Logo ={0} - Retour à l'accueil
Château de la Bastie d'Urfé

Statue de Bacchus

Dossier IM42000784 réalisé en 2000

Fiche

Dénominationsstatue
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : Saint-Étienne-le-Molard
Lieu-dit : la Bastie d'Urfé
Emplacement dans l'édificegrotte

La statue est attribuée à Giovanni Angelo Montorsoli (né vers 1507 à Montorsoli, mort à Florence en 1563) qui, selon Vasari, se trouvait à Rome en 1547 ; il a pu y rencontrer Claude d'Urfé, nommé ambassadeur auprès du Saint-Siège après la dissolution du concile de Trente en 1548. La statue put alors rejoindre la grotte, dont on sait que le gros oeuvre était déjà achevé. En 1886, elle est encore en place. Vers le fin du 19e siècle, elle est emportée à Cannes par l'un des propriétaires du château (duc de Cadore ? comte de Neufbourg ?). Elle retourne à la Bastie en 1921. En 1951, elle est placée dans le temple du jardin (à la place de la fontaine disparue), avant d'être réinstallée dans la grotte en 1995.

Période(s)Principale : 3e quart 16e siècle
Auteur(s)Auteur : Montorsoli Giovanni Angelo sculpteur
Personnalité : d'Urfé Claude commanditaire

Figure colossale en marbre blanc légèrement veiné de vert très pâle, placée dans l'abside orientale de la grotte. La tête est assemblée avec le reste du corps.

Catégoriessculpture
Structuresrevers sculpté
Matériauxmarbre, blanc
Précision dimensions

h=229 ; la=76 ; pr=95

Iconographiesraisin
pomme
Précision représentations

raisin ; pomme § La statue représente un homme vêtu d'un manteau drapé sur l'épaule et la cuisse gauches, assis sur une sorte de stèle, le pied gauche surélevé sur un petit socle. Il tient dans la main gauche une grappe de son pied gauche est posé sur une autre grappe de raisin et son pied droit sur des pommes. Ce personnage est identifié à Bacchus personnalisant l'automne, faisant écho aux repsésentations de l'été et de l'hiver sur le mur est de la grotte.

Précision état de conservation

La statue semble avoir pendant un temps subi une exposition en plein air (certainement lors de son installation à Cannes) qui a légèrement altéré la surface. La base semble avoir été modifiée lors de sa mise en place dans la rotonde (niveau modifié de façon que le piédestal soit droit, les épaules se trouvant en contrepartie inclinées, arrière bûché). En 1995, elle retrouva sa place dans le nymphée après avoir été restaurée (nettoyage de surface, réfection de l'assemblage). L'ouvre souffre de quelques manques : index de la main droite, fragment de l'épaule gauche, morceaux de plis du drapé sur la cuisse gauche, ainsi que l'index gauche et des boucles de barbe ou de cheveux présentant des cassures plus récentes. La surface présentait des graffitis (à la pointe ou au crayon).

Statut de la propriétépropriété d'une association
Protectionsclassé MH, 1922/05/30
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Bardisa Marie - Guibaud Caroline