Logo ={0} - Retour à l'accueil

Avenue dite cours Charlemagne

Dossier IA69000429 inclus dans Voirie réalisé en 2001

Fiche

Œuvres contenues

HISTORIQUE

La création du cours Charlemagne est arrêtée dans le plan de distribution de la presqu´île présenté en janvier 1826 (fig. 2). Sa longueur est déterminée par la construction de la gare d´eau au sud. En avril, les entrepreneurs Antoine et Claude Burel et Vernhe sont chargés de placer des piliers sur les indications du voyer Terrat : 14 pour déterminer l´extrémité nord des masses longeant le cours du Midi (cours de Verdun actuel), et 15 pour fixer « la grande parallèle à l´allée Perrache du côté de la Saône » (AC Lyon : 1040 WP 007).

L´ordonnance du roi du 7 mars 1827 fixe la largeur des rues (annexe 1) : la largeur du futur cours Charlemagne (« la rue qui doit conduire de la place Louis XVIII à l´extrémité de la presqu´île ») est fixée à 33 m (AC Lyon : 1420 WP 007)

Le 6 avril 1827, le maire propose au conseil municipal "de donner à la grande rue centrale le nom de Charlemagne : 1° parce que c´est un des plus grands rois qui aient gouverné la France ; 2° parce qu´il a résidé assez longtemps à Lyon, à l´Ile Barbe, où il rédigea ses capitulaires ; 3° parce qu´il est le premier du nom de Charles" (Ville de Lyon. Conseil municipal. Procès-verbaux des séances, publiés par la municipalité..., t. 7, p. 41).

L´élargissement du cours imposé par l´ordonnance royale entraîne des modifications dans les premières constructions établies ou projetées, comme celles du brasseur Groskopf ou de l´artificier Arban. Les prescriptions municipales fixent les règles architecturales des façades des immeubles élevées le long de l´avenue : "le soubassement de la façade des bâtiments à construire, dans toute l´étendue de la masse donnant sur la place Charles X, sera en arcades formant portique ou galerie publique à perpétuité : cette galerie aura 3m 33 de large.

Le sol de cette galerie ou portique public sera pavé en dalles de choix (sic pour choin ? ), aux frais des propriétaires ; mais en compensation de ces frais, le sol qu´occupera la galerie ne comptera point dans la mensuration des terrains, dont la valeur sera à payer à la caisse de la Ville ». A la même date, l´administration municipale demande au professeur de sculpture Legendre-Héral de construire le long du cours « une maison d´habitation élégante et ornée de sculptures" (Ville de Lyon. Conseil municipal. Procès-verbaux des séances, publiés par la municipalité..., t. 7, p. 53).

Le cadastre napoléonien dressé en 1826 et le plan de 1844 permettent de mesurer la progression des constructions le long de ce cours (dess. 1, fig. 3).

En 1850, le conseil municipal décide la plantation de 84 platanes le long de la voie, espacés de 7 m, et délimitant une allée centrale de 18 m. Le devis estimatif est dressé par Dardel le 24 juillet 1850 (AC Lyon : 1420 WP 007).

La construction de la gare de Perrache en 1856 entraîne la destruction de la partie la plus ancienne du cours et le ferme vers le nord (plan 1861, fig. 4). Vers le sud l´urbanisation s´arrête à la hauteur de la rue Casimir-Perier. Le 5 avril 1889, les marchands de charbons Streichenberger et Goubeaud demandent le prolongement des bordures et trottoirs du cours qui s´arrêtent à la croisée du cours Bayard : ces travaux sont entamés en 1890 (AC Lyon : 925 WP 38).

Le 20 mai 1890, le conseil municipal accepte la suppression de la gare d´eau de Perrache et le projet de déviation du cours Charlemagne qui en découle, à travers les masses 92, 75, 91. Le 20 octobre 1891, une nouvelle délibération approuve le projet de voirie comportant le comblement de la gare d'eau, la suppression d'un certain nombre de voies et le prolongement du cours Charlemagne au pont de la Mulatière. L'arrêté préfectoral du 25 novembre 1891 approuve cet alignement (AC Lyon. 0923 WP 001). Mais les pourparlers avec la Compagnie PLM pour l´échange des terrains s´avèrent difficiles ; de plus la Chambre de Commerce et le Service de la Navigation protestent contre la suppression de la gare d'eau. En 1906, une nouvelle enquête sur le prolongement du cours Charlemagne entre la rue Terrasson et le quai Perrache est ouverte ; l'arrêté préfectoral du 10 décembre 1906 remplace celui de 1891 et fixe le nouvel alignement ; les expropriations sont passées entre 1908 et 1910. L'enquête de 1919 approuve le prolongement du cours Charlemagne, d'une largeur de 27 m, entre la branche sud du quai du Dauphin et la rue Ampère (Ibid.). Le tracé prend d'abord un axe rectiligne entre le chemin du Goulet et le quai Perrache pour suivre la courbe actuelle après la Seconde Guerre mondiale.

Appellationscours Charlemagne
Dénominationsavenue
Aire d'étude et cantonLyon Confluent
AdresseCommune : Lyon 2e
Lieu-dit : Confluent
Adresse : cours
Charlemagne
Cadastre : 1999

La création du cours Charlemagne est arrêtée dans le plan de distribution de la presqu´île présenté en janvier 1826. L´ordonnance du roi du 7 mars 1827 en fixe la largeur à 33 m. Les prescriptions municipales fixent les règles architecturales des façades des immeubles à construire le long de l´avenue et prévoit des galeries publiques au rez-de-chaussée des bâtiments entourant la place Charles X (actuelle place de l´Hippodrome). En 1850, la municipalité décide la plantation de 84 platanes. La construction de la gare de Perrache en 1856 entraîne la destruction de la partie la plus ancienne du cours et le ferme du côté nord. En 1858, la place de l'Hippodrome est réduite à ses dimensions actuelles. Vers le sud l´urbanisation s´arrête à la hauteur de la rue Casimir-Perier. Avec la décision de supprimer la gare d´eau, le prolongement du cours vers le sud est arrêté dès 1890 : le conseil municipal du 20 octobre 1891 approuve le projet de voirie, en particulier le prolongement du cours Charlemagne jusqu'au pont de la Mulatière. L'enquête d'utilité publique est lancée le 10 avril 1900, mais le projet est stoppé devant les protestations de la Chambre de commerce et du service spécial de la navigation du Rhône. Une nouvelle enquête sur le prolongement du cours entre la rue Terrasson et le quai Perrache est lancée en 1906, et les terrains concernés sont expropriés en octobre 1908 et décembre 1910. Le tracé adopte d'abord un axe rectiligne entre le chemin du Goulet et le quai Perrache, modifié sur la courbe actuelle en 1956 pour aboutir au square Julien-Gras, au débouché du pont Pasteur. Ce croisement est de nouveau modifié avec le passage de l'autoroute et la construction de l'auto pont en 1971. En 1981, des travaux d'aménagement de la gare de Perrache sont engagés dans le cadre du désenclavement du quartier : la passerelle de la gare et l'escalier mécanique la reliant au cours Charlemagne sont inaugurés le 8 juillet 1982

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Le cours Charlemagne, d´une largeur de 32 m 50, présente une ligne rectiligne nord-est - sud-ouest sur une longueur de 1km 500, puis forme une courbe vers l´est pour rejoindre le quai Perrache au nord-est du pont de la Mulatière. La chaussée est bordée tout au long par deux trottoirs. Sa partie nord, jusqu´à la rue Casimir-Perier, est entièrement urbanisée : elle présente un front continu de constructions, interrompu par la place de l´Hippodrome, et ponctuellement par les immeubles de constructions récentes édifiés en retrait (nos 72-82 et 79). C'est dans cette partie que se concentrent les édifices publics ou assimilés : école primaire, église paroissiale, presbytère. Au-delà, les constructions sont largement espacées ; l´habitat n´y est représenté que par la cité SNCF et par un petit îlot triangulaire, à l´extrême sud, faisant la jonction entre le cours et le quai Perrache. Les établissements industriels qui occupaient cette zone ont fait place au marché-gare à l´est, et aux installations sportives et aux immeubles de bureaux à l´ouest. Des voies ferrées transversales relient le marché-gare au réseau ferré. A l´exception de la portion longeant le marché-gare et les établissements sportifs, le cours est bordé d´une double rangée de platanes.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Rapport du maire sur la distribution de la presqu´île Perrache rapportant l´ordonnance du roi du 7 mars lors de la séance du conseil municipal du 6 avril 1827

    Rapport du maire sur la distribution de la presqu´île Perrache rapportant l´ordonnance du roi du 7 mars approuvant définitivement ce plan, lors de la séance du conseil municipal du 6 avril 1827 (Ville de Lyon. Conseil municipal. Procès-verbaux des séances, t. 7, p. 41)

    "... Je propose de donner à la grande rue centrale le nom de Charlemagne : 1° parce que c´est un des plus grands rois qui aient gouverné la France ; 2° parce qu´il a résidé assez longtemps à Lyon, à l´Ile Barbe, où il rédigea ses capitulaires ; 3° parce qu´il est le premier du nom de Charles....

    La ligne séparative de la partie plus spécialement destinée aux établissements industriels d´avec le reste de la presqu´île sera fixée par la rue ou cours prenant du Rhône à la Saône et limitant au nord la nouvelle place Charles X.

    Cette partie qui contient dix masses... serait spécialement affectée aux habitations particulières...

    Il serait réservé dans la masse centrale de la place Charles X, du côté du Rhône, une superficie assez considérable pour la construction d´une grande et vaste église dont la face regarderait l´occident...

    Je vous proposerai d´affecter à l´établissement du marché un espace de 30 000 mètres de superficie, pris dans la masse n° 13. Il prendra le 1/3 nord, les 2/3 sud étant vendus à Arban

    L´énonciation de l´art 2 de l´ordonnance fait préjuger l´adoption prochaine par le gouvernement du traité avec MM. Seguin..."

  • Ordonnance du Roi, 7 mars 1827 (AC Lyon : 1420 WP 007)

    "... Art. 1 Le plan de distribution des terrains de la presqu´île Perrache acquis par la ville, en vertu de la loi du 30 avril 1823, présenté par le préfet du département en suite de la délibération du conseil municipal du 20 janvier 1826 est approuvé sous les modifications suivantes :

    « 1° la rue qui doit conduire de la place Louis XVIII à l´extrémité de la presqu´île sera portée à une largeur de 33 m.

    2° toutes les rues tracées parallèlement à la même rue seront prolongées dans toute leur longueur du cours du Midi au point où elles rencontreront le quai à établir sur la Saône de manière à n´être interrompues par aucune construction

    3° il sera traité une rue ou cours de 33 mètres de largeur conduisant le Rhône à la Saône, entre la partie de la presqu´île qui sera plus spécialement destinée aux établissements industriels et le reste de la même presqu´île

    4° un terrain convenable sera réservé pour construction d´une église ou pour celle d´un marché

    Art. 2 Il sera statué ultérieurement sur les dispositions relatives à l´établissement d´une gare ou canal communiquant au Rhône et à la Saône indiqué sur le plan ci annexé...".

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Lyon. 0476 WP 020. Ecole maternelle, rue Gilibert, 1886-1911

    Déliberation du conseil municipal, 23 décembre 1907
  • AC Lyon. 0505 WP 022. Construction du marché gare à Perrache, 1953-1960

  • AC Lyon. 0923 WP 001. Suppression de la gare d'eau de Perrache, création du port Rambaud, 1909-1936

  • AC Lyon. 0925 WP 038. Améliorations dans le 2e arrondissement. Acquisitions et ventes dans les masses de Perrache

    Lettre des industriels Streichenberger et Goubeaud au maire de Lyon, 5 avril 1889 AC Lyon
  • AC Lyon. 1040 WP 007. Cahier des charges pour la vente aux enchères de 135 peupliers à abattre sur la chaussée Perrache ; Rapport du maire au conseil municipal ; devis estimatifs de Dardel, 1850

    Arrêté du maire, avril 1826
  • AC Lyon. 1420 WP 007. Voirie urbaine : - Presqu'île Perrache, 1813-1858

    Ordonnance du Roi du 7 mars 1827 ; rapport du maire au conseil municipal, [1850] ; devis estimatif pour la plantation de platanes / Dardel, 24 juillet 1850
  • Ville de Lyon. Conseil municipal. Procès-verbaux des séances, publiés par la municipalité d´après les manuscrits originaux 1800-1870. T. 7. 1827-1829 (19 janvier 1827-15 décembre 1829). Lyon : Impr. nouvelle lyonnaise, 1942

    p. 41, 53
Documents figurés
  • Plan de distribution de la presqu´île Perrache/ H. Brunet et Cie à Lyon. 1 : 5000. Lithogr. 36 x 71 cm ; plan muet ; indication des tènements distribués surimposés aux constructions existantes. (AC Lyon : 0002 S 00073)

  • Ville de Lyon. 4ème arrondissement. Section Y dite de la presqu'île Perrache en treize feuilles / A. Delucenay, 1831 (AD Rhône : 3P 1006 à 1018)

  • Plan topographique de la ville de Lyon et de ses environs, en 6 feuilles / Laurent et Claude-Joseph Dignoscyo, 1861. 1 : 5000. Lithogr. 140 x 165 cm (AC Lyon : 1541 WP 015)

  • Plan de la presqu'île Perrache / lith. Langlumé, Paris, 15 octobre 1863. 1 : 2000. 121 x 41 cm (AC Lyon : 0002 S 00528)

    Plan de la presqu'ile Perrache / lith. Langlumé, 1863 (AC Lyon : 0002 S 00528)
  • Lyon. Nouveau plan topographique de la ville de Lyon, comprenant et indiquant toutes les améliorations en projet et en voie d'exécution / Ehrard Frères grav. Agence Fournier, [vers 1918]. 1 : 10000 (AC Lyon : 0002 S 00332)

    AC Lyon : 2S00332
  • Plan de la Ville de Lyon édité par le service municipal de Voirie / Chalumeau, ingénieur en chef, 1922. 1 : 10000. Impr. réunies, Lyon : et Saint Denis, Lyon. 1097 x 976 cm (AC Lyon : 0001 S 00004)

  • 356. Lyon - Cours Charlemagne. Lyon : LL, [1er quart XXe siècle]. Carte postale (AC Lyon)

  • 2105. Lyon - Cours Charlemagne. Paris : B.F., [1er quart XXe siècle]. Carte postale (AC Lyon)

  • 304. Lyon - Cours Charlemagne. Lyon : éd. S. Farges, [1er quart XXe siècle]. Carte postale (AC Lyon : 0004 FI 00806 ; BM Lyon. Vidéralp n° 00900)

  • Bombardement de Lyon par l'aviation alliée, le 26 mai 1944 : destruction de l'immeuble 79 cours Charlemagne. Photogr. Nég. sur verre (AC Lyon : 3 Ph 28)

  • Bombardement de Lyon par l'aviation alliée, le 26 mai 1944 : destruction de l'immeuble 81 cours Charlemagne. Photogr. Nég. sur verre (AC Lyon : 3 Ph 29)

  • Bombardement de Lyon par l'aviation alliée, le 26 mai 1944 : destruction de l'immeuble 101 cours Charlemagne. Photogr. Nég. sur verre (AC Lyon : 3 Ph 30)

  • 119. Lyon. Cours Charlemagne. Eglise Ste-Blandine. S.l. : E. R., [1er quart XXe siècle]. Carte postale.

    Le cours Charlemagne à la hauteur de la place de l´Hippodrome, depuis le sud.
  • 202. Lyon - Cours Charlemagne. Lyon : éd. M.T.I.L., [1er quart XXe siècle]. Carte postale (AC Lyon : 0004 FI 00805 ; BM Lyon. Vidéralp n° 00899)

  • Vues des Etablissements P.-C. Pelé - Bois et Charbons, 102 Cours Charlemagne, Lyon, et du coteau de Ste-Foy. S.n., [1er quart XXe siècle]. Carte postale (AC Lyon)

Bibliographie
  • ESPINOSA-BEAURAIN, Alexandra. Quartier Sainte-Blandine. Analyse morphologique de l'état actuel. Lyon : Lyon Confluence, 2001. Non pag. ; 42 cm

© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; © Ville de Lyon © Ville de Lyon - Chalabi Maryannick - Archer-Galéa Chantal