Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
  • chasuble, 2 étoles, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement blanc
    chasuble, 2 étoles, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement blanc La Moutade
    Titre courant :
    chasuble, 2 étoles, manipule, voile de calice, bourse de corporal : ornement blanc
    Description :
    Le tissu du dos, du voile et de l'une des étoles est un lampas à fond satin, liseré 2 lats, broché . Effet de berclé. Le tissu de fond du devant, de l'autre étole et du manipule est un gros de Tours liseré au moins d'un lat vert, broché à liage repris en sergé 3 lie 1 sens S, effet de berclé. L'orfroi ventral n'est pas en forme de bande mais semble un vestige d'une croix dorsale remployée. Il est de
    Statut :
    propriété de la commune
    État de conservation :
    Usure de l'orfroi antérieur.
    Illustration :
    Vue générale du devant de la chasuble. IVR83_20146300143NUC4A Vue générale du dos de la chasuble. IVR83_20146300144NUC4A Vue générale des étoles, du manipule du voile de calice et de la bourse de corporal
    Dénominations :
    voile de calice bourse de corporal
    Dimension :
    h 54.5 voile de calice la 53.5 voile de calice h 24.5 bourse de corporal la 21.5 bourse de corporal
    Matériaux :
    soie chaîne lampas gros de Tours cannetillé liseré broché
    Historique :
    n°6 de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption de Clermont-Ferrand. Le tissu de l'orfroi antérieur Les tissus du fond et de l'orfroi postérieur ainsi que des accessoires remontent à la première
  • bannière de procession n°2 : saint Verny
    bannière de procession n°2 : saint Verny Saint-Maurice
    Titre courant :
    bannière de procession n°2 : saint Verny
    Description :
    Le tissu de fond de cette bannière de très grandes dimensions est en taffetas. Il est constitué d'une part de plusieurs pièces formant une croix centrale gris bleuté et d'autre part des pièces de taffetas rouges aux angles de la croix. Elle est réversible, brodée d'un motif central de petites dimensions, lisible à l'endroit comme à l'envers. Elle est brodée au passé plat par des mèches de soie floche (dépourvues de torsion ou à faible torsion).
    Statut :
    propriété de la commune
    État de conservation :
    déchirures de la bannière ; restauration des broderies (chapeau de saint Verny) ; reprises. Seule la trace des broderies est visible par endroits au niveau de l'inscription et de la date.
    Illustration :
    Vue de détail du motif IVR83_20136300052NUC4A Vue de détail de la date IVR83_20136300053NUC4A Vue générale de la bannière IVR83_20136300051NUC4A
    Dénominations :
    bannière de procession
    Inscriptions & marques :
    Inscription sous le motif central : SAINT . VERNIER / 1792 (la lettre N de "SAINT" est inversée).
    Représentations :
    Les broderies de cette bannière reprennent l'iconographie de saint Vernier dit aussi saint Verny en Auvergne où il est particulièrement représenté dans la vallée de l'Allier. Le patron des vignerons est figuré avec l'habit traditionnel : jaquette, haut-de-chausses, jarretières, souliers de cuir et chapeau de feutre. Il est en train de vendanger, une serpette à la main. Son chien ainsi qu'un tonnelet dit "bousset" en Auvergne sont représentés au pied du cep de vigne à sa gauche. En bas à sa droite est
    Historique :
    Cette bannière appartient à un ensemble de deux bannières de la même technique conservées en l'église de Saint-Maurice (voir Saint Maurice IM63003571) remarquables par leur précocité (1788 et 1792 ). Elle est proche de deux autres bannières plus tardives celle de la Société Vinicole de Saint-Amand -Tallende(63) : IM63003683 et celle d'Authezat (63) : bannière de saint Verny (IM63003555), tant par la technique que par l'iconographie. Les bannières de cette même technique se retrouvent ailleurs dans le
    Référence documentaire :
    de Clermont-Ferrand ; 48). , patron des vignerons en Auvergne / Pierre-François Aleil. Clermont-Ferrand : la Française d'édition et Fig. 250, p. 180 Étoffes d'Auvergne : histoires de soieries sacrées. 2021 Auvergne-Rhône-Alpes . Service régional de l'inventaire général du patrimoine culturel. Étoffes d'Auvergne : histoires de d'imprimerie, 1982. 230 p.-[24] p. de pl. ; 25 cm. (Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts
  • Ville de Thiers
    Ville de Thiers Thiers
    Titre courant :
    Ville de Thiers
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale pentes de la commune de Thiers
    Illustration :
    Tracé schématique des enceintes successives et emplacement des portes de ville "La ville et chasteau de Tihert" : vue générale de la ville au milieu du 15e siècle Tableau appartenant aux Grammontains de Thiers (17e s.), représentant saint Genès apparaissant à saint Etienne devant le site de la ville. IVR83_20156300380NUC2A Plan de la ville au milieu du 18e siècle. IVR83_20116301521NUC4A Quartier du pont de Seychal et de la rue Durolle, vers 1740-1750. IVR83_20086304094NUC2A Quartier de Saint-Genès et de la rue Mancel-Chabot, vers 1740-1750. IVR83_20086304095NUC2A Quartiers de la rue du Bourg et de la rue Conchette, vers 1740-1750. IVR83_20086304096NUC2A Quartiers des rues de la Coutellerie et du Docteur-Lachamp, vers 1740-1750. IVR83_20086304097NUC2A Maisons de la ville haute vues depuis la vallée de la Durolle et ses rouets, en 1832
    Texte libre :
    particulièrement significative lorsqu’on l’aborde par la route venant de Clermont-Ferrand, à l’ouest : l’ensemble 575 par Avit Ier évêque de Clermont, à la suite de la découverte fortuite d’une sépulture qui aurait principales de l’enceinte primitive puisqu’elle permettait l’entrée dans la ville depuis le chemin de Clermont sirène sur les toits de l’hôtel de ville : « La ville de Thiers située sur les contreforts dominant la l’aborde depuis l’ouest en arrivant de Clermont, le nord-est depuis la route de Lyon ou encore l’est depuis La formation de la ville À l’origine, Thiers n’était pas encore accrochée au versant ; le noyau initial de la ville - le « Tiern » ou « Tigernum » des débuts - se situe, selon toute vraisemblance et en l’état actuel des recherches, dans le quartier du Moûtier, ainsi nommé à cause de la présence de moines pied de la montagne et aux marges de la plaine de la Limagne se cristallise peu à peu autour du monastère et de l’église, dédiée à Saint-Symphorien d’Autun (voir dossiers IA63001008 et IA63001242). « Au
    Historique :
    zone plane, le long de l'axe de la route en direction de Pont-de-Dore et de Clermont-Ferrand, ce sont 20e siècle, du nouvel l'hôtel de ville édifié à la fin des années 1970 à l'emplacement de la sous A l'époque mérovingienne, le noyau originel de Thiers se situerait dans le quartier du Moûtier, aux marges de la plaine de la Limagne, autour d'un "castrum" ; il se cristallise peu à peu autour du monastère et de l’église, dédiée à Saint-Symphorien d’Autun. À la fin du 14e siècle encore, une zone de terres non bâties sépare la ville haute et le Moûtier. Le bâtiment actuel de l'église Saint-Symphorien au profit du site installé sur les hauteurs et qui correspond au sommet de l’éperon sur lequel sont groupés l’église Saint-Genès, puis l’ensemble de ses bâtiments canoniaux et un château fortifié. Le château aurait été édifié au 10e siècle, vers 927 probablement puis aurait connu de nombreuses du 11e siècle et peut-être antérieurement, sur l’un des principaux axes de communication, à
    Parties constituantes non étudiées :
    hôtel de ville salle de spectacle
    Référence documentaire :
    vu par ses habitants. In : Pays de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand : Institut de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif Central, 1989 au travail, jadis et naguère. In : Pays de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand rouets. In : Pays de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif : Pays de Thiers. Le regard et la mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif Central, 1989 industrielle (Puy-de-Dôme). (Images du Patrimoine ; 229). Clermont-Ferrand : Etude du patrimoine auvergnat . Thiers : éditions Paris, Mont-Louis imprimeur à Clermont-Ferrand, 1953. mémoire. Clermont-Ferrand : Institut d'Etudes du Massif Central, 1989, réédition 1999. "La ville et chasteau de Tihert". [1440-1450]. L'armorial d'Auvergne Bourbonois et Forestz de [Saint Genès apparaissant à saint Etienne devant le site de la ville de Thiers]. 17e s. [Saint
  • Pont de Seychal
    Pont de Seychal Thiers - rue Durolle - en ville
    Titre courant :
    Pont de Seychal
    Description :
    un souci d'adaptation au relief : son tablier suit naturellement la pente de la rue qui y mène. Le pont descend donc de la rive droite vers la rive gauche, entraînant une différence de deux mètres entre les hauteurs de ses arches (9 m sous l'intrados de la plus haute et 7 m pour la deuxième). Si la mise en oeuvre s'en est trouvée peut-être un peu compliquée, le choix de ce profil de pente a permis d'éviter d'importants travaux de remblaiement à son débouché sur la rive gauche.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale pentes de la commune de Thiers
    Illustration :
    Le bas de la rue Durolle et le pont de Seychal, au début du 19e siècle. IVR83_20046300079X Le quartier de Seychal et le pont depuis l'amont, dans la première moitié du 19e siècle Le quartier du pont de Seychal en 1838. IVR83_20046300087X Vue ancienne du pont et du quartier de Seychal, vraisemblablement au début du 20e siècle Vue ancienne du pont et de la ville (milieu du 20e siècle). IVR83_19966300249X Le pont sur la Durolle, dominé par les immeubles du quartier de Saint-Roch, rive gauche Le pont sur la Durolle, dominé par les immeubles du quartier de Saint-Roch, rive gauche Vue de l'arche la plus basse du pont, côté rive gauche. IVR83_20026301702X
    Historique :
    Le pont de Seychal permettait d'entrer dans la ville ou de la quitter par le côté est, faisant le lien entre la rue Durolle et le chemin médiéval de Lyon. Il était peut-être déjà en place au 15e constitué le "grand pont" (en maçonnerie) permettant le franchissement de la rivière, précédé plus en amont de la rue Durolle par un corps de garde (donc près de l'actuelle place du Corps-de-Garde date, les garde-corps du pont de Seychal sont en mauvais état et menacent la sécurité des passants qui risquent de tomber à l'eau, de nuit en particulier : "[...] les murailles du grand pont, qui font la clôture d'icelluy des deux costés de la rivière sont en partie desmolies [...]" (texte cité par Hubert et de la plinthe (cf. Marcel Prade).
    Référence documentaire :
    ], carte postale noir et blanc, n° catalogue 292, Librairie Bougé-Béal à Clermont-Ferrand, s.d. [début du p. 190 Etudes sur la ville de Thiers. 1894. JACQUETON, Hubert. Etudes sur la ville de Thiers . Marseille : Laffitte Reprints, 1977. Réimpression de l'édition de Paris, 1894. "Pont sur le Drôme à Thiers" [pont de Seychal], 1822. Pont sur le Drôme à Thiers [sic : en réalité , pont de Seychal sur la Durolle], dessin par H. Parmentier, gravure par G. Engelmann, 1822. "Thiers [quartier du pont de Seychal]". 1838. Thiers [quartier du pont de Seychal], dessin au Vue du quartier et du pont de Seychal depuis l'amont, 1838. [Vue du quartier et du pont de Seychal Planche 47 "Pont de Seychal à Thiers", années 1840. DONIOL, H., DURIF, H., MANDET, F., et al "THIERS. Pont de Seychalles [sic]", s.d. [1ère moitié du 19e siècle]. THIERS. Pont de Seychalles Vue du quartier et du pont de Seychal, s.d. [début du 20e siècle ?]. [Vue du quartier et du pont
  • Pont Saint-Clair, puis pont Rouge, puis pont de la Victoire, puis pont Morand (détruit)
    Pont Saint-Clair, puis pont Rouge, puis pont de la Victoire, puis pont Morand (détruit) Lyon 1er - 69 Lyon 1er arrondissement 69 Lyon 6e arrondissement - en ville
    Titre courant :
    Pont Saint-Clair, puis pont Rouge, puis pont de la Victoire, puis pont Morand (détruit)
    Description :
    Le pont Morand, long de 208 m et large de 12 m, était édifié en bois de chêne et reposait sur dix ´entraînait pas la chute des autres. Cependant le trop grand nombre de piles gênait la navigation. À la fin du 18e siècle et probablement au 19e, les pavillons carrés servant de bureau d'octroi et de poste de police marquaient l´entrée du pont à chaque extrémité. Un éclairage par lampadaires (becs de gaz
    Typologies :
    pont en charpente de bois
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    Pont préétudié dans le cadre de l'inventaire topographique de la ville de Lyon, 2009, par
    Appellations :
    pont Saint-Clair, puis pont Rouge, puis pont de la Victoire, puis pont Morand
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 Elévation des pavillons et bureaux du côté de la ville. Morand del., 5 mai 1772. 1 dessin (encre Vue du pont Saint-Clair et du cotteau de la Boucle. [S.d.]. 1 dessin ou 1 estampe (?) : coul [Vue du pont Morand sur le Rhône à Lyon, restauré par MM Tibière et Catelin] / M. del., lith. de B [Pont Morand, 1825] / Lith. de H. Brunet et Cie à Lyon. 1825. 1 est. : en noir (BnF - Estampes : Va ´Auteur ; Lith. de H. Brunet et Cie à Lyon. [1825]. 1 est. : en noir (BnF - Estampes : Va 69, t. 4, H Bataille du Pont Morand / Lith. de (?), Lyon. [1831]. 1 est. : en noir (Événements de Lyon) (BnF [Pont Morand, à Lyon, vue prise en direction de l´est] / S.n., [2e moitié du 19e siècle]. 1 photogr [Vue de l´ancien et du nouveau pont Morand, à Lyon, vue prise en direction de l´est] / S.n., [2e [Pont Morand, à Lyon, vue prise en direction de l´est] / S.n., [2e moitié du 19e siècle]. 1 photogr
    Historique :
    l'Hôtel Dieu et conduisant à la promenade de la Grande Allée. En dépit de l´opposition des Hospices La construction du pont est intimement liée au projet d´extension de la ville sur la rive gauche qui, depuis 1763, n´était accessible que par la traille du Puits Gaillot appartenant aux Recteurs de , Morand, grâce à l´appui de Henri-Gabriel Bertin, secrétaire d'État depuis 1763, notamment chargé des Saint-Clair au pont de la Guillotière (4 janvier 1771) ; il crée ainsi la Compagnie des intéressés au , édifié entre 1772 et 1774 ou 1775, est inauguré par le comte de Provence, frère du roi. Le coût de la construction s'élève d'après Jouffrey à 438 000 livres. Le péage est inférieur de moitié au tarif de l'ancien bac. Selon Jouffrey, le pont fut éclairé à partir de 1783. L'ouvrage résiste à la débâcle des glaces de janvier 1789 ; la population reconnaissante à Morand fait alors placer au centre du pont un poteau couronné de laurier et portant l'inscription : IMPAVIDUM FERIENT RUINAE. À la Révolution, le pont est au
    Référence documentaire :
    servir aux Adminstrateurs de l'Hôtel-Dieu, dans l'instance au Conseil de Sa Majesté contre le sieur Rhône, pour les Pauvres de Lyon (Notes des Administrateurs de l'Hôtel-Dieu sur les nouvelles Réponses BRAC fils. Observations du sieur Morand sur le projet du Pont de bois sur le Rhône (Réponses pour BRAC fils. Observations du sieur Morand sur le projet du Pont de bois sur le Rhône (Réponses pour BRAC fils. Nouvelles réponses aux Observations du sieur Morand, sur le Projet du Pont de bois sur BRAC fils. Nouvelles réponses aux Observations du sieur Morand, sur le Projet du Pont de bois sur le , levée de son rivage à Lyon/ Morand, architecte ; gravée par Bidauld. [18e siècle (?)]. 1 est. : grav Elévation des pavillons et bureaux du côté de la ville. Morand del., 5 mai 1772. 1 dessin (encre , Elévation des pavillons et bureaux du côté de la ville. Morand del., 5 mai 1772. 1 dessin (encre, papier Vue du pont Morand sur le Rhône à Lyon, restauré en exécution de l'ordonnance du Roi du 7 mai 1817
  • Collège de jésuites de Mauriac, puis collège royal, puis école secondaire municipale, puis collège municipal, actuellement lycée polyvalent Marmontel (Dossier en cours d'étude)
    Collège de jésuites de Mauriac, puis collège royal, puis école secondaire municipale, puis collège municipal, actuellement lycée polyvalent Marmontel (Dossier en cours d'étude) Mauriac - 12 rue du Collège - en ville - Cadastre : 1833 G 473, 473 bis 2020 AK 459
    Titre courant :
    Collège de jésuites de Mauriac, puis collège royal, puis école secondaire municipale, puis collège
    Genre :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus
    Description :
    venant fermer la cour sud. Un long corps de bâtiment à l'ouest, deux corps de bâtiments en retour d'équerre, et un dernier assurant la jonction entre le grand corps de bâtiment et l'église, créent ainsi secondaire), a été déplacée boulevard Monthyon, faisant de l'élévation postérieure du collège jésuite la donne accès au rez-de-chaussée surélevé. Les bâtiments s’élèvent sur un étage carré, sauf aux angles, où deux pavillons de deux travées comprennent deux étages carrés. Le bâtiment central comprend une galerie à arcades en rez-de-chaussée, aujourd’hui close de vitres, et un étage carré. Les toits sont à deux pans et croupe (en pavillon aux angles), à coyau ; ils sont couverts de lauzes et percés de lucarnes . Les corbeaux en limite de toit sont une ajout récent : on n'en distingue pas sur les photographies anciennes, si ce n'est sur une partie du corps de bâtiment ouest, correspondant à l'ancienne cour des pères jésuites. Les bâtiments anciens sont construits en moellon de dolérite, roche éruptive locale, sans chaîne
    Statut :
    propriété de la région
    Murs :
    dolérite moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    Illustration :
    Plan de situation, extrait de la carte IGN (ech. 1 : 8528) IVR84_20201500006NUDA Plan masse et de situation, extrait du plan cadastral, 2020 IVR84_20201500005NUDA Relevé schématique du corps de bâtiment nord et des propriétés mitoyennes, 1775 (AD Cantal, 1 J 605 Elévation et coupe partielles du collège : le corps de logis nord, 1775 (AD Cantal, 1 J 605 Cadastre napoléonien, 1833 : section G, dite de la ville IVR84_20201500010NUCAB Plan d'alignement de la ville de Mauriac, 1880 (AD Cantal, 2 0 120/11) IVR84_20201500110NUCA Plan d'alignement, 1880 : détail de la parcelle du collège IVR84_20201500111NUCA Projet d'extension du collège : plan du rez-de-chaussée, 1914 (AD Cantal, 1 T 786 Projet d'extension du collège : plan du rez-de-chaussée, variante (AD Cantal, 1 T 786 Projet de reconstruction du collège : élévation principale, par L. Saule et Merpillat, 1922 (A
    Auteur :
    [donateur, légataire] Fontanges de Jeanne
    Texte libre :
    collège de jésuites à Mauriac revient à Guillaume Duprat, évêque de Clermont : il en informe les consuls l'édification et institution chrétienne du peuple, et en a déjà procédé par la grâce de Dieu une fort bonne de la ville au mois de janvier 1560, lesquels répondent favorablement en avril de la même année . L'évêque décède le 23 octobre 1560, mais a pris soin de leur léguer les fonds nécessaires à la fondation du collège. Ce legs, accepté par les consuls de Mauriac le 5 avril 1560 (AD Cantal, 1 D 5) comprend des ; l'administration du collège est confiée aux consuls et habitants de Mauriac (COMPERE, M.-M., JULIA, D., 1984, p . 430). Jusqu'alors, l'enseignement (du latin, du grec et de la scolastique) était assuré à Mauriac par les moines bénédictins du monastère de Saint-Pierre, avec lesquels les consuls de la ville avaient des n'était pas gratuit. Le but de Monseigneur Duprat était d'ouvrir plus largement l'enseignement aux enfants de la ville et de son territoire, et ce faisant de stopper la propagation du protestantisme par le
    Historique :
    Le collège est fondé en 1560, et les bâtiments construits à partir de 1568. La première campagne de construction concerne le corps de logis ouest ; en partie démoli durant les guerres de Religion, il est reconstruit vers 1588. La seconde correspond au retour des jésuites à Mauriac en 1604 : le corps de logis nord modification (?) des élévations. Vers 1835, adjonction du corps de bâtiment séparant les deux cours , perpendiculaire à l'église. En 1897-99, surélévation du corps de bâtiment nord d'un étage. Vers 1925, extension au sud, par les architectes Léon Saule et Merpillat : construction d'un nouveau corps de bâtiment et remaniement de l'escalier côté boulevard Monthyon.
    Référence documentaire :
    , site de Clermont-Ferrand) [Plans du lycée Marmontel] / FIT Conseil (géomètres-experts), 2004. 6 Dess . numériques (A Région Auvergne-Rhône-Alpes, site de Clermont-Ferrand) Plan masse et plans du sous-sol, rez-de AD Cantal : D 5. Collège de Mauriac, 1560-1759 AD Cantal : D 5. Collège de Mauriac, 1560-1759 AD Cantal : D 9. Collège de Mauriac, 1611-18e siècle AD Cantal : D 9. Collège de Mauriac, 1611-18e siècle ; contient notamment les pièces du procès des jésuites contre les consuls de Mauriac relatif à AD Cantal : D 13. Instruction publique. Collège de Mauriac, 1642-1700, 1764 AD Cantal : D 13 . Instruction publique. Collège de Mauriac, 1642-1700, 1764 AD Cantal : 1 J 605. Procès du collège de Mauriac contre la famille Violle à propos de la construction d'un bâtiment, 1773-1784 AD Cantal : 1 J 605. Procès du collège de Mauriac contre la famille Violle à propos de la construction d'un bâtiment, 1773-1784
  • Quartier des Brotteaux
    Quartier des Brotteaux Lyon 6e - en ville - Cadastre : 1999
    Annexe :
    Lettre du curé Goulard au maire de Lyon, sd [entre 1814 et 1818] AC Lyon, 744 WP 71 A Monsieur le Comte de Fargues, Maire de la Ville de Lyon, signé Goulard curé de Notre-Dame St Louis, non daté [entre 1814 et 1818], AC Lyon, 744 WP 71 J’ai reçu, avec beaucoup de reconnaissance, le prospectus que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, et personne ne désire plus que moi, de concourir à un projet, qui doit transmettre à la postérité, le grand exemple que les Lyonnais ont donné de leur dévouement au Roi . Mais vous ne voulez, Monsieur, que ce qui rendra la consécration de ce monument plus religieux et plus accents de la douleur avec les cris et les rires immodérés des différentes passions qui s’agiteraient autour de ce temple. A ces obstacles moraux se joignent des obstacles physiques. Pour mettre cet édifice . On objectera sans doute que ce monument doit être élevé sur le terrain même arrosé du sang de ces d’Artois, et par le signe sacré de notre Rédemption. Ces raisons toutes fortes qu’elles sont, laissent
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Plan du parc de la Tête d'Or [et des alentours], à Lyon, dressé par de Dignoscyo fils, 1863, tirage de 1887, Impr. A. Roux Lyon, avec le plan d'établissement des poteaux indicateurs dressé en 1885 Le nord de la place Jules-Ferry IVR82_20066900413V
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    droit. L'une prolonge la Grande Allée réalisée par l'hôtel-Dieu mais avec une largeur moindre : 24, 7 m ). Morand y fera édifier un grand hôtel particulier d'un étage en pierre de taille, de style classique, avec peintre Hennequin, hôtel de la Vengeance) ; de La Paisible ne restent que les caves voûtées, quelques murs au lieu de 44, ce qui explique le resserrement actuel du cours Franklin-Roosevelt à partir de la rue Duguesclin. Perpendiculaire à ce "grand cours tendant d'occident à orient" un "petit cours" large de 13,7 m est ouvert (portion de l'actuelle rue Boileau). A l'intersection de ces deux voies bordées d'arbres parallèles au Grand Cours et larges de 12,4 m. Il s'agit de l'allée des Soupirs (portion de la rue Tronchet ) au nord, de celle des Désirs (rue de Sèze) et des Amis (rue Bossuet) au sud (Barre-Feuga pp. 20-21 ). En 1779, la Compagnie du pont envisage de prolonger en ligne droite le Grand Cours à l'est jusqu'à son intersection avec le chemin oblique et sinueux tendant du pont de la Guillotière à Vaulx-en-Velin
    Référence documentaire :
    AC Lyon. 744 WP 071. Lettre de M. Goulard, curé de Notre-Dame Saint-Louis, à M. le Comte de Fargues , maire de la ville de Lyon, sd AC Lyon. 744 WP 071. Lettre de M. Goulard, curé de Notre-Dame Saint-Louis , à M. le Comte de Fargues, maire de la ville de Lyon, sd [entre 1814 et 1818]. Brotteaux. Editions lyonnaises d'Art et d'Histoire, collection "Vues de quartier". Lyon, 1998. 128 p. ill
1