Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maquette d'enseignement des mathématiques

Dossier IM69001360 réalisé en 2009

Fiche

Dénominationsmaquette
Aire d'étude et cantonRhône-Alpes - Lyon 2e canton
AdresseCommune : Lyon 1er
Lieu-dit : Terreaux
Adresse : Lycée La Martinière, 18 place Gabriel Rambaud
Emplacement dans l'édificehall d'honneur au rez-de-chaussée
Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Rhône-Alpes, 69, Lyon
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Soclage bois, imitation de parquet à lattes.

Catégoriesmenuiserie, sculpture
Matériauxbois
verre
cuivre
plâtre, polychrome
Précision dimensions

h = 108 ; h = 77 ; la = 128 ; pr = 172

Iconographiesenseignement pratique
Précision représentations

Salle de cours contenant 2 fois 7 rangées d'élèves, face au bureau du professeur derrière lequel est suspendu un vaste tableau noir. Chaque élève effectue l'exercice donné au tableau sur son ardoise individuel, que le professeur contrôle et corrige collectivement. § enseignement pratique

Inscriptions & marquesinscription concernant le titre
Précision inscriptions

Intitulé de la maquette sur plaque de laiton en façade de vitrine : ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES SELON LA METHODE TABAREAU

États conservationsmauvais état
Précision état de conservation

nombreuses altérations, mauvaises fixations des figures, verre fendu

Statut de la propriétépropriété d'une personne morale
Intérêt de l'œuvreÀ signaler

Annexes

  • Tabareau Charles-Fleury (Béziers (Hérault) 1790-Lyon, 1866)

    Patrice Béghain, Bruno Benoit, Gérard Corneloup, Bruno Thévenon, Dictionnaire historique de Lyon. - Lyon, Editions Stéphane Bachès, 2009. - 1 vol., 24,5 cm, 1504 p., ill. NB et coul.

    Figure emblématique du bon pédagogue, le nom de Tabareau associe à la fois une méthode pédagogique et une institution scolaire, l´Ecole de la Martinière. Bien que né à Béziers, Tabareau est issu d´une famille établie à Lyon depuis longtemps. Son oncle Jean est directeur de la poste à Lyon, et possède le domaine « La Volontaire » sur le plateau de la Duchère, propriété qui plus tard passe dans la famille Gillet et sur laquelle est construit, après la seconde guerre mondiale, le lycée de la Martinière-Duchère.

    Etudes au Lycée de Lyon et à Polytechnique. Officier du génie, participe aux Cent-Jours, demi-solde après 1815 et rentre à Lyon.

    Installé place Sathonay, donne des cours particuliers de chimie.

    Chargé depuis août 1822, dans le cadre d´une commission associant la municipalité et l´Académie, d´établir le mode de recrutement des élèves de la future école des Arts et métiers.

    Le 9 janvier 1826, la municipalité crée une école dite La Martinière provisoire, dont Tabareau est le directeur temporaire et le professeur de mathématiques. Dans le local provisoire du palais Saint-Pierre. Un cours de chimie et un de dessin sont aussi créés.

    La réputation de Tabareau réside dans sa nouvelle méthode pour l´enseignement des mathématiques, qui repose sur des exercices simultanés, avec des données condensées en quelques lignes, le tout accompagné d´une personnalisation du travail de chaque élève. Pendant que le professeur écrit au tableau, les chefs de table ou brigadiers distribuent les ardoises. Chaque démonstration mathématique est fractionnée en une multitude de « tranches », dont la compréhension de chacune est vérifiée par un exercice que les élèves doivent réaliser sur une ardoise. Donc, à la fin d´une tranche, le professeur dicte des exercices différents pour éviter le copiage. Au commandement « Ardoises ! », chaque élève fait ses calculs et écrit son résultat sur son ardoise. Au bout de quelques minutes, le professeur donne un premier coup de baguette et les élèves arrêtent d´écrire. Les brigadiers ramassent les ardoises et les déposent dans des casiers correspondant aux élèves de la classe. Le professeur soumet alors un deuxième exercice, tandis que les brigadiers distribuent de nouvelles ardoises. Pendant que les élèves travaillent au nouvel exercice, le professeur corrige l´exercice précédent. La séance de cours se continue selon cette succession d´enseignement théorique et d´exercices pratiques. Les élèves sont ainsi associés à la démarche pédagogique qui a pour ambition de leur faire découvrir le raisonnement scientifique. Cette pédagogie active, qui permet de parler de méthode Tabareau, est illustrée par des maquettes, aujourd´hui à la bibliothèque municipale de Lyon [l´article est en cela erroné, car les maquettes en question sont visibles dans le hall d´honneur de la Martinière Augustins].

    Tabareau rédige dès 1828 un opuscule où il parle d´Exposition d´une nouvelle méthode expérimentale appliquée à l´enseignement populaire des sciences industrielles, désignée sous le nom de méthode nouvelle. A plus de 70 ans, il rédige en 1863 son Exposé de la méthode Tabareau, fondée à l´Ecole de la Martinière, pour l´enseignement préparatoire des mathématiques et utilité de son adoption pour les classes élémentaires de l´enseignement secondaire.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Inventaires de lycées de la région Rhône-Alpes : Gabriel-Faure à Tournon-sur-Rhône, La Martinière à Lyon, Champollion à Grenoble, Plaine de l'Ain à Ambérieu-en-Bugey (2009-2011) ; Jean-Puy à Roanne, Claude-Fauriel à Saint-Étienne (avec Frederike Mulot), Claude-Berthollet à Annecy, Claude-Vaugelas à Chambéry, Olivier-de-Serres à Aubenas, Émile-Loubet à Valence, Robert-Doisneau à Vaulx-en-Velin (avec Frederike Mulot), Pierre-du-Terrail à Pontcharra (avec Frederike Mulot). Inventaire topographique de deux communes de l'ancien canton de Trévoux (Pays d'Art et d'Histoire Dombes Saône Vallée, pour la communauté de communes Dombes Saône Vallée).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.