Logo ={0} - Retour à l'accueil

Gare d'arrivée du chemin de fer à crémaillère du Revard, puis supérette La Crémaillère, actuellement colonie de vacances de la ville de Pantin dit Centre La Crémaillère

Dossier IA73003812 réalisé en 2014

Fiche

Genrecommunal
AppellationsGare d'arrivée du chemin de fer à crémaillère, La Crémaillère
Dénominationsgare, superette, colonie de vacances
Aire d'étude et cantonPlateau de la Leysse
AdresseCommune : Les Déserts
Lieu-dit : le Revard
Cadastre : 1864 N ; 2014 AB 22-23
AdresseCommune : Pugny-Chatenod
Lieu-dit : le Revard
Cadastre : 1880 A ; 2014 AC 20-22

La première gare d’arrivée du chemin de fer à crémaillère est élevée en 1892. Elle adopte la forme et l’architecture des haltes des tramways genevois construits par la Société de chemin de fer à voie étroite (voir Chemin de fer à crémaillère du Revard). En 1897, les concessionnaires de la ligne et propriétaires de la station procèdent à une campagne d’embellissement des installations : les élévations des hôtels du Revard, de la station intermédiaire de Pugny-Chatenod et de la gare d’arrivée sont recouvertes d’un essentage en tavaillons.

Lors de la campagne de travaux menés en 1924-1925 par la Compagnie du Revard, filiale de la Compagnie de chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée (PLM) pour rénover la station (voir Station du Revard), la petite gare en bois est démolie pour laisser place à un nouvel édifice. Les dessins soumis en mai 1924 par l’entreprise aixoise Léon Grosse, chargée des chantiers conduits sur le plateau, ne sont pas retenus et la conception de la nouvelle gare est confiée à l’architecte parisien Pierre Patout.

Suite à l’ouverture du téléphérique et à la désaffection du chemin de fer à crémaillère à la fin des années 1930, la gare est reconvertie. Il semble qu’un projet de brasserie y ait été envisagé avant qu’une supérette, baptisée La Crémaillère, ne s’y installe.

Lors de la vente morcelée de la station en 1953, l’ancienne gare d’arrivée, son parvis au sud et les terrains au nord sont réunis dans le lot n°60, acquis par la société La Crémaillère (voir Station du Revard). Cette dernière divise à son tour le lot et vend le bâtiment de l’ancienne gare à la ville de Pantin en 1956. L’édifice est ainsi transformé, par l’architecte Collot de Paris et sous la surveillance du cabinet de l’architecte Laurent Chappis, pour accueillir une colonie de vacances : l’intérieur est entièrement réaménagé (création de cuisine et d’une salle à manger dans l’étage de soubassement ; aménagement de chambres en dortoirs et de sanitaires au rez-de-chaussée et dans l’étage de comble). A l’extérieur, les modifications portent essentiellement sur les ouvertures : les baies en plein cintre de l’étage de soubassement sont remplacées par des baies rectangulaires ; un bandeau de fenêtres se substitue à l’oculus percé dans la façade est (dans un second temps). En 1968, la ville de Pantin fait appel à l’architecte aixois Jo Maire pour agrandir la colonie de vacances. Un nouveau bâtiment, implanté au nord et relié à l’ancienne gare par un petit corps de liaison comprenant un appartement de concierge, est édifié pour abriter les cuisines et la salle à manger (transférées de l'ancienne gare dans ce nouveau bâtiment) ainsi que de nouvelles chambres. Aujourd’hui, ces bâtiments accueillent toujours les colons des séjours proposés par la ville de Pantin.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source , (détruit)
Secondaire : 4e quart 19e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 3e quart 20e siècle , daté par source
Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates1892, daté par source
1897, daté par travaux historiques
1925, daté par source
1956, daté par source
1968, daté par source
Auteur(s)Auteur : Patout Pierre
Pierre Patout (1879 - 1965

Architecte français

Biographie établie par Jean-Pierre Petit (architecte, CAUE 73) :

Architecte français originaire de Tonnerre (Yonne). Élève médaillé de l'Atelier de Jean Louis Pascal de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (matricule 4874), diplômé en 1903. Il pratiqua essentiellement en région parisienne où il co-fonda en 1910 le groupe "Art et construction" qui réalisa notamment vers 1918 un prototype de maison industrialisée. Il fut notamment architecte de la Ville de Rueil-Malmaison ; des Galeries Lafayette ; puis architecte en chef de la reconstruction de Tours. Il construisit nombre de villas et d'immeubles de rapport, et quelques équipements, mais il est surtout connu pour, d'une part, ses décorations de paquebots français (Ile-de-France en 1926, Atlantique en 1930 et Normandie en 1934-35), d'autre part, pour ses participations aux grandes expositions : Porte de la Concorde et pavillon du Collectionneur à l'Exposition des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 ; pavillon des Artistes Décorateurs à l'Exposition internationale de 1937 à Paris ; pavillon de la France à l'Exposition de New York en 1939, avec Henri Roger Expert. Haut représentant du mouvement d'architecture moderne de l’École de Paris, il est plus particulièrement considéré comme l'un des promoteurs du "Style paquebot". Membre, entre autres, du Comité des Architectes modernes, il exposa au Salon de la Société nationale des Beaux-arts à Paris en 1905. Il fut élevé au rang de chevalier de la Légion d'honneur en 1926, puis officier et officier d'Académie. On peut penser que la notoriété de Patout, ses liens avec H-J. Le Même, et son projet d'hôtellerie de montagne présenté au Salon d'Automne de 1923 au Grand Palais, ne sont pas indifférents au choix de la Société hôtelière et touristique P.L.M. de faire appel à lui en 1924 pour la nouvelle gare terminus du Revard.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Grosse Léon entrepreneur attribution par source
Auteur : Maire Jo
Jo Maire

Architecte à Aix-les-Bains, 3e quart 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

La première gare, de plan rectangulaire et de petites dimensions, était construite en bois sur un soubassement en pierre de taille. Le décor des élévations reposait sur le jeu des différents agencements des éléments de bois, complété par des lambrequins sur les rives de toit ainsi que par la présence d’un petit porche d’entrée orné de bois découpé. La gare, dotée d’un unique rez-de-chaussée, comprenait une salle d’attente et le bureau du receveur.

La nouvelle gare et son parvis au sud, construits en 1925, reposent sur un étage de soubassement accessible par une série de baies en plein cintre et formant des alvéoles intérieures (aujourd’hui, des baies rectangulaires abritées par un auvent en béton remplacent les ouvertures placées directement sous la gare) et relié au niveau supérieur par un escalier extérieur en pierre. En tête de ligne (au sud), le bâtiment d’accueil des voyageurs, couvert d’un toit à deux versants, comprenait un rez-de-chaussée (salle d’attente et billetterie) et un étage de comble (appartement du chef de gare) prenant le jour par un bandeau de fenêtres percé dans le pignon sud. Au nord, la partie dédiée aux voies se composait d’un quai abrité dans une construction couverte d’un toit à deux versants doté d’un lanterneau pour évacuer les fumées et d’un quai découvert formant une terrasse orientée vers le paysage. Un passage permettait, et permet toujours, de passer du quai découvert au parvis (avant qu’il ne soit entièrement bâti, voir dossier Ensemble de 3 immeubles et un établissement administratif) et d’accéder à l’escalier extérieur. La disposition perpendiculaire des deux lignes de faîtage permet de bien différencier les deux bâtiments. Sur le pignon sud, l’entrée était placée sous un porche formé par un imposant linteau en béton armé soutenu par une colonne. Aujourd’hui, ce retrait a été intégré à l’espace intérieur par l’élévation d’un mur percé d’une fenêtre. Seul l’oculus (en parti comblé) percé dans le pignon ouest a subsisté tandis que celui du pignon est a été transformé en bandeau de fenêtres. L’ensemble est construit béton et en moellons de pierre à joints incertains. Bien que le bâtiment de 1925 ait été modifié, sa distribution extérieure et ses lignes architecturales restent bien lisibles aujourd’hui.

Le bâtiment construit par Jo Maire en 1968 prend place au nord. L’édifice, en béton hourdi de briques et couvert d’un toit à deux versants en bac acier, présente la forme extérieure d’une architecture dédiée au logement collectif : plan rectangulaire allongé, étage de soubassement surmonté de trois niveaux soulignés de balcons filants formant loggias (sur les façades est et ouest) et suspentes assurant une division verticale des façades en 14 travées correspondant à la disposition intérieure des chambres. Le pignon nord, découvert, est quant à lui bâti en moyen appareil de pierre.

Murspierre moyen appareil
béton
pierre moellon
béton enduit
brique
Toitmétal en couverture
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble, 2 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à deux pans
Escaliersescalier intérieur
escalier de distribution extérieur : escalier en équerre en maçonnerie

Édifice étudié dans le cadre de l'exposition "Aix côté Lac - Le Revard - Les Corbières" en 2016.

Statut de la propriétépropriété de la commune, Propriété de la Ville de Pantin

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Savoie. S 1426. Téléphérique du Revard, 1935-1936

    AD Savoie : S 1426
  • AC Aix-les-Bains. 160 W 21. SIVOM du Revard, Urbanisme et lotissements, 1953-1986.

    AC Aix-les-Bains : 160 W 21
  • AC Aix-les-Bains. 160 W 39. SIVOM du Revard, plans.

    AC Aix-les-Bains : 160 W 39
  • AC Les Déserts. Permis de construire accordé à la Ville de Pantin, 11 septembre 1956.

    AC Les Déserts
  • AC Les Déserts. Permis de construire accordé à la Ville de Pantin, 23 juin 1968.

    AC Les Déserts
  • AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47. Garages et gare, 1924.

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
Documents figurés
  • Entreprise de chemins de fer à voie étroite. Chemin de fer à crémaillère d'Aix-les-Bains au Revard. Plan de la station du Revard / Béguelin, ingénieur. Aix-les-Bains, septembre 1891. Ech. 1 : 500. 1 tirage de plan bleu ; 30, 5 x 45 cm (AC Aix-les-Bains. 2 O 3)

    AC Aix-les-Bains : 2 O 3
  • Compagnie du Revard. Construction d’une nouvelle gare au Revard [Plans, coupes et élévations] [non réalisé] / Entreprise générale Léon Grosse. Aix-les-Bains, mai 1924. Ech. 1 : 25 ; 1 : 50. 1 plan sur calque ; 107, 5 x 74 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • Compagnie du Revard. Construction d’une nouvelle gare au Revard. Variante de façade principale [non réalisé] / Entreprise générale Léon Grosse. Aix-les-Bains, [1924]. Sans éch. 1 plan sur calque ; 41 x 60 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • Mont-Revard. Plan du garage / Pierre Patout, architecte. Paris, août 1924. Ech. 1 : 200. 1 tirage de plan bleu ; 34 x 55, 5 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • Mont-Revard. La Gare. Plan correctif du sous-sol / Pierre Patout, architecte. Paris, septembre 1924. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan bleu ; 54 x 116, 5 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • Mont-Revard. La Gare. Plan rectificatif / Pierre Patout, architecte. Paris, septembre 1924. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan bleu ; 54 x 116, 5 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • Mont-Revard. La Gare. Plan de l’appartement du chef de gare / Pierre Patout, architecte. Paris, septembre 1924. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan bleu ; 45 x 50 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • 8445. Mont-Revard. La Gare. Coupe transversale AB / Pierre Patout, architecte ; Bureau d’étude de l’Entreprise générale Léon Grosse. Paris, octobre 1924. Ech. 1 : 50. 1 plan sur calque ; 59 x 54, 5 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • 8443. Mont-Revard. La Gare. Coupe longitudinale / Pierre Patout, architecte ; Bureau d’étude de l’Entreprise générale Léon Grosse. Paris, octobre 1924. Ech. 1 : 50. 1 plan sur calque ; 49 x 109 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • Mont-Revard. La Gare. Coupe sur la salle des pas perdus AB / Pierre Patout, architecte. Paris, septembre 1924. Ech. 1 : 50. 1 tirage de plan bleu ; 45, 5 x 66 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • 8427. Mont-Revard. La Gare. Façade principale. Façade sud / Pierre Patout, architecte. Paris, septembre 1924. Ech. 1 : 50. 1 plan sur calque ; 46, 5 x 78 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • 8426. Mont-Revard. La Gare. Façade latérale (est) / [Pierre Patout], [architecte]. [Paris], [1924]. Ech. 1 : 50. 1 plan sur calque ; 46 x 107 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • 8425. Mont-Revard. La Gare. Façade postérieure (nord) / [Pierre Patout], [architecte]. [Paris], [1924]. Ech. 1 : 50. 1 plan sur calque ; 48 x 77 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • 8428. Mont-Revard. La Gare. Façade latérale. Façade ouest / [Pierre Patout], [architecte]. [Paris], [1924]. Ech. 1 : 50. 1 plan sur calque ; 108, 5 x 45, 5 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • Mont-Revard. La Gare. Détails de couverture / [Pierre Patout], [architecte]. [Paris], octobre 1924. Ech. 1 : 5. 1 plan sur calque rehaussé : crayon ; 46 x 46, 5 cm (AP Entreprise Léon Grosse. Boîte n°38. Dossier n°24-47)

    AP Entreprise Léon Grosse : Boîte n°38. Dossier n°24-47
  • Le Revard. Gare de la crémaillère. Plan / S.n. [Aix-les-Bains], [1953]. Ech. 1 : 100. 1 tirage de plan rehaussé : crayon ; 31 x 61 cm (AC Aix-les-Bains. 2 O 3)

    AC Aix-les-Bains : 2 O 3
  • [Le Revard. Ancienne gare d'arrivée du chemin de fer : façade postérieure] / S.n., [entre 1935 et 1955]. 1 plaque de verre. : n. et b. (Musée Savoisien Chambéry. COVA2541)

    Musée Savoisien Chambéry : COVA2541
  • [Le Revard. Gare d'arrivée du chemin de fer et Grand Hôtel] / S.n., [ca. 1930]. 1 plaque de verre. : n. et b. (Musée Savoisien Chambéry. GEP4062-003)

    Musée Savoisien Chambéry : GEP4062-003
  • [Le Revard. Ancienne gare d'arrivée du chemin de fer] / S.n., [entre 1957 et 1968]. 1 plaque de verre. : n. et b. (Musée Savoisien Chambéry. COVA3033)

    Musée Savoisien Chambéry : COVA3033
  • Plateau du Mont-Revard. La gare et les chalets-hôtels / Paris : ND Photo, [ca. 1895]. 1 photogr. : n. et b. ; 13 x 18 cm (AC Aix-les-Bains. 12 Fi 36_0322)

    AC Aix-les-Bains : 12 Fi 36_0322
  • La Savoie. 114. Aix-les-Bains. Plateau du Revard (1545m). La gare et les chalets-hôtels / Paris : Lux, [entre 1900 et 1925]. 1 photogr. : n. et b. ; 13 x 18 cm (AC Aix-les-Bains. 12 Fi 36_0312)

    AC Aix-les-Bains : 12 Fi 36_0312
  • 1306. Mont-Revard. Les chalets-hôtels / LV et Cie, [1er quart XXe siècle]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel
  • 208 – Aix-les-Bains. La gare. L'hôtel du Revard / Paris : ND Photo, [ca. 1930]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel
  • Le Mont-Revard sur Aix-les-Bains. La gare et le chalet / S.l. : S.n., [entre 1925 et 1935]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel
  • Le Mont-Revard sur Aix-les-Bains. Arrivée du train / S.l. : S.n., [entre 1925 et 1935]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel
  • [Le Revard. Parvis de l'ancienne gare d'arrivée du chemin de fer] / S.n., [ca. 1955]. 1 photogr. : n. et b. ; 9 x 13 cm (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel
  • [Le Revard. Ancienne gare d'arrivée du chemin de fer] / S.l. : Photedit, [entre 1957 et 1968]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 13 cm (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel
  • [Le Revard. La colonie de Pantin : ancienne gare d'arrivée du chemin de fer et le nouveau bâtiment] / S.l. : S.n., [entre 1970 et 1985]. 1 carte postale. : couleurs. ; 9 x 13 cm (AP Eric Surrel)

    AP Eric Surrel
Bibliographie
  • CONNILLE, Michèle. « Pantin : 40 ans de fidélité au Revard et au tourisme social », in Le Revard. Aix-les-Bains : Société d’Art et d’Histoire, 1996. (coll. Arts et Mémoire, n°6).

    pp. 125-127
  • FOUGER, François. Le Chemin de fer à crémaillère. Aix-les-Bains / Le Revard. Aix-les-Bains : 2000. 160 p. multigr. : ill. ; 22 cm.

    NB: L'ouvrage a été complété et édité une seconde fois, en 2013.

  • PETIT, Jean-Pierre. « L’urbanisme du Revard : la conquête du sommet », in Le Revard. Aix-les-Bains : Société d’Art et d’Histoire, 1996. (coll. Arts et Mémoire, n°6).

    pp. 100-113
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Belle Elsa - Gras Philippe - Lagrange Joël