Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
  • Ferme de l'Ecluse
    Ferme de l'Ecluse Saint-Ours - l' Ecluse - isolé - Cadastre : 1732 953, 954, 955 1906 A6 417 2015 A6 1055, 1056
    Titre courant :
    Ferme de l'Ecluse
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Description :
    (au nord-est) délimitant une vaste cour ouverte reliée au chemin communal par une allée bordée de est implanté au milieu de la cour (sur l'actuelle limite de parcelle). Il comprend deux bacs (tringles pour planches à laver dans le grand bac) plus un demi bac ajouté en aval, avec une borne de plan carré sur le côté du premier bac (tuyau en forme de dauphin et barres de seau en bronze). Inscription dans
    Données complémentaires :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue de la grange-étable. IVR84_20187301341NUCA Vue de la grange-étable. IVR84_20187301342NUCA Détail du mur de la grange-étable (pisé). IVR84_20187301345NUCA Charpente de la grange-étable. IVR84_20187301344NUCA
    Historique :
    La ferme de l'Ecluse est citée dès 1719 dans les archives de l’hôtel-Dieu de Chambéry ; elle est l'hôtel-Dieu situées à Cusy, Saint-Ours et Chainaz, pour un cens de 1 500 £ et 52 veissels de froment en alors acensée à Pierre Picollet, de Saint-Ours (AD Savoie, 3 H – dépôt : 21). Ces archives donnent les noms des fermiers tout au long du 18e siècle : Jean Grosjean, de Cusy, qui tient toutes les fermes de 1738 (3H dépôt : 22) ; Jean-Pierre Mugnier dit Glapigny, de Gruffy, qui verse un cens de 1 680 £ et 52 veissels de froment en 1755 pour les mêmes fermes (3H dépôt : 24) ; André Chapuy, de Saint-Ours, qui verse 70 £ et 21 veissels de froment en 1766 pour la ferme de l’Eclusaz (3H dépôt : 25) ; et Joseph Ailloud , de Saint-Ours, fermier de la grange de l’Eclusaz en 1776 (3H dépôt : 26). La ferme est représentée sur la mappe sarde, puis sur le 1er cadastre français de 1906 selon un plan masse similaire à l'actuel : la "maison" au sud-ouest (n° 954 de la mappe), la "grange" au nord-est (n°955) et et four au sud, non
    Aires d'études :
    Hauts de l'Albanais
    Référence documentaire :
    l'hôtel-Dieu de Chambéry. AD Savoie. Fonds des archives hospitalières. Série 3 H-dépôt : 12-30. Gestion des propriétés de l'hôtel-Dieu de Chambéry. Voir RICHARD, Vivien. Archives départementales. Fonds des archives hospitalières. Fonds de l’Hôtel-Dieu de Chambéry : 3 H – dépôt 1-303. Répertoire numérique AD Savoie. Fonds des archives hospitalières. Série 3 H-dépôt : 12-30. Gestion des propriétés de
  • ensemble de quatre mozettes ou camails d'enfants de choeur : deux noirs et rouges, deux noirs et violets
    ensemble de quatre mozettes ou camails d'enfants de choeur : deux noirs et rouges, deux noirs et violets Courpière
    Titre courant :
    ensemble de quatre mozettes ou camails d'enfants de choeur : deux noirs et rouges, deux noirs et
    Description :
    tissu cannelé de type gros de Tours, noir à bordures et boutons rouges et violets
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Clermont-Ferrand
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue générale de dos. IVR83_20126300169NUC4A Vue générale de face. IVR83_20126300168NUC4A
    Inscriptions & marques :
    " CLERMONT-FERRAND marque de fabricant sur une étiquette : Etablissement Batholon-Bartomeuf " à l'union catholique
  • église paroissiale Saint-Jean
    église paroissiale Saint-Jean Ambert
    Référence documentaire :
    / Bruno Phalip. -Clermont-Ferrand : Université de Clermont II, 2001. 16 T. Mémoire d'habilitation à . Sève et al. Clermont-Ferrand : G. de Bussac, 1971. de l'ancien diocèse de Clermont : face aux élites, une approche des "simples" et de leurs oeuvres : pour une étude des techniques de construction et des productions artistiques montagnardes : l'exemple
  • conopée
    conopée Aubiat
    Description :
    Tissu de fond de droguet lamé à chaîne supplémentaire et lame d'accompagnage dorée qui forme des motifs. Les bouquets sont brochés, les uns à vase de filé riant à lame d'argent et bouquets polychromes , les autres de filé riant à lame argent et cœur des fleurs violets. Le tout est bordé d'un galon de dentelle au fuseau et d'un autre galon de passementerie blanc, vert et rouge.
    Statut :
    propriété de la commune
    Représentations :
    L'ornementation est constituée de bouquets polychromes dans des vases argent et de fleurs argent à
    Historique :
    -d'Orcival : IM63003041, à la cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Clermont-Ferrand : vêtement liturgique , époque de ce tissu. Des exemples du même type de tissu, avec d'autres motifs sont étudiés à Saint-Bonnet n°30, à Yssac-la-Tourette : IM63003882. A la cathédrale de Bourges, des chaperons de chape présentent des tissus de ce type. Le galon central a été rajouté au 20e siècle.
    Référence documentaire :
    pp. 50-51 ; 141 Le vestiaire liturgique de la cathédrale de Bourges : textiles religieux des XIXe liturgique de la cathédrale de Bourges : textiles religieux des XIXe et XXe siècles / Philippe Bardelot p. 2 Album d'échantillons d'étoffes de soie ou de soie et coton LECLERCQ, Jean-Paul. Album d'échantillons d'étoffes de soie ou de soie et coton : collection Les arts décoratifs, musée de la mode et du
  • Ligne Arvant - Maurs - (Figeac)
    Ligne Arvant - Maurs - (Figeac)
    Description :
    La ligne Arvant - le Lot (Figeac) est un chemin de fer d'intérêt général, d'une longueur d'environ - Neussargues, un peu plus de 25 km ; Neussargues - Murat, plus de 9 km ; Murat - Aurillac, près de 48 km altiligérienne de la ligne) comprend 5 tunnels sur un parcours de seulement 10 km. La longueur cumulée de ces tunnels correspond à plus de 1,2 km ; le plus long d'entre eux, celui de Torsiac, mesure 652 m. Le point culminant de la ligne (1152 m) se trouve sur le versant muratais, en haut de la vallée de l'Alagnon, à la gare du Lioran (commune de Laveissière), dont l'étendue devait permettre le garage des trains en cas d'obstruction de la voie et la formation de trains de déneigement. Le tunnel du Lioran (1958 m de longueur ), l'ouvrage d'art majeur de la ligne, s'abaisse vers la Cère de 24 mm par mètre. Il permet de passer du bassin de la Loire à celui de la Garonne. A la hauteur de Lacapelle-Viescamp, la ligne franchit le viaduc de Ribeyrès. Les piles de ce viaduc sont désormais en partie immergées, depuis la mise en eau du
    Annexe :
    Guide Bleu 1949 : section Arvant-Maurs p. 27 : DE PARIS à AURILLAC par Clermont-Ferrand et Arvant Guide Bleu 1957 : Arvant-Neussargues p. 28 : De Paris à Aurillac A/ Par Clermont-Ferrand et Arvant Guide Bleu 1970 p.20 VI DE CLERMONT-FERRAND A SAINT-FLOUR OU A AURILLAC ET A FIGEAC. Clermont déclassement des terrains dépendant des hôtels de Vic-sur-Cère et du Lioran, en vue de les céder à MM l'hôtel de Vic-sur-Cère et ses dépendances font partie de la section C de la commune de Vic-sur-Cère où Projet de construction d'hôtels à voyageurs au Lioran et à Vic-sur-Cère. AD 15 - 5S 22 - "Ligne d'Arvant au Lot. Projet de construction d'hôtels à voyageurs au Lioran et à Vic-sur-Cère. Décision Laveissière. Le Lioran (1152 m) ; hôtel en face de la gare, ... La voie s'enfonce dans le tunnel du Lioran cheminots et deux aubergistes. Arvant n'abritait encore qu'une gare du PLM sur la ligne de Clermont à 4 hôtels, d'un buraliste, d'un épicier et de 2 boulangers alors que les voyageurs en correspondance
    Illustration :
    petit hôtel de 8 chambres. Moins de dix ans plus tard, en 1901, le guide Joanne affirme que "le Lioran est devenu une station de montagne et un centre d'excursions très fréquenté où existent deux hôtels , d'un hôtel situé dans le quartier de la gare et au-dessus des sources "bicarbonatées et chlorurées partir des années 1920) ne décrivent Arvant que comme la gare de jonction entre les compagnies du PO et du PLM. C'est en effet de cette station que partent à la fois la ligne vers le Lot (Cie du PO) et Immeubles de la cité cheminote d'Arvant, logements construits dans les années 1930 par la caisse des retraites du PLM pour les anciens cheminots. En Auvergne, il reste plusieurs exemples de ces cités (mais toutes ne sont plus propriété de la SNCF) : il s’agit parfois d'un seul immeuble ou, aux nœuds ferroviaires les plus importants, de tout un ensemble, comme ici. IVR83_20154300005NUC4A La villa Mézire, dominant de loin le bourg d'Arvant. Si cette villa ne fait l'objet d'aucune
    Texte libre :
    "Cette traversée du Cantal est une des merveilles des chemins de fer français", commentent les
    Historique :
    fer, d'un hôtel de voyageurs à Vic-sur-Cère et d'un "chalet", structure plus modeste, au Lioran, voit établi et approuvé à son tour. Puis en 1902, c'est un projet de véritable hôtel au Lioran qui est mis en oeuvre. En 1931, la compagnie de chemin de fer du PO cède les parcelles où sont établis ces hôtels. (Voir Une convention concernant la concession de tous les tronçons d'une ligne Arvant - Figeac est signée en 1855 avec la compagnie du Grand Central. La construction de la ligne se déroule pour l'essentiel de 1856 à 1861. Le tronçon Arvant - Massiac est le premier à être mis en service, en novembre 1861 . L'ouverture de l'ensemble de la ligne "à tous les trafics" a lieu en 1866 : section de Murat à Aurillac en juillet 1866, sections de Massiac à Neussargues et de Neussargues à Murat en août, et sections d'Aurillac à Viescamp-sous-Jallès et de Viescamp-sous-Jallès à Figeac (Lot), en décembre. Lors de cette ouverture générale de la ligne, c'est la Compagnie PO qui exploite la ligne (le GC n'existe plus depuis 1857
    Référence documentaire :
    Lot. Bibliothèque du patrimoine de Clermont-Ferrand. A10045. Compagnie du chemin de fer d'Orléans Vue du village de Blesle sur une affiche de la Cie P.O., s.d. "Chemin de fer de Paris à Orléans . Blesle. Auvergne (ligne de Neussargues à Arvant)", affiche, papier, Lucien Serre et Cie imprimeurs, Paris Catastrophe ferroviaire à Brugeilles, 1934. "Catastrophe de chemin de fer à Brugeilles, le 28 mars Hôtel des Touristes et chapelle du Lioran, avant 1922. "Le Lioran, panorama. Le Grand Hôtel [sic : en réalité l'hôtel des Touristes] et la chapelle", collection "Le Cantal pittoresque", n° catalogue Le viaduc de Ribeyrès, 1922. " Viaduc de Ribeyrès, près Aurillac", collection "Le Cantal Compte-rendu statistique de la construction de la section Murat-Vic-sur-Cère de la ligne Arvant au . Réseau central. Ligne d'Arvant au Lot. Compte-rendu statistique de la construction de la section de Murat p. 11, 29, 113-117 Canton de Vic-sur-Cère, Cantal Inventaire général des monuments et des richesses
  • Écart de la Pallud
    Écart de la Pallud Cusy - la Pallud - en écart - Cadastre :
    Titre courant :
    Écart de la Pallud
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Description :
    Le hameau de la Pallud s’organise au carrefour des routes d’Héry, d’Aix-les-Bains et des Bauges . Les constructions s’alignent en bordure de ces deux dernières routes. Son étendue est à cheval sur plusieurs sections B3, la Fay-Est et B5 la Pallud, les marais de la Pallud et Boissard-Gaillat. Les bâtiments, hormis la ferme dit de la Pallud qui remonte au 15e ou 16e siècle, sont du milieu du 19e siècle à carré et des boutiques au rez-de-chaussée, ont un important et volumineux toit couvert de tuiles plates mécaniques, avec un large avant-toit au droit des façades principales avec leurs devantures de boutiques qui croix de chemin. Le lieu-dit les Marais de la Pallud comporte des maisons modernes (limite 20e siècle
    Annexe :
    Hôtel-Dieu de Chambéry, propriétés à Cusy Hôtel-Dieu de Chambéry [in JANIN Bernard. La vie à Cusy par les administrateurs de l’Hôtel-Dieu de Chambéry, qui tirent tous les revenus des plus gros domaines de la paroisse… l’hôtel-Dieu de Chambéry possède plus de 100 Ha que lui a donné par testament (10 Projet de construction par Louis Milloz d’une scierie sur le ruisseau de la Creuse (1877), hameau de la Pallud Synthèse du projet de construction d’une scierie sur le ruisseau de la Creuse (1877) En 1877, Louis Milloz, fabricant de cannes demande l’autorisation de construire une scierie mue par une roue sur le ruisseau de la Creuse, lieu-dit à la Pallud, derrière l’auberge de la Pallud, sous la parcelle n° 256, commune de Cusy. Lors de l’enquête publique de 1878 le Sr Christollet et Madame Veuve Matrod s’oppose à toute déviation du ruisseau de la Creuse mais L. Milloz déclare qu’il maintiendra le cours du ruisseau à l’entrée de la propriété Matrod. Le règlement d’eau précise qu’il ne sera pas fait
    Illustration :
    AD Haute-Savoie, 1C d 196 originale. Mappe sarde de Cusy. Extrait du hameau de la Pallud AD 74, 3P3 4051, Feuille n° 5, parcelles n° 258 à 346. Plan cadastral parcellaire de la commune de AD 74, 3P3 4051, Feuille n° 5, parcelles n° 258 à 346. Plan cadastral parcellaire de la commune de Cusy, 1891. Extrait d'ensemble de la Palluz. IVR84_20207400118NUCA AD 74, 3P3 4051, Feuille n° 5, parcelles n° 258 à 346. Plan cadastral parcellaire de la commune de Cusy, 1891. Détail du hameau de la Pallud IVR84_20207400119NUCA AD 74, 3P3 4051, Feuille n° 5, parcelles n° 258 à 346. Plan cadastral parcellaire de la commune de Cusy, 1891. Détail de la Pallud IVR84_20207400120NUCA AD 74, 3P3 4051, Feuille n° 5, parcelles n° 258 à 346. Plan cadastral parcellaire de la commune de Cusy, 1891. Détail de la Pallud IVR84_20207400121NUCA
    Texte libre :
    , parallèlement en direction du nord-est sous la ferme de l’Hôtel-Dieu, puis se croisent et se divisent aussitôt l’Abyme. Renforcement des établissements commerciaux Les domaines de l’Hôtel-Dieu de Chambéry sont marais (n° 686 et 687) appartenant à l’Hôtel-Dieu (Cf Ill. n° IVR84_20207400116NUCA) Le dernier bâtiment cadet (332, maison / 333, jardin) La matrice cadastrale pointe les importantes propriétés de l’Hôtel -Dieu sur l’écart de la Pallud à cheval sur les sections B2, B3, B5 (Cf annexe X et Plan) et de Etienne puis Raymond Brunier ; l’hôtel du Semnoz de la Tropaz, construite avant la guerre est le seul foyer communal réalisé en régie en 1977. Sur le même espace l’hôtel-restaurant de la « truite vivante Écart de la Pallud 1732 L’écart de la Pallud, en 1732 n’existe pas, tout au plus un lieu-dit composé de quelques bâtiments. Tout d’abord une importante ferme appartenant à l’hôpital de Chambéry avec plusieurs corps de bâtiments ainsi que deux granges plus éloignées : parcelles n° 48 à 57, 684 à 690 dont
    Historique :
    la Pallud, appartenant à l’hôtel-Dieu de Chambéry, et possédant un important domaine. La commune de L’écart de la Pallud, en 1732 n’est qu’un lieu-dit constitué de rares bâtiments, dont la ferme de -ouest qui longe le Chéran, dite la route d’Aix-les-Bains. La création du pont de l’Abyme en 1884 devient nouvelle voie entre Annecy et Aix-les-Bains est très fréquentée par les voyageurs et touristes désireux de profiter des points de vue variés et pittoresques. Très rapidement boutiques d’artisans et commerces se développent, accélérés par la vente en 1898, par les Hospices, de 8 lots qui verront s’installer de nouveaux commerces, une fruitière, et un peu plus tardivement un bureau de poste. Au début du 20e siècle un hangar au sud-ouest du hameau permet à plusieurs constructions de s’y établir : le restaurant « A la Truite années, une zone d’activité s’est installée à l’emplacement de l’ancienne poste constituée de bâtiments modernes et plus récemment encore, en 2017, d’autres maisons-commerces importantes (restaurant-hôtel la
    Aires d'études :
    Hauts de l'Albanais
    Référence documentaire :
    dessèchement des marais de la Pallud et de la Tusiaz (?) Janvier 1925. Pompes : projet de construction de demande la vente de coupes de bois pour l'acheter (30 000 F) et pour payer une partie du projet d'adduction d'eau 21 janvier 1933. Bail de la poste. Celui-ci arrive à expiration le 25 décembre 1933, il doit être renouvelé. Son montant est de 2 200 F annuel. 17 février 1960. M. Paccard Jean souhaitait vendre sa maison à la commune. Après acceptation de la commune, l'architecte conseille de la démolir car elle ne peut pas être utilisée, il sera donc proposé 1 750 000 F pour l'achat de la maison. Cette ] 10 mars 1961. Le pont à bascule sera réparé. Le conseil décide de supprimer la taxe sur les chiens. M . Estiévent a démoli la maison de Jean Paccard pour la somme de 5 000 NF. 12 octobre 1968 : Projet de conseil décide de prendre en charge les frais de la chapelle de Lachat et qu'elle sera intégrée dans les biens communaux. 5 avril 1974. E de terrain entre M. Brunier Maxime et la commune : terrain (section B
  • Horloge, instrument astrométrique dit régulateur astronomique
    Horloge, instrument astrométrique dit régulateur astronomique Lyon 1er - Terreaux - Lycée La Martinière 18 place Gabriel Rambaud - en ville
    Description :
    Caisson : de forme pyramidale ; oculus en verre concave. Cerclage d'alliage cuivreux. Socle en loupe de noyer. Régulateur : cadran en émail. Mouvement en laiton. Le caisson est ouvert sur le devant par une vitre. Le cadran du régulateur porte cinq aiguilles donnant le quantième des phases de lune et l'équation du temps. Indication du calendrier grégorien et républicain, phases de la lune, remontoir
    Annexe :
    précisément, mais a été produit en l'an 5 ; le troisième est au Musée de l'Hôtel Dieu à Lyon, signé et daté de Veibel ou Weibel, Maître horloger, Lyon, 18e siècle Peu d'éléments sont connus de ce maître astronomique. Il est cité en 1783, alors qu'il règle à la communauté des horlogers la somme de 29 livres correspondant au quart de sa maîtrise. Quelques unes de ses réalisations sont recensées dans des collections privées (pendule capucine, 1790 ; montre, vers 1800) et publiques :Musée de l'émaillerie à Genève (mouvement de montre, vers 1800). Trois autres régulateurs sont signalés : le premier de 1787, dans une collection particulière de la région lyonnaise, a été volé en 1991 ; le deuxième n'est pas localisé l'an 11 de la République (1803). Ces informations ont été transmises par Monsieur Luc Baudry
    Observation :
    propriété de la Fondation Martin. Ce régulateur astonomique s'inscrit dans une production de la maison Veibel, dont il subsiste encore 3 exemplaires, dont un dans une collection publique (Musée de
    Emplacement dans l'édifice :
    1er étage salle des commissions de la Fondation Martin
1