Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hameau de Mérigneux

Dossier IA42002165 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

  • Croix de chemin
    Lézigneux, Mérigneux
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 16e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 4e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 6e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 9e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 12e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 17e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 5e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 10e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 1ère ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 3e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 15e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 11e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 2e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 14e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 8e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 7e ferme
  • Ferme
    Lézigneux, Mérigneux, 13e ferme
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Lézigneux
Lieu-dit : Mérigneux

Le lieu de Mérigneux est cité dès le 13e siècle (Martinus de Marigneu, 1250) et un lieu habité semble y avoir existé au moins dès le 14e siècle (Apud Mayrigneu, 1314 ; Dufour). Mérigneux aurait été un fief de haute justice (Bernard), dépendante du comte de Forez puis du roi, et qui comprenait la maison de la Bruyère. Au début 18e siècle, c´est Claude Henrys d´Aubigny qui en rend hommage. Le site est représenté sur la carte de Cassini, et se trouvait sur la route de Lézigneux à Saint-Anthème, passant les les Clavelloux (Verrière-en-Forez). Le hameau, assez étendu, comptait une trentaine de parcelles bâties en 1808, réparties de part et d´autre d´une place allongée où est érigée une croix datable du 17e siècle (repérée) et sur laquelle donne un puits (près de la parcelle 1986 D 379). La tradition localise une "maison forte" sur les parcelles 1808 D 524, 525 - 1986 D 378, 379 (non repérée). Il subsiste à cet emplacement des vestiges d´un logis du 16e siècle, avec une porte à encadrement en arc brisé à cavet et congés, à côté d´une fenêtre à linteau en accolade et grand ébrasement intérieur ; à côté s´élève une ferme à logis de plan massé, construit ou reconstruit au début du 19e siècle (?). On compte au total 6 édifices présentant des vestiges du 16e ou du 17e siècle (1808 D 598 à 600 - 1986 D 366 ; 1808 D 595 - 1986 D 371 ; 1808 D 135 - 1986 D 401 ; 1808 D 140, 145 - 1986 D 407, 1169 ; 1808 D 138 ? - 1986 D 404). L´ancien logis 1986 D 404 présente des vestiges d´encadrements du 16e siècle remontés en façade (porte à linteau en accolade, fragments de jambages à tore et moulurations prismatique, avec une croix et un IHS - H avec une croix posée sur la traverse - gravés sur un bloc, linteau de fenêtre à cavet) ; un pan de mur du 16e siècle subsiste, en moellon posé sur chant, avec un évier dans une niche en plein cintre à deux étagères de pierre. La plupart des bâtiments anciens ont été remaniées, agrandies ou reconstruites dans les siècles suivants, en particulier dans le 2e moitié du 19e siècle, qui voit le plus fort taux de construction et un agrandissement du hameau vers le nord

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle , (?)
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Le hameau est situé à 650 m d´altitude. Les bâtiments sont en moellon de granite, avec parfois des parties en pisé. Tous les types de fermes sont représentés. Dans un contexte de polyculture et de petit élevage, la culture de la vigne avait sans doute une assez grande importance, car de nombreuses habitations ont une cave à vin et un cuvage (le bâtiment 1986 D 364, non repéré est peut-être un cuvage surmonté d´une chambre). Une douzaine de fermes étaient en activité au milieu du 20e siècle. Certains propriétaires possédaient un moulin au-dessous du village. Ces moulins ont totalement disparu, et ne sont repérables que grâce au cadastre de 1808. Il s´agit des parcelle D 828, "moulin Jay" : situé sur le Gourd du Fer, avec une retenue (non cadastrée), entouré de bois de pin (actuellement : emplacement de la parcelle 1986 D 167, 168 ou 181, aux Everts), et D 359, "moulin Bayle", situé dans le Creux de Saillant, sur la Vidresonne, avec une retenue (non cadastrée), entouré de bois de pin (actuellement : 1986 D 278 au Creux du Ney : l´édifice est encore cadastré, mais en tireté, et aucun vestige ne subsiste. La production de farine panifiable s´y serait arrêtée bien avant 1900 - renseignement oral). Il y a trois puits d´usage commun, situés à proximité des parcelles 1986 D 379, D 406 (puits "tunnel") et D 1135 (emplacement d´un ancien lavoir). Ferme non repérée : 1986 D 1131 : ferme, en moellon de granite, encadrements en pierre de taille (date A... 1841 sur le linteau de la porte), toit à longs pans en tuile creuse, corniche en brique sur le logis ; cave sous le logis (accès extérieur). Parties agricoles non vues. Correspond à la parcelle 1808 D 586 du premier cadastre.

Mursgranite
pisé
enduit
moellon
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BERNARD, Auguste. Histoire du Forez. Montbrison : imprimerie de Bernard aîné, 1835

    p. 293
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 562, 563
  • GEROSSIER, Paul. Il était une fois Lézigneux. Feurs : imprimerie Créa, 1994

    p. 118, 119
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry