Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA42003212 inclus dans Hôtel de Meaux actuellement Lycée Saint-Paul Forez réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Voir

Appellationshabitation de jardin
Destinationsannexe du lycée Saint-Paul Forez
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Montbrison
Adresse : 13 rue du, Collège , impasse
Montalembert
Cadastre : 1809 E 374 ; 1986 BK 86

Le plan cadastral de 1809, dressé par le géomètre Reboul, représente une vaste parcelle irrégulière (E 374) sur laquelle l´état des sections indique une « maison et sol de maison » appartenant à M. De Meaux, aîné. Vers 1813, le plan parcellaire de Hyacinthe de Boisboissel montre trois bâtiments dispersés sur une parcelle avec jardin composé de trois parterres. Parmi ces bâtiments : un édifice en U correspondant à l´hôtel de Meaux, un corps de bâtiment - les anciens communs - remplacé par des constructions scolaires récentes, et un petit bâtiment rectangulaire, l´actuelle maison donnant sur le jardin en terrasse et la rue Montalembert. Cette maison pourrait avoir été reconstruite à l´occasion du mariage, le 16 septembre 1858, de Marie-Camille-Alfred de Meaux et Elisabeth-Hiltrude de Montalembert. Un an avant cette date, en 1857, les matrices cadastrales indiquent une « construction nouvelle » sur la parcelle E 374. Plusieurs éléments de décor, datables de cette période, ornent l´édifice : élévation principale rythmée par des pilastres portant un couronnement horizontal, rampe d´appui en ferronnerie de l´escalier intérieur, boiseries et cheminée dans le salon du rez-de-chaussée. La chambre de l´étage, avec alcôve et garde-robes en pendant, reprend un décor chantourné prisé au 18e siècle.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle
Dates1857, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu
Personnalité : Meaux Marie-Camille-Alfred de, vicomte
Meaux Marie-Camille-Alfred de, vicomte
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre

L´édifice présente une façade principale architecturée et symétrique sur jardin. Rythmée par quatre pilastres et quatre travées enduites, cette élévation se termine par un couronnement horizontal probablement destiné à recevoir un motif d´amortissement (disparu) ; les ouvertures sont en pierre de taille de granite. L´élévation postérieure sur la rue Montalembert, à trois niveaux et deux travées, montre une architecture vernaculaire en maçonnerie de moellons de granite irréguliers. Son étage de soubassement conserve un linteau en bois au-dessus de la porte charretière et un linteau de pierre, allégé d´un triangle de décharge au-dessus de la porte piétonne. Des jours d´aération sont ménagés au-dessus de ces deux portes. Les élévations latérales sont aussi en moellon de granite. La toiture, masquée du côté de l´élévation principale par son couronnement, est constituée de longs pans et de croupes couverts de tuiles creuses mécaniques. La différence de traitement architectural entre l´élévation principale sur jardin, où se concentre le décor, et les autres élévations est flagrante. C´est en effet par le jardin que l´on accède à cette demeure d´agrément ; habitation de dimensions modestes, essentiellement organisée autour des pièces de réceptions tels que le salon du rez-de-chaussée surélevé, orné de cheminée et de boiseries à pilastres cannelés, ou la chambre de l´étage, pourvue d´une alcôve et de garde-robes aux boiseries chantournées ; pièces reliées par un escalier tournant avec rampe d´appui en ferronnerie. L´étage de soubassement sert de remise et de cave accessibles par la rue Montalembert ou par l´intérieur de la maison. Pour ce faire, une trappe est ménagée sous l´escalier tournant pour déboucher dans un escalier à une volée droite aboutissant à la cave.

Mursgranite
enduit
moellon
Toittuile creuse mécanique
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour en charpente
escalier intérieur : escalier droit en charpente
Typologiesmaison de type 3: maison plus vaste avec cour-jardin
États conservationsbon état
Techniquesmenuiserie
ferronnerie
Précision représentations

Garde-corps de la rampe d'appui à volutes. Menuiserie de l'alcôve et des garde-robes chantournée : décor symétrique. Menuiserie du salon à pilastres cannelés

Statut de la propriétépropriété d'une association diocésaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Département de la Loire. Arrondissement de Montbrison. Canton de Montbrison. Commune de Montbrison. Parcellaire de 1809. Section E dite de la ville. Reboul, géomètre, Montbrison, 1809. Papier, encre brune, lavis bleu. Ech. 1/1250e. (AC Montbrison)

  • Plan parcellaire de la ville de Montbrison, chef-lieu du département de la Loire. Dédié à Monsieur Silvestre de la Noërie, maire de la dite ville, par Hyacinthe de Boisboissel, ingénieur vérificateur du cadastre. [1813-1815]. Papier, encre, gouache. Ech. 1/1250e. (A. Diana, Montbrison, cote 119 F, document numérisé, original disparu)

    B Diana Montbrison : 119 F
  • Lycée privé Montalembert, Montbrison. Immeuble rue Montalembert, rue du Collège. Rez-de-chaussée, rez-de-cour, 1er étage. L. Brassart, architecte, 7 rue Notre-Dame, Montbrison (42), mise à jour 1992. Papier, tirage. Ech. 1/50e, 80,3 x 99,4 cm. Plan coté (AP Lycée Saint-Paul Forez)

Bibliographie
  • SALOMON, Emile. Les châteaux historiques : manoirs, maisons fortes, gentilhommières, anciens fiefs du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Macônnais qui ont formé le département de la Loire ; ill. par le Vicomte Gaston de Jourda de Vaux et Henry Gonnard. Réimpression de l'édition de Hennebont de 1916, 1922, 1926. Marseille : Laffitte, 1979. 3 Vol. (446-464-361 p.) : ill.; 30 cm

    t. 1, p. 288-290
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Hartmann-Nussbaum Simone