Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château de Grézieux

Dossier IA42003393 réalisé en 2007

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Historique complémentaire

Le château de Grézieux est mentionné dans une charte du Forez en 1291 (castrum, villa et mandamentum de Greysiaco ; Dufour) ; Pierre du Verney (ou Vernet) en rend alors hommage au comte de Forez. Par la suite, le château change plusieurs fois de mains (E. Salomon donne la succession des propriétaires, parmi lesquels il cite en particulier Annet de César en 1540, dont les armoiries auraient été visibles à Grézieux, les Henrys d'Aubigny entre la fin du 16e siècle et 1670, puis les Bérardier jusqu'en 1775, et enfin les Chappuis entre 1775 et 1791). La famille d'Apchon aurait également possédé ce château à la fin du 15e siècle (renseignement oral).

En 1801, Claude-Joseph Buer, procureur du roi à Montbrison, rachète (au lyonnais Simon Dupin) le château, avec sa réserve (enclos, jardins, bâtiments et pigeonniers), et les domaines du Colombier, des Rapeaux et de Thévenon. En 1802, il achète également le domaine Brunel, au Bourg, puis d'autres terres et domaines dans les communes voisines (L'Hôpital-le-Grand, Chalain-le-Comtal, pour un total général de 670 ha dans la plaine du Forez ; Gerest).

Le plan cadastral de 1809 montre l'emprise du château au début du 19e siècle, que la comparaison avec le plan géométral levé en 1806 (AD Loire, Fi) permet d'affiner. On y distingue en effet une tour à l'angle oriental ; malgré son plan plus ou moins arrondi, il s'agit peut-être de la "tour carrée couronnée de mâchicoulis" écroulée "au commencement de ce siècle" (d'après le Forez pittoresque... ; donc au début du 19e siècle), qui était peut-être le donjon du château médiéval. Le bâtiment montre en effet à cet endroit des traces d'arrachement et de reconstruction de l'angle. La façade nord-est du bâtiment est peut-être implantée sur des murs médiévaux, mais dans son état actuel elle ne présente pas de vestige datable d'avant le 15e siècle. Elle est percée de fenêtres à encadrements à cavet et congés en forme de feuille, au rez-de-chaussée et au 1er étage, mais ces ouvertures ont été remaniées, sans doute au 19e siècle (changement des linteaux et des appuis, avec sans doute un élargissement des fenêtres de l'étage, surmontées d'arcs de décharge en brique) ; la porte située la plus au sud est peut-être en place. Les vestiges d'enduit imitant le bossage qui subsistent sur cette façade sont datables du 16e ou du 17e siècle. L'élévation du côté nord-est est datable de la fin du 16e ou du 17e siècle ; les fenêtres ont également été remaniées (remplacement des croisillons). Ces reprises des ouvertures correspondent peut-être aux travaux de mentionnés par le Forez pittoresque... sur les "nouvelles constructions des XVIe et XVIIe siècles, que l'on restaure en ce moment". Les deux portes à encadrement mouluré à tore et linteau en anse de panier en calcaire blanc, sur les élévations nord-ouest et sud-ouest, ont peut-être été mises en place à la même époque. Cette façade était encadrée par deux pavillons, bien visibles sur le plan de 1806, et encore sur le plan dessiné pour la réfection du jardin en 1886 (A Privées).

La matrice de 1830 (AD Loire, 3P 604) précise la nature des parcelles : 1809 A 71, château et bâtiment, et 1809 A 69, 70, maison et bâtiment ("domaine de la Cour", dit plus tard "maison Gallon" ; AD Loire 3P 605). Le château possède à l'époque une avant-cour bordée au nord-est par le mur d´enceinte, et dont l'entrée est protégée par deux tourelles (voir IA42003394), une cour sur l'arrière, et sans doute une basse-cour au nord-ouest, bordée par des bâtiments de dépendances (la "maison Gallon"). En 1835, la propriété passe à Françoise de Vazelhes (morte en 1857), l'une des trois filles de Claude Joseph Buer, épouse de (Gaspard) Joseph Florimond de Bronac de Vazelhes (mort 1885) ; elle se transmet ensuite à leur fils Henri Joseph (1820-1871), avocat à Montbrison, mais surtout propriétaire terrien à Grézieux, qui agrandit le domaine (il achète 98 ha aux Battant de Pommerol en 1857, puis 88 ha aux Portier et aux Courbon de Saint-Genest en 1867, voir IA42003396). À sa mort en 1871, la propriété de Grézieux comprend en six domaines sur 550 ha et il n'a qu'un héritier (hormis son père, toujours vivant), son fils Etienne (1853 ou 1854-1932).

La matrice cadastrale (AD Loire, 3P 607) indique que le passage de la majorité du domaine à Etienne de Vazelhes s'est fait en 1882 ; celui-ci délaisse alors le château de la Pierre (à Saint-Paul-d'Uzore ; étudié, voir IA4200301), où il s'était établi dans les années 1870, pour Grézieux, où il fait immédiatement faire des travaux. Il commence par faire démolir le mur d'enceinte, vers 1882-1885 (d'après les notes de Forissier, maire de Chalain-le-Comtal) : le fossé passant devant l'avant-cour du château est alors comblé, le pont qui l'enjambait supprimé, ainsi que le pan de mur joignant les deux tourelles et le portail en bossage qui se trouvait au milieu (éléments visibles sur une photographies datable du début des années 1880 ; A Privées). Les communs ou dépendances situés au nord-ouest du château (1809 A 69, 70) avaient peut-être été démolis ou transformés dès 1846 (voir AD Loire, 3P 605 : Maison Gallon, A 69, 70, barrée en 1846). Etienne de Vazelhes fait construire à la place de nouvelles écuries et une habitation dans le parc, entre 1884 et 1889 : il s'agit sans doute des bâtiment adossés aux tourelles (voir IA42003394), et d'un bâtiment situé au sud du château, visible sur le plan de 1886, mais qui n'existe plus (AD Loire, 3P 607 : constructions nouvelles sur la parcelle A 72 : écurie, achevée en 1884 ; écurie achevée en 1887 ; maison achevée en 1889). Un plan pour le parc paysager, qui englobe le petit noyau villageois (lui-même largement constitué de bâtiments relevant du château : ferme et maison du régisseur, voir IA42003386, maisons d'ouvriers, voir IA42003385, IA42003387 et IA42003388) est donné en 1886 par Louis Cottin, architecte paysagiste, rue de Paris à Nevers. Dans les années qui suivent, des arbres d'ornement y sont plantés (A Privées, factures pour plantation d'ifs et de wellingtonias par Brissard, 1888-1889). Enfin, des modifications sont faites aux façades (voir supra, travaux mentionnés par le Forez pittoresque...) et les pavillons bordant la façade nord-est sont supprimés : encore dessinés sur le plan de 1886 (on distingue le pavillon oriental, coiffé d'un toit en pavillon à forte pente, sur la photographie de l´entrée du château sans doute prise vers 1880 ; A Privées) ils ont disparu lors de l'état des lieux des bâtiments établi en 1910 (infra).

Dans le 1er quart du 20e siècle, de nouveaux travaux sont menés au château. L'état des lieux des bâtiments et un projet sont dressés en 1910 par l'architecte J. Tesseire ; un autre projet est donné en 1911 par F. Dodat, architecte à Saint-Etienne, successeur de J. Pacaud. Les travaux sont réalisés par le maçon Gatier (sans doute Julien Gatier, entrepreneur à Boën). Le château est surélevé et le niveau de comble, dont les ouvertures sont murées sur les photographies prises avant les travaux (A Privées), transformé en comble à surcroît éclairé par des lucarnes passantes (qui reprennent les anciennes ouvertures, agrandies et dotés, côté nord-est, de croisillons ; côté sud-est, l'allongement des montants utilise des pierres de remploi ; dans l'angle rentrant ouest, le niveau de comble est créé). Les toitures, à faible pente et en tuile creuse, sont refaites en tuile écaille, avec une forte pente permettant d'accueillir un second étage de comble, éclairé par de petites lucarnes. Les fenêtres des façades de l'angle rentrant ouest sont largement refaites. Enfin, le château est doté d'un nouveau donjon : une haute tour de plan circulaire, à six niveaux d'élévation, couronnée d'un mâchicoulis sur consoles, est édifiée sur l'angle oriental du bâtiment nord-ouest. Ce signal dans le paysage fait l'objet du titre du paragraphe ("Un donjon dressé au coeur des terres") qu'Henri Gerest consacre à Etienne de Vazelhes, figure de l'aristocratie forézienne de la fin du 19e siècle et du débur du 20e. Passionné de mise en valeur agricole, il tient l'essentiel de ses domaines en exploitation directe, avec un régisseur et de nombreux ouvriers agricoles logés dans les maisons du village (pour les couples mariés) ou dans les dépendances du château (célibataires). En plus de son intérêt pour les cultures (et en particulier l'irrigation), il développe l'élevage du cheval de travail pour les mines et l'industrie stéphanoises et pour la remonte de l'armée (voir IA42003397) ; enfin il pratique la viticulure dans son domaine de Curtieux, au nord de Montbrison (propriété provenant du père de Claude Buer).

Parties constituantes non étudiéesparc
Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonMontbrison
AdresseCommune : Grézieux-le-Fromental
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1809 A 70, 71 ; 1986 A2 394

Grézieux est un château comtal mentionné à partir de 1291, qui a changé de mains de nombreuses fois entre le 14e et le 18e siècles. En 1801, il est acheté par Claude-Joseph Buer, procureur du roi à Montbrison, et se transmet par la suite à ses descendants (famille de Vazelhes), avec un domaine qui comprend une grande partie du bourg et plusieurs fermes dans la commune. Il ne reste que de minces vestiges remaniés du château médiéval, reconstruit ou agrandi (corps de bâtiment nord-est, face à l'entrée principale) à la fin du 16e siècle ou au 17e siècle. L'édifice est profondément modifié à partir du milieu du 19e siècle, avec la suppression de la basse-cour (à partir de 1846 ?), puis surtout après l'installation d'Etienne de Vazelhes à Grézieux en 1882, qui fait démolir l'enceinte (1882-1885) et les pavillons bordant le bâtiment nord-est (entre 1886 et 1910), et reprendre les ouvertures (élargissement de fenêtres, remplacement de croisillons, réfection ou percement de portes, avant 1910) ; en 1886, l'architecte paysagiste Louis Cottin réalise un plan pour le parc. En 1910, Etienne de Vazelhes fait entreprendre une nouvelle phase de travaux (projets des architectes J. Tesseire et F. Dodat) portant sur la réfection des toitures avec surélévation de l'édifice, et la construction d'une grosse tour ronde rappelant l'ancien donjon.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates1910, daté par source
Auteur(s)Auteur : Cottin Louis architecte paysagiste attribution par source
Auteur : Tesseire J. architecte attribution par source
Auteur : Dodat F. architecte attribution par source
Auteur : Gatier maçon, entrepreneur attribution par source
Personnalité : Vazelhes Etienne de commanditaire

Le château a un plan irrégulier en forme de L légèrement oblique, comprenand deux corps de bâtiments doubles en épaisseur, avec un sous-sol (non visité, accès par escalier intérieur au milieu du bâtiment sud-est), un rez-de-chaussée, un étage carré, un comble à surcroît et un étage de comble dans la toiture. La porte principale se trouvait au milieu de l'élévation nord-est, un peu décalée par la présence de l'escalier (rampe sur rampe, avec repos intermédiaires) ; un vestibule rejoint un couloir ou galerie qui longe le corps de bâtiment nord-est sur l'arrière, desservant l'escalier et le corps de bâtiment sud-est. La construction de la tour, à l'angle nord-ouest du bâtiment nord-est, a ménagé un nouvelle porte à l'extrémité de cette galerie, signalée par un encadrement monumental. Le rez-de-chaussée comprend cinq grandes salles (une dans le bâtiment nord-est, quatre dans le bâtiment sud-est, plus un dégagement avec l'escalier vers la cave), dont certaines ont été subdivisées. L'étage est divisé en chambres (plafond à décor peint dans l'une des chambres du bâtiment sud-est). La tour a six niveaux d'élévation, sans doute desservis par un escalier en vis (partie non visitée). Le dernier niveau est un faux mâchicoulis sur arcades. Le bâtiment est en moellon de granite (mélangé de basalte et de galets de Loire) enduit (enduit d'imitation imitant le bossage sur l'élévation sud-est ; fenêtres peintes sur l'élévation nord-est). Des changement de matériau sont visibles sur les élévations, témoignages des différentes phase de construction : l'angle sud est reconstruit en moellon assez gros avec mortier débordant, la surélévation dans l'angle rentrant ouest est en moellon de granite plus gros que le reste du mur, les contreforts qui renforcent la façade sud-ouest sont en pierre de taille. La tour est en moellon de granite de moyen appareil. Les encadrements sont en granite : moulurations à cavets et congés sur l'élévation sud-est ; porte d'entrée et fenêtres de l'escalier à linteau en plein-cintre sur la façade nord-est ; fenêtres à croisées ou meneau ailleurs (les croisées et meneaux sont tous des réfections) ; portes en arc en anse de panier et mouluration torique, en calcaire, sur les élévations nord-ouest, sud-ouest et à la base de la tour ; arcs de décharge en brique ajoutés lors de l'élargissement des ouvertures. Les lucarnes sont couronnées de petits frontons triangulaires ; les lucarnes sur le versant du comble sous toiture ont un décor en bois découpé trilobé. Les toits sont à longs pans, en tuile écaille (toit conique sur la tour).

Mursgranite
enduit
enduit d'imitation
moellon
moyen appareil
Toittuile en écaille
Étagessous-sol, 1 étage carré, comble à surcroît, étage de comble, 6 étages carrés
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit conique
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant à retours sans jour en maçonnerie
escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
Jardinsarbre isolé, bosquet, massif de fleurs
États conservationsremanié
Techniquespeinture
Précision représentations

Décor d'une chambre du 1er étage du bâtiment sud-est : plafond à compartiments à décor peint. Plan des compartiments : rectangle central, demi-rectangles aux extrémités (petits côtés), reliés par une moulure. Décor : le rectangle central est vide (il manque une toile rapportée ?) ; rectangle des extrémités : guirlande de laurier ; compartiments : deux couples de médaillons avec des personnages en buste de trois-quarts, un homme en grisaille rouge et une femme en grisaille bleue tournés l'un vers l'autre, sur fond jaune (les hommes ont des couronnes de laurier, et un vêtement à l'antique, l'un tient un rouleau ; les femmes ont des coiffures complexes à petites tresses et rangs de perles) ; encadrements à tresses, rosettes, palmettes, glyphes. Sur la plinthe, cadres alternativement carrés ou rectangulaires avec des motifs décoratifs.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loire. Série 3P : 604. Commune de Grézieux-le-Fromental. Etat de sections des propriétés non bâties et bâties. 1830.

  • AD Loire. Série 3P : 605. Commune de Grézieux. Cadastre. Registre présentant les agmentations et les diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales. Commence en 1847, dernière année 1897 ; 1914 sur feuille volante. Suivi de Matrice cadastrale de propriétés foncières. Commencé en 1830.

  • AD Loire. Série 3P : 607. Matrices cadastrales des propriétés bâties de la commune de Grézieux-le-Fromental. Commencé en 1887, dernières mises à jour en 1909.

  • Bibl. Diana, Montbrison. 1F42, 35, n°5 à 7. Notes de l'abbé Valendru sur la commune de Chalain-le-Comtal. Chapelle de Notre-Dame. Relation de M. Henry Forissier maire de Chalain.

  • A Privées, château de Grézieux-le-Fromental. Factures pour plantation d'arbres ornementaux, 1888-1889, de Brissard (pépiniériste ?).

  • A Privées, château de Grézieux-le-Fromental. 18 juin 1914. Travaux au château de Grézieux. Résumé des mémoires d'entrepreneurs. Maçon Gatier.

Documents figurés
  • Département de la Loire. Arrondissement de Montbrison. Plan géométrique de la commune de Grézieux terminé le 12 juin 1906 / Lipkens (géomètre en chef) ; Relave (géomètre secondaire). 1 dess. : plume et lavis d'encres colorées sur papier. 1er quart 19e siècle, 1806 (AD Loire. PPL 41).

  • Parc de Grézieux (Loire) appartenant à Mr le baron de Vazelhes / Louis Cottin (architecte paysagiste). 1 dess. : encre noire et lavis coloré sur calque toilé. Sans éch. 4e quart 19e siècle, 1886 (A Privées, château de Grézieux-le-Fromental). Signature : Fait et dressé par l'architecte paysagiste soussigné, Nevers, le 31 décembre 1886. L. Cottin.

  • Chateau de Monsieur le Baron de Vazelhes. Grézieux-le-Fromental. Etat actuel. Plan du rez-de-chaussée. Plan du 1er étage. Plan des combles. Façade au nord-est. Façade au nord-ouest. Façade au sud-est. Façade au sud-ouest, détail de porte / J. Tesseire (architecte). 2 dess. : encre noire et lavis rouge sur papier. Ech. 1:100. 1er quart 20e siècle (A Privées, château de Grézieux-le-Fromental). Signature : tampon circulaire J. TESSEIRE architecte, un trèfle au centre.

  • [Chateau de Monsieur le Baron de Vazelhes. Grézieux-le-Fromental. 2e projetl] / J. Tesseire (architecte). 1 dess. : encre noire et lavis sur calque. Ech. 1:100. 1er quart 20e siècle, 26 août 1910 (A Privées, château de Grézieux-le-Fromental). Signature : tampon circulaire J. TESSEIRE architecte, un trèfle au centre.

  • [Chateau de Monsieur le Baron de Vazelhes. Grézieux-le-Fromental. 3e projetl] / F. Dodat (architecte). 1 dess. : encre noire et lavis sur papier. Ech. 1:100. 1er quart 20e siècle, 20 décembre 1911 (A Privées, château de Grézieux-le-Fromental). Signature : tampon circulaire F. DODAT architecte Saint-Etienne successeur de J. PACAUD.

  • [Chateau de Monsieur le Baron de Vazelhes. Grézieux-le-Fromental. 4e projetl] / 1 dess. : encre noire et lavis sur calque. Ech. 1:100. 1er quart 20e siècle, 5 septembre 1915 (A Privées, château de Grézieux-le-Fromental). Projet avec toiture brisée sur le château, flèche sur la tour.

  • [Photographie de l'entrée du château sans doute prise vers 1880] / 1 photogr. pos. : tirage sur papier citrate. [s.d.], lvers 1880 (?) (A Privées, château de Grézieux-le-Fromental).

  • [Album de photographies du château, prises avant les trasnformations de 1910] / Photogr. pos. : tirages sur papier argentique. [s.d.], limite 19e siècle 20e siècle (A Privées, château de Grézieux-le-Fromental).

Bibliographie
  • DUFOUR, J.-E. Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire. Mâcon : imprimerie Protat frères, 1946.

    col. 427, 428
  • GEREST, Henri. Ainsi coule le sang de la terre... Les hommes et la terre en Forez - XVIIIe-XXe siècles. Saint-Etienne : Université de Saint-Etienne, 2005

    p. 42-45 ; p. 100-105
  • SALOMON, Emile. Les châteaux historiques : manoirs, maisons fortes, gentilhommières, anciens fiefs du Forez et des enclaves du Lyonnais, du Beaujolais et du Macônnais qui ont formé le département de la Loire ; ill. par le Vicomte Gaston de Jourda de Vaux et Henry Gonnard. Réimpression de l'édition de Hennebont de 1916, 1922, 1926. Marseille : Laffitte, 1979. 3 Vol. (446-464-361 p.) : ill.; 30 cm

    T. I, p. 168-170
  • SONYER DU LAC, Jean-Baptiste. Les fiefs du Forez ; d'après le manuscrit inédit de M. Sonyer Du Lac, premier avocat du roi au siège domanial de Montbrison, ressort et comté de Forez, en 1788 ; avec notes, carte et une table raisonnée des noms de lieux et de personnes jointes audit recueil par M. P. d'Assier de Valenches,... Lyon : Impr. L. Perrin, 1858

    p. 97
  • THIOLLIER, Félix. Le Forez pittoresque et monumental, histoire et description du département de la Loire et de ses confins, ouvrage illustré de 980 gravures ou eaux-fortes, publié sous les auspices de la Diana... Lyon : Imprimerie A. Waltener, 1889 (2 vol.)

    p. 279
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Conseil général de la Loire © Conseil général de la Loire - Guibaud Caroline - Monnet Thierry