Logo ={0} - Retour à l'accueil

Immeuble des Jaiffours

Dossier IA63001260 réalisé en 2006

Fiche

AppellationsLes Jaiffours
Parties constituantes non étudiéesgarage, parc
Dénominationsimmeuble à logements
Aire d'étude et cantonThiers - Thiers
AdresseCommune : Thiers
Adresse : rue, Claude-Antoine-Rudel, rue des
Jaiffours
Cadastre : 1982 AH 341 ancien n° de parcelle avant destruction  ; 1982 AH 342 ancien n° de parcelle avant destruction  ; 1982 AH 343 ancien n° de parcelle avant destruction  ; 2012 AH 342 nouveau n° de parcelle après reconstruction ; 2012 AH 343 nouveau n° de parcelle après reconstruction ; 2012 AH 371 nouveau n° de parcelle après reconstruction ; 2012 AH 372 nouveau n° de parcelle après reconstruction ; 2012 AH 373 nouveau n° de parcelle après reconstruction ; 2012 AH 374 nouveau n° de parcelle après reconstruction ; 2012 Ah 375 nouveau n° de parcelle après reconstruction ; 2012 AH 376 nouveau n° de parcelle après reconstruction
Précisions

L'immeuble de logements dit "Les Jaiffours", du nom du quartier, a été construit dans les années 1960 au nord de la ville, au-dessus du quartier de la gare. Il a été démoli fin 2007 et remplacé sur le même site par 33 logements répartis dans des pavillons et un bâtiment collectif de faible hauteur (ainsi que d'autres logements dans d'autres quartiers de la ville). Ces "nouveaux Jaiffours", appelés "Clos des Vignes", ont été inaugurés en avril 2013.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle , daté par tradition orale , (détruit)
Principale : 1er quart 21e siècle , daté par tradition orale

L'ancienne "barre" des Jaiffours présentait une courbure convexe côté sud, ouverte sur le paysage. Cet immeuble épousait les courbes du dénivelé mais, par sa grande hauteur, faisait front au reste de la ville, en marquant ainsi fortement le paysage (même de très loin) de sa silhouette facilement reconnaissable. Cette caractéristique permettait, à l'inverse, à tous les logements de bénéficier d'une vue exceptionnelle sur la plaine et la chaîne des puys.

L'immeuble comprenait un étage de soubassement, dû à la pente, un rez-de-chaussée et 9 étages, dans lesquels étaient répartis 132 logements.

Mursbéton enduit
Toitbéton en couverture
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 9 étages carrés
Couvrements
Couverturesterrasse
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour
Autres organes de circulationsascenseur
État de conservationdétruit après inventaire
© Région Auvergne - Inventaire général du Patrimoine culturel - Ceroni Brigitte