Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
  • Maison forte (?), puis château dit de Montfalcon du Cengle, actuellement hôtel de voyageurs (Relais château)
    Maison forte (?), puis château dit de Montfalcon du Cengle, actuellement hôtel de voyageurs (Relais château) Saint-Offenge-Dessous - le Bourg - route Sainte-Euphémie - en village - Cadastre : 1730 Su 1896 à 1903 1804 216 à 219 1880 D2 93 à 99 1880 B3 368 2013 D2 221 à 224 2013 B3 1004
    Titre courant :
    Maison forte (?), puis château dit de Montfalcon du Cengle, actuellement hôtel de voyageurs (Relais
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Description :
    haut portail situé au droit du bâtiment placé dans l’angle sud-ouest de la cour. L’encadrement de cette double porte en arc plein-cintre est en pierre de taille, avec chanfrein et congés. Une large corniche le jardin, et au droit de l’ancien tracé d’accès à la cour du cadastre de 1730), et à l’est, à l’emplacement de l’ancien accès principal figurant sur le même document. La construction actuelle, située au sud de la cour, et ayant vraisemblablement servi de remise et d’écurie, comporte, en façade sur cour également en brique ; à l’étage les baies du fenil ont été remaniées. En face de l’actuelle salle de un muret en pierre dans lequel deux passages avec degrés ont été aménagés pour passer de l’un à l’autre. Au nord du château se trouve un large pré, et à l’est de sa cour, une pelouse en pente conduit à une petite habitation (voir IA73003759), seul vestige de la ferme qui devait anciennement appartenir au château. Le château comprend deux corps de bâtiments principaux : le premier, d’orientation nord
    Annexe :
    à Antoine de Clermont, appartenant à une des plus illustres maisons du Dauphiné. Les seigneurs de Clermont étaient, dit un historien dauphinois « sans contredit les plus grands et illustres de la province Calixte II auquel les troupes d’un Clermont avaient permis de retrouver son trône, en 1120. Les Clermont fief à Antoine de Clermont. La famille prendra chez nous, au début du XVIe siècle, venue d’une de ses terres, le nom de Clermont-Mont-Saint-Jean. Les Clermont possédèrent la Bâthie d’Albanais jusqu’à la fin par leur juge. Gabriel de Clermont laissa une succession difficile, pour le règlement de laquelle son de Clermont-Mont-Saint-Jean dont la famille récupérait ainsi son ancien fief. Les de La Forest, puis nobles. En 1681, la Bâthie fut érigée en marquisat pour Jean-Claude de Clermont-Mont-Saint-Jean. Le -Offenge-Dessous n’avait qu’un seul seigneur, le marquis de Clermont-Mont-Saint-Jean qui percevait des 885 avaient été soldées lors de l’arrivée des Français.Les Clermont, personnages opulents
    Appellations :
    château de Montfalcon du Cengle
    Illustration :
    Plan de situation sur fond de plan cadastral (mappe sarde, 1732). IVR82_20157302814NUD Vue d'ensemble de la cour intérieure du château. IVR82_20147304408NUCA Vue d'ensemble de la façade sud du château. IVR82_20147304405NUCA Vue d'ensemble de la façade sur cour. IVR82_20157302719NUCA Vue d'ensemble de la façade sud du château et du bâtiment sur cour. IVR82_20157302741NUCA Détail de la porte d'entrée à accolade de la façade sur cour. IVR82_20157302720NUCA Elévation ouest de l'aile située dans le prolongement de la façade sud. IVR82_20157302721NUCA Elévation ouest de l'aile située dans le prolongement de la façade sud. Vue d'ensemble de Elévation ouest de l'aile située dans le prolongement de la façade sud. Porte située en haut de Elévation ouest de la tour nord-ouest du château. IVR82_20157302724NUCA
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier symétrique en maçonnerie
    Historique :
    La mappe sarde de 1730 montre l’emprise du château et des différents bâtiments situés à ses abords ; Paul Guichonnet parle de maison forte, voir annexe 1). Celle-ci est identique à l’actuelle, moins masse de culture de 1804. L’emprise de cette aile est néanmoins représentée sur la mappe sarde, mais château, non identifiée, encore présente sur le cadastre de 1804. Idem pour l’élément de forme hexagonale , placé à l’est et au droit de l’entrée de la demeure, qui représente vraisemblablement une tour (de pigeonnier, ou défensive ?). Un dernier ensemble de deux constructions, placées dans l’angle sud-est de la en 1804, pour disparaître à son tour du cadastre de 1880. A cette dernière date, l’actuel four à pain est cadastré. Un dernier bâtiment, situé au sud-ouest de la cour, était déjà présent sur la mappe sarde, mais plus étroit qu’il n’apparaît ensuite sur le plan de 1804 et aujourd’hui encore. Cette de réception. La mappe sarde nous apprend également que l’actuelle route de Cusy passait au pied du
    Aires d'études :
    Hauts de l'Albanais
    Référence documentaire :
    Les Pages d'histoire de Paul Guichonnet. Les seigneurs de Saint-Offenge GUICHONNET, Paul. Les pages d'histoire de Paul Guichonnet. Les seigneurs de Saint-Offenge. Dactylographié. Mairie de Saint-Offenge -Dessous (lieu de conservation). S.d. [fin 20e siècle]. Lien internet : http://domaine-de-saint-offenge.e -monsite.com/pages/historique-du-chateau-de-montfalcon.html.
  • Château de la Tuilière
    Château de la Tuilière Montbrison - la Tuilière - en écart - Cadastre : 1809 C 241, 246, 249 1986 AV 3-10
    Annexe :
    cinquième limite est toujours la rivière de Vizézy depuis ledit Hôtel-Dieu jusqu´à la maison de Thiolein et La superposition des cadastres de 1809 et 1986 montre que le château a bien été édifié sur la Vue cavalière de Montbrison et de Moingt. Transcription du texte en bas à droite. " (...) 5. la à la ville (...). Cette maison de Thiolein est aujourd´hui la maison de la Thuillière ; on marquera la rivière au chiffre 5. 6. La sixième limite c´est la maison de Thiolein : Juxta domum thioleni, qui est aujourd´hui comme on vient de le dire, la maison de la Thuillière, laquelle est joignante ou transaction de 1636 en sorte que cette maison de la Thuillière reste dans la juridiction de Moing, et c´est dans cet endroit ou ces deux titres authentiques de 1229 et de 1636 se bornent tous les deux et constatent d´une manière invariable les bornes et les limites de cette juridiction de Moing ; cette maison de la Thuillière est marquée au chiffre 6. L´on ne parlera point de la vigne de Mathieu Mincon, ni du
    Appellations :
    de la Tuilière
    Illustration :
    Vue cavalière du domaine de la Thuilière en 1732, maison marquée au chiffre 6. (A. Diana , Montbrison). vue cavalière de 1732 B Diana Montbrison. non côté IVR82_20074200292NUCA Extrait du plan cadastral de 1809, section C, parcelle 246. IVR82_20134202035NUD Plan de situation, extrait du plan cadastral de 1986, section AV, parcelle 3-10 Extrait de l'ouvrage d'Emile Salomon, les châteaux historiques, illustration Gaston de Jourda de Vue aérienne, depuis le nord-ouest, du château et de ses dépendances, [milieu 20e siècle Vue de situation. IVR82_20134202028NUCA Papier peint de l'étage de comble. IVR82_20134202030NUCA Papier peint de l'étage de comble. IVR82_20134202029NUCA Papier peint de l'étage de comble. IVR82_20134202031NUCA
    Auteur :
    [commanditaire] Le Forestier de Villeneuve, Louis
    Copyrights :
    © Conseil général de la Loire
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Titre courant :
    Château de la Tuilière
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Description :
    Le château est construit sur un solin en moellon de granite, les murs sont couverts d´un enduit. La tour demi-hors-oeuvre, laisse apparaître sous l´enduit un mur de cage en brique. Le sommet de la tour circulaire se termine par de faux-mâchicoulis surmontés de créneaux dans un style néo-médiéval. La toiture à longs pans et croupe est en ardoise et deux épis de faîtage en zinc couronnent les extrémités. Le château comprend un sous-sol partiel voûté en berceau plein cintre et berceau en anse de panier ; voûtes qui pourraient correspondre aux anciens voûtements de la maison précédente. Un demi-étage de soubassement se développe du côté de la tour et des élévations postérieure et latérale gauche. L´élévation principale au nord-est montre un rez-de-chaussée surélevé accessible par un escalier extérieur à deux volées , en bois pour l´accès à l´étage de comble. Les élévations sont à trois travées à l´exception de l postérieure. L´étage de comble est éclairé par des lucarnes sur le versant : trois lucarnes se développent
    Jardins :
    bois de jardin rocaille de jardin
    Historique :
    La vue cavalière de Montbrison et de Moingt définissant les limites de juridictions entre la châtellenie de Montbrison et la juridiction seigneuriale de Moingt, montre au chiffre 6 la « Juxta domum Thioleni » qui correspond au domaine de la Thuilière en 1732 ; domaine constitué d´une maison à trois corps de bâtiments installés à proximité du Vizézy et du ruisseau des Grands Champs. Le document précise que La Thuilière, en limite de juridictions, dépend de Moingt, invariablement depuis 1229 et 1636. Le premier seigneur de la Tuilière connu semble être Guillaume Rival, président du baillage du Forez en 1611 neveu Camille Staron de l´Argentière, capitaine des Gardes du corps du Roi. En 1790 Staron se défait de sa propriété de la Tuilière au profit d´Alexandre-Philippe-Prosper Outrequin de Saint-Léger , trésorier général du Rhône. Le cadastre de 1809 mentionne ce patrimoine à la section C sur les parcelles 227 , 229, 241 à 257 ; à cette date, seule la parcelle C 246 est bâtie et montre une maison composée de
    Couvrements :
    voûte en berceau en anse-de-panier
    Référence documentaire :
    Extrait de l'ouvrage d'Emile Salomon, les châteaux historiques, illustration Gaston de Jourda de Extrait de l'ouvrage d'Emile Salomon, les châteaux historiques, illustration Gaston de Jourda de Vaux cadastrales de Montbrison A. Privées, Montbrison. Acte de vente entre la société Emile Plagneux et ses fils, et Fernand A . Privées, Montbrison. Acte de vente entre la société Emile Plagneux et ses fils, et Fernand Campagne, chez (annexe 1) [Vue cavalière simplifiée... Plan de Montbrison et de Moingt]. Anonyme, 1732. Bibl . Diana. [Vue cavalière simplifiée réalisée à l'occasion d'un procès soutenu par le chapitre de Montbrison . Plan de Montbrison et de Moingt]. Anonyme, 1732. Papier, encre sépia, lavis jaune, rouge, bleu. Ss éch FOURNIER-NEEL, Marguerite. Le Château de La Tuilière. Village de Forez, n°9, janvier 1982, FOURNIER -NEEL, Marguerite. Le Château de La Tuilière. Village de Forez, n°9, janvier 1982, Montbrison : Village
1