Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Laurent

Dossier IA73004309 inclus dans Village de Trévignin réalisé en 2014

L'ancienne église

Sur la mappe sarde, l'église et le cimetière de Trévignin occupent le n°1758, propriété du chapitre de Notre-Dame d'Aix. Le procès-verbal de la visite pastorale de François de Sales, le 1er juillet 1606, rappelle en effet que l'église Saint-Laurent de Trevignin est "unie à perpétuité au vénérable chapître d'Aix, qui la font servir par messire François Curtilliet, prêtre", avec pour revenu une maison et un jardin.

Le "village de l'église", qui comprend également le presbytère et quelques maisons, est alors situé plus près de la route de Montcel via Saint-Victor (D 913, D 211), qui le traverse. Le rapport sur l'opportunité d'acheter l'immeuble de François Marin Laflèche pour y déplacer l'église et le presbytère, établi par le capitaine ingénieur de 1ère classe du Génie civil Ernest Melano le 18 octobre 1831 (AD Savoie. 11FS : 629), donne un plan de cette église composée d'une nef rectangulaire dans laquelle donne une chapelle située au nord et le choeur de plan à peu près carré, les deux à chevet plat. Selon la description du rapport, le niveau du plancher est au-dessous du niveau du sol (il faut descendre quelques marches) et la hauteur maximale est de 4,13 m. L'église semble totalement voûtée (dans l'optique d'un agrandissement latéral, le rapport indique qu'il faudrait reconstruire les murs et les voûtes), la toiture est partie en chaume, partie en ardoise et partie en tuile, avec un clocher en charpente au-dessus du mur ouest. Elle est globalement en mauvais état (planchers endommagés par l'humidité, charpente de la partie en tuile à refaire, murs "caducs"...).

Le 20 janvier 1818, la commune de Trévignin décide la reconstruction du clocher de l’église. Un devis est demandé le 15 mai 1818 à Anne Dubois, maçon, et Claude Gorgu, charpentier, tous deux de la ville d’Aix-les-Bains : le nouveau clocher sera établi comme précédemment à l’extrémité ouest de l’église, en charpente, et portant à l’ouest sur le mur de l’église et à l’est sur "une forte pièce de bois qui sera placée en sommier sur les murs de l’église. La naissance du clocher sera garnie d’un petit toit à quatre pans sur ses quatre faces. Au-dessus de ce toit sera placée la charpente destinée au support de la cloche, surmontée d’une flèche d’à peu près 16 pieds de hauteur. Le premier toit du dessous sera couvert en ardoise (on se servira pour cela des ardoises d’un des pans de l’église en les remplaçant par de la paille comme sont les [autres] à côté) et la flèche sera couverte en tavaillon de bois de châtaigner". Une croix en fer, d’un poids de 30 £, doit être placée sur la flèche "avec sa garniture en fer blanc et le coq" (AD Savoie. 11FS : 627).

A l’été 1818, l’intendant demande à l’architecte Trivelli de donner un autre projet pour ce clocher (qui reste fait à l’économie, en charpente, pour 687,94 livres neuves, la commune fournissant le bois). François Marin dit Laflèche, de Trévignin, est adjudicataire des travaux, qui sont réceptionnés le 6 juillet 1820 (après avoir été démolis et reconstruits suivant l’avis de l’architecte). Le plancher de l’église est réparé en octobre 1820 par Jean Clerc-Crozet.

En février 1828, l'apparition d'une fente à la voûte du chœur provoque un projet de reconstruction avec agrandissement ; cependant il est difficile d'allonger l'église à l'est car elle est au bord du chemin, et l'agrandir à l'ouest entraînerait la reconstruction du clocher. La reconstruction sur un autre emplacement est finalement décidée à la faveur du testament du curé Jean Antoine Marie Dupuy, en 1830.

La construction de l'église actuelle

Jean Antoine Marie Dupuy, recteur de Trévignin, décédé le 2 avril 1830, lègue par son testament du 27 mars 1830 (reçu François Mugnier, notaire au Montcel) 10 130 £ à la fabrique pour "réparer et au besoin reconstruire" l’église Sain-Laurent (le testament affecte également 100 livres neuves et un lit garni à sa domestique Françoise Méraud et 360 livres neuves au curé de Trévignin pour dire des messes basses de requiem pendant deux ans.

Suite au legs Dupuy, la commune fait dresser un plan de reconstruction de l’église par l’architecte Joseph Tournier, pour 15 191,18 livres, approuvé par le conseil municipal le 2 mars 1831. Le rapport de l’architecte établit que l’église « trop petite de moitié », ne peut être agrandie à son emplacement. Le site choisi pour la construction de la nouvelle église et la translocation du presbytère (voir IA73004310) et du cimetière (IA73004311) est un immeuble appartenant à François Marin Laflèche, conseiller municipal, sur la colline de Verlioz au sud du village de l'église, comprenant une maison de maître, des bâtiments rustiques, une cour, un jardin clos de murs et une partie de verger (vendus 5000 livres) : l’église serait édifiée à l’emplacement de la grange ou bâtiment rustique.

Le Devis et détail estimatif décrit précisément l’église et son décor : l’épaisseur prévue pour les maçonneries est de 1,80 m pour les fondations, 1 m pour les murs (réduit à 1,10 m et 70 cm pour la sacristie). Les murs sont crépis et badigeonnés, avec de la pierre de taille pour les angles, piqués à la grosse pointe, l’encadrement et le perron de la grande porte, les deux marches à l’entrée du chœur ; les encadrements de la petite porte de la nef, de la porte du clocher et de la sacristie sont en molasse. Les autres baies seront "formées avec du tuf ou des briques et quelques pierres plates". L’église et la sacristie seront voutées en tuf (voûtes de 20 cm d’épaisseur à la clef) : la nef est divisée en trois voûtes d’arêtes séparées par des arcs doubleaux, la travée droite du chœur est voûtée d’arêtes, l’abside "divisée en trois lunettes par les portions d’un doubleau qui aboutiront tous au même point", les chapelles sont voûtées en berceau. L’intérieur est orné de pilastres et d’une corniche (saillie de 45 cm, composée de sept membres) d’ordre dorique. La charpente est en châtaignier (avec indication des sections des pièces), les chevrons en sapin ; la couverture est en ardoise de Cevins de 4e équerre (angles couverts à aile de pigeon). Une avancée de toit fermée, de 1,50 m, est prévue devant la façade principale. Une croix est prévue au sommet du clocher, en fer plat de 6 cm de largeur et 8 mm d’épaisseur, 3 m de haut, avec extrémités tréflées, et coq girouette en fer blanc au bout. Le beffroi est prévu pour deux cloches. La porte d’entrée est en noyer, à deux vantaux, "à table saillante soit panneaux recouverts", divisé en trois sur la hauteur, avec une serrure de maître de 8 pouces, deux arcs boutants soit valets et un loquet à bascule. Les fenêtres sont garnies de châssis en chêne à deux vantaux, à petits carreaux, avec partie circulaire fixe et un grillage à cinq barreaux (20 mm) et deux traverses (20 x 30 mm).

Le chantier est mis en oeuvre par l'entrepreneur Georges Vuillermet, de Chambéry, adjudicataire le 10 mars 1832 (le bâtiment à démolir lui est rétrocédé pour le prix de 1200 livres). Les travaux ont du retard : un contentieux s'élève entre l'entrepreneur et la commune, qui l'accuse d'utiliser un tuf de mauvaise qualité pour les voûtes et d'avoir laissé le clocher sans couverture ; de plus les fondations de la façade ont révélé un sol fangeux, qui a entraîné la mise en place d'un grillage de 19 poutres sur lequel la façade a été élevée (avec un surcoût). Les travaux sont réceptionnés le 6 janvier 1833.

Les travaux ultérieurs

L'église a par la suite fait l'objet de travaux d'entretien régulier.

L'Etat estimatif des travaux de restauration à faire l’église paroissiale et pour la maison presbytérale de la commune de Trévignin établi le 26 juin 1871 par l'architecte H. Lubini, à Aix-les-Bains, mentionne la reconstruction d’une partie de la corniche de couronnement de la façade, en ciment, et la pose d’enduit et de badigeon au lait de chaux à la colle ; le masticage et rebouchage des joints du perron en ciment Vicat.

Un projet de réparation à l’église est dressé par l'architecte A. Bertin en 1898 (8700 F), pour des réparation urgentes : planchers, portes et fenêtres, façade principale, peinture et badigeons intérieurs. Bertin donne un second projet de travaux d’appropriation et de grosses réparations un an plus tard, en novembre 1899 (6000 F) : réfection de plancher, en châtaignier, dallage en ciment artificiel Vicat (passage central et latéral de la nef, sacristie), badigeon avec filets, reprise et raccord de peinture faux marbre vers les autels ou autre, réfection du perron (avec remploi des marches), suivi des toitures, pose de vitraux en verre blanc montés sur plomb sur 10 fenêtres, avec grillage extérieur.

Ces devis ne semblent pas avoir été exécutés, mais ont sans doute inspiré le curé Thomassier pour les travaux qu'il commandite les années suivantes.

Le 23 avril 1903, il rédige un projet de convention avec Jean-Baptiste Grosso, artiste-peintre pour des travaux de peinture décorative sur tous les murs et voûtes intérieurs du chœur, de la nef et des chapelles, non compris les autels, y compris la retouche et remise en état du tableau (peinture à fresque) représentant le martyre de saint Laurent, de la figure de saint Laurent et des ornementations qui l’accompagnent (peinture à fresque), et la réfection des lettres et chiffres sur la façade extérieure ; le travail doit être "dans le genre de celui fait l’hiver dernier à l’église de Mouxy". Ce devis comprend également la réalisation de badigeons en plusieurs teintes et filets de la façade extérieure, la peinture des portes (au moins une face), la réfection de la façade et de l'avant-toit, l'enlèvement des deux chaires, avec transport et pose de la grande à l’endroit indiqué, l'établissement d’un béton-dallage au passage central et au passage latéral à l’intérieur de l’église, la fourniture et pose de vitraux aux neuf fenêtres qui donnent dans l’église. Cependant un addendum du 1er juin 1903 précise que finalement M. Grosso se chargerait seulement de la peinture artistique.

Le 7 juin 1903, le curé Thomassier rédige un autre projet de convention pour travaux à exécuter à l’église de Trévignin, avec Basile Bedony, entrepreneur à Pugny-Chatenod. C'est lui qui est chargé de faire le béton-dallage en béton à la chaux lourde, "enduit au ciment de portland passé à la boucharde avec joints variés... compris coupe et affleurement du plancher et des lambourdes..., rejointoiement des marches escalier table de communion, porte d’entrée et porte latérale", ainsi que la garniture extérieure de neuf fenêtres, comprenant la réfection de six tablettes au ciment, la restauration de la façade et badigeon de plusieurs teintes, la restauration de l’avant-toit, la consolidation de la croix en fer et le suivi de la toiture.

Les toitures ont été refaits en 1934. L'avant-toit de la façade a été modifié, la croix sommitale ne correspond pas à la description du devis d'origine (extrémités à renflement et pointe, pas de girouette). Une girouette a été posée en 2002.

Les décors peints ont été très restaurés au 20e siècle, en façade comme à l'intérieur. Des travaux de peinture ont été effectués das les chapelles par des prisonniers allemands dans les années 1947-1948, mais on ne sait pas s'ils ont porté sur les décors figurés. L'extérieur a été refait à la fin des années 1960 (La Vie nouvelle).

VocablesSaint-Laurent
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Trévignin
Lieu-dit : Verlioz
Cadastre : 2014 B4 368

Église construite en 1832 par l'entrepreneur Georges Vuillermet, de Chambéry, sur les plans de l'architecte Joseph Tournier.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1832, daté par source
Auteur(s)Auteur : Tournier Joseph
Joseph Tournier (1803 -

Né à Arvillard en 1803. Remplace Trivelli sur le chantier de l'église de Saint-Offenge-Dessus en 1847.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Vuillermet Georges
Georges Vuillermet

Entrepreneur à Chambéry, adjudicataire de la construction de l'église de Trévignin en 1832.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source

Eglise à plan en croix latine avec abside semi-circulaire. Elle comprend une nef à un vaisseau, de deux travées barlongues et une croisée de plan carré, couvertes de voûtes d'arêtes à lunettes, encadrée de deux chapelles formant transept voûtées en berceau transversal, et un choeur comprenant une travée droite voûtes d'arêtes avec lunettes et une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four avec lunettes. La travée de choeur est encadrée de deux pièces de plan presque carré : au sud, sacristie des objets religieux ; au nord, dépôt dans le soubassement au clocher (murs épais, amincis par des arcs formerets), qui compte quatre niveaux (accès au beffroi par des échelles).

La façade a une élévation ordonnancée cantonnée de pilastres doriques colossaux (base en pierre de taille) soutenant un entablement et la corniche surmontée d'un fronton triangulaire (décor peint : voir Décor ; inscription gravée sur l'entablement au-dessus de la porte : DOM). La porte principale a un encadrement en pierre de taille, avec chambranle à crossette et linteau droit monolithe ; la fenêtre de cette façade a un encadrement à ébrasement, avec imposte et agrafe. L'église a une porte latérale (à linteau droit), dans la deuxième travée, côté sud. Les fenêtres sont à une lancette en plein-cintre, placées au-dessus de la corniche intérieure (une par travée et par bras du transept, deux dans l'abside, une baie axiale à l'ouest, pas de baie axiale dans l'abside ; une fenêtre dans la sacristie). Les niveaux du clocher sont percés d'une petite fenêtre rectangulaire par niveau, et d'une fenêtre en plein-cintre sur chaque face du beffroi.

A l'intérieur, l'élévation est rythmée de pilastres d'ordre dorique surmontés d'un entablement et d'une corniche continue. Les murs et les éléments architectoniques sont ornée d'un décor peint au pochoir (voir IM73000380). Le sol est en plancher, avec allée centrale en ciment à décor de croisillons, et dallage dans le choeur.

Les murs sont en moellon de calcaire enduits, avec angles en pierre de taille laissée visible ; l'enduit est lisse et rose, avec éléments d'architecture en blanc, sur la façade principale, en chaux et ciment ocre clair sur le reste de l'édifice. Les encadrements sont en calcaire (appuis en ciment pour les fenêtres sauf les jours du clocher). Les toits sont en ardoise, à longs pans et croupe ronde sur le chevet ; sur le clocher, toit en flèche carrée.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Plansplan en croix latine
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte d'arêtes
voûte en berceau plein-cintre
cul-de-four, à lunettes
Couverturestoit à longs pans croupe ronde
flèche carrée
Escaliersescalier intérieur : échelle en charpente
États conservationsrestauré
Techniquespeinture
Précision représentations

Décor peint sur le fronton : niche en plein-cintre avec la représentation de saint Laurent (en pied, en vêtement de diacre, tenant une palme et un livre, le grill à ses pieds ; voir IM73000380).

Inscription sur l'entablement : D O M

Monument aux morts rapporté sur la façade : voir IM73000379.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protections

Annexes

  • Devis et détail estimatif, conditions particulières, charges et conditions additionnelles pour la reconstruction de l'église de Trévignin par l'architecte Joseph Tournier (AD Savoie. 48F : 655)

    Devis approuvé par le conseil municipal le 2 mars 1831 ; charges et conditions additionnelles du 29 février 1832. Abel Mailland syndic ; François Marin dit Laflèche, conseiller. Pas de signature ni date.

    [Rapport]. L’architecte s’est rendu sur les lieux pour vérification des travaux à exécuter pour réparer ou agrandir l’église si la chose est reconnue nécessaire. L’église actuelle est trop petite de moitié, sa situation dans le cimetière rend son agrandissement impossible. Le plan de devis prévoit donc une construction sur un autre lieu.

    [Devis estimatif].

    Construction. Largeur des murs prévue : 1,80 m pour les fondation, 1 m pour les murs de l'église et du clocher ; 1,10 m et 0,70 m pour la sacristie. Angles en pierre de taille piquée à la grosse pointe. Pierre de taille calcaire pour : la baie de la grande porte, deux marches à l’entrée du chœur, perron. Encadrements de la petite porte de la nef, de la porte du clocher et de la sacristie en molasse. Les autres baies seront formées avec tuf ou des briques et quelques pierres plates.

    L’église et la sacristie seront voutées en tuf (20 cm d’épaisseur à la clef) : la nef est divisée en trois voûtes d’arêtes séparées par des arcs doubleaux, la travée droite du chœur est voûtée d’arêtes, l’abside "divisée en trois lunettes par les portions d’un doubleau qui aboutiront tous au même point", les chapelles sont voûtées en berceau. A l'intérieur : pilastres et corniche (saillie de 45 cm, composée de sept membres) d’ordre dorique. L’intérieur doit être plâtré, l’extérieur crépi.

    Charpente. En châtaignier (indication des sections des pièces), chevrons en sapin. Ardoise de Cevins de 4e équerre (angles couverts "à aile de pigeon"). Avancée de toit fermée, de 1,50 m, devant la façade principale. La croix sera en fer plat de 6 cm de largeur et 8 mm d’épaisseur, 3 m de haut, extrémités tréflées, coq girouette en fer blanc au sommet. Beffroi pour deux cloches.

    Menuiserie. Porte d’entrée : deux vantaux en noyer "à table saillante soit panneaux recouverts", divisé en trois sur la hauteur ; serrure de maître de 8 pouces, "deux arcs boutants soit valets", loquet à bascule. Fenêtres : châssis en chêne à deux vantaux, à petits carreaux, partie circulaire fixe. Grillage à cinq barreaux (20 mm) et deux traverses (20 x 30 mm).

    La balustrade de la table de la communion aura 80 cm de haut, en noyer, à balustres tournés. La table d’appui aura 20 cm de largeur avec quart de rond sur les côtés et 12 cm d’épaisseur. Au milieu, porte d’1,20 m de large, à deux vantaux (balustres). Elle sera passée au vernis imitant le noir veiné de blanc.

    Chaire à prêcher en noyer, à six pans avec cul-de-lampe, dossier et dais. Les pans, le dossier le cul de lampe seront à panneaux ainsi que la rampe d’escalier (12 marches).

    Conditions particulières. (...)

    Détail estimatif : "n’est pas nécessaire".

    Teneur des charges et conditions additionnelles. 29 février1832. L’adjudicataire sera tenu de prendre pour la valeur de 1200 livres neuves imputables sur le prix de l’entreprise tout le bâtiment rustique couvert en chaume, construit en pierre, composé de deux vastes écuries, d’une aire et d’une habitation de grangers, le tout de 60 pieds de long sur autant de large, à charge pour lui de le démolir, l’emplacement qu’il occupe étant destiné à l’église.

    Détail estimatif ajouté postérieurement (autre encre). (...)

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Savoie. Série 11FS : 627. Trévignin. Pièces diverses. 1816-1836.

    - Église. Reconstruction du clocher (1818-1820), architecte Trivelly, entrepreneur François Marin dit Laflèche. Travaux de réparation : toiture, plancher. Achat d’objets du culte (ciboire, patène). Fonte de cloche (1809, 1829). Reconstruction de l’église : projet d’agrandissement, architecte Tournier ; adjudication (Georges Vulliermet, maçon) ; achat du terrain (1831-1832).

    - Pont sur la Meunaz, réparation (1827).

    - Ponceau de Layat, construction (1830), Joseph Metral 1er assistant du Génie de 1ère classe (plan), maçon Claude Clerc.

    - Clôture du cimetière, maçon Clerc dit Crozet fils de feu François (1836).

    AD Savoie : 11FS : 627
  • AD Savoie. Série 11FS : 628. Trévignin Pièces diverses. 1838-1860.

    - Acensement des pâturages communaux situés à pré Bouriens et à Saint-Victor, n°187 et 594 de la mappe.

    - Cimetière. Construction des murs du nouveau cimetière, maçon Claude Clerc, feu Jean (1838). Construction d’une porte, serrurier Nicolas le cadet Damesin fils de Laurent (1846).

    - Eglise. Décoration de l’intérieur (achat d’un ostensoir, bannière, peinture murale par Avondo et Fierone (1840-1841). Construction d’un avant-toit à la petite porte de l’église (1842).

    - Reconstruction du toit du presbytère, Pierre Louis Besson architecte, François Rajat, charpentier (1842-1843).

    - Construction d’un local pour l’école de garçons (1843-1844).

    - Construction de trois ponceaux sur le Larjat (pour Saint-Victor et Nandrion ; pour les Clercs), sur la Bais au lieu-dit la Resse (pour Verlioz), maçon Claude Triquet, fils de feu François.

    AD Savoie : 11FS : 628
  • AD Savoie. Série 11FS : 629. Trévignin. Eglise.

    - Reconstruction de l'église (1831-1832). Promesse de vente du nouvel emplacement (plan). Rapport du capitaine ingénieur de 1ère classe du Génie civil Ernest Melano, 18 octobre 1831 (plan).

    - Vente de l’emplacement de l’ancien presbytère, cimetière et église.

    AD Savoie : 11FS : 629
  • AD Savoie. Série 48F : 655. Trévignin. Eglise. Construction (1832-1834) 6 pièces papier. Réparations et restauration (1871-1903) 30 pièces papier.

    AD Savoie : 48F : 655
Documents figurés
  • Plans extraits de la mappe de Trévignin explicatifs de la délibération consulaire du 26 mai 1831 et pièces successives / 1 dess. : encre et lavis colorés (vert, marron, gris, rouge) sur calque. 22,5x41,5 cm. Sans éch. 1831 (AD Savoie. 11FS : 629. Trévignin église. Encarté dans une copie de la promesse de vente Marin).

    AD Savoie : 11FS : 629
  • [Plan d'ensemble des immeubles de l'église, cimetière et presbytère anciens. Plans de la ferme vendue par François Marin Laflèche pour la construction de l'église et du presbytère] / Ernest Melano (ingénieur). 1 cahier papier. 2 dess. : encre sur papier. Sans éch. 36,4x24 cm (dimensions du cahier). 1831 (AD Savoie. 11FS : 629. Trévignin église).

    Dessins réalisés dans le Rapport [sur l'opportunité d'acheter l'immeuble de François Marin Laflèche pour y déplacer l'église et le presbytère] du capitaine ingénieur de 1ère classe du Génie civil Ernest Melano, 18 octobre 1831. 1 cahier papier, 36,4x24 cm.

    AD Savoie : 11FS : 629
  • TRÉVIGNIN (Savoie) – L’Eglise Joguet photo - clerc, buraliste / 1 impr. photoméc. (carte postale) : N&B. 1er quart 20e siècle (AP Podevin).

    AP Podevin
Bibliographie
  • Nos églises en Savoie... Trévignin, La Vie nouvelle, 13 mars 1970.

  • REBORD, Charles-Marie. Administration diocésaine : Visites pastorales du diocèse de Genève-Annecy, 1411-1900. Analyses détaillées des visites de Saint François de Sales. 1604-1618. Texte original des procès-verbaux de ces mêmes visites. Notes et documents. Tome II. Annecy : Imprimerie J. Abry, Editeur, 1923.

    [Tome II, 3e partie. Visites faites par saint François de Sales en personne. Procès-verbaux in extenso.]

    p. 702-705
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Monnet Thierry - Guibaud Caroline - Guibaud Caroline