Logo ={0} - Retour à l'accueil
cathédrale Notre-Dame

chape, chasuble, dalmaticelle, étole, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement blanc n°1

Dossier IM03000587 réalisé en 2016

Fiche

Dénominationschape, chasuble, dalmaticelle, étole, manipule, voile de calice, bourse de corporal
Appellationsornement du sacre de Monseigneur de Dreux-Brézé
Aire d'étude et cantonAuvergne - Moulins-Sud
AdresseCommune : Moulins

Cet ornement, probablement réalisé en 1849 est l'ornement dit "du sacre de Monseigneur de Dreux-Brézé", peut-être dessiné à cette occasion par l'architecte Lassus (d'après Jean-Michel Leniaud), auteur présumé du dessin de l'ornement de Monseigneur Sibour à la cathédrale Notre-Dame de Paris réalisé par Hubert Ménage. Henry de Riancey, en 1852 dans L'Ami de la religion attribue cet ornement à Lassus. La direction de la confection aurait été confiée au Père Arthur Martin d'après Anatole Dauvergne (voir annexe). Les motifs des orfrois de la chasuble sont très proches de ceux de la chasuble de Monseigneur Sibour (bien que la coupe de la chasuble de l'archevêque de Paris soit plus ample) comme on peut le constater sur une photographie extraite l'ouvrage de Louis de Farcy, dans un article contemporain du sacre de l'archevêque publié dans l'Illustration (voir bibliographie) et dans un tableau de Thomas Couture au Musée Carnavalet (P2540). La chape a été restaurée sous le pontificat de Monseigneur Gonon, vers 1930 par les bénédictines de Chantelle (03).

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates1849
Auteur(s)Auteur : Lassus Jean-Baptiste dessinateur
Auteur : Ménage Hubert
Ménage Hubert

Chasublier. 14 septembre 1852 : ornements d'église Hubert Ménage, fournisseur de Mgr l'Archevêque de Paris - 5 rue d'Enfer - [Paris] (A.N. F/19/3830).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant d'ornements religieux (?)
Auteur : Martin Arthur
Martin Arthur (1801 - 1856)

Jésuite (ordonné prêtre en 1825). - Historien, archéologue, spécialiste de l'art chrétien. - Dessinateur. - Dessinateur et créateur de mobilier d'église pour la maison Poussielgue-Rusand. - Membre de la Commission des arts et édifices religieux et de la Société des antiquaires de France.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
dessinateur (?)

Le tissu du fond de la chape de l'ornement est de gros de Tours (tissu synthétique), brodé de fils métalliques en couchure : 4 brins de filé bordés de tresses de filé argent pour les tiges des fleurs, cannetille triangulaire, filé argent et cabochon doré pour les fleurs, cannetille triangulaire pour les feuilles. Les orfrois sont brodés de fils, de cordonnet de couleur, cannetille, cannetille triangulaire, ils sont bordés d'un galon de fleurettes brodées également de cannetille argent, d'une sorte de cordonnet de cannetille et d'un autre de filé. La chasuble (en soie), de coupe gothique moyenne, est ornée aussi de fil métallique : filé argent, cannetille et cabochon dorés. Ses orfrois sont aussi ornés de fils métalliques : filés, cannetille, cannetille triangulaire et de fils de soie rose vert et bleu. Des cordonnets multicolores bordent les motifs. Des broderies polychromes sur le pourtour forment un galon. Les accessoires sont assortis par leur ornementation ; des franges à bouillons et perles de paillettes et cannetille bordent l'étole, le manipule identiques aux franges des chaperons des ornements noir n°2 : IM03000577 et rouge du même édifice : IM03000574. La dalmaticelle de taffetas est assortie, par les broderies qui la bordent, à la chasuble.

Catégoriestissu
Matériauxsoie, trame brodé
soie, chaîne
fil métal
Mesuresh : 130.0 (= chape)
h : 116.0 (= chasuble)
la : 102.0 (= chasuble)
h : 114.0 (= étole)
la : 11.5 (= étole)
h : 52.0 (= manipule)
la : 11.5 (= manipule)
h : 69.5 (= voile de calice)
la : 69.5 (= voile de calice)
h : 102.0 (= dalmaticelle)
Précision dimensions

La = 44,5 = largeur d'une épaule de la chape

Iconographiescroix, crochet, fleur, feuille, I.H.S., A.M.
Précision représentations

L'ornementation est à base de croix à feuillages, de fleurs, feuilles et crochets. L'orfroi antérieur de la chape est orné alternativement du Trigramme I.H.S. et du Monogramme A.M., inscrits dans des rinceaux fleuris et à feuillages.

Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé au titre objet, 1979/02/06

Annexes

  • Sacre de Mgr de Dreux-Brézé, évêque de Moulins. 14 avril 1850. L'Echo de l'Allier, 19 avril 1850

    L'Echo de l'Allier, 19 avril 1850 :

    "... Le sacre de Mgr l'évêque de de Moulins va devenir le signal d'une réforme que les artistes et les archéologues ont préparé depuis longtemps. La routine est si puissante en France que personne n'avait encore osé se soustraire à cette domination industrielle de mauvais goût, qu'imposaient au clergé les vêtements et les ornements les plus disgracieux. Désormais nous l'espérons, au moins, nous ne seront plus affligés de la vue de ces lourdes chasubles, de ces étoles, de ces manipules dont la forme n'était justifiée par aucune tradition. Ces mitres pyramidales, ces crosses monstrueuses, aux enroulements infinis, vont disparaître. Dieu veuille que Mgr de Dreux-Brézé persévère dans cette louable résolution, dont il vient de donner l'exemple; l'approbation générale a prouvé que la réforme sera plus facile à faire qu'on ne le croyait.

    Mgr Sibour était coiffé d'une mitre basse et d'une forme heureuse, exécutée sur les dessins de notre ami Lassus.

    Mgr de Dreux-Brézé avait confié au R.P. Arthur Martin, le soin de diriger l'ensemble de son costume épiscopal. Le savant artiste de la Compagnie de Jésus n'a point failli à cette honorable mission ; mais peut-être a-t-il manqué d'un peu d'audace ; il n'a point osé aborder franchement les formes si élégantes et si sculpturales que nous admirons dans les monuments des XIIe et XIIIe siècles. La mitre est basse, ornée de cabochons, d'incrustations ; la crosse est fine, déliée, décorée d'émaux ; mais on sent encore la trace de concessions faites aux routines suivies depuis Bernini et Guadini. La chasuble n'est plus composée de deux plaques de bougran, raides et maussades, elle tombe plus souple des épaules, s'arrondit et se glisse plus heureusement que celles en usage ; mais ce n'est point encore la chasuble de saint Regnobert de Bayeux, ni celle conservée à l'église de Saint-Quiriace de Provins ; tels qu'ils sont ces ornements nouveaux sont une protestation contre le déplorable goût qui préside d’habitude au style du mobilier religieux, et nous ne doutons pas que ces exemples, venus de haut, ne soient bientôt suivis par tout le clergé. Le clergé du diocèse de Moulins méritera bien de l'art, s'il s'associe au dévouement de son évêque pour la cause que nous défendons, et s'il l'aide a cette initiative d'une réforme réclamée par tous les esprits éminents qui veulent restituer aux arts leur influence moralisatrice et leur antique splendeur. Anatole Dauvergne. Paris 14 avril".

  • ornements de Mgr l'archevêque de Paris pour la fête de Pâques 1852. L'Ami de la religion. Paris, 1852.

    Samedi 10 avril 1852. p. 82. M. Lassus, lui aussi, a été un des premiers à fournir de remarquables dessins : témoins les vêtements pontificaux qui, au sacre de M. de Dreux-Brézé, ont charmé les regards de la nombreuse et illustre assemblée de fidèles dont la métropole était remplie (1) Cette fois ce sont Mlles Quinet qui ont exécuté les ornements : ce travail est un chef d’œuvre.

Références documentaires

Bibliographie
  • FARCY, Louis de. La broderie du XIe siècle jusqu’à nos jours d’après les spécimens authentiques et les anciens inventaires. Angers : Belhomme, 1890. 144 p.

    Pl. 138 p. 136. BnF
  • LENIAUD (Jean-Michel). Jean-Batiste Lassus (1807-1857) ou le temps retrouvé des cathédrales. Paris : arts et métiers graphiques, 1980. (Bibliothèque de la société française d'archéologie ; 12)

    p. 164-165
  • [Exposition. Moulins, 1992.]. Pierres et ors, art et foi : trésor liturgique de la cathédrale de Moulins / [Gérard Picaud, Bernard Berthod]. [Thionne] : Ed. du Signe, 1994

    p. 66-68
Périodiques
  • DIDRON, Adolphe Napoléon. Sacre de Monseigneur de Dreux-Brézé, évêque de Moulins. Annales archéologiques, 1850.

    p. 106 BnF
  • DAUVERGNE, Anatole. Sacre de Mgr de Dreux-Brézé, évêque de Moulins. L'Echo de l'Allier, 19 avril 1850.

    AD Allier : REG 44/1
  • FALAMPIN, G[abriel]. Nouveaux ornements sacerdotaux de Monseigneur l'archevêque de Paris, L'Illustration, vol. 19, 1852.

    p. 277-278
  • RIANCEY, Henry de. Du retour aux anciens ornements sacerdotaux : ornements de Mgr l'archevêque de Paris pour la fête de Pâques 1852. L'Ami de la religion, 1852.

    p. 81-85 BnF
  • LENIAUD, Jean-Michel. Le trésor néo-gothique de Moulins. Monuments historiques, 3, 1978. p. 56-60

    p. 57-59 Région Auvergne-Rhône-Alpes, SRI, site de Clermont
© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Durin-Tercelin Maryse