Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les alpages de Saint-Offenge-Dessus

Dossier IA73004348 réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

Évolution historique

Les alpages sur la mappe sarde :

L'examen de la mappe permet de repérer 37 parcelles bâties en zone de montagne. La tabelle-minute (AD Savoie, C 4237) identifie 18 de ces édifices comme des "granges" : les numéros 1269, 1228, 1289, 1294, 1313, 1350, 1364, 1252, 1330, 1331, 1332, 1333, 1341, 1346, 1385, 1381, 1382, 1342. Le Livres des numéros-suivis (AD Savoie, C 4236) en identifie 17 de plus : les numéros 1221, 1354, 1361, 1373, 1396, 1412 ; ce document donnes des indications intéressantes sur le n°1412, vaste pré sur lequel 12 parcelles bâties sont dessinées sur la mappe : "mas au dessus des Turroz et de Cochette. Pour plusieurs pièces de pré appartenant à divers particuliers des Bauges et granges de même qu’ils ne sont point venus reconnaître quoi qu’ils aient eu plusieurs avertissements". Ce pré est dévolu à "la communauté de Saint-Offenge" ; cependant, il fait partie des parcelles rétrocédées aux paroisse d’Arith et Charmillion [Saint-François-de-Sales] par ordonnance de l'intendant général. Enfin, deux parcelles bâties sont dessinées sur la mappe mais ne sont pas identifiées comme telles, mais comme des prés, dans les tabelles, les numéros 1225 et 1234.

Aucune de ces parcelles ne correspond de façon certaine à l'emplacement des chalets actuels, ou des granges ou chalets encore représentés en 1880.

En général, il n'y a qu'une seule grange pour un pré, mais parfois deux (parcelle 1380, pré du Vardet), voire beaucoup plus (parcelle 1329, pré du Raclet, quatre granges, en indivision ; 1412, 12 granges). La grange porte soit le même numéro que le pré sur lequel elle se trouve, soit un numéro indépendant (même si le propriétaire est le même).

Cinq granges seulement ont un propriétaire possédant une maison dans la paroisse (mais on ne sait pas s'il y réside) : la grange des Magnins (1217), qui appartient à Jean Gogeat avec une maison à Cornat, une grange à Turroz (1228) qui appartient à Jacques Daillon ainsi que deux maisons et un four aux Suavets, et deux granges du Planay (1289 et 1294), qui appartiennent respectivement à Bernard et Pierre Faverin, qui ont chacun une maison aux Favrins ; enfin le pré au mas du Turroz (1225) sur lequel est dessiné un bâtiment non mentionné dans la tabelle appartient à Christophle Perrier, marchand, qui possède une maison au chef-lieu. Plusieurs autres propriétaires de granges ont des noms portés par des habitants de la commune (Mermet, Pernet...) : certains sont peut-être des membres de leur famille, habitant sous le même toit, mais ces noms sont trop fréquents pour que l'on puisse l'assurer, et leur présence parmi les propriétaires de chalets originaires de Saint-François-de-Sales en 1880 laisse penser que ces alpages appartenaient à des habitants de cette commune dès le 18e siècle. Ainsi les propriétaires indivis des granges du Raclet (n°1330 à 1333), Pierre, Etienne, Françoise et André Giroud, peuvent être rapprochés d'Aimé Girod, fils de Claude, demeurant à la Magne (Saint-François-de-Sales) et propriétaire en 1881 du bâtiment C2 174 à la Peysse Bernard, localisé à proximité des granges disparues du Raclet. De façon générale, la zone d'alpage est divisée en prés de taille petite ou moyenne, certains dotés d'une grange, et semblent relever de la petite ou moyenne propriété.

Les alpages sur les plans de 1880, 1937 et 2013

Deux changements majeurs sont intervenus entre 1730 et 1880 : la modification de la limite de la paroisse, qui a fait passer dans les paroisses d'Arith et Saint-François-de-Sales tous les alpages situés à l'est de la ligne de crête qui va du col de la Cochette (au nord) au cours de la Rionde (au sud), puis d'une ligne droits joignant Peisse-Bernard, soit dix granges plus les 12 du pré n°1412 (alpage des Turroz, partie est) ; et le passage dans la propriété des Clermont Mont-Saint-Jean de tout le pré des Turroz situé dans la partie ouest de l'alpage des Turroz : aucune des six granges existante en 1730 (n°1217 à 1234) n'est plus représentée en 1880, et tous les prés sont unifiés en une parcelle, C1 52, qui appartient en 1881 aux héritiers parisiens de Raoul, comte de Clermont Mont-Saint-Jean.

14 granges ou chalets existent en 1880, tous dans la section C2 (la Côte du Plan, les Quétives, l'Epine, le Plan (ou Planay), Peysse-Bernard) ; certains sont encore dessinés sur le plan de 1937 (numéro de parcelle entre parenthèse) : 1880 C2 58 et 59, 85, 91, 93, 104 (77), 112 (93), 116 (95), 122, 130, 143, 158 et 159 (146, 177), 162, 174, 176. Une nouvelle grange ou chalet apparaît en 1937 : 1937 C2 120. Tous ces édifices sont dénommés "bâtiment" dans la matrice, sauf les "chalets à Mermet", qui sont appelés chalets sur le plan et sur la matrice. Hormis les numéros 143, à la Peysse Bernard, et 176, aux Péroudes, qui appartiennent à François Berger rentier à Alby, tous les propriétaires de bâtiments d'alpage sont originaires de la commune de Saint-François-de-Sales, principalement du hameau de la Magne, du Mouchet (pour les chalets à Mermet) et de Charmillon (n°104, au Plan).

En 2013, quatre granges ou chalets sont encore représentés (avec le même numéro qu'en 1937) : 93, 95, 77, 120, 146. Aucune n'a été vue sur le terrain, sauf le chalet des Péroudes (2013 C2 146, C3 177).

Relevé des propriétaires de chalets en 1730 (AD 73, C 4236 et 4237) :

1217 pré grange aux Magnins : Gogeat Jean (maison au village de Cornat)

1221 pré et grange au mas du Turroz : Marin François

1225 pré au mas du Turroz : Perrier Christophle marchand (maison au chef-lieu)

1228 pré et grange à Turroz : Daillon Jacques (maisons aux Suavets)

1234 pré au mas du Turroz : Magnin Claude

1252 pré et grange à la Guerra : Gueme Jean François et frères

1289 grange au Planay : Faverin Bernard (maison au village des Faverins)

1294 grange au Planay : Faverin Pierre (maison au village des Faverins)

1313 grange à la Perrouse : Fenoy Bernard

1330 à 1333 quatre granges au Raclet : Giroud Pierre Etienne Françoise et André par indivis

1341 grange à la Paisse : Mermet Benoît

1343 grange au Vardet : Mermet Etienne soit ses héritiers Mermet Estienne le petit par indivis

1347 grange au Vardet Mermet Gabriel et frères

Parcelles rétrocédées à Arith et Saint-François-de-Sales après 1730 :

1269 grange au Pré Bernoux : Combet Pierre

1350 grange au Vardet : Francoz Antoine

1354 grange au mas de la Quettive : Pernet Antoine et héritiers de Nicolas

1361 grange au mas de la Quettive : Moret Jean

1364 grange à la Quétive : Favre Marc et Pierre

1373 grange au mas de la Quettive : Vibert Pierre

1385 grange au Vardet : Pernet Antoine et Jean-François (barré)

1381, 1382 granges au Vardet : Pernet Pierre (barré)

1396 grange aux Crozats : Faure Philiberte vefve et Faure Laurent

1412 pré et granges au mas du Turroz : la communauté de Saint-Offenge-Dessus

Relevé des propriétaires de chalets en 1881 (AD 73, 3P 735) :

C 56, C57 « chalet à Mermet », chalet, la Côte du Plan : Mermet Pierre, au Mouchet (Saint-François)

C2 85, bâtiment, l’Epine : Pernet Jacques dit Bourelier (?), à la Magne (Saint-François)

C2 91, bâtiment, le Plan : Berger Pierre, à la Magne (Saint-François)

C2 93, bâtiment, le Plan : Favre Jean fils de Pierre dit Toinet, à la Magne (Saint-François)

C2 104 (77), bâtiment, le Plan : Porral François et Marie, au Charmillon (Saint-François)

C2 112 (93), bâtiment, les Quétives : Berger Claude et Joseph, à la Magne (Saint-François)

C2 116 (95), bâtiment, les Quétives : Berger Joseph dit Maravin, à la Magne (Saint-François)

C2 122, bâtiment, les Quétives : Berger Hubert, à la Magne (Saint-François)

C2 124, bâtiment, les Quétives : Pernet Hubert, Jean et Joseph, à la Magne (Saint-François)

C2 130, bâtiment, la Peysse Bernard : Pernet Joseph, à la Magne (Saint-François)

C2 143, bâtiment, la Peysse Bernard : Berger François rentier, à Alby

C2 158, 159 (146, 177), chalet, la Peysse Bernard : Pernet Claude, à la Magne (Saint-François)

C2 162, bâtiment, la Peysse Bernard : Favre Jean fils de Pierre dit Toinet, à la Magne (Saint-François)

C2 174, bâtiment, la Peysse Bernard : Girod Aimé fils de Claude, à la Magne (Saint-François)

C2 176, bâtiment, les Péroudes : Berger François rentier, à Alby

Description du site

Une zone de granges isolées est implantée entre 800 et 1000 m, en limite de montagne, dans une bande de prés orientée nord-sud gagnée par la forêt : au-dessus du hameau des Suavets et de Champclos, aux Daudes. Ces granges ou granges-étables sont situées soit en milieu de prés (granges au-dessus des Suavets : lieux-dits Molly, les Replats ; zone d'implantation de granges dès la mappe sarde) ou le long d'un chemin perpendiculaire à la pente (les Daudes). Aux Daudes, les quatre granges-étables sont déjà existantes en 1880 (à cette époque, elles appartiennent toutes à des habitants du hameau de Cornat), et la plus à l'ouest est peut-être celle figurée sur la mappe sarde (IA73003243). Ces édifices sont désaffectés ou transformés en abris ouverts pour les vaches (voir aussi Présentation de la commune de Saint-Offenge-Dessus, annexe 1).

Les chalets d'alpage sont implantés sur le plateau du Revard, entre 1100 et 1300 m d'altitude. Le pré du chalet des Turres (IA73003230) s'étage de 1060 à 1140 m environ, celui du chalet Mermet (IA73003232), de 1120 à 1160 et celui du chalet des Péroudes (IA73003231), de 1280 à 1340 m, en limite du grand replat de Gralette, dans la continuité des alpages de Saint-François-de Sales (voir IA73004244). Les prés sont entourés de forêts et ont tendance à s'enfricher. Aucun de ces chalets n'est utilisé pour de la production laitière, deux sont occupés ou habités en été, et les prés sont tous pâturés par des vaches sans lait.

Architecture

Les chalets sont tous des édifices isolés, situés plus ou moins au milieu de l'alpage, de préférence sur un replat ; seul le chalet des Turres en implanté dans la pente, ce qui a permis d'aménager une cave en soubassement sous l'habitation. Ils sont constitués de plusieurs bâtiments ou corps de bâtiment : bâtiment d'habitation/fabrication et étable pour le chalet des Péroudes, bâtiment d'habitation/fabrication et deux étables pour le chalet Mermet ; le chalet des Turres a un plan inhabituel, en U, avec la partie habitation/fabrication, sur cave, dans une aile, étable dans la partie centrale et étables annexes dans la dernière aile.

Les édifices sont en maçonnerie de pierre calcaire avec des encadrements en calcaire. Le bois est réservé au mur nord du freidi, sous forme de madriers percés d'encoches horizontales pour l'aération, ou au mignon des étables (bardage de planches). Les toits sont à longs pans, avec croupes ou demi-croupes, en tôle ondulée ou bac acier.

Dénominationsensemble pastoral
Aire d'étude et cantonCoeur des Bauges
AdresseCommune : Saint-Offenge-Dessus
Lieu-dit : Pré de l'Âne, les Turres, le Planay, le Plan, le Vardet, les Péroudes, la Pesse, les Quétives , Peysse Bernard, Chalets Mermet, l' Epine
Cadastre : 1880 C1, C2, C3 ; 2013 C1, C2, C3

Les clairières existent déjà sur la mappe sarde (1732). Elles sont divisées en plusieurs prés, avec seulement trois bâtiment, sur la zone des Mariet.

En 1878 (premier cadastre français), on compte 26 chalets et 30 grangettes. En 2015, 17 chalets et cinq grangettes ont été repérés ou étudiés.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Murscalcaire moellon enduit
bois pan de bois
Toittôle ondulée, tôle nervurée
Étagesrez-de-chaussée, étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé
Couvrements
Couverturestoit à longs pans croupe
toit à longs pans demi-croupe
Statut de la propriétépropriété privée
Protections
© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Guibaud Caroline - Guibaud Caroline