Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel Saint-Julien, puis de l'Ecu de France, devenu immeuble

Dossier IA69005894 réalisé en 2004

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Le bâtiment 1 sur la rue Lanterne présentait 3 étages carrés d'après le plan terrier de 1756. L'ensemble était alors une propriété indivise entre la veuve Reboul et Frédéric Antoine Gros, médecin et bourgeois de Lyon. La cour principale (I) a été décrite par P. Saint-Olive : "(...) l'hôtel de l'Ecu-de-France, dont l'intérieur de cour très-curieux me semblait indiquer, autant que je peux me le rappeler, la fin du XVIe siècle. L'escalier était renfermé dans une tourelle, et la cour entourée d'une galerie à balustres de bois."

Lors de la reconstruction de 1854, la cour a pris la forme d'un écu en cartouche, constituant vraisemblablement un jeu sur le nom de l'ancien hôtel de voyageurs.

Appellationshôtel Saint-Julien, puis de l'Ecu de France
Parties constituantes non étudiéesécurie, boutique, conciergerie
Dénominationshôtel, immeuble
Aire d'étude et cantonLyon Saint-Nizier
AdresseCommune : Lyon 1er
Lieu-dit : Saint-Nizier
Adresse : 8 rue, Lanterne , 8 rue
Constantine
Cadastre : 1831 F 184 à 190 ; 1999 AT 112, 113

En 1356, le site est occupé par quatre maisons, dont deux mitoyennes sur la rue Lanterne. Jean Malley dit Tastevin les réunit et crée l'hôtel de Saint-Julien (hospicium sancti Juliani mentionné en 1484). Il est mort en 1502. En 1550 l´édifice appartient à François Grollier et porte le nom de l'Ecu de France. Les corps 1 et 2 et la tour de l'escalier en vis de la cour 1 auraient été édifiés, d'après Paul Saint-Olive, à la fin du 16e siècle. Les corps 3 et 4 datent du 18e siècle : ils figurent avec un plan identique à celui d'aujourd'hui sur le plan terrier de 1755. En 1814, l'hôtel est déjà devenu un immeuble : le rôle des patentes de cette année-là dénombre des habitants occupés à divers petits métiers dont un loueur de chevaux. A la suite du percement de la rue Constantine, le fond est agrandi des parcelles numérotées 184, 188, 189 sur la section F du premier cadastre, ainsi que de la moitié de 190, les constructions les occupant étant notées comme démolies en 1846. Le 29 septembre 1849, Antoine Cozona, orfèvre place d'Albon et propriétaire des lieux depuis 1844, obtient l´alignement pour reconstruire sur la rue Lanterne ; le 3 octobre 1850 un arrêté municipal autorise l'expertise pour estimer le terrain délaissé à la voie publique par suite du recul d'alignement : l'architecte du propriétaire est André Miciol. L'expertise a lieu le 18 juin 1851 avec la participation de cet architecte. Les travaux ont consisté en la reconstruction du corps 1 et au remodelage complet du 2. Le 13 mai 1861, Antoine Cozona dépose une nouvelle demande d'alignement pour l'édification d´un bâtiment en rez-de-chaussée sur la rue Constantine (vraisemblablement à usage de boutique), et en obtient l'autorisation le 21 mai suivant (mentionné comme construction nouvelle en 1862).

Période(s)Principale : 16e siècle , (détruit)
Principale : 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates1849, daté par source
Auteur(s)Auteur : Miciol André architecte attribution par source
Personnalité : Malley Jean, dit: Tastevin propriétaire
Personnalité : Cozona Antoine commanditaire

Parcelle présentant 3 accès : le principal sur la rue Lanterne, un 2e sur la rue Bessard (puis Constantine) et un 3e sur l'impasse du 2, quai de la Pêcherie. Avant les reconstructions du 19e siècle, les corps 1 et 2 étaient traversés par un passage cocher conduisant à la cour des écuries III, écuries et fenil occupant le rez-de-chaussée des bâtiment 3 et 4, un local à fumier la cour IV. La cour I comprenait un escalier en vis dans une tour hors-oeuvre, le corps 3, un escalier tournant à retours sans jour à cage ouverte. Après les reconstructions du 19e siècle, les corps 1 et 2 présentent chacun un escalier dans-oeuvre tournant à retours avec jour. Seule la façade sur la rue Lanterne est en pierre de taille. Les toits des bâtiments 1 et 2 sont couverts à longs pans, à l´exception de la partie bordant la cour II qui est en appentis. Le bâtiment 3 est protégé par deux toits à un seul pan séparés par un mur. Le bâtiment 4 n´a qu´un seul pan. La cour III est occupée en grande partie par un bâtiment en rez-de-chaussée, à usage commercial et couvert en terrasse.

Murscalcaire
enduit
pierre de taille
moellon
Toittuile mécanique
Étagessous-sol, entresol, 4 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturesterrasse
toit à longs pans
toit à un pan
appentis
croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie, suspendu
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour en maçonnerie, cage ouverte
Typologiesdeux corps de bâtiment parallèles reliés
États conservationsbon état
Techniquessculpture
sculpture
ferronnerie
Précision représentations

La façade principale est ornée d'un décor néo-renaissance. Des motifs végétaux agrémentent les garde-corps et les lambrequins des fenêtres.

Mesuresh : 2250.0 cm

Boutiques actuellement : pianos Baruth ; sauna ; bureaux de l'UFEV (vacances enfants et adolescents) ; vêtements Kiliwatch ; libraire disquaire La Bourse.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Rhône : 3 P 0123-7 à 9. Matrices cadastrales, sections F dite de Saint-Louis et G dite de l'Hôtel de Ville, 1836

    t. 7, f° 167 à 171, 188 AD Rhône : 3P0123-7 à 9
  • AM Lyon : 0310 WP 751. Matrice de rôle de la contribution des patentes pour 1814. Division du Nord

    p. 40 AC Lyon : 0310WP751
  • AM Lyon : 315 WP 23. Demandes d'alignement rue Constantine, 19e siècle

    AC Lyon : 315WP23
  • AM Lyon : 321 WP 139. Expertises et vente de terrains à la Ville en suite des nouveaux alignements de la rue de l'Enfant-qui-pisse et de la rue Lanterne, 1828-1867

    AC Lyon : 321WP139
Documents figurés
  • Carte adaptée à Lyon, parroisse de la Platière, ayant pour confin oriental la rue de la Lanterne, pour le méridional la place de la Platière, pour l'occidental la rue de la Pescherie, et pour le septentrional la rue du Bessard, faite sur les terriers Burgensis, Canalis [XIVe siècle]. N° I ou A. Rente de l'Archevesché de Lyon. [17..]. 1 dess. : encre ; 53 x 80 cm (AD Rhône : 2 H 51)

    AD Rhône : 2H51
  • Carte adaptée à Lyon, parroisse de la Platière, ayant pour confin oriental la rue Lanterne, pour le méridional la place de la Platière, pour l'occidental la rue de la Pescherie, et pour le septentrional la rue du Bessard, faite sur les terriers Poncet cotté C, Verger, de Sancto-Georgio. N° I ou A [14e et 15e siècles]. Rente du prieuré de la Platière. [17..]. 1 dess. : encre et aquarelle ; 53 x 80 cm (AD Rhône : 2 H 51)

    AD Rhône : 2H51
  • Carte adaptée à Lyon, parroisse de la Platière, ayant pour confin oriental la rue de la Lanterne, pour le méridional la place de la Platière, pour l'occidental la rue de la Pescherie, et pour le septentrional la rue du Bessard, faite sur les terriers de Challes, Ridadi et Poncet cotté D. N° I ou A [15e et 16e siècles]. Rente du prieuré de a Platière. [17..]. 1 dess. : encre ; 53 x 120 cm (AD Rhône : 2 H 51)

    AD Rhône : 2H51
  • Carte à Lyon dans l'enclos de la Platière, faite sur le terrier Croppet [XIV, XV et XVIe siècles]. N° I ou A. Rente de l'Archevesché. [17..]. 1 dess. : encre ; 29 x 52 cm (AD Rhône : 2 H 51)

    AD Rhône : 2H51
  • [Plan de l'îlot du prieuré de la Platière sur lequel sont reportés des terriers du 17e siècle]. [17..]. 1 dess. : encre ; 84 x 150 cm (AD Rhône : 2 H 53)

    AD Rhône : 2H53
  • Plan à Lyon, parroisse de la Platière, ayant pour confin oriental la rue Lanterne, pour le méridional la place de la Platière, pour l'occidental la rue de la Pescherie et pour le septentrional la rue du Bessard. N° I ou A. Rente du prieuré de la Platière. Levé en 1756. 1 dess. : encre et aquarelle ; 70 x 76 cm (AD Rhône : 2 H 51)

    détail AD Rhône : 2H51
  • [Projet de prolongement de la rue d'Oran depuis la rue Constantine jusqu'à la rue de la Platière] / lithogr. Courtot fils. 1 : 600. 18 janvier 1857. 1 est. : lithogr. réhaussée à l'encre et à l'aquarelle ; 31 x 36 cm (AM Lyon : 321 WP 156)

    AC Lyon : 321WP156
Bibliographie
  • SAINT-OLIVE, Paul. Description du quartier qui environnait l'église de Notre-Dame de la Platière. Rev. Lyonnais, 1868, 3e série, t. 5

    p. 116
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Ducouret Bernard