Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
  • Villes en Auvergne : les formes urbaines
    Villes en Auvergne : les formes urbaines Clermont-Ferrand
    Description :
    Récurrence de caractères morphologiques et singularité. Mise en lumière des caractères morphologiques de la famille de villes. L’objectif de l’étude consistait à décrire les villes à l’aide d’une liste de caractéristiques morphologiques. La liste, pour être pertinente, a été dressée après avoir arpenté sept premières localités. Dans un second temps, l'enquête de terrain a ainsi consisté essentiellement à repérer de manière systématique : -les caractères liés au legs (les centres "labyrinthiques ") : --la rue étroite, rue-corridor, sinueuse ou courbe, avec saillies (escaliers, galeries de liaison entre immeubles situés de part et d'autre de la rue, encorbellements, avant-toits), générant des effets de coulisses (échappées) et de labyrinthe ; les impasses aux mêmes caractéristiques, --mais aussi la rue médiévale relativement droite dont la fonction est de relier le portail de l’église à la porte de ville symétrie : --les fronts des rues alignées, --les effets de régularisation des fronts de rue alignés
    Illustration :
    Plan d'alignement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 1828-1845. 23e division : de l'hôtel de ville Plan d'alignement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 1828-1845. 27e division : de la préfecture Plan d'alignement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 1828-1845. 28e division : de la cathédrale Plan d'alignement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), une proposition de L. Jarrier et A. Mallay Clermont-Ferrand -Puy-de-Dôme). Montage faisant ressortir les aménagements effectués d'après le type de rue se retrouve par exemple à Courpière et à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme Clermont-Ferrand. Rue des Gras. Rue d'origine médiévale menant directement de la porte de ville au Clermont-Ferrand. Rue Ballainvilliers. Obélisque implanté au carrefour, dans l'axe de quatre voies Clermont-Ferrand. Boulevard Joseph-Girod : une des créations prévues sur le plan de 1925 issu de la Clermont-Ferrand. Rue des Grands-Jours, chevet de la cathédrale. Effet du dégagement préconisé dans
    Texte libre :
    vue sur les monts du Livradois-Forez dans l'architecture de l'hôtel de ville) ; pour d'autres, la qu'elles engendrent, du statut de ces vides [...]", de l'histoire de ces vides, ajoutons-nous. "On peut décrire des typologies de vides urbains tout à fait évidentes, fortes, démonstratives". Il s'agit d'associer "la morphologie des vides avec l'analyse des paysages". Du point de vue méthodologique , l'Inventaire général du patrimoine culturel dispose de la notion de famille ("formée par tous les individus (dans ses limites administratives de 2014). Cela permet de faire apparaître la récurrence des caractères morphologiques des membres de la famille constituée. Cela permet d'établir des comparaisons entre ses membres, de les classer, de mettre en lumière et tenter d'expliquer les caractères originaux de la famille, de la servi à décrire les villes reste à compléter (il s’agissait de voir dans quelle mesure certains caractères se retrouvaient d’une ville à l’autre). Il s’agirait également de trouver comment mesurer
    Historique :
    d'alignement proposé en 1863 pour Clermont-Ferrand par Jarrier et Mallay un réseau de percées en témoigne. La (projet de 1781 de Deval pour la rue Neuve de Clermont-Ferrand, réalisé sur ce point notamment). Dans nos on le voit à Clermont-Ferrand ou à Courpière. On peut observer également que l'organisation d'une l'hôtel de ville avait été construit dans un secteur assez peu dense au début du XIXe siècle, le sont diffusés qui aboutissent par exemple à l'exemplaire de l'hôtel de ville et des postes du Mont-Dore Saisir les caractères morphologiques de la famille de villes dans leur évolution historique . Éléments de chronologie des formes urbaines. -Le grand point commun entre la plupart des membres de la famille est d'avoir hérité au milieu du XVIIIe siècle d'un tissu qualifié de labyrinthique. Concernant l'origine de ce trait (notamment un réseau viaire tortueux), nous rapportons des hypothèses de portée manière d’organiser et de penser la vie en société commune à tous les groupes humains. À l'origine il y
    Localisation :
    Clermont-Ferrand La Chaise-Dieu Saint-Georges-de-Mons
    Référence documentaire :
    Avant-projet du plan d'aménagement du groupement d'urbanisme, Clermont-Ferrand, 1949-1951 AD Puy-de Schéma de structure [de la ville de Clermont-Ferrand], 1964-1965. AM Clermont-Ferrand. 881 W 2 . Schéma de structure [de la ville de Clermont-Ferrand], octobre 1964-mars 1965, par André Pointet. Prolongement de la rue de l'hôtel-Dieu (percée), 1863 AD Puy-de-Dôme. 33 Fi 113/615. Prolongement de la rue de l'hôtel-Dieu jusqu'à la place Saint-Herem, 15 octobre 1863, par Agis-Léon Ledru. Fig. 70 PAE de Néris-les-Bains, 1922 Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand. CA 5097. Plan Plan d'alignement de Clermont-Ferrand en 1688 BOYER, François. Ville de Clermont-Ferrand. Premier à Clermont-Ferrand en 1947. Traverse de Clermont, 1780 AD Puy-de-Dôme. 1 C 6358. Traverse de Clermont, 1780, par Lomet , Clermont-Ferrand : EPA, 1998. Cliché n° IVR83_19936301677XA
  • Ville
    Ville Boën - en ville - Cadastre : 1826 B1 1986 AL
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue de la rue de Clermont depuis la place de l'Hôtel de Ville, de l'est. IVR82_20024202141P Boën - Place de l'Hôtel-de-Ville et Rue de Clermont" au début du XXe siècle, vues de l'est, avec la BOËN - Hotel du Nord / Rue de Clermont" et, au fond, le carrefour des rues Gustave Labrosse et Vue de la place de l'Hôtel de Ville et de la rue de Clermont à droite, du sud. IVR82_20024202134VE Vue de la rue de Clermont et de la rue Philippe Raymond à gauche, du sud-est. IVR82_20024202131P Boën. - Festival de Musique - Rue de Clermont/ Edition des Docks Foréziens - Boën - A. Durand, phot Vue de la place de l'Hôtel de Ville un jour de marché, du nord-est. IVR82_20024202254V 1909, depuis la rue de Clermont, du sud. IVR82_20024200098XB Vue de la rue de Clermont (rue de Roanne à droite), de l'est. IVR82_20024202140P Vue de la rue de Clermont et de la rue Philippe Raymond à gauche, du sud-est. IVR82_20024202132P
    Historique :
    la première école de filles (disparue) et l'hospice de Boën. En 1747, installation de l'Hôtel-Dieu anciennes. On restaura et on agrandit l'Hôtel-Dieu grâce au legs de Joannès Rolle versé en 1865. Toujours traversait la ville par la rue du 8 mai 1945, la place Carnot et la rue de Clermont. Les habitants, surtout . Entre 1817 et 1819 fut envisagée l'ouverture de la rue de Clermont, et réalisée aux frais de l'Etat , sous le mandat du maire Claudius Syveton, on construisit la nouvelle halle et l'hôtel de ville avec le Boën s'est développé le long de la voie romaine de Lyon à Bordeaux via l'Auvergne. La route des vignerons et des artisans ou des commerçants de chanvre et de poterie, vivaient des marchés. Les sires de Couzan, seigneurs de Boën, fondèrent, sans doute au 11e siècle, l'église Saint-Jean-Baptiste sur l'axe de traversée. Vers 1250, le seigneur Guy Ier de Damas accorda une charte de franchise à la . En 1314, Boën siège parmi les 13 villes libres du comté. En 1320, Amédée de Couzan obtient du roi et
    Référence documentaire :
    Carte postale. Boën - Place de l'Hôtel-de-Ville et Rue de Clermont au début du XXe siècle, vues de l'est, avec la halle (détruite) à droite. "Boën - Place de l'Hôtel-de-Ville et Rue de Clermont" au début Carte postale. BOËN - Hotel du Nord / Rue de Clermont et, au fond, le carrefour des rues Gustave Carte postale. Vue de la place de l'Hôtel de Ville vers 1950, du nord-est. Vue de la place de l'Hôtel de Ville vers 1950, du nord-est. / anonyme. Carte postale ancienne, édition Combier, vers 1950 foire, vers 1909, depuis la rue de Clermont, du sud. "BOËN. - Place du Marché, jour de Foire." Vue de la place de la République un jour de foire, vers 1909, depuis la rue de Clermont, du sud. / Durand, A Carte postale. Boën - Rue de Clermont / Edition Jacquemond, Boën. vers 1900, de l'est. "Boën - Rue de Clermont / Edition Jacquemond, Boën." vers 1900, de l'est. / anonyme. Carte postale ancienne, 1919 Carte postale. 5. BOEN. - Rue de Clermont avec la rue Saint-Jean à droite, vers 1903, de l'est. "5
  • Ville de Thiers
    Ville de Thiers Thiers
    Titre courant :
    Ville de Thiers
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale pentes de la commune de Thiers
    Illustration :
    Tracé schématique des enceintes successives et emplacement des portes de ville "La ville et chasteau de Tihert" : vue générale de la ville au milieu du 15e siècle Tableau appartenant aux Grammontains de Thiers (17e s.), représentant saint Genès apparaissant à saint Etienne devant le site de la ville. IVR83_20156300380NUC2A Plan de la ville au milieu du 18e siècle. IVR83_20116301521NUC4A Quartier du pont de Seychal et de la rue Durolle, vers 1740-1750. IVR83_20086304094NUC2A Quartier de Saint-Genès et de la rue Mancel-Chabot, vers 1740-1750. IVR83_20086304095NUC2A Quartiers de la rue du Bourg et de la rue Conchette, vers 1740-1750. IVR83_20086304096NUC2A Quartiers des rues de la Coutellerie et du Docteur-Lachamp, vers 1740-1750. IVR83_20086304097NUC2A Maisons de la ville haute vues depuis la vallée de la Durolle et ses rouets, en 1832
    Texte libre :
    particulièrement significative lorsqu’on l’aborde par la route venant de Clermont-Ferrand, à l’ouest : l’ensemble 575 par Avit Ier évêque de Clermont, à la suite de la découverte fortuite d’une sépulture qui aurait principales de l’enceinte primitive puisqu’elle permettait l’entrée dans la ville depuis le chemin de Clermont sirène sur les toits de l’hôtel de ville : « La ville de Thiers située sur les contreforts dominant la l’aborde depuis l’ouest en arrivant de Clermont, le nord-est depuis la route de Lyon ou encore l’est depuis La formation de la ville À l’origine, Thiers n’était pas encore accrochée au versant ; le noyau initial de la ville - le « Tiern » ou « Tigernum » des débuts - se situe, selon toute vraisemblance et en l’état actuel des recherches, dans le quartier du Moûtier, ainsi nommé à cause de la présence de moines pied de la montagne et aux marges de la plaine de la Limagne se cristallise peu à peu autour du monastère et de l’église, dédiée à Saint-Symphorien d’Autun (voir dossiers IA63001008 et IA63001242). « Au
    Historique :
    zone plane, le long de l'axe de la route en direction de Pont-de-Dore et de Clermont-Ferrand, ce sont 20e siècle, du nouvel l'hôtel de ville édifié à la fin des années 1970 à l'emplacement de la sous A l'époque mérovingienne, le noyau originel de Thiers se situerait dans le quartier du Moûtier, aux marges de la plaine de la Limagne, autour d'un "castrum" ; il se cristallise peu à peu autour du monastère et de l’église, dédiée à Saint-Symphorien d’Autun. À la fin du 14e siècle encore, une zone de terres non bâties sépare la ville haute et le Moûtier. Le bâtiment actuel de l'église Saint-Symphorien au profit du site installé sur les hauteurs et qui correspond au sommet de l’éperon sur lequel sont groupés l’église Saint-Genès, puis l’ensemble de ses bâtiments canoniaux et un château fortifié. Le château aurait été édifié au 10e siècle, vers 927 probablement puis aurait connu de nombreuses du 11e siècle et peut-être antérieurement, sur l’un des principaux axes de communication, à
    Parties constituantes non étudiées :
    hôtel de ville salle de spectacle
    Référence documentaire :
    vu par ses habitants. In : Pays de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand : Institut de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif Central, 1989 au travail, jadis et naguère. In : Pays de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand rouets. In : Pays de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif : Pays de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif Central, 1989 industrielle (Puy-de-Dôme). (Images du Patrimoine ; 229). Clermont-Ferrand : Etude du patrimoine auvergnat . Thiers : éditions Paris, Mont-Louis imprimeur à Clermont-Ferrand, 1953. mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif Central, 1989, réédition 1999. "La ville et chasteau de Tihert". [1440-1450]. L'armorial d'Auvergne Bourbonois et Forestz de [Saint Genès apparaissant à saint Etienne devant le site de la ville de Thiers]. 17e s. [Saint
  • Ville de Lyon
    Ville de Lyon Lyon
    Titre courant :
    Ville de Lyon
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Vue de Lyon, ca 1570 (G. Braun, Théâtre des cités du Monde, Cologne, ca 1575-1587 Plan de Simon Maupin, 1659. plan, grav., 1659 AC Lyon. 0001 S 0171 IVR82_20016901167P Plan de Simon Maupin, 1659 (AC Lyon, 1 S 171) IVR84_20196900357NUCAB Plan de Séraucourt, 1735. plan, grav., 1740 AC Lyon. 0001 S 0010a IVR82_20016901164P Plan de Jacquemin, 1747. plan, grav., 1747 AC Lyon. 0003 S 0693 IVR82_20016901168P Plan de Morand, 1764. plan, grav., 1768 AC Lyon. 0003 S 0115 IVR82_20016901174PA Nouveau plan géométral de la ville de Lyon, année 1789 (AC Lyon : 0003 S 00117 a plan de Dignoscyo, 1821. plan, ms., 1821 AC Lyon. 0002 S 0020 IVR82_20016901176PA Plan de Dardel, 1853, partie sud. plan, lithogr., 1853. Partie sud AC Lyon. 1541 WP 30 Plan des inondations de 1840 et 1856, 1936. plan, impr., 1936 AC Lyon. 963 WP 82
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Texte libre :
    des quais depuis l´hôtel-Dieu, dont la façade est réédifiée par Soufflot en 1739, et la destruction de l´enceinte le long du fleuve : la façade dehôtel-Dieu est ouverte vers l´est, vers les terrains dehôtel-Dieu, ravagé régulièrement par les inondations. Seul le village de La Guillotière avec la construction dehôtel de ville et du couvent Saint-Pierre, et celles de la place Louis le péage (pont Morand) en remplacement des trois bacs exploités par l'Hôtel-Dieu. Les travaux commencés en caserne de la Part-Dieu ; ce mur va former une césure dans le tissu urbain jusqu´à la fin du XIXe siècle Chronologie de l'occupation du site et urbanisation L´occupation de la ville de Lyon, que les découvertes archéologiques de ces dernières années font remonter à l´époque gauloise sur la rive gauche de la Saône, se concentre sur cette rive entre Saint-Jean et Vaise, sur la colline de Fourvière et au pied de celle de la Croix-Rousse. Au Haut Moyen Age cette occupation se restreint, du fait en grande partie de
    Référence documentaire :
    Description au naturel de la Ville de Lyon ..../ [Simon] Maupin, 1659___ Description au naturel de la Ville de Lyon et paisages alentours d'icelle / [Simon] Maupin, cuivre original 1659. 3e édition cuivre. 8 f.pap. collées en une 1,355 x 0,840. 1 ; 4.320 (150 toises de roi = 0,063) (AC Lyon. 1 S 171) Plan général de la ville de Lyon, levé et gravé par Claude Séraucourt Plan général de la ville de Lyon, levé et gravé par Claude Séraucourt, vérifié et orienté par R.P. Grégoire de Lyon religieux du Tiers-Ordre de Saint-François en 1735, augmenté et rectifié en 1740. 1 : 3000. Grav. (AC Lyon : 1 S Plan géométral et proportionel de la ville de Lyon où sont désignés ses 28 quartiers ou pennonages avec deux tables : l'une alphabétique et numérale qui indique le nom et emplacement de chaque rüe , l'autre les maisons qui limitent les quartiers / C. Jacquemin, 1747 Plan géométral et proportionel de la ville de Lyon où sont désignés ses 28 quartiers ou pennonages avec deux tables : l'une alphabétique et
  • Ville de Montbrison
    Ville de Montbrison Montbrison - en ville - Cadastre : 1809 section E, section D (partie nord) 1986 section BK
    Titre courant :
    Ville de Montbrison
    Annexe :
    Proposition de la nomination de Mr Trabucco aux fonctions d´architecte voyer de la ville de réparations des pavés lorsqu´elles seront ordonnées. Il ne percevra aucune rétribution à raison de sa ville. Mais s´il s´agit de constructions neuves dans un local appartenant à la commune, le conseil dans Délibération du dix-sept vendémiaire an treize (9 octobre 1804) autorisant le prolongement de la nécessité d´ouvrir un passage au bout de la rue de la Tupinerie pour communiquer sur les boulevards, que cette rue la plus fréquentée de cette ville, était absolument sans issue de ce côté, que les chars servant au transport des grains à la grenette étaient obligés de la traverser dans toute sa longueur pour y arriver, que la rue étant des plus étroites dans cette partie se trouvait les jours de marché entièrement obstruée, qu´en ouvrant un passage au bout de la rue Tupinerie qui donnerait une issue directe sur fréquentent nos foires et nos marchés ". Le sieur Latanerye consent à " faire le sacrifice " de la démolition
    Observation :
    La commune de Montbrison a fait l'objet d'une AVAP (aire de valorisation de l'architecture et du
    Illustration :
    Les quais en direction de la Caisse d'Epargne et de l'Hôtel-dieu. Carte postale, début 20e siècle Vue partielle : les quais du Vizézy et le quartier de l'hôtel de ville. IVR82_20064200719NUCA Vue de la ville vers 1450 (A. Diana, Montbrison). IVR82_20084200329NUCA Vue perspective de la ville en 1732 (A. Diana, Montbrison). IVR82_20074200291NUCA Plan de la traversée de Montbrison, 1780, révisé en 1798. Feuille A. plan de 1780, photocopie B Plan de la traversée de Montbrison, 1780, révisé en 1798. Feuille B. plan de 1780, photocopie B Plan de la traversée de Montbrison, 1780, révisé en 1798. Feuille C. plan de 1780, photocopie B Plan de la traversée de Montbrison, 1780, révisé en 1798. Feuille D. Plan de 1780, photocopie B Plan de la traversée de Montbrison, 1780, révisé en 1798. Feuille E. plan de 1780, photocopie B Plan de la traversée de Montbrison, 1780, révisé en 1798. Feuille F. plan de 1780, photocopie B
    Copyrights :
    © Conseil général de la Loire
    Historique :
    , de visitandines en 1643 tandis que les religieuses hospitalières dehôtel-dieu, en 1682, suivent la ´hôtel de ville dans le couvent des cordeliers et le palais de justice dans celui des visitandines. En tribunal est ainsi associé à la prison et l´hôtel de ville à la bibliothèque. Dans ce même temps, l Naissance et développement La véritable fondation de Montbrison est probablement l´oeuvre de Artaud II, premier comte de Forez, qui, repoussé à l´ouest du comté de Lyon par l´archevêque, édifie Vierge et à saint Pierre et un hôpital de pauvres. Le site devient une étape pour les pèlerins de Compostelle et les voyageurs qui empruntent le Grand Chemin de Forez (nord-sud) au pied de la muraille. Un 1130. À partir de 1173, date du partage du comté de Lyon et de Forez, la résidence des comtes de Forez du textile et du sel. Le Grand Chemin de Forez demeure l´axe principal des pèlerins et marchands ainsi que celui du négoce dérivé de leurs activités. La fin du XIIe siècle et le XIIIe siècle marquent
    Parties constituantes non étudiées :
    hôtel
    Référence documentaire :
    route de Clermont à Lyon par Ambert et Montbrison. À Montbrison le 23 nivôse an 7 [12 janvier 1799 MONTBRISON (Loire) - Les quais - Dans le fond, la Caisse d'Epargne et l'hôtel-Dieu. Carte postale . MONTBRISON (Loire) - Les quais - Dans le fond, la Caisse d'Epargne et l'hôtel-Dieu. Carte postale. V Vue aérienne du quartier du château. [Exposition. Montbrison].Montbrison. L'architecture de la Vue aérienne du quartier du château. [Exposition. Montbrison].Montbrison. L'architecture de la ville 1988 : un relatives aux alignements et ouvertures de rues ; série O 1067 (1834-1852), lettre du 14 septembre 1847 du mairie Bouvier au préfet de la Loire concernant la réception de trois caisses, en provenance de Paris , contenant les plaques indicatives des noms de rues et les numéros des maisons (photo) ; lettre du maire Bouvier au préfet de la Loire, du 23 juillet 1849 relative au cahier des charges pour le transport de cailloux de la Loire, pris aux alentours du pont de Montrond destinés aux pavés de la ville de Montbrison
1