Logo ={0} - Retour à l'accueil

Salle des fêtes et établissement administratif des Etats de Forez, puis salle capitulaire appelée Diana, aujourd'hui bibliothèque de la Société historique et archéologique du Forez

Dossier IA42003275 inclus dans Ensemble canonial Notre-Dame actuellement quartier Notre-Dame réalisé en 2009

Fiche

Appellationssalle des Etats de Forez puis grande salle du doyenné appelée Diana
Destinationsbibliothèque de la société historique et archéologique du Forez
Dénominationssalle des fêtes, établissement administratif, salle capitulaire
Aire d'étude et cantonMontbrison - Montbrison
AdresseCommune : Montbrison
Adresse : 5 rue
Florimond-Robertet
Cadastre : 1809 E 759 ; 1986 BK 350

Cette vaste salle date de la fin du 13e siècle. Son plafond est orné de blasons peints qui pourraient correspondre aux armoiries des invités du mariage du comte de Forez, Jean 1er (1278-1333) avec Alix de Viennois, vers 1295. La salle pourrait avoir été construite pour remplacer la salle du château comtal de Sury, détruite lors d'un incendie. A cette époque, la ville de Montbrison se développe dans la ville basse. C'est naturellement dans ce secteur urbain que le bâtiment s'implante pour abriter aussi les séances des États de Forez qui s'y réunissent pendant plus de deux siècles. Après 1531, lorsque le Forez devient une province du roi de France, il cesse d'être utilisé par les délégués du comté, et la bâtisse, située dans l'enceinte canoniale, va alors servir de "grande salle du cloître". Au 17e siècle elle est appelée "Grand'salle du doyenné de Nostre Dame" : c'est probablement l'altération du mot doyenné qui aurait donné l'appellation de Diana.

En 1789, les membres du clergé s'y rassemblent afin de désigner leurs représentants aux États généraux. Le 8 août 1791, l'édifice, confisqué comme bien national au même titre que les maisons du cloître, est vendu à Jean-Baptiste Chovot, aubergiste. En 1809, l'état des sections indique sur la parcelle E 759 une "remise" appartenant à l'épicier Claude Chapuy, tandis qu'en 1862 les matrices cadastrales précisent que la "salle de la Diana", appartenant à Jean-Claude Chapuy, et encore désignée sous le terme de "remise", est sans "revenu".

A ce moment-là, et sous la présidence du maire Jean-Marie Majoux, la ville achète le bâtiment grâce à l'aide financière du Comte de Persigny, originaire du Forez et ministre de Napoléon III. Cet acte répond aux demandes répétées des érudits locaux pour qui la salle de la Diana "(...) se recommande à l´'ttention des archéologues, non seulement par son antiquité et ses souvenirs historiques, mais encore comme monument héraldique d'une importance considérable". Dans une délibération du conseil municipal du 21 janvier 1862, M. Majoux ajoute « (...) j'ai l'espérance et même la certitude d'obtenir des secours qui vous permettront de restaurer convenablement ce monument, et de lui donner une destination qui sera en rapport avec les souvenirs historiques qui y sont attachés et qui intéressent directement la province du Forez'". L'année suivante d'importantes subventions gouvernementales sont votées afin de réparer l'édifice en mauvais état de conservation, du fait de son utilisation en dépôt et grenier au cours des décennies précédentes. L'objectif de la restauration est de donner un local à la nouvelle Société historique et archéologique du Forez, dont la création est officialisée le 29 août 1862 sous le nom de la Diana.

Dès lors les projets de réfection démarrent. Le 31 août 1862, l'architecte Henry Lebrun dresse un avant-projet pour la nouvelle façade, que le comte de Persigny soumet à Eugène Viollet-Le-Duc, célèbre théoricien et restaurateur de l'architecture médiévale. Ce dernier, empêché par les distances, ne peut prendre en main le chantier. Henry Lebrun reprend à son compte les plans et dessins pour une restauration complète de l'édifice tandis que l'adjudication est soumissionnée à l'entrepreneur montbrisonnais Lambert. Mais les travaux sont brutalement arrêtés par le décès d'Henry Lebrun. De nouvelles démarches sont entreprises et l'architecte du département de la Loire, Louis Mazerat, est nommé sur le chantier qui reprend d'après les plans d'Henry Lebrun, de 1863 à 1865. Au cours de cette période, des façades en pierre de taille, de style néo-gothique, remplacent les élévations est et ouest en pisé. A l'intérieur, les murs sont doublés de briques, la cheminée monumentale, détruite, est restituée selon un dessin du 17e siècle du chanoine de la Mure. La salle est fidèlement restaurée, par les sculpteurs et décorateurs Jean-Antoine Aubert, François-Edouard Clauses et l'ornemaniste Duret. A tout cela s'ajoute, sur le pourtour de la salle, l'installation de grandes bibliothèques murales, de style néo-gothique, d'après l'avant-projet d'Henry Lebrun revu par Eugène Viollet-Le-Duc. En 1875, la voûte lambrissée est classée au titre des Monuments historiques.

Période(s)Principale : 4e quart 13e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1862, daté par source
Auteur(s)Auteur : Lebrun, Henry architecte attribution par source
Auteur : Viollet-Le-Duc, Eugène architecte des Monuments historiques attribution par source
Auteur : Mazerat, Louis architecte départemental, entrepreneur attribution par source
Personnalité : Jean 1er comte de Forez
Jean 1er comte de Forez (vers 1275 - 1333

Comte de 1279 à 1333.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, personnage célèbre

La salle est formée d'un vaste vaisseau de plan rectangulaire, aujourd'hui mitoyen sur ses longs côté. Les murs latéraux de la salle sont en pisé (doublés en brique au 19e siècle) ; le mur extérieur sud conserve deux baies en arc brisé trilobé avec encadrement de pierres. Les élévations principale et postérieure, en pierre de taille, ajourées par de grandes baies associées à un décor néo-gothique, sont à pignons découverts à redents protégés d'un chaperon. Les gradins extérieurs de l'élévation principale sont surmontés d'un pinacle à crochets et le gradin sommital d'un piédestal prévu pour supporter une statue.

La salle est couverte d'une voûte lambrissée, en arc brisé en tiers-point, divisée en caissons. Chaque caisson est orné d'armoiries peintes. La cheminée monumentale, adossée au mur nord, présente des piédroits et un manteau sculptés.

Murspisé
brique
enduit
pierre de taille
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementslambris de couvrement
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
États conservationsremanié, restauré, bon état
Techniquespeinture
sculpture
menuiserie
Précision représentations

La façade ouest est surmontée d'un pignon que devait orner un groupe sculpté, composé de deux lévriers (réalisés) et d'une statue de Diane, qui n'a pas été mise en place.

La voûte lambrissée est divisée en 48 bandes. Chaque bande est constituée de 36 caissons ornés d'armoiries peintes, soit un total de 1728 blasons auxquels s'ajoutent 242 écus peints en frise sur le haut des murs. Ces 1970 blasons représentent les armoiries de 48 familles dont 1/6e ne sont pas identifiés. Les armoiries de la frise alternent avec des êtres fantastiques.

La cheminée présente, sur le manteau, un décor sculpté à motifs de fleurons et sur les piédroits, des figures fantastiques sculptées sur fond de feuilles de vigne.

Statut de la propriétépropriété d'une association
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 1875/12/31

Références documentaires

Documents d'archives
  • A Diana, Montbrison. Rapport concernant la Salle de La Diana, à Montbrison. Ensemble de documents historiques divers (notes, comptes rendus, gravures). 1987, 44 p. (tapuscrit)

Documents figurés
  • Détail du plan du cloître Notre-Dame en 1791. La salle de La Diana est indiquée au n° 18 avec les lettres J et K. In Huguet, A. Le cloître de Montbrison en 1791, Bulletin de la Diana, 1892, t. VI, n° 1

  • Le cloître Notre-Dame de Montbrison en 1791. Identification des maisons canoniales, des maisons de prébendiers et des immeubles attenant possédés par le chapitre. [J. Dulac], (s.l.), [fin 19e siècle]. Calque collé sur papier, encre et lavis. 43,8 x 27,7 [50 x 32,5]. Lég. de A à Z et de 1 à 48, plan. Plan établi d'après les données d'une carte de 1732, d'un plan minuté du cadastre de 1819, rectifié après examen des lieux suivant les indications des brefs de vente des biens nationaux. (Bibl. Diana, Montbrison. Série C géo 148 - 1)

  • Département de la Loire. Arrondissement de Montbrison. Canton de Montbrison. Commune de Montbrison. Parcellaire de 1809. Section E dite de la ville. Reboul, géomètre, Montbrison, 1809. Papier, encre brune, lavis bleu. Ech. 1/1250e. (AC Montbrison)

  • La Diana, ancienne salle des Etats de la province de Forez, construite vers 1300, 1871. / Henry Gonnard (dessinateur). 1 est. : eau forte. Extrait de La restauration de la salle de La Diana à Montbrison au XIXe siècle (1862-1866). Livraisons d'histoire de l'architecture et des arts qui s'y rattachent, 2002, n°3, premier semestre. Dans : Monographie de la Diana, ancienne salle des Etats de la province de Forez, 1875, pl. 1

  • Esquisse du projet de restauration de la Diana présenté par l´architecte soussigné Henry Lebrun. Henry Lebrun, architecte, Lyon, 21 août 1862, calque, crayon noir. Ech. 1/200 ; 38,7 x 51cm. Annotations : signature, date, texte manuscrit, tampon à sec. Elév. En haut, dans les angles, tampons à sec : Henry Lebrun/ matin de 8 à 10h/ architecte/ soir de 3 à 5h/ cabinet/ rue St Joseph n° 43/ Lyon// En bas, à droite, à l´encre : au sommet se trouverait une/ statue ou un clocheton en diagonal/ 31 août 1862// Dans la marge à gauche, au crayon : plan trouvé par Emile Faure dans/ de vieux livres acquis du Dr Rey/ donné par lui (1897)// (A.Diana. Fonds Brassart : dossier n° 5136)

  • Plan de la Diana. Henry Lebrun, architecte, Lyon, mars 1863, papier calque toilé, encre noire et rouge, lavis rose et bleu. Ech. 1/500 ; 56,7 x 108 cm. Annotations Signé en bas à droite : Dressé par l'architecte soussigné, Lyon, mars 1863. Lebrun H. En marge à droite de haut en bas : Vu et proposé à l'approbation de Mr le Préfet. Montbrison le 10 avril 1863. Le sous-préfet : Larribe (tampon de la préfecture) Vu et approuvé. St Etienne le 13 avril 1863. Pour le préfet, le secrétaire général (signature illisible) Vu par nous maire de la ville de Montbrison, le 9 avril 1863. Le maire : Majoux (tampon de la mairie de Montbrison) ; (A. Diana : cote C Géo 90-1)

  • La Diana. Coupe transversale. Henry Lebrun, architecte, Lyon, mars 1863, papier calque toilé, encre noire et rouge, lavis rose. Ech. 1/500 ; 65,4 x 84,5 cm. Annotations sur le plan à l'encre rouge : bois neuf Signé en bas à droite : Dressé par l'architecte soussigné, Lyon, mars 1863. Lebrun H. En marge à gauche de haut en bas : Vu et proposé à l'approbation de Mr le Préfet. Montbrison le 10 avril 1863. Le sous-préfet : Larribe (tampon de la préfecture) Vu et approuvé. St Etienne le 13 avril 1863. Pour le préfet, le secrétaire général (signature illisible) Vu par nous maire de la ville de Montbrison, le 9 avril 1863. Le maire : Majoux (tampon de la mairie de Montbrison). (A. Diana : cote C Géo 90-2)

  • La Diana. Façade principale. Henry Lebrun, architecte, Lyon, mars 1863, papier calque toilé, encre noire et rouge, lavis rose. Ech. 1/500 ; 66,5 x 103 cm. Annotations Signé en bas à droite : Dressé par l'architecte soussigné, Lyon, mars 1863. Lebrun H. En bas de gauche à droite : Vu par nous maire de la ville de Montbrison, le 9 avril 1863. Le maire : Majoux (tampon de la mairie de Montbrison). Vu et approuvé. St Etienne le 13 avril 1863. Pour le préfet, le secrétaire général (signature illisible) Vu et proposé à l'approbation de Mr le Préfet. Montbrison le 10 avril 1863. Le sous-préfet : Larribe (tampon de la préfecture) ; (A. Diana : cote C Géo 90-3)

  • La Loire Pittoresque 21. MONTBRISON - La Diana. Carte postale. Impr. ou Phot. E. L. D (Coll. Part. Chaffengeon, Montverdun)

  • 120 bis - Montbrison (Loire) - Intérieur de la Diana. /Edition H. Duhem. Librairie, pateterie, musique. (v°) CARTE POSTALE/ 25. UNIS. FRANCE. 13/ IMP. CATALA FRERES, PARIS (Coll. Part. L. Tissier, Montbrison)

  • 42 - Montbrison - Salle de Diana avant la révolution, salle de réunion du Chapitre Notre-Dame. Carte postale. BF [une fleur], au dos : 25 .UNIS.FRANCE. / IMP. CATALA FRERES, PARIS (Coll. Part. Chaffengeon, Montverdun)

  • Ville de Montbrison. Société de La Diana. Aménagement, agrandissement. Plan de situation, plan masse. O. Daublain, P. Hanssen, architectes, Montbrison, 1989, tirage papier. Ech. 1/25000e, 1/1000e [84 x 59 cm] ; (A. STAP. Loire)

  • Ville de Montbrison. Société de La Diana. Aménagement, agrandissement. Plan d'ensemble du rez-de-chaussée. O. Daublain, P. Hanssen, architectes, Montbrison, 1989, tirage papier. Ech. 1/100e [84 x 59 cm] ; (A. STAP. Loire)

  • Ville de Montbrison. Société de La Diana. Aménagement, agrandissement. Diana. Etat des lieux, [élévations rue Florimond-Robertet]. O. Daublain, P. Hanssen, architectes, Montbrison, 1989, tirage papier. Ech. 1/100e [52 x 30 cm] ; (A. STAP. Loire)

  • Ville de Montbrison. Société de La Diana. Aménagement, agrandissement. Coupe AA'. Coupe BB'. O. Daublain, P. Hanssen, architectes, Montbrison, 1989, tirage papier. Ech. 1/200e [83,5 x 59,5 cm] ; (A. STAP. Loire)

  • Ville de Montbrison. Société de La Diana. Aménagement, agrandissement. Elévation côté musée, ouvertures à créer de part et d'autres de la cheminée, salle de La Diana. O. Daublain, P. Hanssen, architectes, Montbrison, 1989, tirage papier. Ech. 1/200e [83,5 x 59,5 cm] ; (A. STAP. Loire)

Bibliographie
  • AUDIN, Marius. VIAL, Eugène. Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art du Lyonnais. Paris : Bibliothèque d'art et d'archéologie, 1919

    t. 1, p. 28, 198
  • CHARVET, E.-L.-G. Lyon artistique. Architectes. Notices biographiques et bibliographiques. Lyon : Bernoux et Cumin, 1899.

    p. 213-214, 258
  • LA DIANA. Société Historique et Archéologique du Forez. Salle héraldique de La Diana. Réd. Christophe Mathevot. Montbrison : La Diana ; Feurs : Impr. Forézienne, 2004, 30 p. (non paginé)

  • THIOLLIER, Noël, THIOLLIER, Jacques-Philippe, PARET, L, MELEY, F. Les Beaux châteaux du Forez. Saint-Etienne : Impr. du Mémorial, 1935, 14 p. (non paginé) [La Diana]

Périodiques
  • D´ALBIGNY DE VILLENEUVE Achat de la salle de La Diana, à Montbrison. Revue Forézienne. Histoire et archéologie, Saint-Etienne : Chevalier, libraire-éditeur, juin 1868

    p. 379-381
  • CHAZELLE, Marie-Hélène. La restauration de la salle de La Diana à Montbrison au XIXe siècle (1862-1866). Livraisons d'histoire de l'architecture et des arts qui s'y rattachent, 2002, n°3, premier semestre

    p. 57-73
  • HUGUET, A. Le cloître de Montbrison en 1791. In Bulletin de La Diana.Montbrison, 1892, t. VI, n° 1

    p. 173
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Hartmann-Nussbaum Simone