Logo ={0} - Retour à l'accueil

Rue Montesquieu

Dossier IA69006877 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Voir

AppellationsMontesquieu, Félissent, Croupisson
Dénominationsrue
Aire d'étude et cantonLyon Saint-André
AdresseCommune : Lyon 7e
Lieu-dit : Guillotière
Cadastre : 1999 AB NC ; 1999 AC NC ; 1999 AM NC ; 1999 AN NC ; 1999 AO NC

L'actuelle rue Montesquieu est issue de la réunion de trois rues au milieu du 19e siècle. Son tracé à double orientation est significatif de la juxtaposition de lotissements privés adoptant des grilles viaires différents.

La rue Montesquieu est ouverte à partir de 1825-1828 dans le cadre du lotissement Combalot, entre le Rhône et la rue de Marseille. Elle est officiellement cédée à la ville en 1839 et nommée "rue Montesquieu" en 1842 (AC Lyon, 4 WP 75/2). A l'est de la rue de Marseille, la rue Félissent est également percée à la même époque et porte le nom du propriétaire des terrains, Claude Félissent (1776-1849). Ces deux projets sont vraisemblablement encadrés par le plan d'alignement Scève de 1827 mais adoptent des axes légèrement différents. Encore plus à l'est, la rue Croupisson était un chemin ancien, étroit et sinueux (3 mètres de largeur environ). Remontant à la fin du 18e siècle, le chemin apparait sur le plan cadastral napoléonien entre la rue d'Anvers et la place Saint-Louis. Le Tableau des rues de 1823 (AC Lyon, 4 WP 75/2) indique que cette rue aurait été nommée "du nom de deux prêtres propriétaires, recommandables par leur bienfaisance et par le secours qu'ils fournirent à la classe laborieuse dans un moment de disette et dans une saison très rigoureuse (hiver 1789-1789)". Elle est ensuite nommée "rue de la Renaissance" au 19e siècle. Les trois sections de rue sont représentées sur le plan des propriétés des Hospices civils de Lyon daté de 1839 (AC Lyon, 2 S 102).

Entre 1852 et 1856, la ville de la Guillotière fait redresser et élargir la rue Croupisson sur l'axe et la largeur de la rue Félissent (AC Lyon, 321 WP 147/4). Ces travaux sont confiés par entente directe à l'entrepreneur et promoteur Dieudonné Scohy, à l'origine par ailleurs du lotissement de la Thibaudière. En 1863, les trois sections de rues sont réunies et la voie prend le nom de rue Montesquieu dans toute sa longueur. L'appellation de rue Félissent est alors transférée à une petite rue latérale à l'église Saint-André. La rue est ultérieurement prolongée jusqu'à la rue de la Madeleine à une date inconnue.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle , daté par travaux historiques

Entièrement située dans le 7e arrondissement de Lyon, la rue Montesquieu relie le quai Claude-Bernard et la rue de la Madeleine. Elle est orientée est-ouest entre le Rhône et la rue de Marseille, puis prend une orientation oblique en direction du sud-est dans sa deuxième section. Elle n'a été étudiée qu'entre le quai et l'avenue Jean-Jaurès dans le cadre de l'étude du secteur "Saint-André".

Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Rapports concernant le prolongement de la rue Félissent, 1852-1853 (AC Lyon, 321 WP 147/4)

    Rapport du voyer du 3e arrondissement, Christophe Crépet, 4 juin 1852

    "La rue Croupisson, avant l’ouverture du clos Félissent, s’arrêtait au prolongement de la rue des Asperges, de telle sorte que toute communication entre le midi de cette partie de la commune et la place St Louis se trouvait interrompue. Les propriétaires de ce quartier voulant améliorer cette localité se sont entendus et ont ouvert sur les terrains cultivés à cette époque seulement en jardins, la rue Félissant [sic] : remblayée et pavée aujourd’hui par les propriétaires, cette portion de voie publique se trouve aujourd’hui dans un état très satisfaisant de viabilité. Mais cette mesure adoptée depuis la rue des Asperges jusques à la rue Béchevelin n’étant point complète, depuis la rue des Asperges jusqu’à la place Saint Louis, les propriétaires riverains de ces terrains bordant les clos de la Thibaudière et Creuzet se sont réunis dans le but de prolonger et de redresser l’ancienne rue Croupisson. La rue Croupisson n’a actuellement qu’une largeur moyenne de 3.5 m, ses alignements forment des lignes brisées."

    Avis favorable du Conseil local des Bâtiments civils pour le projet de redressement de l’ancienne rue Croupisson, actuellement rue de la Renaissance. 27 avril 1853

    "Il constitue le prolongement de la rue Félissent et établira ainsi une communication en ligne droite du cours Saint André à la place Saint Louis, sur une longueur de plus de 600m. Largeur 9.70m. Son exécution apportera une belle amélioration au quartier où cette rue est située."

  • Cession de terrains à la ville par André Combalot pour l’ouverture de rues, 23 août 1839 (AC Lyon, 321 WP 147/4)

    Cession de terrains à la ville par André Combalot pour l’ouverture des rues Basse, Passet, D’Aguesseau, Montesquieu, St André, Henri IV, Cavennes, et la rue du Midi pour laquelle j’ai fourni seulement la moitié du terrain, l’autre moitié l’ayant été par le sieur Lacombe. 23 août 1839.

    "Je soussigné, André Combalot, propriétaire domicilié rue St André, déclare, pour compléter les déclarations que j’ai précédemment faites à ce sujet, concéder et abandonner gratuitement à la ville de la Guillotière le terrein occupé par toutes les rues ouvertes jusqu’à ce jour dans ma propriété privé située au midi du pont de la Guillotière longitudinalement et perpendiculairement au Rhône, savoir les rues :

    - Basse, Passet, D’Aguesseau, Montesquieu où s’exécute en ce moment un aqueduc et la rue du Midi pour laquelle j’ai fourni seulement la moitié du terrain, l’autre moitié l’ayant été par le sieur Lacombe, tendans de l’orient à l’occident

    - Saint André, Henri IV, Cavenne, tendans du nord au midi.

    Des constructions ayant été faites dans ces rues en vertu d’alignements donnés par la mairie.

    Cette concession est faite sous la condition expresse que ces rues participeront dans une proportion équitable aux améliorations et à tous les avantages dont la commune fait jouir annuellement la voie publique communale, tels entre autres que l’éclairage, les remblais, l’écoulement des eaux, l’entretien et le nettoiement.

    Fait à la Guillotière le 23 août 1839."

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Lyon, 4 WP 075/2. Commune de la Guillotière, voirie urbaine : établissement du plan général d'alignement, projets et travaux généraux (1806-1854). Alignement et ouverture de rues. Projets et travaux généraux. Noms des rues, places, cours, quais, avenues routes et chemins. Changements d’appellation, tableau. Numérotation et plaques de rues. Plantation et abattage d’arbres.

    Dénomination ou tableau des rues, places, quais, cours, avenues, routes et chemins de la ville et territoire de la Guillotière, année 1823. Propositions de baptêmes de rues – quartier Comballot, 15 août 1842. AC Lyon : 4 WP 075/2
  • AC Lyon. 321 WP 147/4. Rue Montesquieu, 3e arr. (1852-1892). Redressement de la rue Croupisson, prolongement de la rue Félissent (1852/1857). Élargissement de ladite rue (1891-1892).

    AC Lyon : 321 WP 147/4
Documents figurés
  • [Plan du quartier de la place du Pont, alignement] / Sève, 30 juillet 1826. Lithogr. Impr. L. Bereaud. 58,8 x 21,4 cm. 1 : 2000 (AC Lyon. 3 S 97)

    AC Lyon : 3 S 97
  • Plan général des propriétés appartenant aux hôpitaux civils de Lyon situées sur les communes de la Guillotière et de Villeurbanne / L.Dignoscyo, 1839. Grav./ Adam et Lemaître, écrit par Martin aîné. Lith. 1 : 5000. 1110 x 750 cm. (AC Lyon. 0002 S 00102 a)

    AC Lyon : 2 S 102 a
  • [Projet d'ouverture de rue dans le quartier de la Guillotière] / S.n., [vers 1842]. Calque collé sur pap. [1 : 10000 ; 1 : 2000]. 145 x 120 ; 291 x 197 (AC Lyon. 3 S1)

    AC Lyon : 3 S 1
  • Plan général de rectification et redressement de la rue Croupisson ouverte dans la propriété des héritiers Creuzet et du sieur Scohy / Chr. Crépet, 27 juillet 1852. 1 plan : 6 volets en accordéon ; encre et lavis.

    AC Lyon : 321 WP 147/4
Bibliographie
  • VANARIO, Maurice. HOURS, Henri (sous la direction de). Les rues de Lyon à travers les siècles (XIVe au XXe). Lyon : Éditions Lyonnaises d'art et d'histoire, 1990. 283 p. ; 24 cm.

    p. 179
© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Guillot Catherine - Delavenne Magali