Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
  • Maison forte (?), puis château dit de Montfalcon du Cengle, actuellement hôtel de voyageurs (Relais château)
    Maison forte (?), puis château dit de Montfalcon du Cengle, actuellement hôtel de voyageurs (Relais château) Saint-Offenge-Dessous - le Bourg - route Sainte-Euphémie - en village - Cadastre : 1730 Su 1896 à 1903 1804 216 à 219 1880 D2 93 à 99 1880 B3 368 2013 D2 221 à 224 2013 B3 1004
    Titre courant :
    Maison forte (?), puis château dit de Montfalcon du Cengle, actuellement hôtel de voyageurs (Relais
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Description :
    haut portail situé au droit du bâtiment placé dans l’angle sud-ouest de la cour. L’encadrement de cette double porte en arc plein-cintre est en pierre de taille, avec chanfrein et congés. Une large corniche le jardin, et au droit de l’ancien tracé d’accès à la cour du cadastre de 1730), et à l’est, à l’emplacement de l’ancien accès principal figurant sur le même document. La construction actuelle, située au sud de la cour, et ayant vraisemblablement servi de remise et d’écurie, comporte, en façade sur cour également en brique ; à l’étage les baies du fenil ont été remaniées. En face de l’actuelle salle de un muret en pierre dans lequel deux passages avec degrés ont été aménagés pour passer de l’un à l’autre. Au nord du château se trouve un large pré, et à l’est de sa cour, une pelouse en pente conduit à une petite habitation (voir IA73003759), seul vestige de la ferme qui devait anciennement appartenir au château. Le château comprend deux corps de bâtiments principaux : le premier, d’orientation nord
    Annexe :
    à Antoine de Clermont, appartenant à une des plus illustres maisons du Dauphiné. Les seigneurs de Clermont étaient, dit un historien dauphinois « sans contredit les plus grands et illustres de la province Calixte II auquel les troupes d’un Clermont avaient permis de retrouver son trône, en 1120. Les Clermont fief à Antoine de Clermont. La famille prendra chez nous, au début du XVIe siècle, venue d’une de ses terres, le nom de Clermont-Mont-Saint-Jean. Les Clermont possédèrent la Bâthie d’Albanais jusqu’à la fin par leur juge. Gabriel de Clermont laissa une succession difficile, pour le règlement de laquelle son de Clermont-Mont-Saint-Jean dont la famille récupérait ainsi son ancien fief. Les de La Forest, puis nobles. En 1681, la Bâthie fut érigée en marquisat pour Jean-Claude de Clermont-Mont-Saint-Jean. Le -Offenge-Dessous n’avait qu’un seul seigneur, le marquis de Clermont-Mont-Saint-Jean qui percevait des 885 avaient été soldées lors de l’arrivée des Français.Les Clermont, personnages opulents
    Appellations :
    château de Montfalcon du Cengle
    Illustration :
    Plan de situation sur fond de plan cadastral (mappe sarde, 1732). IVR82_20157302814NUD Vue d'ensemble de la cour intérieure du château. IVR82_20147304408NUCA Vue d'ensemble de la façade sud du château. IVR82_20147304405NUCA Vue d'ensemble de la façade sur cour. IVR82_20157302719NUCA Vue d'ensemble de la façade sud du château et du bâtiment sur cour. IVR82_20157302741NUCA Détail de la porte d'entrée à accolade de la façade sur cour. IVR82_20157302720NUCA Elévation ouest de l'aile située dans le prolongement de la façade sud. IVR82_20157302721NUCA Elévation ouest de l'aile située dans le prolongement de la façade sud. Vue d'ensemble de Elévation ouest de l'aile située dans le prolongement de la façade sud. Porte située en haut de Elévation ouest de la tour nord-ouest du château. IVR82_20157302724NUCA
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier symétrique en maçonnerie
    Historique :
    La mappe sarde de 1730 montre l’emprise du château et des différents bâtiments situés à ses abords ; Paul Guichonnet parle de maison forte, voir annexe 1). Celle-ci est identique à l’actuelle, moins masse de culture de 1804. L’emprise de cette aile est néanmoins représentée sur la mappe sarde, mais château, non identifiée, encore présente sur le cadastre de 1804. Idem pour l’élément de forme hexagonale , placé à l’est et au droit de l’entrée de la demeure, qui représente vraisemblablement une tour (de pigeonnier, ou défensive ?). Un dernier ensemble de deux constructions, placées dans l’angle sud-est de la en 1804, pour disparaître à son tour du cadastre de 1880. A cette dernière date, l’actuel four à pain est cadastré. Un dernier bâtiment, situé au sud-ouest de la cour, était déjà présent sur la mappe sarde, mais plus étroit qu’il n’apparaît ensuite sur le plan de 1804 et aujourd’hui encore. Cette de réception. La mappe sarde nous apprend également que l’actuelle route de Cusy passait au pied du
    Aires d'études :
    Hauts de l'Albanais
    Référence documentaire :
    Les Pages d'histoire de Paul Guichonnet. Les seigneurs de Saint-Offenge GUICHONNET, Paul. Les pages d'histoire de Paul Guichonnet. Les seigneurs de Saint-Offenge. Dactylographié. Mairie de Saint-Offenge -Dessous (lieu de conservation). S.d. [fin 20e siècle]. Lien internet : http://domaine-de-saint-offenge.e -monsite.com/pages/historique-du-chateau-de-montfalcon.html.
  • Hôtel de voyageurs, Hôtel Splendide, actuellement immeuble, dit Résidence Le Splendide
    Hôtel de voyageurs, Hôtel Splendide, actuellement immeuble, dit Résidence Le Splendide Aix-les-Bains - Saint Pol-Biollay - rue Georges Ier - en ville - Cadastre : 1879 D 1141-1143 1973 BZ 60 p. 2004 BZ 384 p.
    Annexe :
    ANNEXE 2 Les principales personnalités qui ont fréquenté l´hôtel - Le roi de Grèce Georges Ier, en ANNEXE 1 Les fondateurs des palaces Rossignoli Gaudens-Antoine Rossignoli, gérant dehôtel Venat père, en 1908, il fut nommé administrateur délégué dehôtel Splendide, et en 1910, devint directeur administrateur de la société, créée, avec l´appui d´une banque genevoise, pour gérer des deux hôtels Splendide et , l´hôtel de l´Europe a été également réaménagé par ses soins. Nommé chevalier de la légion d´honneur et devint, entre autres, administrateur du Carlton-Hôtel de Saint-Moritz, de celui de Lyon et du maharaja, prince de Baroda (Indes), fin juin-début juillet 1887 - Le duc de Montpensier, prince d´Orléans , puis fondateur des hôtels Splendide et Excelsior, est né le 17 janvier 1837, à Oleggio, en Italie. Le 29 janvier 1878, il a épousé Marie-Jeanne Helme, fille de Louis Helme, hôtelier à Aix les Bains, et nièce de Paul Bonna, entrepreneur aixois. Homme courtois et très estimé à Aix les Bains, il était
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville d'Aix-les-Bains
    Données complémentaires :
    mur de clôture
    Appellations :
    Hôtel Spendide
    Illustration :
    Plan de masse des trois hôtels IVR82_20107301274NUCB Projet d'hôtel de Mr Rossignoli IVR82_20107301197NUCB Plan de situation IVR82_20107301189NUCB Plans des trois hôtels Rossignoli IVR82_20107301273NUCB Plan du rez-de-chaussée IVR82_20107301232NUCB Plan de la terrasse IVR82_20107301196NUCB Elévation de la terrasse IVR82_20107301199NUCB Vue d'ensemble prise de l'ouest IVR82_20107301156NUCB En-tête de papier à lettre IVR82_20107301177NUCB Vue de la marquise, côté jardin IVR82_20107301159NUCB
    Titre courant :
    Hôtel de voyageurs, Hôtel Splendide, actuellement immeuble, dit Résidence Le Splendide
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    L´ancien hôtel Splendide, édifié sur les coteaux, domine la ville et jouit de la vue sur le lac, à l´ouest. Il est mitoyen avec l'hôtel Royal, au nord. Les bâtiments implantés sur un terrain nivelé portail récent situé à l'extrémité sud du mur de clôture, en retrait de la rue. A sa droite se situe l'origine sous le nom de "maison neuve", qui assure la liaison avec le Royal. Les communications intérieures entre les deux édifices sont aujourd´hui murées. L´ensemble, au toit brisé couvert d'ardoise et de zinc , compte un sous-sol, partiellement enterré, un rez-de-chaussée surélevé, 4 étages carrés et un étage de combles, tous distribués par un couloir médian longitudinal. Deux escaliers, situés au revers de la façade autour de l'ascenseur ; l'escalier de service, tournant à retours, est situé dans une cage fermée éclairée en façade par une travée d'oculi percés dans les volets. Au rez-de-chaussée, dans l'axe du soulignée de bandeaux horizontaux, l'accent est mis sur l'avant-corps central formé de deux oriels à quatre
    Murs :
    pierre de taille
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Données complémentaires :
    en revers de façade
    Historique :
    . L´hôtel s´agrandit et passe de 311 à 342 ouvertures. Parallèlement, la façade orientale est modifiée jardin dehôtel, Gaudens-Antoine Rossignoli acquiert un terrain situé de l´autre côté de la rue Georges réalisé. En 1906, lors de la construction dehôtel Excelsior, la passerelle est déplacée pour relier ainsi une terrasse devant le 1er étage. Progressivement, l´hôtel se dote de bâtiments de dépendances à l'étage, à l´est. En 1898-1899, il élève une maison de gardien, à l´entrée dehôtel, à droite du serres. Durant la première guerre mondiale, l´hôtel, abandonné par les clients, est mis à disposition de dehôtel Excelsior, il doit accueillir certains clients. A la fin de l´année 1958, une société rachète l´établissement dans le but de continuer l´activité. Cependant, le déclin s´accentue et l´hôtel futur hôtel, mais le permis n´est accordé que le 22 mars 1882. L´hôtel Splendide est édifié, entre 1882 et 1884, par l´entreprise Bonna sur les plans de l´architecte Antoine Gouy. Pour son financement, le
    Données complémentaires :
    en revers de façade
    Référence documentaire :
    prendre comme enseigne d´un prochain hôtel, l´inscription Hôtel Splendide et princes de Galles, 2 novembre construire un bâtiment au devant dehôtel pour servir de dépendance, 11 avril 1883 l´ouverture dehôtel pour la saison 1957 et la mise en vente de l´Excelsior, 25 février 1957 plus exploité en hôtel de tourisme, 26 avril 1967 vente dehôtel Splendide et Royal, 21 avril 1967 Léon Grosse pour la construction dehôtel Royal et les ouvrages divers, exécutés au Splendide Hôtel de Mr Rossignoli à Aix les Bains. Projet d´élévation ouest n° 43 / A. Gouy architecte. [Aix Hôtel de Mr Rossignoli à Aix les Bains. Projet d´élévation ouest n° 43 / A. Gouy architecte. [Aix les 324 - 1. Splendide Hôtel. Plan de la terrasse / Léon Grosse. Aix les Bains : [1913 - 1914]. Ech . 324 - 1. Splendide Hôtel. Plan de la terrasse / Léon Grosse. Aix les Bains : [1913 - 1914]. Ech. 1
  • hôtel particulier : hôtel de Montribloud, puis hôtel de voyageurs : hôtel de Bellecour puis hôtel de l'Europe, actuellement immeuble
    hôtel particulier : hôtel de Montribloud, puis hôtel de voyageurs : hôtel de Bellecour puis hôtel de l'Europe, actuellement immeuble Lyon 2e - Jacobins - 1 rue du Colonel-Chambonnet 13 place Antonin-Gourju - en ville - Cadastre : 1831 I1 97, 98 ouest 1999 AK 104, 103 ouest
    Annexe :
    CRMH. 69 - Lyon 2e. Hôtel de l'Europe, Note de synthèse, Bernard GAUTHERON, 1995 DRAC Rhône-Alpes , CRMH. 69 - Lyon 2e. Hôtel de l'Europe, 1 I 11 MHAAA 99-464 Rhône - LYON 2ème, Hôtel de l´Europe Note du roy. En 1665, lors de l´alignement définitif, on sait que la décoration de son hôtel est luxueuse construction deHôtel de Ville de Lyon). En 1669, PERRACHON passe un prix-fait avec Lacombe pour la construction de six maisons dans le jardin dépendant de son hôtel (ce sont les maisons actuelles jusqu´au n° 5 NICOLAU de Montribloud, hérite dehôtel mais fait faillite en 1778. Ses biens furent inventoriés et un . Celui qu'il avait constitué dans son hôtel de Lyon comptait parmi les plus riches de France. En 1781 est alors attribuée à la famille DELHORME. C´est à cette époque qu´elle est transformée en hôtel de voyageurs, l´un des tout premiers de la ville, sous le nom dehôtel de l´Europe, nom qui apparaît pour la 1873 et 1900). En 1924, les héritiers LAPORTE vendent l´Hôtel de l'Europe à l´Union du Sud-Est des
    Typologies :
    quatre corps de bâtiment autour d'une cour centrale
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Destinations :
    immeuble de bureaux
    Appellations :
    hôtel de Montribloud hôtel de Bellecour hôtel de l'Europe
    Illustration :
    Plan de l'hôtel de Montribloud en 1727 par Jean-Antoine Briançon IVR82_20106903923NUC Gravure de l'hôtel de l'Europe vu depuis la rue du Colonel-Chambonnet. Lithographie tirée de Gardes Vue de la couverture de la salle de bal depuis les étages supérieurs de l'hôtel Plan de Simon Maupin 1550 IVR82_20106903754NUCY Plan du quartier nord-ouest de Bellecour par Simon Maupin, 1559 IVR82_20106903755NUCY Plan de la maison en 1750 IVR82_20106903757NUCY Relevé de la façade sur la rue du Colonel-Chambonnet au XVIIIe siècle, Archives Municipales de Lyon Elévation de la façade est de la cour, 1995 IVR82_20106903920NUC Vue de la couverture de la salle de bal depuis les étages supérieurs IVR82_20106903772NUCY Tirants métalliques de l'ancienne salle de bal dans la cour intérieure IVR82_20106903771NUCY
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Titre courant :
    hôtel particulier : hôtel de Montribloud, puis hôtel de voyageurs : hôtel de Bellecour puis hôtel de l'Europe, actuellement immeuble
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Description :
    le fronton de la façade Sud : Hôtel de l'Europe On connaît l´architecture générale de la maison  : la plus vaste, fermée par les quatre façades dehôtel est accessible par le numéro 1 de l´actuelle qu´il serait un reste de l'hôtel des Douanes, démoli par Pierre Perrachon de Saint-Maurice. Il est Chana : celui-ci pouvait prendre pour son compte les matériaux de démolition de l'hôtel des Douanes à ´inscription « Hôtel de l´Europe ». Au premier étage, les fenêtres sont surmontées de fronton triangulaire et escaliers, plus modestes, mais datant dehôtel du XVIIe siècle, subsistent dans l´angle Nord-Ouest et dans française couvrent la plupart des pièces dehôtel (ils sont masqués dans les salons d´Hercule et de ouest). L´hôtel est couvert d´un toit à deux versants de tuiles creuses en terre cuite naturelle avec la façade Sud : Hôtel de l'Europe On connaît peu de vues des premiers bâtiments. Le plan scénographique de 1550, montre une maison au
    Observation :
    boutique au rez-de-chaussée façades ouest et sud : actuellement Meubles Grange, magasin de cuisine et de décoration ; Agence Groupama Assurance au rez-de-chaussée de la façade sud ; Boutique au rez-de
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs hôtel
    Historique :
    L'Hôtel de l'Europe est un ancien hôtel particulier du XVIIe siècle construit par Perrachon de . L'architecture extérieure de l'hôtel a subi de profondes modifications aux XIXe et XXe siècles : surélévations caractéristiques d'hôtel particulier. L'un des intérêts historiques deHôtel de l'Europe réside dans le fait qu ´il était un des hôtels de voyageurs parmi les plus prestigieux de la ville au XIXe siècle les plafonds et toiles peints par Daniel Sarrabat. L´actuel hôtel de l´Europe se trouve rive gauche , trésorier de France en la Généralité de Lyon, loue au Consulat pour trois ans, l´hôtel et la maison au dit visiteurs. Des hôtels particuliers commencent à s´élever côté nord de la place Bellecour dont l´aménagement la construction de six maisons dans le jardin dépendant de son hôtel en façade de Bellecour sur 151 m époque, l´hôtel s´étend sur 1335 m2 répartis dans trois corps de bâtiment de trois étages autour d´une effet, son fils, François-Christophe Nicolau de Montribloud, avait hérité dehôtel et de la charge de
    Référence documentaire :
    DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e, hôtel de l'Europe DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e , hôtel de l'Europe, MHPAD-01-0052. DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e, hôtel de l'Europe DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e , hôtel de l'Europe, 1 I 11 MHAAA-99-464 DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e, hôtel de l'Europe DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e , hôtel de l'Europe, MHTMI-01-0036. DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e, hôtel de l'Europe DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e , hôtel de l'Europe, MHTMI-01-0073. DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e, hôtel de l'Europe DRAC Rhône-Alpes, CRMH. 69 - Lyon 2e , hôtel de l'Europe, MHTMI-01-0078.
  • Hôtel de voyageurs : hôtel Terminus, puis hôtel Frantour, puis Grand Hôtel Mercure Château Perrache
    Hôtel de voyageurs : hôtel Terminus, puis hôtel Frantour, puis Grand Hôtel Mercure Château Perrache Lyon 2e - Confluent - 12 cours de Verdun-Rambaud - en ville - Cadastre : 1999 AY 74
    Annexe :
    protestation contre la création d´un hôtel-terminus à la gare de Perrache. La décision du 5 novembre dernier , approuvant le projet d´établissement de cet hôtel, a été prise en pleine connaissance de cause. L´instruction ´Hôtel Terminus de Lyon-Perrache : art nouveau et post-impressionisme. - MARREY (Bernard) - Les Guides sculpture, 1908, n°433. p.61. - Dossier du Pré-Inventaire du Rhône (Mme Lavigne). - Archives deHôtel compositions d´Ernest Laurent pour l´hôtel Terminus de Lyon ont fait l´objet de nombreuses esquisses. Pour République française. Ministère des Travaux publics. Direction des Chemins de Fer. Division des Travaux, 1er bureau. Objet : réseau PLM, Ligne de Paris à Lyon, Gare de Lyon-Perrache, Protestation du syndicat des hôteliers contre l´établissement d´un hôtel-terminus. (AD Rhône, 104 W 432) Le Ministre à Monsieur le Préfet du Rhône, 11 février 1903 Le syndicat des hôteliers de Lyon m´a saisi directement d´une a démontré, notamment, à tous les degrés, l´utilité de donner aux voyageurs des longs parcours
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    hôtel Terminus, puis hôtel Frantour, puis Grand Hôtel Mercure Château Perrache
    Illustration :
    La gare au printemps de Louis Beysson : vue de situation de l'hôtel Terminus et amorce de la grande Vue de la partie sud du salon de lecture (aujourd'hui réception de l'hôtel, accessible depuis Vue de la partie nord-est du salon de lecture (aujourd'hui réception de l'hôtel, accessible depuis Salon de lecture, actuellement réception de l'hôtel : poignée de fenêtre IVR82_20026900428X Bar : projet de meuble, plan et élévation, octobre 1952, Laurent-Malartre architectes Aménagement de salles de bains dans les groupes 7 et 8, plan aux 1er, 2e et 3e étages, plan au 4e halle de la gare au second plan. Huile sur toile Musée des Beaux-Arts, Lyon. B 1236 c Vue de situation avec le cours de Verdun pris depuis l'est, carte postale, [1er quart XXe siècle Vue de situation avec le cours de Verdun pris depuis l'est, carte postale, [1er quart XXe siècle Vue de situation prise depuis la terrasse du collège Jean-Monnet (rue Seguin) IVR82_20016902712XA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Représentations :
    support : marquises ; vitrail orné de cives, support : cage d'escalier desservant les chambres
    Localisation :
    Lyon 2e - Confluent - 12 cours de Verdun-Rambaud - en ville - Cadastre : 1999 AY 74
    Titre courant :
    Hôtel de voyageurs : hôtel Terminus, puis hôtel Frantour, puis Grand Hôtel Mercure Château Perrache
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée 3 étages de comble
    Description :
    L'ascenseur occupe la partie centrale de la cage d'escalier. L'isolation phonique des chambres donnant sur l'escalier est assurée par un système de doubles portes
    Murs :
    pierre de taille
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Texte libre :
    - Historique : C´est vers 1902 que la Compagnie P. L. M. entreprend de construire un hôtel à proximité  : Palace-Hôtel de Monte-Carlo (1898), d´Ostende (1899), Palace-Hôtel, avenue des Champs-Elysées à Paris plans et pièces d´origine de la construction. Les services actuels dehôtel conservent seulement un l´origine et les étapes de la construction. L´Hôtel a été construit à l´emplacement de l´ancienne ´attente, distribution de billets dans l´attente du projet de réfection de la gare. Le projet d´hôtel mentionnent les différents artistes et entreprises qui participent à la construction dehôtel (voir liste en Chemins de Fer Français en 1937, l´hôtel Terminus devient patrimoine de la S. N. C. F. qui en confie la ´hôtel est réquisitionné par les allemands. Il devient en 1942 le siège de la Gestapo de Lyon. Klaus Barbie y séjourne régulièrement. De nombreux résistants y sont interrogés. En 1959, l´hôtel subit une 1982, l´hôtel demeure l´un des établissements hôteliers les plus actifs de Lyon. De 1982 à 1986, la S
    Historique :
    La construction de l'hôtel est achevée en 1906 probablement sur les plans de l'architecte Georges Louis Majorelle a dessiné les marquises protégeant les entrées nord et sud de l'hôtel, celle située au Chédanne sous la conduite de l'architecte Curieux. La collaboration entre Chédanne et Louis Majorelle à l'ambassade de France à Vienne et la réputation d'habile ferronnier de ce dernier pourrait laisser penser que Majorelle. Ce fut à l'hôtel Terminus que fut expérimentée pour la première fois à Lyon, en matière d'isolation, la brique de liège. Par ailleurs, "les cloisons des chambres et des corridors sont établies à l'aide d'une double couche de briques en mâchefer, séparées l'une de l'autre par un matelas d'air. De cette façon, les bruits des conversations sont étouffés" (La Construction lyonnaise). Les travaux de maçonnerie sont adjugés par M. Vial, la charpente métallique est fournie par les Forges de Franche-Comté, les à MM. Gouverne et Chrétien (chêne de Bourgogne), les travaux de plomberie sont assurés par M. Delogé
    Référence documentaire :
    d'un hôtel terminus à la gare de Lyon-Perrache I, 6 août 1902 construction d'un hôtel terminus à la gare de Lyon-Perrache 1, et dont la Compagnie demande l'incorporation au touristique Hôtel Terminus 12 cours de Verdun, bar et salles de bain. (AC Lyon : 19 S 7, dossier 8, n° donné 258. Lyon. Cours du Midi. Hôtel Terminus et coteau de Sainte-Foy. - [Lyon] : Ed. E.R., [1er quart 258. Lyon. Cours du Midi. Hôtel Terminus et coteau de Sainte-Foy. - [Lyon] : Ed. E.R., [1er quart XXe A. DRAC Rhône-Alpes, Conservation régionale des Monuments historiques. MH AA 99-465. Dossier Hôtel . Dossier Hôtel Terminus, Lyon 2e AD Rhône. 104 W 432. Ministère des Travaux publics, Contrôle de l'exploitation des Chemins de Fer , AD Rhône. 104 W 432. Ministère des Travaux publics, Contrôle de l'exploitation des Chemins de Fer , Rapport de l'ingénieur du contrôle, objet : Acquisition d'une parcelle de terrain pour la construction
1