Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
  • Rue Gambetta
    Rue Gambetta Thiers - rue Gambetta - en ville
    Description :
    l'emplacement de l'ancienne porte Notre-Dame. La pente moyenne, sur l'ensemble de son tracé, est de 13,3 %.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale pentes de la commune de Thiers
    Illustration :
    Echelonnement des toits de la rue. IVR83_20116300868NUC4A Partie haute de la rue depuis la place Lafayette. IVR83_20146300692NUC4A Haut de la rue en direction du nord-ouest. IVR83_20146300693NUC4A Partie haute de la rue, en direction du sud-est. IVR83_20146300718NUC4A Partie haute de la rue. Au premier plan à droite, le départ de l'escalier de la rue de la Dore Partie basse de la rue, en direction de la rue Rouget-de-l'Isle. IVR83_20116300908NUC4A
    Historique :
    . Dès l'époque médiévale, cette rue a constitué une partie de la route de Clermont à Lyon : après Sur les plans de l'atlas de 1768, la rue Gambetta est appelée "rue de la Blanche-Roche et de la Croix de la Pierre" dans sa moitié haute (environ de la place Lafayette à la rue Sidi-Brahim actuelles ), et "rue de la Malaurie" dans sa moitié basse (environ de la rue Sidi-Brahim à la rue Chauchat actuelles) ; elle est portée sur le plan cadastral de 1836 comme "rue de la Malorie" sur toute sa longueur l'arrivée depuis le bas de la ville par "le Pavé" (rue Rouget-de-l'Isle), on passait la porte Notre-Dame (dont il reste des vestiges) pour s'engager dans cette "rue de la Malaurie" qui avait été englobée par
    Référence documentaire :
    industrielle (Puy-de-Dôme). (Images du Patrimoine ; 229). Clermont-Ferrand : Etude du patrimoine auvergnat la coutellerie. Thiers : éditions Paris, Mont-Louis imprimeur à Clermont-Ferrand, 1953. du Moutier. Essai historique. Thiers : Société d'Etudes locales de Thiers éditeur, s.d. [entre 1926 p. 36 à 46, p. 126 Thiers, capitale de la coutellerie. 1953. BIGAY, Alexandre. Thiers, capitale de p. 88 à 91 Châteaux, villages et villes d'Auvergne au XVe siècle, d'après l'Armorial de Guillaume l'Armorial de Guillaume Revel. Bibliothèque de la Société française d'archéologie, 1973, n° 4. p. 18 Thiers, une exception industrielle (Puy-de-Dôme). 2004. HENRY, Anne. Thiers, une exception
  • Rue des Papeteries
    Rue des Papeteries Thiers - rue des Papeteries - en ville
    Description :
    certaines portions, un bâti discontinu. La pente moyenne sur l'ensemble de la rue, importante, est de 13,8 %.
    Typologies :
    rue à murs de clôture parallèles à la chaussée
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale pentes de la commune de Thiers
    Illustration :
    Haut de la rue, avec en arrière-plan, dans la perspective axiale, le quartier de l'hôtel de ville l'hôtel de ville. IVR83_20116300752NUC4A Les quartiers de la rue des Papeteries et de Saint-Roch. En contre-haut, sur le versant, le lieu Les quartiers de la rue des Papeteries et de Saint-Roch. IVR83_20116300597NUC4A Vue partielle du quartier des Papeteries s'échelonnant sur le versant de la rive gauche de la Le ruisseau de la Paillette (dans le bas de l'actuelle rue - voir illustration suivante) et au-delà Départ de la rue depuis le quartier de Seychal, et au-delà, une partie du quartier de Saint-Roch Ensemble de petits aménagements de la pente, dans le bas de la rue. IVR83_20116300789NUC4A Partie basse de la rue. En contre-haut, les immeubles du quartier de l'avenue Pierre-Guérin Tournant de la rue, au croisement avec la petite rue Saint-Roch. IVR83_20116300791NUC4A
    Historique :
    La rue des Papeteries est désignée, sur les plans de l'atlas de 1768, sous le nom de "chemin de Thiers à La Vidalie". En 1836, cette rue apparaît sur le plan cadastral dans le quartier de "la Paillette ", mais ne porte pas de nom. Dans sa partie basse, juste après le passage sur le pont de Seychal, c'est une rue ancienne, portion de l'ancienne route médiévale de Lyon, qui faisait suite à la porte de Lyon , fermant l'enceinte de la ville, rue Durolle ; la partie haute, quant à elle, existe au-moins depuis le 18e siècle, mais il y avait peut-être un chemin montant à la Rougerie antérieurement. De nos jours, cette rue mène encore jusqu'au faubourg de la Vidalie et au quartier de la Rougerie, sur les versants de la rive gauche de la Durolle.
    Référence documentaire :
    mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif Central, 1989, réédition 1999. Ponts et chaussées, états du roi. 1730. AD du Puy-de-Dôme. Série C. Ponts et chaussées, états du p. 190 Etudes sur la ville de Thiers. 1894. JACQUETON, Hubert. Etudes sur la ville de Thiers . Marseille : Laffitte Reprints, 1977. Réimpression de l'édition de Paris, 1894. p. 100, 104 Au pays de la coutellerie. Huit jours à Thiers. 1921. Au pays de la coutellerie. Huit , Pierre. Les contrastes du pays thiernois. Entre plaine et montagne. In : Pays de Thiers. Le regard et la
  • Réseau viaire thiernois
    Réseau viaire thiernois Thiers
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale pentes de la commune de Thiers
    Illustration :
    Carte de la route du 18e siècle passant à Thiers, extraite de l'Atlas de Trudaine Plan de situation des principales rues du centre ville de Thiers. IVR83_20126300078NUDA Carte des principales rues de Thiers selon la période de tracé. IVR83_20126300077NUDA Carte des principales rues de Thiers selon le pourcentage de pente. IVR83_20126300079NUDA Petite route sur les pentes du sud-est de la commune. IVR83_20116300234NUC4A Forte pente dans le haut de la rue Durolle. IVR83_20116300975NUC4A L'un des virages de l'avenue des Etats-Unis, permettant d'adoucir la pente. IVR83_20116300678NUC4A Petite route sur les pentes sud-est de la commune. IVR83_20116300274NUC4A Rue de la Dore. IVR83_20116300889NUC4A La rue du Palais, en contrebas de la place occupée autrefois par le cimetière
    Texte libre :
    la plaine de Limagne et la ville de Clermont en particulier de Bordeaux, de La Rochelle, de Limoges, de Clermont et de plusieurs autres grosses villes du royaume la fin du 19e siècle, ou de l’autoroute Clermont - Saint-Etienne passant par Thiers, dans les années place de l’hôtel de ville, évoquée ci-dessus, qui a refaçonné un des grands carrefours de la ville lors Réseau viaire Processus de création de la voirie Tracé des voies de communication et de rues plongeantes et extrêmement denses. Une des caractéristiques de la ville est d’avoir conservé quasi inchangés une grande partie des tracés de sa voirie ancienne, rues, ruelles, passages - en à mesure de l’agrandissement de la ville, de longs développements linéaires s’avançant assez loin sur le reste du territoire communal. Cet ensemble de lignes sinueuses, assez typique sur les vues aériennes de Thiers, rend le plan de la voirie thiernoise quasiment incompréhensible sans prise en compte du
    Historique :
    Clermont-Saint-Etienne passant par Thiers est réalisée dans les années 1970 : l'A89 passe tout au nord de l’hôtel de ville, qui a refaçonné l'un des grands carrefours de la ville lors d’une campagne de travaux de Le réseau actuel des rues et ruelles du centre de Thiers semble très proche de celui du Moyen Âge . D’après le terrier de 1476, ces voies existeraient au moins depuis la fin du 15e siècle et probablement terrier de 1531-1532 : en particulier les rues Alexandre-Dumas (autrefois rue des Barres), Durolle (rue Dorolle), Mancel-Chabot (rue des Groslières), de la Coutellerie (rue de la Vaure et rue de Sallement) et secondaires comme la rue de Lorraine (rue des Estourneaux alias de Lymagne) ou plus excentrées comme la rue Conchette (rue du Marchadit ou de la Conchette), la rue de Barante (rue de la Porte Neufve au Tuel de centre, autour du château. À l’époque moderne aussi, certains tracés de la voirie vont être repris et rue Rouget-de-l’Isle), est doublé par une route un peu moins pentue et plus large, qui constitue une
    Référence documentaire :
    ARCHEOLOGIQUE DE FRANCE. (LXXXVII ; 1924 ; Clermont-Ferrand). Route de Lyon à Bordeaux par Thiers et Clermont. 1728-1735. AD du Puy-de-Dôme. Série C. Route de Route de Lyon à Bordeaux par Thiers et Clermont. 1783-1789. AD du Puy-de-Dôme. Série C. Route de "Portion de route de Chassignol et de Pisseboeuf jusqu'à la Croix-Blanche en passant par Thiers ". s.d. [1745-1780]. Portion de route de Chassignol et de Pisseboeuf jusqu'à la Croix-Blanche en passant par Thiers, planche extraite de l'Atlas de Trudaine, encre et lavis sur papier, s.n. [sous la direction de Charles Daniel Trudaine], s.d. [1745-1780]. Lyon à Bordeaux par Thiers et Clermont, 1728-1735. Ponts et chaussées, états du roi. 1730. AD du Puy-de-Dôme. Série C. Ponts et chaussées, états du Chemin [inconvénients du tracé]. 1778 AD du Puy-de-Dôme. Série C. Mémoire de M. Mignot sur les
  • Ville de Lyon
    Ville de Lyon Lyon
    Titre courant :
    Ville de Lyon
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Vue de Lyon, ca 1570 (G. Braun, Théâtre des cités du Monde, Cologne, ca 1575-1587 Plan de Simon Maupin, 1659. plan, grav., 1659 AC Lyon. 0001 S 0171 IVR82_20016901167P Plan de Simon Maupin, 1659 (AC Lyon, 1 S 171) IVR84_20196900357NUCAB Plan de Séraucourt, 1735. plan, grav., 1740 AC Lyon. 0001 S 0010a IVR82_20016901164P Plan de Jacquemin, 1747. plan, grav., 1747 AC Lyon. 0003 S 0693 IVR82_20016901168P Plan de Morand, 1764. plan, grav., 1768 AC Lyon. 0003 S 0115 IVR82_20016901174PA Nouveau plan géométral de la ville de Lyon, année 1789 (AC Lyon : 0003 S 00117 a plan de Dignoscyo, 1821. plan, ms., 1821 AC Lyon. 0002 S 0020 IVR82_20016901176PA Plan de Dardel, 1853, partie sud. plan, lithogr., 1853. Partie sud AC Lyon. 1541 WP 30 Plan des inondations de 1840 et 1856, 1936. plan, impr., 1936 AC Lyon. 963 WP 82
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Texte libre :
    des quais depuis l´hôtel-Dieu, dont la façade est réédifiée par Soufflot en 1739, et la destruction de l´enceinte le long du fleuve : la façade dehôtel-Dieu est ouverte vers l´est, vers les terrains dehôtel-Dieu, ravagé régulièrement par les inondations. Seul le village de La Guillotière avec la construction dehôtel de ville et du couvent Saint-Pierre, et celles de la place Louis le péage (pont Morand) en remplacement des trois bacs exploités par l'Hôtel-Dieu. Les travaux commencés en caserne de la Part-Dieu ; ce mur va former une césure dans le tissu urbain jusqu´à la fin du XIXe siècle Chronologie de l'occupation du site et urbanisation L´occupation de la ville de Lyon, que les découvertes archéologiques de ces dernières années font remonter à l´époque gauloise sur la rive gauche de la Saône, se concentre sur cette rive entre Saint-Jean et Vaise, sur la colline de Fourvière et au pied de celle de la Croix-Rousse. Au Haut Moyen Age cette occupation se restreint, du fait en grande partie de
    Référence documentaire :
    Description au naturel de la Ville de Lyon ..../ [Simon] Maupin, 1659___ Description au naturel de la Ville de Lyon et paisages alentours d'icelle / [Simon] Maupin, cuivre original 1659. 3e édition cuivre. 8 f.pap. collées en une 1,355 x 0,840. 1 ; 4.320 (150 toises de roi = 0,063) (AC Lyon. 1 S 171) Plan général de la ville de Lyon, levé et gravé par Claude Séraucourt Plan général de la ville de Lyon, levé et gravé par Claude Séraucourt, vérifié et orienté par R.P. Grégoire de Lyon religieux du Tiers-Ordre de Saint-François en 1735, augmenté et rectifié en 1740. 1 : 3000. Grav. (AC Lyon : 1 S Plan géométral et proportionel de la ville de Lyon où sont désignés ses 28 quartiers ou pennonages avec deux tables : l'une alphabétique et numérale qui indique le nom et emplacement de chaque rüe , l'autre les maisons qui limitent les quartiers / C. Jacquemin, 1747 Plan géométral et proportionel de la ville de Lyon où sont désignés ses 28 quartiers ou pennonages avec deux tables : l'une alphabétique et
  • Les maisons vigneronnes de Clermont-Auvergne Métropole
    Les maisons vigneronnes de Clermont-Auvergne Métropole
    Titre courant :
    Les maisons vigneronnes de Clermont-Auvergne Métropole
    Description :
    prospection des périphéries et plus systématiquement de Clermont ville. Sauf exception la prospection est (Pérignat 93 %), et celles où il ne s'en trouve que pour une maison sur 6 ou 7 (Clermont-Ferrand ou Cournon Avertissement : L'analyse s'est appuyée sur un corpus très large (540 fiches de maisons vigneronnes , ou supposées telles, ouvertes pour peut-être 5 à 10 fois plus de lieux visités, dans les 21 communes de l'agglomération), avec la couverture notamment de tous les centres-bourgs ; corpus qui reste cependant à compléter (le cadre de l'étude ne permettait pas d'aller au-delà), avec par exemple la représentativité des époques - la représentativité de la nature des édifices (maisons, caves isolées, tonne ...). Une approche cartographique complète n’a pu être élaborée dans le cadre de cette enquête. Elle le sera générale En général l'habitat vigneron rencontré est aligné par rapport à la rue ; les cas de maisons en ), Cébazat et Gerzat. La présence de cours, plus ou moins grandes, a été constatée dans 10 % des cas. Mais là
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale inventaire du patrimoine viticole de Clermont-Auvergne-Métropole
    Illustration :
    Type "en hauteur" sans escalier (Clermont, 18 rue de Beaujeu) IVR84_20206300197NUCA Exemple de dispositions anciennes (Aulnat, 14 place du Fort) IVR84_20206300181NUCA Dispositions anciennes (Montferrand, 8 rue de Valmy / rue Emile-Zola) IVR84_20206300242NUCA Maison de centre bourg (Beaumont, 16 rue Saint-Verny) IVR84_20206300188NUCA Type massé "rationnel" (Cournon, 13 rue de la Treille) IVR84_20206300245NUCA Type massé traditionnel (Aulnat, 2 rue de la Rivallière) IVR84_20206300046NUCA Type massé traditionnel (Durtol, 20 rue de la Gare) IVR84_20206300203NUCA Type "en hauteur" sans escalier (Chamalières, 47 avenue de Royat) IVR84_20206300198NUCA Type "en hauteur" à escalier (Pérignat, 2 rue de Romagnat) IVR84_20206300196NUCA Maisons jumelles (Le Cendre, 19-21 impasse de la Rue Froide) IVR84_20206300199NUCA
    Copyrights :
    © Clermont-Auvergne-Métropole
    Historique :
    pas là une surprise, à la ville de Clermont-Ferrand, ou pour mieux dire à Montferrand, mais ici quasi rapportée au grand nombre de cas retenus dans cette commune), Nohanent (5 cas), Clermont-Montferrand (5 cas majorité des édifices du territoire de Clermont Auvergne Métropole. Le 19e siècle étant présent pour les La maison vigneronne dans la littérature Si l’évolution du vignoble, de la production et des n’ont pas suscité autant d’intérêt de la part des chercheurs. On trouve dans la littérature des descriptions de maisons vigneronnes du 17e siècle tirées de documents d’archives : le cuvage est en rez-de -chaussée, avec cave en-dessous où se trouvent, alignés, les tonneaux contenant les vins de l’année, et à laquelle on accède par une trappe et un escalier de pierre ; le jus obtenu par fermentation du moût dans la avec habitation, et un grenier ou galetas qui sert notamment de séchoir pour les aulx, oignons, noix , raisins, et la conservation des fruits comme les pommes ou les poires, et/ou de colombier. La maison en
    Aires d'études :
    Clermont-Auvergne-Métropole
1