Logo ={0} - Retour à l'accueil

Village de Saint-Offenge-Dessus

Dossier IA73003204 réalisé en 2013

Fiche

Œuvres contenues

Dénominationsvillage
Aire d'étude et cantonHauts de l'Albanais
AdresseCommune : Saint-Offenge-Dessus
Lieu-dit : chef-lieu

Le parcellaire est assez constant depuis la mappe sarde de 1732 : implantation des constructions et densité du bâti similaires.

Le village comptait une école (IA73003215 ; déplacée ensuite, avec la mairie, aux Gonnards : IA73003235 ; puis une nouvelle école a été édifiée au début du 21e siècle, en limite avec Saint-Offenge-Dessous, afin que les deux communes puissent en partager l'usage), un bassin communal (IA73003212), une croix de chemin (sur la place devant l'ancienne école, en bois, visible sur une carte postale ; disparue) mais pas (ou plus) de four à pain commun. Au début du 20e siècle, il y avait une épicerie (IA73003220) et une forge (IA73003221).

Période(s)Principale : 19e siècle

Le village de Saint-Offenge-Dessus est installé sur un terrain en pente, longé par la route départementale D 211 qui en suit les courbes de niveau. Les constructions sont regroupées autour de trois carrefours situés à l'est de la route. Il s'agit essentiellement de fermes (actuellement maisons), de type à juxtaposition, non mitoyennes (sauf en cas de ferme divisée à la suite d'un partage, avec construction de nouveaux bâtiments pour compléter chaque moitié, la ferme devenant dès lors à bâtiments dissociés : exemple 2013 A2 249, 250).

Les bâtiments sont en général perpendiculaires à la pente, avec le logis en aval, comprenant souvent une cave en étage de soubassement et l'habitation en rez-de-chaussée surélevé, et grange-étable en amont, l'accès au fenil pouvant ainsi se faire de plain-pied.

Les édifices sont en moellon de calcaire enduit à pierre vue (ou enduit ciment au 20e siècle), avec des encadrements en calcaire et des toits à longs pans et demi-croupe, en ardoise ou en tuile plate mécanique (autrefois en chaume : le presbytère et le bâtiment mitoyens sont couverts en chaume jusqu'en 1865 et 1899 ; le chaume est encore signalé au 20e siècle pour 2013 A2 269, 270 et 2013 A2 271 : toit encore visible dans au début des années 2000).

Les abords sont encore pourvus de prés-vergers (parcelles A2 260, 985, 1061...).

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile plate mécanique, ardoise
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couverturestoit à longs pans demi-croupe

Annexes

  • Edifices non repérés

    - Ferme (2013 A2 227). Edifiée en 1902 un peu au-dessus d'une ferme plus ancienne (mais postérieure au plan cadastral de 1880). Arrêt de l'exploitation vers 2007 : elle comptait alors 15 vaches et autant de génisses. Au milieu du 20e siècle, la ferme comptait également un cochon et un cheval de labour. Les vaches estivaient un mois en été dans un pré situé sur la commune (alt. 700 m) ; le lait était descendu à la fruitière (ensuite seules les génisses ont été estivées). Une petite vigne était exploitée, située vers le Crouzet ; l'exploitation produisait aussi du cidre (renseignements oraux).

    Les bâtiments sont perpendiculaires à la pente et juxtaposés en profondeur : cave en étage de soubassement (avec four à pain), au-dessous de l'habitation, située en aval (façade sur pignon), grange puis étable en amont. Murs enduits au ciment, toit à croupes en ardoise. Bassin (fontaine, abreuvoir) dans la cour, en ciment moulé, à un seul bac (dimensions : h=47, l=149, la=89) avec borne-fontaine sur un petit côté.

    - Ferme (2013 A2 249). Edifiée sur une parcelle bâtie de la mappe sarde (1732 64), puis du plan de 1804 (n°175) : la ferme est alors un bâtiment en longueur qui inclue la ferme mitoyenne 2013 A2 250. Sur le plan de 1880 (A2 295, 296 et 297), elle a son emprise actuelle : première parcelle divisée en deux, dépendance édifiée au sud. Les élévations peuvent dater du milieu du 19e siècle (porte du logis à linteau en accolade, fenêtre chanfreinée à l'étage : vestiges d'un édifice plus ancien), avec surélévation et agrandissement (garage accolé au sud) au 20e siècle.

    Ferme à bâtiments dissociés : logis à un étage et comble, sur cave (accès en façade latérale), mitoyen, façade sur pignon ; en moellon de calcaire enduit à pierres vues, avec des encadrements en calcaire (en bois pour la grange-étable) ; toits à longs pans (avec une demi-croupe sur le logis), en tuile plate.

    - Ferme (2013 A2 264, 265). Située sur une parcelle bâtie de la mappe sarde de 1732, puis en 1804 (trois corps de bâtiment). Sur le cadastre de 1880 le logis et la grange-étable sont divisés en deux parcelles, avec un autre bâtiment en angle de parcelle (disparu). Ancienne ferme à juxtaposition. La partie habitation présente des encadrements du 16e siècle (?), avec accolade et chanfreins (remplois ?). Grange-étable transformée en habitation dans les années 1950. L'ensemble est dénaturé.

    - Ferme (2013 A2 821 a). Edifiée sur une parcelle bâtie de la mappe sarde (1732 108), très remaniée ou reconstruite à la fin du 19e siècle ou au début du 20e. Ferme à juxtaposition, perpendiculaire à la pente, avec logis en aval (cave en étage de soubassement, habitation au rez-de-chaussée surélevé avec accès de plain-pied) et grange-étable en amont. Murs enduits au ciment, encadrements remaniés, toit à demi-croupes en ardoise. Bassin (fontaine, abreuvoir), en ciment moulé, à un bac dans la cour (en eau).

    - Maison (2013 A2 285). Edifiée sur une parcelle bâtie de la mappe sarde (1732 88) mais d'emprise différente, la maison est présente dans son emprise actuelle en 1880 (1880 A2 249). Elle a été surélevée (comble en parpaing de ciment). Elle comprend une cave en étage de soubassement (accès en façade latérale, escalier extérieur), un rez-de-chaussée surélevé, un étage et un comble. L'édifice est en moellon de calcaire enduit, avec des encadrements en calcaire (en molasse à l'étage, en bois sur le comble) ; toit avec une demi-croupe, en tuile plate, débord par toit désaxé.

    - Maison, ancienne école ? (2013 A2 796). Edifiée sur une parcelle bâtie en 1804 (n° 177, groupe de trois petits bâtiments), cette maison aurait accueilli l'école avant la construction du bâtiment municipal (IA73003215) (renseignement oral). Elle a été agrandie au 20e siècle. Elle présente des encadrements de remploi (?) ou d'inspiration ancienne, en calcaire blanc : porte en plein-cintre à l'étage de soubassement, porte à linteau sur coussinets au rez-de-chaussée surélevé. Toit à croupes en éternit.

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Parc naturel régional du Massif des Bauges © Parc naturel régional du Massif des Bauges - Guibaud Caroline - Monnet Thierry