Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénominationIre
Dénominationsvillage
Aire d'étude et cantonPays de Faverges et du Laudon
AdresseCommune : Doussard
Lieu-dit : Doussard

Le chef-lieu de Doussard se nommait autrefois Macherine. A l´origine simple hameau au cœur de la plaine, le village de Macherine devient le chef-lieu de Doussard en 1736, lorsque l´église est transférée des marais à son emplacement actuel. La nouvelle église alors construite réutilisait le portail de l´ancienne église datant de 1563. L´église actuelle, consacrée en 1853, a été construite sur le même emplacement et conserve le clocher de l´édifice du XVIIIe s., toutefois ce dernier a été modifié en 1967 suite à des destructions occasionnées par la foudre. L´ancienne croix du clocher a alors été placée sur la montagne du Charbon. La présence de plusieurs commerces au cœur du village a entraîné de nombreuses transformations des anciennes fermes. De fait, l´immense majorité des fermes présentes sur le cadastre de 1905 ne conservent, aujourd´hui, que leurs volumes d´origine. On note toutefois de nombreux encadrements en pierre de taille. A l´image d´Arnand et de Verthier, la pierre de la Serraz est omniprésente et son emploi est plus récent que celui du calcaire blanc. Malgré les nombreuses transformations, quelques linteaux, en accolade ou datés du XVIIIe s. pour les plus anciens, attestent l´ancienneté des maisons du chef-lieu. Les quelques bâtiments groupés autour de l´Ire, à savoir deux maisons bourgeoises, une ancienne scierie, deux fermes et le hangar aux pompes en rive gauche, deux fermes et deux maisons de ville en rive droite, semblent plus récents. La ferme daté de 1899,(2008 B7 818) serait la première ferme installée en rive droite de l´Ire. Le patrimoine public est évidemment important dans ce village chef-lieu. Le nord du hameau forme ainsi un pôle public. L´église est un véritable exemple d´architecture néoclassique. Particulièrement vaste, elle dessert l´ensemble des paroisses de Chevaline et Doussard, exception faite du hameau de Bredannaz. Face à elle, l´actuelle mairie occupe l´ancien presbytère construit en 1866. A l´ouest, l´ancienne école, à l´architecture caractéristique des bâtiments de la Troisième République, a été édifiée en 1861 sur l´emplacement de l´ancienne chapelle Saint-Roch (XVIIe s.) déjà utilisée depuis 1854 comme école et salle consulaire. Le monument aux morts, situé sur la place, plutôt sobre, est surmonté d´une victoire et jouxte une plaque en l´honneur des résistants de la Seconde Guerre mondiale. Le hangar aux pompes situé près de l´Ire est quant à lui comparable à ceux de Verthier et Chaparon. Quelques dates portées : 1736 : linteau de porte, ferme (2008 C5 2107) 1814 : linteau de porte, maison (2008 C5 1930) 1816 : linteau de porte, ferme (2008 C5 2097) 1829 : poutre, grange (2008 C5 3212) 1850 : cartouche de l´église (2008 C5 746) 1853 : cartouche de l´église (2008 C5 746) 1887 : linteau de porte, ancienne fruitière (2008 C5 3250) 1899 : linteau de porte, ferme (2008 B7 818) [(1883 : croix de mission aux Vargiers (2008 C1 51)]

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Situé au cœur de la plaine, à quelques centaines de mètres de la rive gauche de l'Ire, le village de Macherine se déploie sous la forme d'un village-rue le long de la route de Chevaline, avec une excroissance en direction de Marceau-dessous. Quelques maisons groupées de part et d´autre de l´Ire sur les lieux-dits cadastraux la Creuse, la Glière et Araguin forment une extension du village. Dans cette zone d'extension on notera le toit fortement désaxé, à la manière des fermes du cœur des Bauges, de la ferme 2008 C5 2664, l´architecture singulière de la ferme 2008 B7 821, et, après la poste, quelques maisons du début du XXe siècle dont un ancien hôtel (2008 B6 737) avec son annexe (2008 B6 1732). La ferme daté de 1899 (2008 B7 818) serait la première ferme installée en rive droite de l´Ire. Si il est devenu difficile de dresser une typologie des fermes du chef-lieu tant les modifications ont été importantes, on notera la présence de plusieurs maisons de maître du XIXe s. reconnaissables à leur plan carré à leur toit à croupe et à l´ordonnancement des ouvertures (2008 C5 782, C5 772, C5 2969). Le village conserve toutefois un ilôt rural préservé au sud, constitué d'une ferme avec ses dépendances (2008 C5 649) et d'une grange (2008 C5 1940/3212). On notera aussi une écurie-grange préservée (2008 C5 2642) et surtout un clos bourgeois composé d´une maison de maître sur plan carré (2008 C5 3179) faisant face à un grand bâtiment agricole (2008 C5 3180) et une ancienne grange (2008 C5 2662). Le village compte enfin une très belle croix de cimetière en pierre de la Serraz et une croix dont il ne reste que le fût, à la sortie sud. Quatre bassins (2008 C5 709, C5 690, C5 679, C5 781), tous en eau et dont deux sont couverts, se trouvent encore dans le village. On notera enfin la présence de l´ancienne fruitière aujourd´hui transformée en habitation, à la sortie du village en direction de Chevaline.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Daviet Jérôme