Logo ={0} - Retour à l'accueil

église paroissiale Saint-Blaise

Dossier IA26000089 réalisé en 1998

Fiche

Œuvres contenues

VocablesSaint-Blaise
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonGrignan
AdresseCommune : Montbrison-sur-Lez
Lieu-dit : les Clots
Cadastre : 1835 A 361 ; 1985 A 300

Au début du XVIe siècle, la ruine de l'église paroissiale Saint-Michel avait obligé le transfert du service divin dans l'église Notre-Dame-des-Églises du prieuré Saint-Blaise. Or celle-ci étant trop petite, isolée et mal placée, les habitants demandent, lors de la visite pastorale de 1759, qu'une nouvelle église soit édifiée près de la maison curiale. Cependant, par suite de l'opposition du châtelain, ce n'est qu'en 1780 que Barthélemy Michel, entrepreneur, dresse le prix-fait de construction de la nouvelle église paroissiale. Puis, pour réduire la dépense, il est décidé en 1783 que l'édifice sera élevé sur une partie du jardin de la cure, ne comportera qu'une chapelle au lieu de deux et que l'on emploiera la pierre de Montbrison pour les chaînes d'angle. La construction, commencée en 1787, est achevée en août 1790 ; l'église, sous le vocable de Saint-Blaise, est bénie le 9 janvier 1791. En 1861, elle est agrandie de la chapelle de la Vierge, édifiée à droite par Aubert, maçon. Projetée en 1882, la construction d'un clocher pour la nouvelle cloche achetée en 1875, ne sera jamais réalisée : la cloche est logée dans un corps annexe, attenant à la façade, dans lequel sont remployées des impostes médiévales provenant sans doute du prieuré. Des réparations sont effectuées en 1890 (voûtes de la sacristie remplacées par un plafond). L'église (façades et toitures) a été restaurée en 1997.

Remplois
Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates1787, daté par source
1861
Auteur(s)Auteur : Michel Barthélemy entrepreneur de maçonnerie attribution par source
Auteur : Aubert maçon attribution par source

Église de plan en croix latine à chevet semi-circulaire et deux chapelles latérales, chacune prolongée par une sacristie à l'est. Toiture en tuile creuse, toit à longs pans et croupe polygonale sur le chevet, génoise à 2 rangs, appentis sur les chapelles, génoise à 3 rangs. Construction en moellons de calcaire, mur-pignon en façade revêtu d'un enduit et surmonté d'un clocher-mur en plein cintre, en pierre de taille. A droite, un corps étroit plus bas, ouvert d'un arc segmentaire en brique, abrite la 2e cloche. Façade symétrique, porte axiale segmentaire en pierre de taille, surélevée d'un degré rectangulaire ; 1 rose et 2 baies en plein cintre éclairent la nef voûtée en berceau plein cintre. Une corniche continue souligne la voûte et se prolonge sous le cul-de-four de l'abside. Un arc triomphal en plein cintre ouvre sur l'abside surélevée de 2 marches, et 2 arcs plein cintre en vis-à-vis, sur les chapelles latérales : chapelle Saint-Joseph à gauche, couverte d'un plafond à lattes, chapelle de la Vierge à droite, couverte d'une voûte segmentaire en brique. Murs et couvrement revêtus d'un enduit, sauf le mur de l'abside jusqu'à la corniche. Sol carrelé.

Murscalcaire
enduit partiel
moellon
Toittuile creuse
Plansplan en croix latine
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
voûte en berceau segmentaire
en brique
Élévations extérieuresélévation ordonnancée sans travées
Couverturestoit à longs pans
appentis
pignon couvert
croupe polygonale
TypologiesClocher-mur en façade, à baie unique
États conservationsrestauré
Techniquessculpture

Le projet de construction d'un clocher à la fin du 19e siècle n'ayant pas abouti, cette petite église dispose seulement d'un clocher-mur en façade, restant ainsi dans la tradition des églises rurales du secteur.

Statut de la propriétépropriété publique
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Jourdan Geneviève