Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Sixte

Dossier IA42000665 réalisé en 2001
VocablesSaint-Sixte
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonBoën - Sail-sous-Couzan
AdresseCommune : Saint-Sixte
Lieu-dit : le bourg
Cadastre : 1827 A1 1 ; 1987 A1 84

On ne connait pas le nom du maître maçon ni du commanditaire de l'église médiévale ; les initiales I O L, accompagnées de deux étoiles, sculptées autour du IHS de la clef de voûte du choeur, pourraient se rapporter à l'un ou à l'autre. Devenue trop petite et insalubre, l'église du 16e siècle, dont subsistent les murs et les support de la nef, des chapelles latérales, du choeur, et les niveaux inférieurs du clocher, fut restaurée et agrandie dans le dernier quart du 19e siècle. Les plans présentés entre 1881 et 1886 par Stéphane Boulin, architecte départemental de la Loire à Saint-Etienne, opposèrent la municipalité à la fabrique sur la question de l'agrandissement de l'édifice. En 1888, le projet est confié à l'architecte Jh. Charles, de Roanne : ses plans et devis datant du 4 octobre 1888 sont approuvés par le conseil de fabrique et le conseil municipal le 11 novembre 1888. Devant les protestations de la société savante de la Diana, opposée à la destruction de la partie est de l'église, il dut modifier son projet en 1890. Le chantier, adjugé aux entrepreneurs Julien Gatier et Jean Sarély, de Boën, s'acheva en avril 1891. Deux chapelles formant un transept débordant sont ajoutées, les fenêtres et les toitures sont refaites (l'ardoise remplace alors la tuile creuse), une sacristie est construite au sud du choeur. Les travaux se prolongèrent cependant jusqu'en 1893 à cause de l'effondrement du dernier étage du clocher, reconstruit selon l'inspiration néo-gothique qui marque le reste de l'élévation (baies à remplage, pinacles, flèche).

Période(s)Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1890, daté par source
Auteur(s)Auteur : Boulin Stéphane architecte départemental attribution par source
Auteur : Charles J. architecte attribution par source
Auteur : Gatier Julien entrepreneur attribution par source
Auteur : Sarély Jean entrepreneur attribution par source

L'église est construite en pierres de taille, en granite et en grès (les entrepreneurs demandèrent en 1895 à l'architecte de pouvoir substituer le grès au granite pour la construction), avec des joints tirés au fer. Les murs sont partiellement recouverts d'un enduit imitant un faux-appareil (partie basse et face nord du clocher, façade et sacristie nord). Les toits, en ardoise, sont à longs pans, avec des pignon découverts aux extrémités du transept, une croupe polygonale sur le choeur et des croupes sur les sacristies. Le clocher est couronné d'une flèche polygonale. L'église possède deux portails, au sud et à l'ouest tous deux inachevés. L'intérieur, à 3 vaisseaux, est couvert en voûtes d'ogives, avec des voûte d'arêtes dans la sacristie nord (la sacristie sud est plafonnée).

Mursgranite
grès
enduit d'imitation
pierre de taille
Toitardoise
Plansplan en croix latine
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'ogives
voûte d'arêtes
Couverturestoit à longs pans
flèche polygonale
croupe
croupe polygonale
Escaliersescalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
Techniquessculpture
sculpture
vitrail
Précision représentations

Le portail sud est abrité par une profonde voussure à trois rouleaux d'archivolte à moulures prismatiques, interrompues par des dais sur les piedroits et reposant sur des bancs. Le portail est encadré de pinacles et sommé d'un motif inachevé. La voussure est bordée d'une frise de sortes de demi palmettes. Le tympan a été refait au milieu du 20e siècle et orné d'un pied de vigne peint. La porte en bois est inscrite au titre des Monuments Historiques (étudiée). Le portail ouest, plus étroit, a une voussure à trois rouleaux, encadrée de pinacles et surmontée d'un socle. Le tympan semble avoir été refait lors des travaux de 1890-1893, peut-être avec l'encadrement de la porte en arc déprimé. A l'intérieur, les clefs de voûte portent un décor sculpté et parfois peint : croix de Malte, fleuron dans un losange, écu (armoiries peintes peu lisibles) sur un fond étoilé peint, étoile à sept branches avec IHS peint au milieu et des fleurs sur la tranche, rosace (voir plan de situation). Celui du choeur a le décor le plus soigné : un médaillon en forme de couronne de sarments de vigne (?) ajourée encadrant un blason avec IHS et les initiales I O L avec deux étoiles, placé dans une étoile aux extrémités en forme de fleurs de lys ou de feuilles dentelées.

L'église a été fortement remaniée au 19e siècle mais présente encore un bel exemple de gothique flamboyant (choeur) qui se démarque du "gothique forézien" classique.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1926/01/07
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Guibaud Caroline