Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 21 à 40 sur 436 - triés par pertinence
  • Hôtel-Dieu dit hôpital du Pont du Rhône puis hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône, Hôpital général, Grand Hôtel-Dieu
    Hôtel-Dieu dit hôpital du Pont du Rhône puis hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône, Hôpital général, Grand Hôtel-Dieu Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville - Cadastre : 1999 AL 5
    Annexe :
    1625, 16 février. Délibération des recteurs de l'hôtel-Dieu au sujet de la construction des galeries 1625, 16 février. Délibération des recteurs de l'hôtel-Dieu au sujet de la construction des Rapport sur la visite à Lyon dehôtel-Dieu en passe d´être complètement désaffecté , Pierre-Louis Laget, mars 2010 Rapport sur la visite à Lyon dehôtel-Dieu en passe d´être complètement désaffecté qui se rencontrent même dans des établissement pourtant relativement modestes tel l´hôtel-Dieu de Montreuil-Bellay. Ainsi, à ma connaissance, seuls l´hôtel-Dieu d´Amiens, celui de Brie-Comte-Robert et très une extension dehôtel-Dieu en entamant la construction de nouvelles salles de malades immédiatement . Par la date du projet de construction, l´hôtel-Dieu de Lyon paraît être le premier en France où fut préexistante. Le plan actuel en T dehôtel-Dieu de Tournus procède ainsi d´une construction de salles de reconstruction dehôtel-Dieu de Lyon en 1622, fut fondé en 1634 à Paris un édifice qui, une fois achevé
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    hôpital du Pont du Rhône puis hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône, Hôpital général , Grand Hôtel-Dieu
    Illustration :
    [Plan terrier des maisons situées au sud deHôtel-Dieu, entre la rue Serpillière, la rue au bas [Plan terrier des maisons situées au sud deHôtel-Dieu, entre la rue Serpillière, la rue au bas [Plan terrier des maisons situées au sud deHôtel-Dieu, entre la rue Serpillière, la rue au bas [Plan terrier des maisons situées au sud deHôtel-Dieu, entre la rue Serpillière, la rue au bas nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], plan des caves IVR82_20106903104NUCA nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], plan du rez-de-chaussée nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], plan du premier étage nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], élévation antérieure nouveau bâtiment de la grande façade deHôtel-Dieu. 1740. 1 : 145], élévation sur cour Plans dehôtel-Dieu de Lyon, Loyer, sd [entre 1756 et 1761]. papier collé, encre, lavis, 63 x
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Laure César [maître de l'oeuvre] Picquet Antoine [architecte de l'entreprise] Pascalon Paul
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Localisation :
    Lyon 2e - 1 place de l' Hôpital rue Marcel-Gabriel-Rivière 58-74 quai Jules-Courmont 7-9 rue de la Barre rue Bellecordière - en ville - Cadastre : 1999 AL 5
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu dit hôpital du Pont du Rhône puis hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône , Hôpital général, Grand Hôtel-Dieu
    Murs :
    pierre de taille
    Dénominations :
    hôtel-Dieu
    Texte libre :
    au nord, dans le quartier Saint-Paul et vendu en 1499 (Ibid.). La fondation de l´actuel Hôtel-Dieu Guillotière et du grand Hôtel-Dieu. Lyon : N. Schevring, 1876. 202 p.). Mais les revenus de l´abbaye ne Childebert et la reine Ultrogothe. Origine du grand pont de la Guillotière et du grand Hôtel-Dieu. Lyon : N de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône A partir de 1507, l´hôpital prend le nom d´hôtel-Dieu de enfants et les nourrices (CROZE, p. 39). En 1526, le cimetière deHôtel-Dieu est établi près de l ´actuelle rue Grolée (DAGIER, p. 77). La première description connue deHôtel-Dieu date de 1539 (La police ´hôtel-Dieu de Lyon en 1523). Le plan scénographique de Lyon daté de 1550 environ en donne une possessions de la confrérie de la Sainte-Trinité que l´hôtel-Dieu annexera pour s´agrandir. En 1542, on , 1573 et 1578, et recteur dehôtel-Dieu, a largement participé à la construction de la boucherie et à . BB 107). Le 1er janvier 1583, le consulat confie l´administration dehôtel-Dieu à une assemblée de
    Historique :
    hôtel-Dieu est situé sur la rive droite du Rhône dans le centre historique de la ville de Lyon place de l´Hôpital. En 1507, l´hôpital prend le nom d´hôtel-Dieu de Notre-Dame de Pitié du Pont du Rhône. En 1583, le consulat confie l´administration dehôtel-Dieu à une assemblée de 6 notables, le (bâtiments M, O, Q et L) forment le coeur dehôtel-Dieu. Cet ensemble du XVIIe siècle commencé en 1622 est dresser le plan dehôtel-Dieu. Celui-ci dessine, ainsi que ses prédécesseurs du XVIIe siècle, quatre route d´Italie. La rue Serpillière est englobée dans l´hôtel-Dieu et disparaît au cours de cet hôtel-Dieu. Elle est menée de 1887 à 1893 par l´architecte Paul Pascalon et ponctuée d´un patrimoine du XIXe n´est pas encore pris en compte. Or, l´hôtel-Dieu de Lyon est également un témoin de l ´architecture hospitalière de cette époque. Le 22 novembre 2011, l'hôtel-Dieu est classé en totalité, sols des avaient modifié. Conclusion L´hôtel-Dieu est l´un des édifices les plus emblématiques de Lyon tant
    Référence documentaire :
    AC Lyon. D HD 14. Inventaire des parchemins et titres trouvés dans les archives dehôtel-Dieu AC Lyon. D HD 14. Inventaire des parchemins et titres trouvés dans les archives dehôtel-Dieu (1736) AC Lyon. Délibérations des recteurs de l'Hôtel-Dieu. E HD 4 (26 octobre 1578, 24 mai et 3 décembre AC Lyon. Délibérations des recteurs de l'Hôtel-Dieu. E HD 4 (26 octobre 1578, 24 mai et 3 décembre AC Lyon. Registres des mandats de l'hôtel-Dieu. E HD 21 (1606-1608) ; E HD 22 (1609-1610) ; E HD 23 AC Lyon. Registres des mandats de l'hôtel-Dieu. E HD 21 (1606-1608) ; E HD 22 (1609-1610) ; E HD 23 AC Lyon. E HD 1993. Réparations et aménagements des bâtiments deHôtel-Dieu et des maisons qui AC Lyon. E HD 1993. Réparations et aménagements des bâtiments deHôtel-Dieu et des maisons qui lui AC Lyon. 1 NP 266-267. Quai de l'Hôpital et façade de l'hôtel-Dieu. 1ère partie. Boutiques n° 6 à AC Lyon. 1 NP 266-267. Quai de l'Hôpital et façade de l'hôtel-Dieu. 1ère partie. Boutiques n° 6 à 84
  • Porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon
    Porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon Lyon 2e - quai Jules-Courmont - en ville
    Titre courant :
    Porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon
    Description :
    Le portail du grand dôme de l'hôtel-Dieu est fermé par une porte cochère surmontée d'un tympan de menuiserie. Les vantaux sont composés de tables pleines en partie inférieure et vitrées en partie supérieure losange dont les croisillons sont masqués à l´extérieur par des motifs de ferronnerie. Les panneaux sont confortés par des ferrures à équerre à tête ornée par des fleurs de lis repercées. Les gonds sont prolongés une targette en partie inférieure. L'ensemble est orné de motifs découpés et repercés. Les ébrasements intérieurs sont recreusés pour permettre le placement des éléments saillants de la serrurerie. Les gonds retournent le long des traverses, et se terminent, à chaque extrémité par un motif de fleur de lis repercé . Dms de la penture inférieure : h = 156,5 ; la (jusqu´au gond) = 39 ; la (de la penture de retour ) = 171 ; h du gond = 29 ; h du motif en fleur de lis = 23 ; la = 22,5 Dms de la penture du milieu : h = 100 ; la (jusqu´au gond) = 34,5 Le système de fermeture est quadruple : une double serrure, une
    Annexe :
    1764. Devis des ferrures pour le grand portail du dôme deHôtel-Dieu 1764. Devis des ferrures pour le grand portail du dôme deHôtel-Dieu (AC Lyon. B HD 85). ... Pour arrêté la corniche en 1763, 24 avril. Bail à prix fait pour la grande porte deHôtel Dieu passé à Guillaume Depayre porte deHôtel Dieu passé à Guillaume Depayre, maître menuisier de Lyon, par le recteur Jacques en menuiserie de l´entrée principale du dôme dudit l´Hôtel Dieu du côté du quay, laquelle sera en bon dehors deux ape coudée et à plombé de fer plat, deux gros cloux pour les arresté, quatre cloux à vis de cinq pouces de long chaqu´un, deux grande ape à pommelle et à es, pour arretté le dormant et équaire de huits pieds de long chacune, vingt quatre cloux à grosse teste pour les arreste. Arimé l´imposte d´une bande de fert mey plat d´un pouce d´epaisseur et deux pouces et demy de largeur, de long treize pieds . Pour le reste avoir entaillée la ditte armure de son epaisseur dans le bois, une espagniollette de
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Appellations :
    Porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon
    Illustration :
    La porte du grand dôme de l'hôtel-Dieu de Lyon ouvrant sur le quai Jules-Courmont : vue de Vue d'ensemble de la porte depuis le vestibule du grand dôme IVR82_20106901840NUCA Vue d'ensemble de la serrure IVR82_20106901843NUCA Détail de la serrure IVR82_20106901841NUCA Détail de la targette inférieure IVR82_20106901842NUCA Détail de l'emplacement de la serrure dans l'ébrasement intérieur de la porte IVR82_20106901844NUCA Les clés, collection du Musée des Hospices civils de Lyon IVR82_20106906340NUCA
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Dimension :
    Largeur de la porte : la = 440
    Texte libre :
    DESCRIPTION DE LA PORTE DU GRAND DÔME DE L'HÔTEL-DIEU DE LYON Le portail du grand dôme ouvre sur composés de tables pleines dans la partie inférieure et vitrées dans la partie supérieure. Les parties ´extérieur par des motifs ; elles se ferment par un système de crémone, repercée d´un cœur. Le tympan de prolongées par des pentures en S, à la tête ornée de fleurs de lys repercées. Les gonds du milieu sont également maintenus par des pentures en S (fig. 2). Dimensions de la ferrure inférieure : la = 171 cm . Dimensions de la penture : h = 156,5 cm. H du gond = 29 cm ; h du motif en fleur de lys = 23 cm, la = 22,5 cm . Dimensions de la penture du milieu : h = 100 ; la jusqu´au gond = 34,5 cm. Le système de fermeture est quadruple : une double serrure, une targette en dessous sur le battant de gauche, une crémone à tige verticale sur le battant de droite, un loquet en haut de la porte. La double serrure est rectangulaire à repercées. C´est une serrure à trois points avec un système de targette par-dessous (fig. 3). Dimensions d
    Historique :
    l'hôtel-Dieu mentionne un paiement à Marc Chabry pour la sculpture de l'imposte, sans doute les ouverte depuis l'entrée du général de Gaulle à l'hôtel-Dieu en septembre 1944.  : prix-fait passé le 24 avril 1763, payé 1548 livres le 15 août 1764. La ferronnerie et la serrurerie de la porte sont réalisées par le serrurier lyonnais Martin Ray en 1764 pour 1550 livres. Les comptes de moulurations autour de la baie vitrée. Selon des renseignements oraux, la porte du grand dôme n'a pas été
    Référence documentaire :
    Bail à prix fait pour la grande porte deHôtel-Dieu passé à Guillaume Depayre, maître menuisier pour la grande porte deHôtel-Dieu passé à Guillaume Depayre, maître menuisier de Lyon, par le de Payre, maître menuisier à Lyon ; 1764. Devis des ferrures pour le grand portail du dôme deHôtel de Lyon, par le recteur Jacques Lambert ; 1764 AC Lyon. B HD 85. 1763, 24 avril. Bail à prix fait -Dieu ; 1764, 28 novembre. Quittance donnée par Martin Ray.
  • Bac à traille de Puits Gaillot, ou bac à traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu)
    Bac à traille de Puits Gaillot, ou bac à traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu) Lyon 1er - 69 Lyon 1er arrondissement Port Saint-Clair 69 Lyon 6e arrondissement - rue du Puits-Gaillot ancienne Grande allée des, ancien Cours Morand, actuel Cours Franklin Roosevelt Brotteaux - en ville
    Titre courant :
    Bac à traille de Puits Gaillot, ou bac à traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu)
    Description :
    arrondissement en rive gauche. Des trois bacs à trailles dits "des Recteurs" ou "deHôtel-Dieu", il est celui Le bac à traille du Puits Gaillot reliait le 1er arrondissement de Lyon en rive droite, au 6e qui est situé le plus en amont du fleuve, au débouché de la rue du Puits-Gaillot en rive droite à proximité, légèrement en amont, de l´emplacement de l'ancien pont Saint-Clair (appelé plus tard
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    D'après la thèse de Cogoluènhe. Sur la carte générale de l'historien, ce bac se situe en amont du pont de la Guillotière.
    Appellations :
    bac de Puits Gaillot, ou bac des Recteurs de l'Hôtel-Dieu
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, livre 3 Extr. du : Plan de situation des trailles des Recteurs, Lyon, 1743-1766, de Cogoluènhe
    Auteur :
    [maître d'oeuvre] Recteurs de l'Hôtel-Dieu [architecte] Ferrand André
    Historique :
    Collège), l´un des bacs dits "des Recteurs" ou "deHôtel-Dieu" car ils étaient la propriété des Recteurs deHôtel-Dieu et leurs revenus étaient attribués aux "pauvres" de cet hôpital. En 1763, en raison Recteurs deHôtel-Dieu mettent en place un troisième bac à traille pour piétons. Ses plans sont dressés à Le bac à traille de Puits Gaillot est, avec ceux des Cordeliers et des Terreaux (ou du Grand de la saturation des bacs des Cordeliers et des Terreaux qui ne suffisent plus à transporter les nombreux passagers souhaitant gagner les brotteaux de la rive gauche, particulièrement le dimanche, les leur demande par André Ferrand, le 17 mai 1763. Ce bac est installé en amont des deux autres, au bout de la rue du Puits-Gaillot, en rive droite, ce qui permet un accès plus direct à la Grande allée des patentes qui lui donnent le monopole des traversées du Rhône de la porte de Saint-Clair au pont de la vue de l´édification d´un pont. Les religieux s´opposent vivement au projet : au Puits Gaillot, les
    Référence documentaire :
    [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon , 1980, livre 3, Annexe D-11) Notes : dressé à partir d'un plan de 1760 ; figure les trois trailles des [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon , 1980, livre 3, Annexe D-11) Notes : dressé à partir d'un plan de 1760 ; figure les trois trailles des
  • hôtel-Dieu de la Croix, hôpital, salle d'asile et pensionnat, puis école primaire de filles, actuellement poste et bibliothèque
    hôtel-Dieu de la Croix, hôpital, salle d'asile et pensionnat, puis école primaire de filles, actuellement poste et bibliothèque Grignan - rue de l' Hôpital - en village - Cadastre : 1835 D 75-76 1968 D 122
    Titre courant :
    hôtel-Dieu de la Croix, hôpital, salle d'asile et pensionnat, puis école primaire de filles
    Étages :
    étage de soubassement
    Description :
    Le bâtiment est constitué de trois corps de plan en U irrégulier, deux corps rectangulaires donnant moellon de calcaire, les encadrements sont en pierre de taille, les élévations recouvertes de crépi, sauf l'arrière du corps central. Deux des trois corps, le corps gauche, à l'angle en haut de la rue, et le corps central sont élevés sur un terrain à double déclivité et s'appuient sur un étage de soubassement ouvrant à l'arrière sur un terrain (ancien jardin). Les toits, à longs pans et à croupes, sont couverts de tuiles creuses et bordés de génoises à trois rangs. Le corps gauche abrite la poste. De plan rectangulaire, il travées régulières et limitées par des chaînes harpées à refends, montrent trois niveaux : un rez-de pilastres ioniques, entablement nu et larmier à denticules. Les fenêtres sur rue et celles de l'élévation en . Ce corps renferme l'escalier en vis (visite non autorisée) de l'hôpital d'origine. La cour qui sépare les deux corps latéraux, côté rue, est surélevée et limitée par un mur, élevé au-dessus du mur de
    Statut :
    propriété de la commune
    Vocables :
    Hôtel Dieu de la Croix
    Destinations :
    école de filles
    Illustration :
    Vue partielle des élévations sur cour, corps de bâtiment de l'école ; à droite, porte d'entrée de
    Dénominations :
    hôtel-Dieu
    Représentations :
    croix § couronnement de la porte sur cour à volutes surmonté d'une croix
    Historique :
    Croix Blanche, qu'ils transforment pour en faire le nouvel hôpital : l'hôtel-Dieu de la Croix entre en renouvelé. Un grand bienfaiteur de l'hôtel-Dieu, le marquis du Muy, devenu comte de Grignan en 1759, y le fils François fit édifier à l'hôtel-Dieu une chapelle dédiée à saint Roch. L'établissement, qui établit deux soeurs hospitalières. Au 19e siècle, l'hôtel-Dieu, appelé l'hôpital ou l'hospice, prend un La bulle papale de 1106 mentionne à Grignan une maison de charité, appelée l'Aumône. Etablie hors de l'agglomération près du cimetière, et tôt disparue, elle aurait été fondée par un des Adhémar, de la famille des seigneurs de Grignan, à son retour de Terre sainte et aurait précédé la construction de la chapelle Notre-Dame-de-Beaulieu. La fondation d'un hôpital intra-muros en 1444 est due au legs d'une maison que dame Alix Auriole, veuve de Bertrand de Vesc, avait fait aménager pour cet usage. Ce premier hôpital, situé dans l'étroite rue d'Or, fonctionna jusqu'à la fin du 16e siècle. Le linteau de sa
    Contributeur :
    Beaulieu Clémence de
    Localisation :
    Grignan - rue de l' Hôpital - en village - Cadastre : 1835 D 75-76 1968 D 122
  • Premier bac à traille des Cordeliers, ou bac à traille du Grand Collège, ou bac à traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu)
    Premier bac à traille des Cordeliers, ou bac à traille du Grand Collège, ou bac à traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu) Lyon 2e - 69 Lyon 2e arrondissement Port des Jésuites 69 Lyon 6e arrondissement les Brotteaux - au débouché de la rue Neuve - en ville
    Titre courant :
    Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu)
    Description :
    Le bac à traille des Cordeliers joignait le 2e arrondissement de Lyon en rive droite (site du port installé au bout de la rue Neuve, devant le Grand Collège, au port des Jésuites qu´il reliait aux brotteaux de la Guillotière en rive gauche. Il n´était séparé que de 60 m de sa traille "jumelle" des Terreaux , située en amont. D´après les plans de Cogoluènhe, l´emplacement de ce bac correspond à celui de la
    Annexe :
    Les trailles "de l'Hôtel-Dieu" de Lyon, 1740 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour ... Et les Sieurs Recteurs du grand Hôtel-Dieu au nom des pauvres de leur hôpital... lors qu´ils furent chargés d´une partie de la construction du nouveau quay vis à vis l´Hôtel-Dieu, le Consulat de ce temps là , pour le bon plaisir du roy, que les dits Sieurs Recteurs du Grand Hôtel-Dieu de cette ville établissent Les trailles "de l'Hôtel-Dieu" de Lyon, 1743 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour , en l´hôtel commun de la ville de Lion y étant : les Prévôt des marchands et Échevins de la ville de traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon, 1980, livre 3 ´abondance de toutes sortes de denrées à ses citoyens, au meilleur marché que faire se peut, auroit considéré artisans, l´inconvénient de la cherté des voitures, étoit d´établir des bacs ou trailles sur le fleuve du
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    pont de la Guillotière. 1ère traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu. D'après la thèse de Cogoluènhe. Sur la carte générale de l'historien, ce bac se situe en amont du
    Appellations :
    bac des Cordeliers, ou bac du Grand Collège, ou bac des Recteurs de l'Hôtel-Dieu
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, livre 3 Extr. du : Plan de situation des trailles des Recteurs, Lyon, 1743-1766, de Cogoluènhe
    Auteur :
    [maître d'oeuvre] Recteurs de l'Hôtel-Dieu
    Historique :
    Gaillot, l´un des trois bacs dits "des Recteurs" ou "deHôtel-Dieu" car ils étaient la propriété des Recteurs deHôtel-Dieu et leurs revenus étaient attribués aux "pauvres" de cet hôpital. En 1743, des concédé, dans le but de relier le nouveau Port aux bois (ou Port des Jésuites) situé sur la rive droite , aux Brotteaux de la rive gauche. Il s´agit de soulager le fort trafic du pont de la Guillotière, seul ouvrage sur le Rhône, établi en aval. Dès 1745, en raison de la forte affluence à laquelle la traille monopole des traversées du Rhône de la porte de Saint-Clair au pont de la Guillotière. Il est ainsi autorisé à racheter les trailles aux Recteurs et à les exploiter temporairement, en vue de l´édification d Recteurs acceptent de vendre à la Compagnie Morand tout leur matériel dont les trois trailles, les bateaux
    Localisation :
    débouché de la rue Neuve - en ville
    Référence documentaire :
    [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon , 1980, livre 3, Annexe D-11) Notes : dressé à partir d'un plan de 1760 ; figure les trois trailles des [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon , 1980, livre 3, Annexe D-11) Notes : dressé à partir d'un plan de 1760 ; figure les trois trailles des
  • Bac à traille du Bât d´argent, puis bac à traille des Terreaux ou bac à traille du Grand Collège, ou bac à traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu)
    Bac à traille du Bât d´argent, puis bac à traille des Terreaux ou bac à traille du Grand Collège, ou bac à traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu) Lyon 2e - 69 Lyon 2e arrondissement Port des Jésuites 69 Lyon 6e arrondissement les Brotteaux - rue du Bât d'Argent - en ville
    Titre courant :
    , ou bac à traille des Recteurs de l'Hôtel-Dieu (disparu)
    Description :
    Le bac à traille des Terreaux joignait le 2e arrondissement de Lyon en rive droite, au 6e arrondissement en rive gauche. En rive droite, il était installé au bout de la rue du Bât d´Argent, devant le Grand Collège, au port des Jésuites qu´il reliait aux brotteaux de la Guillotière en rive gauche. Il n ´était séparé que de 60 m de sa traille "jumelle" des Cordeliers, située en aval.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Points de franchissement du Rhône
    Observation :
    D'après la thèse de Cogoluènhe. Sur la carte générale de l'historien, ce bac se situe en amont du pont de la Guillotière.
    Appellations :
    bac du Bât d´argent, puis bac des Terreaux, ou bac du Grand Collège, ou bac des Recteurs de l'Hôtel -Dieu
    Illustration :
    Plan de situation (sur fond de SCAN25(R) (C) IGN-2008 (C) Région Rhône-Alpes Licence n°2008-CISE27 [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, livre 3 Extr. du : Plan de situation des trailles des Recteurs, Lyon, 1743-1766, de Cogoluènhe
    Auteur :
    [maître d'oeuvre] Recteurs de l'Hôtel-Dieu
    Historique :
    Gaillot, l´un des bacs dits "des Recteurs" ou "deHôtel-Dieu" car ils étaient la propriété des Recteurs deHôtel-Dieu et leurs revenus étaient attribués aux "pauvres" de cet hôpital. En 1745, le bac des Cordeliers, créé deux ans plus tôt sur l´ordre des Recteurs deHôtel-Dieu pour relier le nouveau Port aux ´un pont. Les religieux s´opposent vivement au projet : aux Terreaux, les employés deHôtel-Dieu bois (ou Port des Jésuites) aux brotteaux de la rive gauche, ne peut plus répondre au trafic monopole des traversées du Rhône de la porte de Saint-Clair au pont de la Guillotière. Il est ainsi autorisé à racheter les trailles aux Recteurs et à les exploiter temporairement, en vue de l´édification d prendre possession de l´installation. Finalement, en 1773, les Recteurs acceptent de vendre à la Compagnie
    Référence documentaire :
    [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon , 1980, livre 3, Annexe D-11) Notes : dressé à partir d'un plan de 1760 ; figure les trois trailles des [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. [Plan de situation des trailles des Recteurs] Lyon, 1743-1766 (extr. de : COGOLUENHE, Henri. Histoire des bacs pour traverser le Rhône. Recherches historiques et sociologiques. Thèse de doctorat, Institut de Recherche et d'Enseignement Philosophiques, Département Sociologie. Lyon : Facultés catholiques de Lyon , 1980, livre 3, Annexe D-11) Notes : dressé à partir d'un plan de 1760 ; figure les trois trailles des
  • Ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - (Saint-Etienne)
    Ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - (Saint-Etienne)
    Titre courant :
    Ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - (Saint-Etienne)
    Description :
    La ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - Montbrison est une ligne à voie unique, non électrifiée . La longueur totale entre Clermont (Puy-de-Dôme) et Montbrison (Loire) est de près de 107 km, dont 61 km environ pour le tronçon de Clermont jusqu'en limite de l'Auvergne, peu après Chabreloche (le chemin de fer repasse, un peu plus loin, sur le territoire auvergnat, mais sur moins d'1 km).
    Annexe :
    Guide bleu 1957 : Clermont-Ferrand-Chabreloche p. 20. DE CLERMONT-FERRAND A SAINT-ETIENNE (Lyon Guide bleu 1949 p. 19. DE CLERMONT-FERRAND A SAINT-ETIENNE (Lyon). Pittoresque traversée des monts Guide bleu 1970 p. 16. IV DE CLERMONT-FERRAND A THIERS A SAINT-ETIENNE ET A LYON. Pittoresque Guide bleu 1920 : Clermont-Ferrand-Chabreloche p. 151 : Entre Lezoux et Boën, belle traversée des Guide bleu 1935 : Clermont-Ferrand-Chabreloche p. 362 : Belle traversée des monts du Forez entre Guide Joanne 1883 : Clermont-Chabreloche p. 200 : La ligne de Thiers, se détachant de celle de Paris à Clermont en vue de Montferrand, prend la direction de l'E. et passe à côté des usines de Bourdon Dore. Pont-de-Dore ; bifurcation pour Ambert, La Chaise-Dieu et Le Puy. La ligne de Saint-Etienne monts du Forez ; se placer à dr. pour les vues magnifiques de Thiers et la très pittoresque vallée de la Durolle. P. 152 : La ligne de Saint-Etienne se détache de celle de Paris en face de Montferrand (à g.) et
    Illustration :
    Le "château de Chignat", à l'est de Pont-du-Château. Bien visible de la voie, il n'est cependant Anciens silos Domagri en gare de Chignat. Ces grands silos de la société coopérative agricole du Puy-de-Dôme sont restés en service jusqu’en 2010. Les bâtiments de Domagri, entreprise spécialisée dans le commerce de gros de céréales, semences, aliments pour le bétail et tabac non manufacturé (produits en lien avec l’implantation de Chignat dans la plaine de Limagne), sont situés dans l’emprise même des terrains de la gare, presque face aux quais de voyageurs. IVR84_20166300124NUC4A Tour de Courcourt sur la commune de Seychalles. Visible depuis la voie ferrée malgré son relatif éloignement, elle est signalée par la plupart des guides ferroviaires à partir de 1910 : "Après la gare de Vertaizon, on voit à gauche sur un monticule (467 m), la tour de Courcour [sic], base d'un donjon du XIIIe Gare de Lezoux, côté voie. Elle a été bâtie selon le modèle de gare de voyageurs "pour station de
    Historique :
    2015, a desservi, à son apogée, une douzaine de stations auvergnates : Clermont-Ferrand, Aulnat, Pont La ligne Clermont-Ferrand - Boën - Montbrison et au-delà, Saint-Etienne, (comprise, pour sa partie auvergnate, entre Clermont et Chabreloche) est un chemin de fer d'intérêt général. La convention de Courty, de Courty à Thiers et de Thiers à Boën ; juin pour celles de Clermont à Vertaizon et de Vertaizon de Clermont à Vertaizon et de Vertaizon à Pont-de-Dore ouvrent les premiers, en mai 1869. Puis ce concession à la compagnie PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) date de 1863 (mai pour les sections de Pont-de-Dore à à Pont-de-Dore). L'ouverture "à tous les trafics" s'est échelonnée entre 1869 et 1877 : les tronçons sont ceux de Pont-de-Dore à Courty et de Courty à Thiers, en mai 1872. Enfin, en août 1877 ouvre le tronçon de Thiers à Boën, le plus complexe à réaliser techniquement. La ligne, toujours en activité en -du-Château, Vertaizon, Lezoux, Saint-Jean-d’Heurs, Pont-de-Dore, Courty, Thiers, La Monnerie - Saint
    Référence documentaire :
    différentes sections de la ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - Saint-Etienne. Ligne Clermont-Ferrand - Chabreloche - Saint-Etienne (archives 63). Fonds d'archives concernant Ligne Clermont - Saint-Etienne Ligne Clermont - Saint-Etienne, plans, rapports. 1892-1913.
  • Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - (Tulle)
    Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - (Tulle)
    Titre courant :
    Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - (Tulle)
    Description :
    La ligne Clermont - Tulle parcourt, transversalement, la moitié ouest du département du Puy-de-Dôme . Elle a été classée dès l'origine comme chemin de fer d'intérêt général. Elle représente, entre Clermont -Ferrand et Eygurande-Merline une longueur d'environ 87 km (et pour la partie auvergnate de la ligne, de Clermont à la sortie de la Cellette, près de 84 km) ; soit, par section, environ 20 km entre Clermont et d'une ligne à double voie, non électrifiée, de Clermont à Volvic (un peu au-delà de la gare, jusqu'à Volvic ; un peu plus de 44 km entre Volvic et Laqueuille et 22 km de Laqueuille à Eygurande. Il s'agit l'embranchement avec l'ancienne ligne de Volvic à Lapeyrouse), puis à voie unique, non électrifiée, depuis cet embranchement de Volvic jusqu'à la Cellette.
    Annexe :
    -Clermont-Ferrand p. 58 : Les grandes transversales A/ Ligne de Bordeaux à Clermont-Ferrand (par Périgueux saison thermale. De Volvic à Clermont-Ferrand, l'on verra se dérouler maintenant un des plus beaux et du Mont-Dore, ... 64 km de Laqueuille à Clermont-Ferrand, magnifique parcours contournant, sur la Guide Joanne 1910-1911 : Clermont-Ferrand-Laqueuille p. 182 [de Clermont-Ferrand à Laqueuille] De Guide Bleu 1957 : Bourg-Lastic-Clermont-Ferrand p. 42 : On remonte la gorge rocheuse et boisée de Guide Bleu 1920 : Auvergne. p. 244 Clermont-Ferrand - Le Mont-Dore : au départ de Clermont le Propositions de différents tracés, 1864 (édition) (BCU Clermont-Ferrand - A 34 961). - "Chemin de Guide Bleu 1920 (suite) [Clermont-Ferrand - Volvic]: p. 244. Au départ de Clermont le chemin de fer -Ferrand. p. 311 : [Clermont-Ferrand - Laqueuille] En quittant Clermont, ... la ligne décrit autour de la Guide Bleu 1957 : Clermont-Ferrand-Laqueuille p. 24 En quittant Clermont, la ligne de Laqueuille
    Illustration :
    La gare de Royat-Chamalières et le site de Clermont-Ferrand à l'arrière-plan, probablement au partie de la ligne située au nord-ouest de Clermont-Ferrand : « Mais cette vue (…) varie à chaque Le grand ensemble de logements du quartier Saint-Jacques (dit "la Muraille de Chine"), à Clermont Vue sur la ville de Clermont et sa cathédrale, côté sud-ouest, depuis la voie ferrée. Dès 1862, le guide Joanne affirme que la "descente de Royat à Clermont [par le train] qui est fort belle, est 1910-1911 de surenchérir : "le chemin de fer décrit autour de Clermont une grande courbe qui laisse voir sous toutes ses faces la ville dominée par sa cathédrale. Ce circuit de Royat à Clermont termine Vue sur le puy de Dôme dans la perspective de la voie ferrée, depuis le sud-ouest de Clermont. Le parcours en chemin de fer étant le plus souvent décrit par les guides dans le sens Bourg-Lastic - Clermont Le viaduc ferroviaire de Royat et la ville de Clermont à l'arrière-plan. Ce viaduc est, pour les
    Historique :
    La ligne Clermont-Ferrand - Eygurande-Merlines (Corrèze) par Laqueuille en direction de Tulle différents tronçons, Clermont-Ferrand - Volvic, Volvic - Laqueuille et Laqueuille - Eygurande-Merlines, font de Clermont. Jusqu'au début du 20e siècle, il fallait alors prendre des diligences affrétées Vauriat, Volvic, Chanat, Durtol – Nohanent, Royat - Chamalières, Clermont-Ferrand – la Rotonde, Clermont -Ferrand, celles de la Cellette, Bourgeade, les-Rosiers-sur-Sioule, Saint-Ours-les-Roches et Chanat sont encore jusqu'à Laqueuille depuis Clermont, la partie ouest de la ligne entre Laqueuille et Tulle par , classée comme chemin de fer d'intérêt général, est déclarée d'utilité publique en juin 1868. Après de longues négociations concernant le tracé à choisir pour la création de cette ligne (voir annexes), les tous les trois l'objet d'une convention de concession en août 1872 : ils dépendent alors de la compagnie Clermont-Tulle. En décembre 1877, l'Etat rachète l'ensemble. Toute la ligne est ouverte "à tous
    Référence documentaire :
    Gare de Royat-Chamalières et panorama sur Clermont-Ferrand. "57. Royat [- Chamalières]. La gare et différentes sections de la ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - Tulle. le panorama sur Clermont-Ferrand, ND", photo N&B, s.n., s.d. Ligne Clermont-Ferrand - la Cellette (gare) - Tulle (archives 63). Fonds d'archives concernant Contentieux municipalité de Durtol et la compagnie du PO. AD du Puy-de-Dôme. 2 O 3970. Durtol . Contentieux avec la compagnie des chemins de fer Paris-Orléans.1912-1938. Et pour compléter : AD du Puy-de -Dôme. 2 O 3973. Durtol. Acquisition de la propriété Montchany.1923-1924.
  • Ligne (Paris) - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat)
    Ligne (Paris) - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat)
    Titre courant :
    Ligne (Paris) - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat)
    Description :
    la ligne est électrifiée, entre Paris et Gannat, puis entre Riom et Clermont-Ferrand. La longueur de La ligne Clermont-Ferrand - Villeneuve-sur-Allier, traverse, dans sa partie auvergnate, les deux Moulins et Roanne d'une part et entre Clermont-Ferrand et Lyon d'autre part. On fut ainsi amené à choisir la section de Saincaize (Nièvre) à Clermont est d'environ 167 km. La construction s'est faite par Clermont-Ferrand, environ 14 km. départements de l'Allier et du Puy-de-Dôme. D'après Daniel Nebout, le passage par Saint-Germain-des-Fossés s'est imposé aux ingénieurs de la compagnie du PO car ils cherchaient à établir une seconde voie de Saint-Germain-des-Fossés comme point de bifurcation." La ligne a été classée à sa création comme chemin de fer d'intérêt général. Construite à voie unique à l'origine, une grande partie de la ligne, de son ouverture. Seul le tronçon Gannat - Riom est encore à voie unique, non électrifiée. Une partie de
    Annexe :
    sommets voisins. Gerzat. On passe au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand. B/ par Vichy et Riom. La ligne Guide Bleu 1949. Section Saint-Germain-des-Fossés - Clermont-Ferrand. p. 14 . DE PARIS A CLERMONT Express directs Paris-Clermont-Nîmes. [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom . la ligne de Gannat. Riom. [B] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Gannat. Après la au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme. Guide Joanne 1910-1911 : section Riom-Clermont-Ferrand [De Riom à Clermont-Ferrand] p. 150 : Au . A g. se détache la ligne de Montbrison. Clermont-Ferrand. Guide Bleu 1970. Section Villeneuve-sur-Allier - Clermont. p. 8 DE PARIS A CLERMONT-FERRAND ... p.9 dr. Clermont-Ferrand : vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme, ... Guide Joanne 1883 : section Saint-Germain-des-Fossés - Gannat - Clermont-Ferrand p. 161 : DE PARIS
    Illustration :
    Toulon-sur-Allier et son église romane, visible depuis la ligne de chemin de fer et pourtant à En bordure de voie, à Saint-Loup, près du quarter des Mézilles, vraisemblablement le bâiment d'une A l'arrière-plan, le château de Chazeuil, simplement cité, sans commentaires, par les guides entre Le village et le château de Billy à proximité de la voie ferrée. Le site est décrit ainsi dans le guide Joanne de 1883 : "Billy, dominé par les ruines pittoresques d'un château du XIIIe ou du XIVe ligne de chemin de fer et dominent encore le village comme une menace". IVR83_20150300098NUC4A La grande verrière à structure métallique (système de fermes "Polonceau") protégeant les voies et les quais de la gare de Saint-Germain-des-Fossés. IVR83_20150300108NUC4A Détail de la grande halle à structure métallique et verrières au-dessus des quais de la gare de Vue de la vallée de l'Allier près de Saint-Germain-des-Fossés, depuis la voie ferrée. Toute la
    Historique :
    -Escurolles, Gannat, Aigueperse, Aubiat, Pontmort, Riom-Châtelguyon, Gerzat, Clermont-Ferrand. La gare de ligne Clermont-Ferrand - Gannat - Saint-Germain-des-Fossés, toujours en activité, sert actuellement de La ligne Paris - Villeneuve-sur-Alier - Clermont-Ferrand, qui passe depuis les années 1930 et -des-Fossés, Gannat, Aigueperse et Riom. Cette section Saincaize - Clermont-Ferrand ouvre dans les en août 1853, à Saint-Germain-des-Fossés en juin 1854, puis à Gannat, Riom et Clermont-Ferrand en mai compagnies se sont succédées dans l'exploitation de cet axe Clermont - Nevers : GC (Grand Central de France années 1850 : le chemin de fer arrive à Moulins en mai 1853, à La Ferté-Hauterive et Varennes-sur-Allier 1855. Les stations auvergnates sont au nombre de 15 : Villeneuve-sur-Allier, Moulins-sur-Allier, Bessay Saint-Germain-des-Fossés va devenir un important noeud ferroviaire. Une grande partie de la ligne a été ouverture) ; celles de Moulins - La Ferté-Hauterive, La Ferté-Hauterive - Varennes-sur-Allier et Varennes
    Référence documentaire :
    concernant différentes sections de la ligne Paris - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat). concernant différentes sections de la ligne Paris - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand (par Gannat). Ligne Paris - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand, par Gannat (archives 03). Fonds d'archives Ligne Paris - Villeneuve-sur-Allier - Clermont-Ferrand, par Gannat (archives 63). Fonds d'archives p. 41, 43. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL , Pascal, FAUCON, Frédéric. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". Christine Le passage de la ligne par Saint-Germain-des-Fossés. NEBOUT, Daniel. Le rail à Saint-Germain-des -Fossés. Histoire d'une rencontre. Bulletin de la société d'émulation du Bourbonnais, 4e trimestre 1992, p Gares : plans de situation, 1862-1908 AD Puy-de-Dôme. S 5968. Gares : plans : Aigueperse, Riom , Gerzat, Clermont ; Sarliève, Le Cendre, Coudes, Les Martres, Vic-le-Comte, Issoire, Le Broc, Brassac. Par
  • Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - (Nîmes)
    Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - (Nîmes)
    Titre courant :
    Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - (Nîmes)
    Description :
    . Les différents tronçons réalisés se répartissent ainsi : section de Clermont-Ferrand à Issoire, 35 km La ligne compte 303 km entre Clermont-Ferrand et Nîmes et environ 168 km entre Clermont et les limites de l'Auvergne, peu avant Langogne (Lozère). Il s'agit d'un réseau de chemin de fer d'intérêt général, qui, dans sa partie auvergnate, traverse les départements du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire environ ; section d'Issoire à Brassac-les-Mines,19 km environ ; section de Brassac-les-Mines à Arvant , près de 6 km ; section d'Arvant à Laroche-Faugère, un peu plus de 4 km ; section de Laroche-Faugère à Beaumont-Lauriat, 3 km environ ; section de Beaumont-Lauriat à Brioude, un peu plus de 3 km ; section de Brioude à Saint-Georges-d’Aurac, près de 24 km ; section de Saint-Georges-d’Aurac à Langeac, environ 8 km ; enfin, section de Langeac à Langogne, un peu moins de 67 km. Ce réseau ferré est à double voie jusqu’à
    Annexe :
    Guide Bleu 1970 : section Arvant - Saint-Georges d'Aurac. p. 18 DE CLERMONT-FERRAND AU PUY, ... : p quittant Clermont-Ferrand, on a une belle vue d'ensemble de la ville et du Puy de Dôme, puis à droite de Guide Bleu 1949. Section Clermont-Ferrand - Arvant. p. 15 Clermont-Ferrand - Arvant. Au-delà de Guide Joanne 1910-1911 : Section Clermont-Issoire [Clermont-Issoire] p. 214 : Clermont-Ferrand , belle vue d'ensemble de Clermont et du Puy de Dôme, puis de Mont-Rognon et de sa tour, du plateau de l'Allier dans un couloir étroit qui sépare nettement la grande Limagne de Clermont de la Limagne d'Issoire Guide Joanne 1883 : Section Clermont-Arvant p.251 Route 62 DE PARIS A NIMES. Le parcours du chemin de fer de Clermont à Nimes est d'une beauté exceptionnelle, aussi ne saurions-nous trop engager les Clermont à Langeac et de Langogne à Nîmes. Paris-Saint-Germain (R 1) Saint-Germain-des-Fossés - Clermont (R48). Au-delà de Clermont, on laisse à droite la ligne de Tulle et, plus loin, Mont-Rognon et le
    Illustration :
    La gare de la Pardieu depuis les quais du tramway. IVR84_20166300039NUC4A La gare de la Pardieu depuis les quais. IVR84_20166300037NUC4A (Photographie de chercheure). Sur cet extrait de plan figure le château de Sarlièves dont le guide Joanne de 1883 nous dit qu'il date de 1720 et qu'une sucrerie y est alors établie. IVR83_20106300756NUCA La gare de Cournon-d'Auvergne, côté voies. Il arrivait qu’une gare soit implantée à mi-distance de Sarliève et Cournon. La municipalité de Cournon (le registre des délibérations du conseil municipal en », cela éviterait « aux marchands de vin toute hésitation quant à l’envoi de leurs futailles ». D’autant gare porte le double nom de Sarliève-Cournon. IVR83_20156300528NUC4A Pont ferroviaire de Longues, sur l'Allier. La plupart des guides signalent à peine le franchissement de la rivière en ce point, quelle que soit l'époque : "pont sur l'Allier en amont du pont suspendu
    Historique :
    concernent la région Auvergne (départements du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire), entre Clermont-Ferrand et Clermont-Ferrand à Issoire et d'Issoire à Brassac-les-Mines - Sainte-Florine, mai 1856 pour celui de (changement obligatoire à Clermont-Ferrand), la fermeture de plusieurs gares (8 ne sont plus en service : Le Sur les quelque 303 km que compte la ligne Clermont - Nîmes, dite du "Cévenol", près de 167 km seulement du territoire auvergnat) : Clermont-Ferrand, Clermont - La Pardieu, Sarliève - Cournon, Le Cendre de Clermont à Issoire et d'Issoire à Brassac-les-Mines - Sainte-Florine). Les différentes sections Clermont et Brioude). Le tracé de la ligne dans la traversée des Cévennes (d'où l'appellation de "Cévenol Jonchères (peu avant Langogne, en limite de région côté Lozère), et desservaient, à l'apogée de la ligne, 26 gares (27 si l'on compte Chapeauroux, dont la gare est en Lozère, mais à une centaine de mètres - Orcet, les Martres-de-Veyre, Vic-le-Comte, Parent - Coudes - Champeix, Issoire, Le Broc, Le Breuil-sur
    Référence documentaire :
    sections de la ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - Nîmes. différentes sections de la ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - Nîmes. l'art : Clermont-Ferrand 2 : 1993. Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - Nîmes (archives 63). Fonds d'archives concernant différentes Ligne Clermont-Ferrand - Chapeauroux - Nîmes (archives 43). Fonds d'archives concernant "Les bêtes noires. Des chemins de fer dans le Massif central." 2011. CROZES, Daniel. " Les bêtes noires. Des chemins de fer dans le Massif central". Editions du Rouergue, 2011. "Géographie des Chemins de Fer français [...]." 1948. LARTILLEUX, Henri. "Géographie des Chemins de Fer français : 2e Volume. Réseaux divers". Paris : impr. de Chaix, 1948. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL, Pascal
  • Villes en Auvergne : les formes urbaines
    Villes en Auvergne : les formes urbaines Clermont-Ferrand
    Description :
    Récurrence de caractères morphologiques et singularité. Mise en lumière des caractères morphologiques de la famille de villes. L’objectif de l’étude consistait à décrire les villes à l’aide d’une liste de caractéristiques morphologiques. La liste, pour être pertinente, a été dressée après avoir arpenté sept premières localités. Dans un second temps, l'enquête de terrain a ainsi consisté essentiellement à repérer de manière systématique : -les caractères liés au legs (les centres "labyrinthiques ") : --la rue étroite, rue-corridor, sinueuse ou courbe, avec saillies (escaliers, galeries de liaison entre immeubles situés de part et d'autre de la rue, encorbellements, avant-toits), générant des effets de coulisses (échappées) et de labyrinthe ; les impasses aux mêmes caractéristiques, --mais aussi la rue médiévale relativement droite dont la fonction est de relier le portail de l’église à la porte de ville symétrie : --les fronts des rues alignées, --les effets de régularisation des fronts de rue alignés
    Illustration :
    Plan d'alignement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 1828-1845. 23e division : de l'hôtel de ville Plan d'alignement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 1828-1845. 27e division : de la préfecture Plan d'alignement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 1828-1845. 28e division : de la cathédrale Plan d'alignement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), une proposition de L. Jarrier et A. Mallay Clermont-Ferrand -Puy-de-Dôme). Montage faisant ressortir les aménagements effectués d'après le type de rue se retrouve par exemple à Courpière et à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme Clermont-Ferrand. Rue des Gras. Rue d'origine médiévale menant directement de la porte de ville au Clermont-Ferrand. Rue Ballainvilliers. Obélisque implanté au carrefour, dans l'axe de quatre voies Clermont-Ferrand. Boulevard Joseph-Girod : une des créations prévues sur le plan de 1925 issu de la Clermont-Ferrand. Rue des Grands-Jours, chevet de la cathédrale. Effet du dégagement préconisé dans
    Texte libre :
    vue sur les monts du Livradois-Forez dans l'architecture de l'hôtel de ville) ; pour d'autres, la qu'elles engendrent, du statut de ces vides [...]", de l'histoire de ces vides, ajoutons-nous. "On peut décrire des typologies de vides urbains tout à fait évidentes, fortes, démonstratives". Il s'agit d'associer "la morphologie des vides avec l'analyse des paysages". Du point de vue méthodologique , l'Inventaire général du patrimoine culturel dispose de la notion de famille ("formée par tous les individus (dans ses limites administratives de 2014). Cela permet de faire apparaître la récurrence des caractères morphologiques des membres de la famille constituée. Cela permet d'établir des comparaisons entre ses membres, de les classer, de mettre en lumière et tenter d'expliquer les caractères originaux de la famille, de la servi à décrire les villes reste à compléter (il s’agissait de voir dans quelle mesure certains caractères se retrouvaient d’une ville à l’autre). Il s’agirait également de trouver comment mesurer
    Historique :
    d'alignement proposé en 1863 pour Clermont-Ferrand par Jarrier et Mallay un réseau de percées en témoigne. La (projet de 1781 de Deval pour la rue Neuve de Clermont-Ferrand, réalisé sur ce point notamment). Dans nos on le voit à Clermont-Ferrand ou à Courpière. On peut observer également que l'organisation d'une l'hôtel de ville avait été construit dans un secteur assez peu dense au début du XIXe siècle, le sont diffusés qui aboutissent par exemple à l'exemplaire de l'hôtel de ville et des postes du Mont-Dore Saisir les caractères morphologiques de la famille de villes dans leur évolution historique . Éléments de chronologie des formes urbaines. -Le grand point commun entre la plupart des membres de la famille est d'avoir hérité au milieu du XVIIIe siècle d'un tissu qualifié de labyrinthique. Concernant l'origine de ce trait (notamment un réseau viaire tortueux), nous rapportons des hypothèses de portée manière d’organiser et de penser la vie en société commune à tous les groupes humains. À l'origine il y
    Localisation :
    Clermont-Ferrand La Chaise-Dieu Saint-Georges-de-Mons
    Référence documentaire :
    Avant-projet du plan d'aménagement du groupement d'urbanisme, Clermont-Ferrand, 1949-1951 AD Puy-de Schéma de structure [de la ville de Clermont-Ferrand], 1964-1965. AM Clermont-Ferrand. 881 W 2 . Schéma de structure [de la ville de Clermont-Ferrand], octobre 1964-mars 1965, par André Pointet. Prolongement de la rue de l'hôtel-Dieu (percée), 1863 AD Puy-de-Dôme. 33 Fi 113/615. Prolongement de la rue de l'hôtel-Dieu jusqu'à la place Saint-Herem, 15 octobre 1863, par Agis-Léon Ledru. Fig. 70 PAE de Néris-les-Bains, 1922 Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand. CA 5097. Plan Plan d'alignement de Clermont-Ferrand en 1688 BOYER, François. Ville de Clermont-Ferrand. Premier à Clermont-Ferrand en 1947. Traverse de Clermont, 1780 AD Puy-de-Dôme. 1 C 6358. Traverse de Clermont, 1780, par Lomet , Clermont-Ferrand : EPA, 1998. Cliché n° IVR83_19936301677XA
  • L'Auvergne des villes
    L'Auvergne des villes
    Description :
    officiellement au rang de faubourg de Clermont, alors rebaptisée Clermont-Ferrand, il semble inaugurer une Clermont et Montferrand mais aussi Riom (Puy-de-Dôme), pour lesquelles Marilyne Doutre parle « d’acropole de Clermont, Hélène Dartevelle écrit : « La mise en scène des villes était une préoccupation chère aux Romains. Le relief particulier du bassin de Clermont [« nombreuses buttes et autres édifices …), ou bien favorisent l’aménagement de squares ou jardins-belvédères (parc de Montjuzet à Clermont l’inverse, l’Auvergne présente le cas particulier de Clermont et Montferrand, deux villes anciennement cohérence territoriale » (SCOT) du Grand-Clermont se veut multipolaire et le semis de buttes des environs de Clermont est présenté comme l’occasion « d’affirmer la lisibilité de la structure multipolaire » du contraignante à l’implantation des agglomérations au Moyen Âge, on observe en 2007 une accentuation de la mise à l’écart des zones de montagne, corrélée à l’extension de l’étalement périurbain et à une dynamique
    Annexe :
    -Dore), art. 213 (Clermont-Ferrand), AFU 10332 (Royat). -Centre d’accueil et de recherche des archives .Registre des délibérations de la Chambre d’industrie thermale, 1932-1959. -Clermont-Ferrand Registres des IMPRIMÉES ANTONIO, Marcel, Urbanisme et société à Clermont-Ferrand de 1918 à 1939, [Clermont-Ferrand , Clermont-Ferrand, 1994-1995. NEANT, Isabelle, Du chemin de la croix Morel à l’avenue de Charras, les de Clermont-Ferrand et de Riom et les châteauxet maisons de plaisance en Basse-Auvergne entre 1688 et d’architecture de Clermont-Ferrand, travail personnel de fin d’étude, 1998, n°427. DOCUMENTS FIGURÉS coté). Chaudes-Aigues Cadastre, 1832 (AD 15, 3 NUM 1137). Clermont-Ferrand Projet de traverse, 1780 (AD ,collections iconographiques, CA 5010). Voirie. Prolongement de la rue de l’Hôtel-Dieu, 1863(AD 63, 33 Fi 579 ). Propositions d’emplacement pour l’hôtel des postes, 1904-1905 (AM Clermont-Ferrand, 1 M1 68). Plan, 1914 topographique, 1925. Bourbon-l’Archambault, 2 O 465, hôtel de ville, 1811-1896 ; 3 O 1671, voirie urbaine, 1843
    Illustration :
    Moulins (Allier). Place de l'Hôtel-de-Ville avec à gauche le beffroi dont il était écrit dans le Le réseau urbain de la Gaule romaine, d'après Paul Claval, Géographie historique des villes d'Europe occidentale (1984). Les limites de l'Auvergne administrative ont été reportées en bleu Le réseau urbain de la France au milieu du XVIe siècle, d'après Paul Claval, Géographie historique des villes d'Europe occidentale (1984). Les limites de l'Auvergne administrative ont été reportées en Localité dédoublée. Commentry (Allier). Noyau ancien. Au-devant de l'église du quartier dit "Vieux -bourg", une statue de paysan de Dalou (1925). Elle fait en quelque sorte pendant à la statue de forgeron de l'industrie, au Paysan installé sur le parvis de l'église du Vieux-bourg. IVR83_20130300057NUC4A Saint-Germain-Lembron (Puy-de-Dôme). Superposition du cadastre ancien (1837) et du cadastre actuel d'ordonner ou d'aérer en démolissant des maisons, en perçant une rue régulière qui mène de la traverse royale
    Texte libre :
    naturellement protégé par l’attachement que les habitants lui manifestaient, relate un texte de 1824. L’hôtel de noyaux à réseau désordonné de rues, encombrées de saillies (encorbellements et surtout escaliers ), générant des effets de coulisses et des impasses. La région ayant été épargnée par les conflits (les genre d'héritage. À partir de la promulgation de la loi du 16 septembre 1807, toutes les villes françaises doivent se doter d’un plan d’alignement : il s’agit de faciliter la circulation dans ce réseau désordonné de rues. En 1919, la loi de planification urbaine dite loi Cornudet, complétée en 1924 d'aménagement régionaux en 1935, loi du 2 février 1941 qui réorganise les services de l'urbanisme, loi du 15 juin 1943...plans d'urbanisme directeurs à partir de 1958, schémas directeurs d'aménagement urbain , plans d'occupation des sols, plans locaux d'urbanisme...) . Lorsqu’aux textes de loi qui concernent tout l’évidence lorsque les lois qui conduisent à la production de plans d’aménagements sont à appliquer sur tout
    Historique :
    soit, entre Aurillac et Clermont-Ferrand ont significativement augmenté à partir de cette date, au La région et son réseau de villes. L’entité administrative de l’Auvergne comprend, outre les département de l’Allier et de l’évêché de Moulins, mais des solidarités profondes, notamment culturelles ). Les voies navigables (Allier et Dore) sont attractives (Pont-du-Château, Pont-de-Dore), de même que la « voie régordane » (la route de Paris au Midi languedocien) : dix villes sont disposées sur son tracé ou à proximité. C’est d’ailleurs un des facteurs qui conduit à un « retournement de centralité » : Moulins supplante à partir du XVe siècle les centres de pouvoir que sont Souvigny et Bourbon-l’Archambault , grâce à sa situation dans la vallée de l’Allier. Nous noterons aussi que le roi et les seigneurs locaux (comtes d’Auvergne principalement) se sont lancés dans la création de villes nouvelles aux XIIe et XIIIe siècles (Montferrand, Riom, Ardes-sur-Couze…). Pour ce qui concerne les débuts de l’époque moderne (XVIe
    Référence documentaire :
    méconnues : II. Art laïque et architecture civile dans le Puy-de-Dôme (1789-2005). Clermont-Ferrand ). Clermont-Ferrand : Conseil général du Puy-de-Dôme (Carnets patrimoniaux ; 3), 2013. ). L'Auvergne urbaine. Mythes et réalités de la ville auvergnate. Clermont-Ferrand : CERAMAC (CERAMAC ; 18 universitaires de France (Publications de la faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand ; XV Gares : plans de situation, 1862-1908 AD Puy-de-Dôme. S 5968. Gares : plans : Aigueperse, Riom , Gerzat, Clermont ; Sarliève, Le Cendre, Coudes, Les Martres, Vic-le-Comte, Issoire, Le Broc, Brassac. Par M. Populus, ingénieur des Ponts et Chaussées et du Contrôle. 1862-1908. Ces plans de gare indiquent les environnements immédiats de chacune des gares. Art laïque dans le Puy-de-Dôme BOIRON, Isabelle, BUCAILLE, Richard, JAY, C. et al. Des esthétiques : Conseil général du Puy-de-Dôme (Carnets patrimoniaux du Puy-de-Dôme ; 9), 2005.
  • Ligne Vichy - Riom
    Ligne Vichy - Riom
    Description :
    de fer d'intérêt général et fait partie de l'actuelle ligne Paris - Clermont-Ferrand. Comme l'ensemble de la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Clermont par Vichy et Riom, ce tracé est en double voie La ligne Vichy - Riom est implantée sur le département Puy-de-Dôme. Elle est classée comme chemin 1923, qui provoqua un tollé et ne fut pas suivi d'effet). Cette section parcourt environ 41 km de Vichy
    Annexe :
    sommets voisins. Gerzat. On passe au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand. B/ par Vichy et Riom. La ligne Guide Bleu 1949. Section Saint-Germain-des-Fossés - Clermont-Ferrand. p. 14 . DE PARIS A CLERMONT Express directs Paris-Clermont-Nîmes. [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom . la ligne de Gannat. Riom. [B] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Gannat. Après la au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme. Guide Bleu 1970. Section Villeneuve-sur-Allier - Clermont. p. 8 DE PARIS A CLERMONT-FERRAND ... p.9 dr. Clermont-Ferrand : vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme, ... . De Paris à Clermont-Ferrand. De Paris à Saint-Germain-des-Fossés ligne décrite (p. 10-12). [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom. De la gare de Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand, située dans le vallon du Mourgon, la ligne de Vichy contournant le bourg étagé à dr
    Illustration :
    "Vue d'avion : la gare [de Vichy]". Photographie noir & blanc, s.n., 1935. IVR83_19890300398X "Gare de Vichy". Gravure par Hubert Clerget. In : BRAINE, C., BARTHEZ, F. "Vichy sous Napoléon III La gare de Vichy. Photographie par Paul [COUTEN], s.d. In : Album des travaux du Casino, 1863-1865 Ateliers d’embouteillage de l'eau de Vichy, déplacés en 1898 près de la gare, sur l’avenue de Gramont. Cette proximité de la voie ferrée a permis de bénéficier d’embranchements privés raccordés au réseau principal, facilité évidente pour l’expédition dans la France entière (près d’un million de autre usine de la Compagnie Fermière. Les anciens bâtiments, laissés à l’abandon, ont été transformés en Chapelle de l’hôpital civil de Vichy. L’architecture contemporaine de la rédaction des guides ne constitue pas un thème digne d’attention. Très proche des rails et en position dominante, la chapelle de l’hôpital de Vichy construite entre 1885 et 1887 aurait pu être saluée, mais les seules églises signalées
    Texte libre :
    Le guide Joanne de 1883 signale le fait que "[la construction de] l'embranchement de Vichy [...] a fait découvrir de nombreuses antiquités gallo-romaines". Ce même guide s'attarde aussi, fait exceptionnel, sur la gare de Vichy ("On s'arrête bientôt dans la belle gare de Vichy, à laquelle est reliée , par un embranchement, la gare d'expédition des eaux minérales de l'établissement thermal") : les
    Historique :
    ; correspond à l'ancien arrêt de Varennes-sur-Morge) et Riom. La ligne Clermont-Ferrand - Paris (par Vichy) est -Méditerranée), que la ligne Paris - Clermont-Ferrand (qui suivait à l'origine un tracé par Gannat) va emprunter C'est grâce à l'ouverture de ce tronçon de ligne Vichy - Riom en 1931 par la Cie du PLM (Paris-Lyon ), même si l'embranchement Saint-Germain - Vichy a été ouvert dès 1862, en lien avec la venue de Napoléon III en cure. Le projet de construction d'une voie ferrée entre Vichy et Riom a mis 25 ans à se réaliser, puisque la convention de cession (à titre éventuel) de la ligne à la Cie du PLM date de 1905 . L'ouverture elle-même, le 1er juillet 1931, avait été retardé de plusieurs semaines en raison de crues de l'Allier, survenues en 1930, ayant perturbé le chantier. 7 stations étaient desservies par les trains de la ligne : Vichy, Hauterive, Saint-Sylvestre, Randan - Saint-Clément-de-Reignat, Thuret, Varennes-sur de desserte pour le département de l'Allier, en particulier en direction de Montluçon, au nord-ouest.
    Référence documentaire :
    -Clermont-Ferrand Archives régionales Auvergne-Rhône-Alpes, site de Clermont-Ferrand. Randan. Prolongement p. 41, 43. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL , Pascal, FAUCON, Frédéric. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". Christine L'hôpital civil de Vichy LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, et al. L'hôpital en France Vue aérienne de la gare de Vichy, 1935. "Vue d'avion : la gare". Photographie noir & blanc, s.n Gare de Vichy, s.d. "Gare de Vichy". Gravure par Hubert Clerget. In : BRAINE, C., BARTHEZ, F La gare de VIchy, s.d. La gare de Vichy. Photographie par Paul [COUTEN], s.d. In : Album des Randan, la gare, s.d. "Randan (P. de D.). La gare", carte postale, , s.d. [milieu 20e s.], s.n. Ligne Riom - Vichy (2). Archives départementales de l'Allier. S 753. Enquête d'expropriations Ligne Riom - Vichy (5) Ligne Riom - Vichy, acquisitions de terrains. 1920-1930.
  • Immeuble
    Immeuble Lyon 2e - 18-24 rue Childebert 57 place de la République - en ville - Cadastre : 2017 AL 4
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Inventaire de la Ville de Lyon
    Illustration :
    Vue de situation de l'élévation postérieure depuis le dôme Pascalon de l'hôtel-Dieu Vue de situation de l'élévation postérieure depuis le dôme Pascalon de l'hôtel-Dieu L'élévation postérieure depuis le "Petit Dôme" de l'hôtel-Dieu IVR82_20106901778NUCA Vue partielle de l'élévation postérieure depuis le "Petit Dôme" de l'hôtel-Dieu Vue partielle de l'élévation postérieure depuis le dôme Pascalon de l'hôtel-Dieu (au premier plan Vue partielle de l'élévation postérieure depuis le dôme Pascalon de l'hôtel-Dieu Vue partielle de l'élévation postérieure depuis l'hôtel-Dieu IVR82_20106901772NUCA Vue de situation IVR82_20126901660NUCA Vue de situation depuis le nord-est IVR82_20106902237NUCA Vue partielle de l'élévation postérieure depuis l'est (partie droite de l'image
    Copyrights :
    © Ville de Lyon
    Historique :
    de l'Hôtel-Dieu (cf dossier IA69007052) à la place duquel il est construit. Immeuble élevé par l'architecte Jacques Perrin-Fayolle après 1959, date de la démolition du passage
    Localisation :
    Lyon 2e - 18-24 rue Childebert 57 place de la République - en ville - Cadastre : 2017 AL 4
  • Ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy
    Ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy
    Description :
    voie et a été électrifiée, au même titre que le reste de la ligne Clermont-Ferrand - Villeneuve-sur La ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy est située sur le territoire du département de l'Allier . Elle a été classée à sa création comme chemin de fer d'intérêt général. Elle est actuellement à double . Cette section de Saint-Germain-des-Fossés à Vichy, prévue à l'origine pour desservir la station thermale
    Annexe :
    sommets voisins. Gerzat. On passe au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand. B/ par Vichy et Riom. La ligne Guide Bleu 1949. Section Saint-Germain-des-Fossés - Clermont-Ferrand. p. 14 . DE PARIS A CLERMONT Express directs Paris-Clermont-Nîmes. [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom . la ligne de Gannat. Riom. [B] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Gannat. Après la au pied de Montferrand. Clermont-Ferrand vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme. Guide Bleu 1970. Section Villeneuve-sur-Allier - Clermont. p. 8 DE PARIS A CLERMONT-FERRAND ... p.9 dr. Clermont-Ferrand : vue à dr. sur la ville et le puy de Dôme, ... . De Paris à Clermont-Ferrand. De Paris à Saint-Germain-des-Fossés ligne décrite (p. 10-12). [A] De Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand par Vichy et Riom. De la gare de Saint-Germain-des-Fossés à Clermont-Ferrand, située dans le vallon du Mourgon, la ligne de Vichy contournant le bourg étagé à dr
    Illustration :
    La grande verrière à structure métallique (système de fermes "Polonceau") protégeant les voies et les quais de la gare de Saint-Germain-des-Fossés. IVR83_20150300108NUC4A Détail de la grande halle à structure métallique et verrières au-dessus des quais de la gare de Vue de la vallée de l'Allier près de Saint-Germain-des-Fossés, depuis la voie ferrée. Toute la partie nord de la ligne de chemin de fer suit, de plus ou moins près, le cours de l'Allier. La section de la ligne passant par Gannat le traverse au sud-ouest de Saint-Germain et s'en éloigne, alors que la section passant par Vichy en suit la rive droite jusqu'au-delà de la station thermale "Vue d'avion : la gare [de Vichy]". Photographie noir & blanc, s.n., 1935. IVR83_19890300398X Vue aérienne du quartier de la gare de Vichy (en 1987). IVR83_19870300111XA "Gare de Vichy". Gravure par Hubert Clerget. In : BRAINE, C., BARTHEZ, F. "Vichy sous Napoléon III
    Historique :
    Aujourd'hui, la ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy est une section de la ligne Clermont-Ferrand ligne entre Vichy et Riom en 1931, a permis de faire le lien avec Clermont-Ferrand. Ce tracé remplace par la municipalité à partir de 1858 mais c'est la venue de Napoléon III en cure qui a accéléré la réalisation de la desserte ferroviaire de la station thermale, alors très en vogue. Le prolongement de la (dès 1949 au moins) la portion Gannat - Riom pour les express Paris - Clermont - Nîmes (voir dossier ligne Clermont - Chapeauroux - Nîmes : IA00141337). La ligne est toujours en activité en 2015.
    Référence documentaire :
    p. 41, 43. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". 2015. DESMICHEL , Pascal, FAUCON, Frédéric. "Patrimoine extraordinaire du chemin de fer en Auvergne et Limousin". Christine sections de la ligne Saint-Germain-des-Fossés - Vichy. Gare de Vichy, s.d. "Gare de Vichy". Gravure par Hubert Clerget. In : BRAINE, C., BARTHEZ, F La gare de VIchy, s.d. La gare de Vichy. Photographie par Paul [COUTEN], s.d. In : Album des Vue aérienne de la gare de Vichy, 1935. "Vue d'avion : la gare". Photographie noir & blanc, s.n
  • chape : ornement noir n°2
    chape : ornement noir n°2 Jenzat
    Description :
    Le tissu de fond est de faille française les orfrois sont de tissu façonné de base satin. Sur le chaperon une mandorle de faille française, en applique, porte un l'ange central brodé sur fond satin, aux ailes de filé doré en couchure, tenant la Croix en drap d'or.
    Statut :
    propriété d'une association cultuelle Ornement donné par le propriétaire du château de Jenzat à la
    Illustration :
    vue du devant de la chape IVR84_20160300193NUC4A Vue générale du dos de la chape IVR84_20160300194NUC4A
    Historique :
    de Clermont-Ferrand (63) : IM63003609 réalisé par les fabricants Poujol et Chotard, de Clermont -Ferrand, des orfrois de la chasuble violette de Beaumont (63) : IM63003617. Le motif des orfrois est identique à celui des orfrois de l'ornement doré de l'église Saint-Joseph
  • manipule : ornement doré
    manipule : ornement doré Gannat
    Description :
    Le tissu est un lampas à fond gros de Tours, liseré, lancé, broché à liage repris en sergé 3 lie 1 sens S. Les trames des glands de passementerie, de rubans ondulés et de cœur des fleurs sont en frisé argent. Les feuilles sont à trames de filé à liage repris.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue générale de la chape de second chapier de la cathédrale de Clermont-Ferrand montrant le tissu Vue générale de l'un des côtés du manipule. IVR84_20160300110NUC4A Détail du tissu de la croix du dos de la chasuble de Mauzun (63) IVR83_19906302434XA
    Représentations :
    Cathédrale de Clermont-Ferrand) est à losanges de rubans ondulés et fleurs dans lesquels des bouquets sont L'ornementation du tissu en grande largeur (voir la chape de second chapier du vêtement n°63 de la liés de cordons à noeuds de passementerie. Une fine trame rouge souligne les éléments décoratifs.
    Matériaux :
    soie trame lampas gros de Tours liseré lancé broché
    Historique :
    cathédrale de Clemont-Ferrand, des orfrois d'une chape de l'église Notre-Dame-la-riche à de Tours Le tissu est identique à celui de la croix de la chasuble de Mauzun (63) : IM63000726, à une partie des éléments de l'ornement doré dit vêtement liturgique n°63 et du vêtement liturgique n°70 de la
  • ornement violet : chasuble
    ornement violet : chasuble Beaumont
    Description :
    Chasuble de forme gothique. Fond gros de Tours ou faille française, moiré; décor de filé laminé , point de chainette pour le Chrisme. Le décor se développe uniquement sur les orfrois en Y.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue générale de l'étole. IVR83_20136300194NUC4A Vue générale du dos de la chasuble IVR83_20136300193NUC4A
    Dimension :
    chasuble : h=115 ; étole : h=130, la=10 ; voile de calice : h=54, la=53
    Historique :
    de Clermont-Ferrand (63) : IM63003609 réalisé par les fabricants Poujol et Chotard, de Clermont -Ferrand, et aux orfrois de la chape ornement noir de Jenzat (03) : IM03000552. Le motif des orfrois est identique à celui des orfrois de l'ornement doré de l'église Saint-Joseph
  • Immeuble dit Muraille de Chine
    Immeuble dit Muraille de Chine Clermont-Ferrand - Quartier Saint-Jacques - 2-28 rue Henry-Andraud - bâti lâche - Cadastre : 2017 EW 321
    Appellations :
    Muraille de Chine
    Illustration :
    Muraille de Chine et, en contrebas, la voie ferrée (ligne Clermont-Ferrand - Eygurande-Merline, en viaduc Saint-Jacques, et enfin des fragments des villes de Clermont-Ferrand, Chamalières et Royat. Le puy . Baie ouverte au nord-ouest : en haut à gauche de la baie on aperçoit la cathédrale de Clermont-Ferrand la façade nord, soit avec la fameuse vue sur Clermont-Ferrand (et la chaîne des puys qui se situerait Bâtiment 101 (dit Muraille de Chine). Plan P17. Travée MN : sous-sol, rez-de-chaussée, étage Bâtiment 101. Plan P 17, détail. Bloc de l'extrémité est (travée MN). Plan d'un niveau courant Bâtiment 101, dit Muraille de Chine. Plan du bloc OA (extrémité ouest), rez-de-chaussée. À ce niveau, les claustras permettent d'éclairer les cages d'escalier ainsi que les locaux de remise de Bâtiment 101 (dit Muraille de Chine). Plan C 37. Coupes transversales. Par G. Bovet, 1957 Bâtiment 101 (dit Muraille de Chine). Plan F 19. Façades (nord, sud, pignons est et ouest). Par G
    Canton :
    Clermont-Ferrand-Sud-Est
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - Quartier Saint-Jacques - 2-28 rue Henry-Andraud - bâti lâche - Cadastre : 2017
    Titre courant :
    Immeuble dit Muraille de Chine
    Étages :
    2 étages de sous-sol rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Le bâtiment 101 de la première tranche du Secteur industrialisé se présente comme une barre légèrement coudée, épousant le rebord du plateau Saint-Jacques, longue de 320 mètres en tout. Elle est constituée d'un même bloc de 8 étages (R+8, sur premier sous-sol et second sous-sol partiel), haut de 30 (dont les machineries apparaissent en surélévation sur la terrasse). Un mur de refend longitudinal la -de-chaussée permettent de traverser la barre à intervalles réguliers. Les vestibules d'entrée sont prescriptions techniques, ni dans le dossier d'exécution, mais dans un document de l'agence de Georges Bovet (conservé au Centre des archives de l'architecture du XXe siècle). En revanche dans le dossier d'exécution , on trouve mentions de : ciment artificiel, chaux, sable, agglos creux de pouzzolane, agglos pleins et briques de cloisons. Il est précisé que les claustras seront exécutées en béton vibré, préfabriqué et ajouré, les appuis de croisées en béton moulé, les agglos seront utilisés pour les murs de cages
    Statut :
    propriété d'un établissement public communal Propriété de l'Office municipal des habitations à
    Observation :
    dominant la ville de Clermont-Ferrand, faisant de cette barre un repère et un emblème. Destinée à la
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Dimension :
    Il s'agit de la longueur totale de la barre qui est divisée en quatorze blocs accolés.
    Texte libre :
    ensemble Saint-Jacques en 2017, Clermont-Ferrand disposent de trois repères paysagers : les tours de la Pour les étudiantes de l'école d'architecture de Versailles qui ont travaillé sur la barre du grand cathédrale, que l'on doit à Eugène Viollet-le-Duc, le puy de Dôme et la barre dite Muraille de Chine. De quand date cette appellation ? Il semblerait que la première occurrence soit datée de novembre 1960 et daté de 1966.
    Historique :
    La maquette du Secteur industrialisé sur laquelle apparaît pour la première fois la barre de grande longueur qui sera baptisée Muraille de Chine date de 1955. On la doit à l'architecte des bâtiments civils et palais nationaux, grand prix de Rome, Georges Bovet. Le bâtiment 101 de la première tranche de construction du Secteur industrialisé a fait l'objet de plans datés du 15 septembre 1957. Il s'agit de la Muraille. Le 29 juillet 1958, le permis de construire est délivré. Le grand ensemble fait l'objet d'un loyer modéré, soumet le procès-verbal du jury de concours, daté du 15 octobre 1958, à l'approbation du préfet. A partir de la date fixée par ordre de service, le délai d'exécution était de 24 mois. 32 entreprises ont été présentes sur le chantier. L'ensemble des immeubles ont fait l'objet de travaux postérieurement à ces dates. Une réhabilitation intérieure a notamment concerné la Muraille de Chine en 1991
    Référence documentaire :
    AD Puy-de-Dôme. 328 W 95-103. Office municipal d'habitation à loyer modéré de Clermont-Ferrand modéré de Clermont-Ferrand. Dossiers techniques (1957-1960). Plans d'ensemble, plans des blocs, dossier . 1957-1960. Archives départementales du Puy-de-Dôme. 328 W 95-103. Office municipal d'habitation à loyer bâtiment 101 (Muraille de Chine) : série de plans, coupes et façades datés du 15 sept. 1957 ; portant les noms de Georges Bovet (architecte en chef), G. Lescher et Marquet (architectes d'opération) ; approuvés par le secrétaire général de préfecture, pour le préfet, Pierre Servais, le 24 février 1959. La muraille de Chine. Ecole nationale supérieure d'architecture de Versailles. M. Dessornes et C . Dias, 2017. Dessornes, Maud, Dias, Céline. La muraille de Chine. Sédimentation des grands ensembles de la ville. Ecole normale supérieure d'architecture de Versailles. 03/17/2773.
  • Ligne Montluçon - Gouttières
    Ligne Montluçon - Gouttières
    Description :
    distances suivantes : de Montluçon à Marcillat-en-Combraille, 25 km ; de Marcillat-en-Combraille à Pionsat , 8 km ; de Pionsat à Gouttières, environ 12 km.
    Annexe :
    - Clermont-Ferrand par Gouttières p. 84 : Ligne de Paris à Royat et à Clermont-Ferrand : De Montluçon à Clermont-Ferrand (par Néris et Gouttières) : A la sortie de Montluçon, la voie s'élève en une grande courbe Clermont. De Volvic à Clermont-Ferrand, sur un trajet de 30 km, la ligne emprunte le trajet de la grande Guide Bleu 1949 p. 24 DE MONTLUCON A CLERMONT-FERRAND A/ par Néris, Gouttières et Volvic ; en 1948 ligne de Lapeyrouse ... de Gouttières à Clermont-Ferrand comme ci-après B. transversale Bordeaux - Clermont-Ferrand via Ussel. ., château moderne de Ferrières. Chamblet-Néris : à la gare, on trouve des omnibus des principaux hôtels et ferroviaires de Montluçon à Clermont s'établissent par Lapeyrouse, … La ligne de Montluçon à Gouttières Guide Bleu 1935 : Montluçon - Gouttières p. 134 [De Montluçon à Clermont par] B/ par Néris et redescend légèrement. Gouttières, où l'on rejoint la ligne ci-dessus A/. Clermont-Ferrand.
    Illustration :
    Vestiges de la rotonde ferroviaire de Montluçon. En 1880, deux demi-rotondes avaient été construites pour le nouveau dépôt de la gare de Montluçon, permettant d'abriter 38 machines qui manoeuvraient entièrement démolie en 1975 ; celle restante a été amputée de 7 travées sur les 19 d'origine, et deux des Ancien viaduc de Néris-les-Bains, construit entre 1921 et 1926 dans le cadre non de la desserte spécifique de la station thermale, mais de la découverte de charbon (bassin houiller de Gouttières-Pontaumur ). Il est fermé au trafic voyageurs en 1931, sauf pendant la saison thermale, avant de l’être à tout de plusieurs kilomètres. Aujourd’hui, grâce à son surplomb, il continue de favoriser l’accès aux vues Ancienne gare de Néris-les-Bains. Actuellement utilisée comme centre socio-culturel, la gare de Néris est l'oeuvre de l'architecte Louis Brochet et a été protégée au titre des monuments historiques en 1975 (inscription par arrêté du 29/10/1975). Ouverte comme l'ensemble de la ligne en 1931, elle n'a
    Historique :
    compagnie du PO (Paris-Orléans), elle était classée comme chemin de fer d'intérêt général. A cheval sur les départements de l'Allier et du Puy-de-Dôme, elle a été construite en trois tronçons, tous ouverts "à tous trafics" en mai 1931 : tronçon de Montluçon à Marcillat-en-Combraille, tronçon de Marcillat-en-Combraille à Pionsat et tronçon de Pionsat à Gouttières. Dès mai 1939, un an après la reprise de l'exploitation par la SNCF, la ligne dans son ensemble ferme au trafic voyageurs. En 1948, le trajet de Montluçon à Gouttières est assuré par un service d'autocars. La gare de Néris-les-Bains, qui desservait la station thermale, reste cependant en activité jusqu'en 1957 pour les trains de voyageurs en provenance de Paris . Puis en février 1950, le trafic de marchandises, lui aussi, est interrompu sur la section de Gouttières à Pionsat. Enfin, en novembre 1969, les deux autres sections, de Pionsat à Marcillat-en-Combraille et de Marcillat à Montluçon, ferment aussi au trafic de marchandises. Les stations de la ligne
    Référence documentaire :
    La ligne Montluçon - Gouttières. VIGNÉ, Jacques. La ligne ferroviaire de Montluçon à Gouttières par Néris-les-Bains. Bulletin des amis de Montluçon, 2006, n° 57, p. 97-106. Ligne Montluçon - Gouttières (archives 03). Fonds d'archives concernant différentes sections de la Ligne Montluçon - Gouttières (archives 63). Fonds d'archives concernant différentes sections de la