Logo ={0} - Retour à l'accueil

Établissement thermal, dit Thermes Pellegrini

Dossier IA73001195 inclus dans Établissement thermal, Thermes Nationaux réalisé en 2004

Fiche

Voir

AppellationsThermes Pellegrini
Dénominationsétablissement thermal
Aire d'étude et cantonCentre historique
AdresseCommune : Aix-les-Bains
Lieu-dit : Centre historique
Adresse : place, Maurice Mollard , rue
Georges Ier
Cadastre : 1879 D 571-572 ; 1981 CD 31

Dès les années 1852, la commission administrative des thermes, poussée par le médecin inspecteur Despine, prit acte, dans ses délibérations, de la nécessité de créer un nouvel établissement thermal pour y installer le service des bains tempérés. Le 6 mars 1853, l´intendant général de Savoie soumit un projet de l´architecte Bernard Pellegrini, qui prévoyait un nouvel édifice rue du Casino et l'aménagement complet de l´espace alentour, véritable opération d´urbanisme autour du projet thermal. Ce projet fut abandonné par crainte que l´éloignement des sources provoque un refroidissement trop important de l´eau thermale. En 1854, les nouveaux plans présentés à nouveau par Pellegrini, associé à l´ingénieur Jules François, furent acceptés. Ils prévoyaient une construction dans le prolongement du bain royal dont le coût avoisinait la somme de 900 000 francs, y compris l´acquisition des terrains et bâtiments nécessaire à l´emprise du bâtiment. C´est d´abord le nouveau fermier des thermes, Victor Bias, choisi par Cavour, puis après sa défaillance, son successeur, la Compagnie du Chemin de fer Victor Emmanuel, qui furent chargés de financer les travaux. Mais, devant l´hostilité de la commune et des habitants d´Aix, mécontents de l´affermage, le gouvernement trouva une nouvelle solution ; pour réunir cette somme, l´ensemble des communes du Duché de Savoie et principalement Aix et Chambéry, devinrent actionnaires d´une société créée à cette fin, l´Association nationale, qui reprit le modèle de financement du bâtiment royal au XVIIIe siècle. La première pierre fut posée solennellement par le roi le 2 septembre 1857. Le chantier fut confié à l´entreprise Duverney, mais, l´argent manquant, il dut s'arrêter dès décembre 1858. Il ne put continuer qu'après le rattachement de la Savoie à la France. En août 1860, lors de sa visite de la Savoie, l´empereur Napoléon III visita les thermes d'Aix-les-Bains et décida alors de financer l´achèvement de l´établissement en échange de la cession des bâtiments et des sources à l´Etat. Les plans d´origine furent modifiés par une commission composée de l´architecte Pellegrini et de l´ingénieur François, à l´origine du projet, auxquels furent associés Melier, inspecteur général des établissements sanitaires, et des ingénieurs et architectes désignés par le nouveau préfet. Les travaux, dont le montant s´élevait à 700 000 francs, reprirent en novembre 1860, sous le contrôle de l´ingénieur Messonnier. Des transformations furent également effectuées dans le bâtiment royal et les thermes albertins. L´entreprise de travaux publics Bonna fut chargée de terminer le grand escalier ; elle fournit également les buvettes en marbre et les mosaïques des escaliers latéraux, des vestiaires et de la salle d´attente. L´entreprise de marbrerie Duret de Lyon obtint le marché concernant les revêtements en faïence, les moulures des douches, les banquettes, le dallage en marbre des paliers du grand escalier. Les toitures furent posées par Jean-Baptiste Maissonny d´Aix, les tuyauteries par la maison Tardy d´Annecy, la vitrerie par François Maisonny, la menuiserie par Pierre Guichard et les grilles en fer forgé par le serrurier Pierre Cochet. Lors de la construction de l´annexe Revel, en 1879-80, le bâtiment de Pellegrini fit l'objet d'une première campagne de rénovation, notammment avec la pose de céramiques dans les piscines. Une profonde restructuration intervint en 1919-1920, sous la conduite de Jules Pin aîné. L´ancienne grande salle d´inhalation fut découpée et transformée en piscine, salles de bains de pieds, et nouvelle salle d´inhalations. On restaura les douches des soubassement et les cabines de bains, ainsi que les voûtes. Jules Pin fit appel à l´entreprise Bonna pour les gros travaux, au marbrier Pichoud d´Aix pour remplacer les baignoires en zinc par des baignoires en faïence, et à l´entreprise Gilhardi et fils de Choisy-le-Roi pour les carrelages, revêtements en faïence, terres cuites et les cordons des douches et des piscines. Une frise déposée, provenant des cabines du rez-de-chaussée surélevé, porte au revers la marque de l'atelier de Choisy-le-Roi et la lettre de pose A. En 1927, l´escalier d´honneur reçut un revêtement en stuc peint imitation marbre, réalisé par l´entreprise Vialatoux de Villeurbanne, et une rampe en fer forgé créée par François Jeandet.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1857, daté par source
1860
Auteur(s)Auteur : François Jules ingénieur attribution par source
Personnalité : Victor-Emmanuel II commanditaire
Personnalité : Napoléon III commanditaire
Auteur : Pellegrini Charles-Bernard architecte attribution par source

Les thermes Pellegrini, adossés au bâtiment royal, ont été construits avec des matériaux locaux, calcaire blanc d´Antoger pour les élévations, ardoises de Cevins pour les toitures, pierre et marbres essentiellement savoyards ou dauphinois (Saint-Jean-de-Couz, Echaillon, La Vermaz, Curienne ou Lemenc, Seyssel) pour les dallages. Les façades antérieure et latérale droite sont en pierre de taille tandis que la façade latérale gauche est en moellons enduits. Le bâtiment se compose de cinq corps de bâtiment principaux : quatre sont disposés autour d'un espace carré divisé en son centre par le cinquième. Les deux cours intérieures ainsi délimitées étaient couvertes à mi-hauteur par un toit terrasse avec une file de quatre lanterneaux ; la cour sud a été fermée postérieurement pour l'aménagement d'un escalier, rampe sur rampe, d'accès à l'étage d'attique. Chaque corps de bâtiment compte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage d'attique, à l'exception du corps antérieur de même hauteur, mais à un seul niveau. L'ensemble est couvert de toit à longs pans avec croupes. Le corps antérieur est occupé par un vaisseau montant de fond sur la hauteur du bâtiment et seulement interrompu par deux portiques transversaux. Ce grand hall, voûté d'arêtes, se termine à ses deux extrémités en cul de four. A l'origine, l'abside droite accueillait un escalier à volées divergentes. Du hall part un escalier droit, en pierre et marbre, à trois volées, aménagé sur toute la largeur du corps de bâtiment axial, face à la porte d'entrée. Il donne accès au rez-de-chaussée surélevé dont la distribution est proche de celle de l'étage de soubassement : long couloir de distribution sur toute la longueur du corps postérieur, cabines de bains distribuées par un couloir voûté d'arêtes dans les ailes latérales. A l'étage de soubassement, la cour nord, occupée par des salles de soins, est couverte d'une voûte en anse de panier à éclairage zénithal. Le couloir postérieur ouvre à l'est, dans le prolongement des deux cours, sur deux piscines en hémicycle aménagées respectivement dans le bain royal et dans les thermes albertins. Au rez-de-chaussée surélevé, ce couloir ouvre sur une buvette centrale, couverte d'une coupole, située à l'emplacement de l'ancien pavillon antérieur droit du bain royal. La façade principale du bâtiment, orientée à l'ouest, présente une composition ordonnancée d'ordre dorique. Des pilastres jumelés, reposant sur un haut soubassement, la divisent en trois travées dans lesquelles s'inscrivent de grandes portes-fenêtres en plein cintre retombant sur des pilastres ; l'arcade centrale présente une ordonnance de serlienne sur colonnes. Les vantaux et impostes sont garnis de verre dans des châssis métalliques et munis de grilles en fonte et fer forgé. Un large entablement couronne la façade. Les façades des deux ailes, en retour d'équerre à l'arrière, sont percées des mêmes travées de baies : fenêtres oblongues en arc segmentaire, à montant central, au premier niveau, portes et fenêtres en plein cintre au deuxième, et baies oblongues, à montant central, encadrées de pilastres doriques à l'étage attique. La façade sud est entièrement traitée en pierre de taille à bossage en table, tandis que la façade nord est enduite à l'exception de l'attique formant entablement. A l'intérieur, à l'exception des portiques du hall et des piliers et colonnes ioniques de la buvette, le décor provient essentiellement de l'emploi des matériaux : marbres polychromes du dallage, céramiques blanches des voûtes des couloirs latéraux, céramiques à décor de glycines ou violettes des cabines, bois chantourné des portes et cloisons vitrées. AQUAE GRATIANAE ; TUILERIE/DE/CHOISY-LE-ROI

Murscalcaire
carrelage mural en céramique
moyen appareil
Toittuile plate
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage en surcroît, 1 vaisseau
Couvrementscul-de-four
voûte d'arêtes
voûte en berceau
coupole
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturesterrasse
toit à longs pans
lanterneau
croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
État de conservationremanié
Techniquesmaçonnerie
ferronnerie
fonderie
céramique
menuiserie
Précision représentations

façade d'ordre dorique ; colonnes d'ordre ioniques dans la buvette ; décor de glycines et de violettes sur les céramiques des cabines de soins ; monogramme de l'établissement thermal sur la porte principale et l'imposte de la porte nord, en fer forgé.

Statut de la propriétépropriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH partiellement, 1986/04/24

Annexes

  • ANNEXE 1

    Discours du maire à l´occasion de la pose de la première pierre des thermes Pellegrini (AD Savoie. 11FS 20. 2 septembre 1857)

    Sire,

    La ville d´Aix est heureuse de n´avoir à apporter au pied de Sa Majesté que le tribut de Votre reconnaissance et de son dévouement.

    Le Gouvernement de Votre Majesté a pris à tâche de devancer nos voeux, de donner satisfaction à tous nos désirs.

    La percée du Montcenis, le chemin de fer Victor-Emmanuel qui suffiraient à immortaliser votre nom [et] ce pont international de rocs et de fer que vous avez inauguré hier, rendent l´accès de cette cité toujours plus facile.

    A des hôtes chaque jour plus nombreux il fallait des plaisirs. Le casino érigé sous votre règne et sous la protection officielle de votre Gouvernement rivalise avec les plus admirés parmi les établissements rivaux.

    Il fallait surtout de l´eau en abondance et un établissement thermal pour la distribuer à tous : guidée par la science, la sape de la mine a fouillé dans les entrailles des rochers, elle en a fait jaillir une source qui double notre richesse.

    Enfin, pour couronner l´oeuvre, vous venez en ce jour poser la première pierre d´un établissement somptueux, qui restera comme un monument des bienfaits de votre règne.

    Soyez en béni, Sire, au nom de cette population recourue pour acclamer votre nom. Soyez béni, au nom de cette ville, au nom de la Savoie entière qui vit de la prospérité d´Aix.

    Interprète de tous les voeux, au nom de tous je crierai : Vive le Roi, Vive la Constitution !

    Aix le 2 septembre 1857

  • ANNEXE 2

    Procès verbal de la pose de la première pierre de la nouvelle façade des thermes (AD Savoie. 11FS 20. 2 septembre 1857)

    L´an mil huit cent cinquante sept, et le deux septembre, Sa Majesté Victor Emmanuel II ayant honoré de sa présence la ville d´Aix, s´est transporté sur les travaux d´agrandissement de l´Etablissement Thermal, et a été dressé le procès verbal suivant de la pose de la première pierre de la nouvelle façade du dit établissement.

    Les thermes d´Aix construits en 1783, sous le règne de Victor Amédée III aux frais de l´Etat et des communes du Duché de Savoie étaient devenus insuffisants pour recevoir le grand nombre de malades qui accourent de toutes parts à leurs eaux salutaires.

    Sa Majesté Victor Emmanuel II en conformité de la loi votée par le Parlement National, publiée le 9 juin 1856, en ordonnait l´agrandissement d´une manière qui pût répondre aux besoins de l´époque actuelle, en consacrant à cette dépense la somme de neuf cent mille livres, dont un tiers à la charge de l´Etat, et les deux autres tiers à la charge de la province de Savoie Propre, avec le concours des villes de Chambéry et d´Aix.

    Sa Majesté voulant ensuite rallier à la grande oeuvre du percement des Alpes l´ampliation d´un Etablissement Thermal, qui attire dans son sein des étrangers de toutes les nations, ordonnait qu´un bloc détaché du Mont-Cenis le 31 août 1857, jour de l´inauguration des travaux de la percée, serait transporté à l´établissement thermal d´Aix, pour être placé à l´entrée de la grande façade qui doit décorer les travaux actuels et Sa Majesté fixait le deux septembre pour venir elle-même présider à cette solennité.

    Monseigneur l´archevêque de Chambéry à procédé à la bénédiction de la dite pierre et a célébré tous les rites prescrits par l´Eglise en telles circonstances, Sa Majesté s´est approchée de la dite façade a ordonné que la pierre soit mise en son lieu et place, a pris la truelle et le marteau et la recouverte de mortier.

    Une caisse en plomb contenant trois pièces à l´effigie de Sa Majesté, soit une pièce de vingt francs en or, une autre en argent de cinq francs et une troisième en argent de un franc, contenant aussi un original du présent procès-verbal, renfermé dans une autre petite caisse en plomb, a été incrustée dans la dite pierre.

    En foi de quoi a été dressé le présent procès-verbal en double original, signé par Sa Majesté, par Sa Grandeur, Monseigneur l´archevêque, par son Excellence, le Président du Conseil des Ministres, Comte Benso de Cavour, par son Excellence le ministre des travaux publics, Pierre Paleocapa et par le conseil d´administration.

    Signé à l´original Victor Emmanuel. C. Cavour, Alexis, archevêque, Paleocapa, Magenta, Dupasquier, T. Chapperon, L. Martin, Brachet, Guillet, curé d´Aix. Le commissaire du Roi chargé de la direction de son établissement thermal, l´intendant F. Baptise Dupraz.

  • ANNEXE 3

    Cahier des charges, approuvé par le conseil d'administration des thermes le 20 sept 1856. Extrait (AH Thermes nationaux, 1856)

    ...Les murs en élévation seront en moellons de choix des carrières d´Antoger. Ces moellons seront ébauchés au marteau pour obtenir des lits de pose et des joints bien découpés. Ils seront posés à bain de mortier hydraulique et devront laisser, surtout aux faces intérieures, les joints dégagés de mortier pour recevoir un bon enduit au ciment.

    Les voûtes des deux étages seront exécutées en briques posées de plat de 13cm d´épaisseur. La maçonnerie en briques pour piliers et cloisons sera faite en briques de 12cm sur 22...La pierre de taille sera tirée des meilleures carrières d´Antoger, elle sera sans fil... taillée à la fine boucharde, les arêtes seront relevées au ciseau et dressées vives... Toutes les pierres de Coulz pour dalles et marches seront de 1ère qualité... Les chapiteaux de la façade principale seront exécutés en pierre de Seyssel... Toute la charpente sera en bois de sapin tiré des meilleures forêts de la province de Genevois... Les faîtages, poinçons et contre-fiches seront en chêne sans aubier... L´administration se réserve le droit de substituer le mélèze au sapin... La couverture du bâtiment sera en ardoises de Cevins, de 3ème équerre, posées sur voliges bien jointes de 15mm d´épaisseur. Les faîtages et arêtiers seront en zinc de la vieille montagne n° 14.

  • ANNEXE 4

    Extrait de la convention passée avec le sieur Pierre Guichard, menuisier à Aix-les-Bains. (AH Etablissement thermal, boîte n° 3, 19 avril 1859)

    Soubassement : 2 portes du vestibule en bois de chêne bien sec, de 2,75 m sur 1,O8 m, cadre de 35 mm d'épaisseur et panneaux de 30 mm d'épaisseur. Portes communiquant du vestibule dans les pièces servant de bureau ; fenêtres pour les douches ascendantes.

    Rez-de-chaussée : 3 grandes portes vitrées à deux vantaux avec imposte fixe, à panneaux moulurés, donnant sur les paliers du grand vestibule, de 3,65 m sur 1,90 m ; 5 fenêtres en chêne de l'escalier central, avec imposte fixe, de 4,25 m sur 2 m ; 19 fenêtres en chêne des cabinets de bains, cintrées avec imposte, de 2,18 m sur 1,25 m.

    Premier étage : 23 fenêtres en chêne des cabinets de bains et lingerie donnant dans les cours intérieures, de 1,60 m sur 1,15 m ; 9 fenêtres en chêne donnant sur les façades latérales extérieures, de 1,10 m sur 1,30 m.

    3150,38 livres

  • ANNEXE 5

    Extrait de la convention passée avec Joseph Cochet, serrurier à Aix-les-Bains. (AH Etablissement thermal, boîte n° 3, 10 mai 1859)

    Menuiserie en fer étiré

    Portes et fenêtres du soubassement : serrures anglaises, charnières cuivre. 9 fenêtres des grandes douches, étamage et couverture en zinc.

    Au rez-de-chaussée, grandes ouvertures latérales donnant sur l'escalier du grand vestibule ; grandes ouvertures éclairant le corridor transversal ; grilles des portes d'entrée latérales ; serrures de maître entaillées, poignée en cristal, loqueteaux en cuivre pour les 32 fenêtres. Grilles des sauts de loup.

    Grandes portes en fer et fonte des deux ouvertures à droite et à gauche de l'entrée principale, fonte ornée pour dormants, non compris les frais de modèles et d'ornements (1317 livres l'une). Grande porte vitrée en fer, composée de cadres en fer sur lesquels viendront s'ajouter des fers étirés moulinés (5691,50 livres pour les deux portes).

    Grille en fer de l'entrée principale (2492,50 livres)

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Savoie. 92 X 81. Travaux Thermes Nationaux, 1919-1920

Documents figurés
  • Etablissement thermal d´Aix. Travaux de construction. Plan parcellaire des terrains à occuper et à céder à la ville d´Aix / B. Pellegrini (architecte). Ech. 1 : 500. [S.l.], 24 décembre 1856. 1 plan : couleur ; 31 x 21 cm. (AC Aix-les-Bains ; 4 N 1)

  • [Emprise des thermes Pellegrini et parcellaire ancien] / J. B Bocquin. Aix-les-Bains, 1910. Ech. inconnue. 1 plan ; 25 x 27 cm. (AC Aix-les-Bains. LD C 14, p. 16)

  • Aix-les-Bains- Savoie. Etablissement thermal, propriété de l´Etat. Plan du soubassement / [S.n.]. Ech. 1 : 200. [S.l.], [ca 1925]. 1 tirage de plan ; 37,5 x 48 cm. (AC d´Aix-les-Bains. 4 N 2)

  • Aix-les-Bains - Savoie. Etablissement thermal, propriété de l´Etat. Plan de l´étage / [S.n.]. Ech. 1 : 200. [S.l.], [ca 1925]. 1 tirage de plan ; 57 x 65 cm. (AC d´Aix-les-Bains. 4 N 2)

  • Plan de l´établissement thermal d´Aix-les-Bains. Etage de soubassement / [S.n.]. Chambéry : A. Perrin, 1881. 1 est. : lithogr. Dans : Histoire d´Aix-les-Bains / Mouxy de Loche Jules de., p. 436

  • Ministère de la santé publique. Ancien établissement thermal. Aix-les-Bains. Plan du rez-de-chaussée / Charles Foray. Aix-les-Bains, 17 novembre 1954. Ech. 1 : 200. 1 tirage de plan ; 30 x 38 cm. (AH Thermes nationaux d´Aix-les-Bains)

  • Ministère de la santé publique. Ancien établissement thermal. Aix-les-Bains. Plan du 1er étage / Charles Foray. Aix-les-Bains, 15 novembre 1954. Ech. 1 : 200. 1 tirage de plan ; 30 x 38 cm. (AH Thermes nationaux d´Aix-les-Bains)

  • Aix-les-Bains. [L´arc de Campanus et la façade Pellegrini] / [illisible]. s.l. : s.n. , [ca 1870]. 1 est. : en noir et en couleur ; 10,5 x 13,5 cm. (AC Aix-les-Bains : 15Fi 90)

  • Salle d´inhalation de l´établissement thermal / Thiebault. [S. l.] : [S.n.], [milieu XIXe siècle]. 1 est. : gravure ; 90 x 9 cm. Dans Despine Constant, 1864, p. 20

  • Aix en Savoie [Thermes Pellegrini] / E. Wormser, del. Paris : Remond, [1859]. 1 est : gravure ; 9 x 13 cm Dans Docteur Vidal. Compte-rendu des eaux d´Aix en Savoie pendant l´année 1859. Aix-les-Bains : Bachet, 1860, p. 2

  • [Façade des Thermes Pellegrini] / Louis Demay. Aix-les-Bains, [fin XIXe siècle]. 1 photogr. : n et b ; 60 x 10 cm (AC Aix-les-Bains. LDC 15, p. 40)

  • [Etablissement thermal : hall Pellegrini] / Demay (photographe). [1866 ?]. 1 photogr. : n. et b. ; 17,5 x 12,8 cm. (AC Aix-les-Bains : 12Fi 22/28)

  • [Façade sud des thermes Pellegrini] / anonyme. Aix-les-Bains, [fin XIXe siècle]. 1 photogr. : noir et blanc ; 10 x 15 cm. (AC Aix-les-Bains : 11Fi 438)

  • Aix-les-Bains. Ensemble de l´Etablissement thermal.125. Paris : Lévy fils et Cie, [après 1900]. 1 carte postale : n. et b. ; 9 x 14 cm. (AC Aix-les-Bains : Cp 33_14)

  • Aix-les-Bains. Etablissement thermal. Le grand escalier. 253. Paris : Imprimerie Lévy fils et Cie, [après 1860]. 1 carte postale : n. et b. ; 14 x 9 cm. (AC Aix-les-Bains : Cp 33_26)

Bibliographie
  • DESPINE, Constant. Indicateur médical et topographique d´Aix-les-Bains. Paris : Victor Masson, 1864. 72 p. : ill. ; 21 cm (AC Aix-les-Bains. LDG 16)

    p. 13-38
  • FRIEH-GIRAUD, Geneviève. Les thermes nationaux d'Aix-les-Bains. Le Fil de l'eau. Barberaz : FIGEP, 2005. 259 p. : ill. ; 28 cm.

    p. 104-109
  • MOUXY DE LOCHE Jules de Histoire d´Aix-les-Bains. Chambéry : Imprimerie savoisienne, 1898. 2 vol. : ill. ; 21 cm

    p. 425-431
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville d'Aix-les-Bains © Ville d'Aix-les-Bains - Jazé-Charvolin Marie-Reine - Lagrange Joël - Combre Clémentine