diana... Lyon : Imprimerie A. Waltener, 1889 (2 vol.)

    p. 279.
  • VACHET, Adolphe (abbé). Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités. Abbaye de Lérins ; Imprimerie M. Bernard,1899. 752 p. ; 27,5 cm.

    p. 172.
  • GARDES, Gilbert (dir.). Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire. T. 4. Montbrison et sa région. Le Coteau : Horvath, 1985

    p. 130-131.
Périodiques
  • DE VAZELHES, F.Peintures murales dans l´église de Grézieux-le-Fromental. Bulletin de la Diana, t. 5, Janvier-avril 1889.

    p. 64-77
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry